Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 mars 2017 1 13 /03 /mars /2017 00:10

Joseph-03.jpg

Lecture du second livre de Samuel 7, 4-5a. 12-14a.16

La parole du Seigneur fut adressée au prophète Nathan : « Va dire à mon serviteur David : Ainsi parle le Seigneur : Quand ta vie sera achevée et que tu reposeras auprès de tes pères, je te donnerai un successeur dans ta descendance, qui sera né de toi, et je rendrai stable sa royauté. C'est lui qui me construira une maison, et je rendrai stable pour toujours son trône royal. Je serai pour lui un père, il sera pour moi un fils. Ta maison et ta royauté subsisteront toujours devant moi, ton trône sera stable pour toujours ».

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 4, 13.16-18.22

Frères, Dieu a promis à Abraham et à sa descendance qu’ils recevraient le monde en héritage, non pas en accomplissant la Loi mais en devenant des justes par la foi. C'est donc par la foi qu'on devient héritier ; ainsi, c'est un don gratuit, et la promesse demeure valable pour tous ceux qui sont descendants d'Abraham, non seulement parce qu'ils font partie du peuple de la Loi, mais parce qu'ils partagent la foi d'Abraham, notre père à tous. C'est bien ce qui est écrit : J'ai fait de toi le père d'un grand nombre de peuples. Il est notre père devant Dieu en qui il a cru, Dieu qui donne la vie aux morts et qui appelle à l'existence ce qui n'existait pas. Espérant contre toute espérance, il a cru, et ainsi il est devenu le père d'un grand nombre de peuples, selon la parole du Seigneur : Vois quelle descendance tu auras ! Et, comme le dit l'Écriture : En raison de sa foi, Dieu a estimé qu'il était juste.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 1, 16.18-21.24a

Jacob engendra Joseph, l'époux de Marie, de laquelle fut engendré Jésus, que l'on appelle Christ (ou Messie). Voici quelle fut l'origine de Jésus Christ. Marie, la mère de Jésus, avait été accordée en mariage à Joseph ; or, avant qu'ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l'action de l'Esprit Saint. Joseph, son époux, qui était un homme juste, ne voulait pas la dénoncer publiquement ; il décida de la répudier en secret. Il avait formé ce projet, lorsque l'ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse : l'enfant qui est engendré en elle vient de l'Esprit Saint ; elle mettra au monde un fils, auquel tu donneras le nom de Jésus (c'est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c'est lui qui sauvera son peuple de ses péchés ». Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l'ange du Seigneur lui avait prescrit.

Méditation

« Il est deux créatures dont la sainteté est d’un ordre tout-à-fait a part, c’est-à-dire qui ont avec la Trinité Sainte des liens tout-à-fait incomparables aux autres : c’est d’abord la Mère de Dieu et c’est, a côté d’Elle, saint Joseph. »

Cette affirmation du chanoine Lallement attire notre attention sur l’extraordinaire grandeur du très humble serviteur de Dieu qu’avec toute l’Eglise nous serons heureux d’honorer et de prier durant tout le mois de Mars : JOSEPH « l’homme juste » époux de Marie, la virginale Mère du Sauveur et chef de la Sainte Famille.

Ce grand privilégié du Très-Haut se trouve, en effet, par rapport à Jésus Fils de Dieu et Fils de Marie, dans une relation absolument unique : il n’est pas seulement frère ou membre du Christ, mais il peut être dit en un sens véritable (qu’il faut bien préciser) : « Père du Christ ». Il est bien évident que la Conception virginale de Jésus par Marie, la Vierge Toute-Sainte, fait que saint Joseph n’est pas père du Christ au sens plénier, au sens tout-à-fait propre du terme. Cependant nous sommes assurés que l’appellation « père de Jésus » peut lui être donnée en un certain sens. Et c’est Marie Elle-même qui nous donne cette assurance lorsqu’au moment Recouvrement dans le Temple, Elle dit à son Fils : « Ton père et moi nous te cherchions. » Ce qu’il importe de bien comprendre en effet, c’est que si la paternité sens plénier comporte la paternité physique, elle ne se réduit pas à cela. La paternité comporte aussi un rôle moral, une autorité dans la famille sur l’enfant.

Saint Joseph était de plein droit, en vertu de sa véritable union conjugale avec Marie, le chef de la Sainte Famille. Voilà pourquoi il a pu - ayant l’autorité du point de vue légal et moral - exercer un véritable rôle de père à l’égard de l’Enfant Jésus. C’est quelque chose d’absolument inouï et mystérieux : Saint Joseph ayant sur le Fils de Dieu l’autorité paternelle, l’autorité du chef.

Est-il besoin de préciser que la Très Sainte Vierge, avec un immense amour pour l’époux que Dieu lui avait donné, reconnaissait Elle-même entièrement cette autorité ? Quelle humilité éminente il a fallu à cet homme pour oser exercer un tel rôle dans les circonstances les plus tragiques (fuite en Egypte) comme dans les choses les plus ordinaires de la vie familiale ! Saint Joseph n’a pu exercer cette autorité qu’en s’oubliant complètement lui-même, en ne pensant pas un seul instant à ce qu’il était come simple et pauvre homme, mais en agissant uniquement comme instrument de Dieu, sur l’ordre de Dieu dans le respect de la fonction que la Providence lui avait donnée. Autrement dit, saint Joseph n’a pu exercer son autorité que dans une obéissance parfaite : et c’est pourquoi il est un merveilleux exemple pour toute autorité, laquelle ne doit jamais être fondée sur l’intérêt ou le plaisir de celui qui l’exerce mais sur le service du bien commun.

Que voyons-nous en effet dans les récits évangéliques ? Le chef de la Sainte Famille se comportant toujours en serviteur entièrement dévoué à Jésus et à Marie, se donnant tout à eux dans un très pur amour sans la moindre réserve. Telle fut la sublime vocation de cet obscur « fils de David » (Mt I, 20) si effacé aux yeux du monde, mais dont la vie intérieure était si profonde, tout-à-fait au goût de Dieu : être le père de Jésus non par la chair, mais par l’âme, par l’attitude morale. Nous savons que pour cela il lui fut demandé de renoncer par la virginité à la grandeur de la paternité naturelle : ce fut son immolation d’homme chef de famille ; et il l’offrit de grand cœur. A ce sacrifice héroïque vinrent s’ajouter bien d’autres épreuves qu’il accepta courageusement dans un admirable esprit de foi et d’abandon : souffrance causée par l’obscurité des mystères divins, pauvreté, persécutions, exil, désagréments, ennuis et fatigues de toutes sortes. Ce fut sa manière à lui de collaborer au mystère de la Rédemption.

Ces brèves considérations nous permettent d’entrevoir à quel point Dieu a eu confiance en saint Joseph. Il est celui que le Père des Cieux a voulu associer à son grand dessein de Salut en mettant sous sa protection ce qu’Il avait de plus précieux dans tout l’univers : « l’Enfant et sa Mère » (Mt II, 13), le Rédempteur et la Co rédemptrice.

Nous pouvons donc, nous aussi, en nous appuyant sur l’exemple de Dieu Lui-même, Lui confier ce qui est notre plus grand trésor, l’essentiel de notre vie chrétienne : notre union à Jésus par Marie. N’oublions jamais qu’après la Vierge Immaculée, saint Joseph est le plus beau modèle et le plus sûr gardien des âmes intérieures, des âmes qui aspirent à vivre totalement pour Dieu et avec Dieu, dans l’accomplissement de la mission qu’elles ont reçue de Lui.

 

Prière

Glorieux Saint Joseph, époux de Marie, étendez sur nous votre protection paternelle, vous dont la puissance est de rendre possibles les choses les plus impossibles.

Pourvoyez à nos besoins présents. Ouvrez vos yeux de Père sur les intérêts de vos enfants. Venez-nous en aide et prenez sous votre charitable protection les affaires si importantes que nous vous recommandons afin que leurs heureuses issues tournent à la gloire de Dieu et au bien de vos dévoués serviteurs.

Amen.

Repost 0
Publié par Abbé Pierre Cousty - dans Regards sur Marie Carême
commenter cet article
7 mars 2017 2 07 /03 /mars /2017 15:32

Angélus, 5 mars 2017, capture CTV

« Si nous lisions les messages de Dieu contenus dans la Bible comme nous lisons les messages du portable, qu’est-ce qui se passerait ? » : tel est en quelque sorte le défi de carême lancé par le pape François avant et après l’angélus aux visiteurs présents place Saint-Pierre et qui suivaient l’angélus de ce dimanche 5 mars 2017 grâce à la télévision, la radio ou Internet.

En ce premier dimanche de carême, le pape a commenté l’Évangile du jour comme à l’accoutumée, soulignant que Jésus ne répond pas aux tentations par des paroles qui lui sont propres mais par des paroles de la Bible.

« Si nous lisions les messages de Dieu contenus dans la Bible comme nous lisons les messages du portable, qu’est-ce qui se passerait ? », a insisté le pape.

C’est pourquoi il a invité une nouvelle fois à porter sur soi au moins l’Évangile de façon à répondre aux suggestions mauvaises toujours par la Parole de Dieu : « Si nous avions la Parole de Dieu toujours dans le cœur, aucune tentation ne pourrait nous éloigner de Dieu et aucun obstacle ne pourrait nous faire dévier de la route du bien. »

Le pape invite à profiter du carême pour « se familiariser avec la Bible : la lire souvent, la méditer, l’assimiler ».

« La Bible contient la Parole de Dieu, qui est toujours actuelle et efficace », a insisté le pape et elle permet de remporter la victoire, là où les paroles humaines sont vouées à l’échec, a-t-il souligné.

Car le carême, a rappelé le pape est « le chemin du Peuple de Dieu vers Pâques, un chemin de conversion, de lutte contre le mal par les armes de la prière, du jeûne et des œuvres de charité ».

« Et, s’il vous plaît, n’oubliez pas – n’oubliez pas ! – qu’est ce qui arriverait si nous traitions la Bible comme nous traitons notre téléphone portable ? » a demandé le pape après l’angélus.

Source : https://fr.zenit.org

Résultat de recherche d'images pour "pape françois et le smartphone"

 

 

Cliquez sur cette image

Repost 0
Publié par Jackie - dans Carême
commenter cet article
2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 08:35

Ton Mac rappelle la pomme croquée par Adam sur les conseils d’Ève,

Ton PC est sous Windows, dont les quatre losanges forment une petite croix,

Ton premier logiciel s’appelle Word, c’est-à-dire le « Verbe » qui d’ailleurs se fait cher,

Ton Facebook est ce livre des visages et des noms décrit dans l’Apocalypse,

Ton twitter arbore un oiseau bleu, synthèse de la colombe de l’Esprit et du bleu marial,

Tes réseaux ne parlent que d’aimer et de partager,

Ton wifi montre que l’invisible peut te connecter à l’essentiel,

Ta toile n’est qu’une image du grand filet des pêcheurs d’hommes,

Pour ouvrir un travail, il faut toujours passer devant une icône,

Pour enregistrer un document, on te demande si tu veux bien qu’il soit « sauvé »,

Pour le fermer, il faut que ta souris vienne embrasser la croix en haut à droite…

Et tu me demandes de couper mon ordinateur en carême ?

Source : Facebook de Pierre Durieux

Repost 0
Publié par Jackie - dans Carême Humour
commenter cet article
1 mars 2017 3 01 /03 /mars /2017 21:22

Le Carême est le temps pour recommencer à respirer !

« Revenez à moi de tout votre cœur, […] revenez au Seigneur votre Dieu » (Joël 2, 12.13) : c’est le cri par lequel le prophète Joël s’adresse au peuple au nom du Seigneur ; personne ne pouvait se sentir exclu : « Rassemblez les anciens, réunissez petits enfants et nourrissons ; […] le jeune époux […] et la jeune mariée » (v. 16). Tout le peuple fidèle est convoqué pour se mettre en chemin et adorer son Dieu, « car il est tendre et miséricordieux, lent à la colère et plein d’amour » (v. 13).

Nous voulons nous aussi nous faire l’écho de cet appel, nous voulons revenir au cœur miséricordieux du Père. En ce temps de grâce que nous commençons aujourd’hui, fixons une fois encore notre regard sur sa miséricorde. La Carême est un chemin : il nous conduit à la victoire de la miséricorde sur tout ce qui cherche à nous écraser ou à nous réduire à quelque chose qui ne convient pas à la dignité des fils de Dieu. Le Carême est la route de l’esclavage à la liberté, de la souffrance à la joie, de la mort à la vie. Le geste des cendres par lequel nous nous mettons en chemin nous rappelle notre condition d’origine : nous avons été tirés de la terre, nous sommes faits de poussière. Oui, mais poussière dans les mains amoureuses de Dieu qui souffle son Esprit de vie sur chacun de nous et veut continuer à le faire ; il veut continuer à nous donner ce souffle de vie qui nous sauve des autres types de souffle : l’asphyxie étouffante provoquée par nos égoïsmes, asphyxie étouffante générée par des ambitions mesquines et des indifférences silencieuses ; asphyxie qui étouffe l’esprit, réduit l’horizon et anesthésie les battements du cœur. Le souffle de la vie de Dieu nous sauve de cette asphyxie qui éteint notre foi, refroidit notre charité et détruit notre espérance. Vivre le Carême c’est désirer ardemment ce souffle de vie que notre Père ne cesse de nous offrir dans la fange de notre histoire.

Le souffle de la vie de Dieu nous libère de cette asphyxie dont, souvent nous ne sommes pas conscients, et que nous sommes même habitués à « normaliser », même si ses effets se font sentir ; cela nous semble « normal » car nous sommes habitués à respirer un air où l’espérance est raréfiée, un air de tristesse et de résignation, un air étouffant de panique et d’hostilité.

Le Carême est le temps pour dire non. Non à l’asphyxie de l’esprit par la pollution causée par l’indifférence, par la négligence à penser que la vie de l’autre ne me regarde pas, par toute tentative de banaliser la vie, spécialement celle de ceux qui portent dans leur chair le poids de tant de superficialité. Le Carême veut dire non à la pollution intoxicante des paroles vides et qui n’ont pas de sens, de la critique grossière et rapide, des analyses simplistes qui ne réussissent pas à embrasser la complexité des problèmes humains, spécialement les problèmes de tous ceux qui souffrent le plus. Le Carême est le temps pour dire non ; non à l’asphyxie d’une prière qui nous tranquillise la conscience, d’une aumône qui nous rend satisfaits, d’un jeûne qui nous fait nous sentir bien. Le Carême est le temps pour dire non à l’asphyxie qui nait des intimismes qui excluent, qui veulent arriver à Dieu en esquivant les plaies du Christ présentes dans les plaies des frères : ces spiritualités qui réduisent la foi à une culture de ghetto et d’exclusion.

Le Carême est le temps de la mémoire, c’est le temps pour penser et nous demander : qu’en serait-il de nous si Dieu nous avait fermé la porte. Qu’en serait-il de nous sans sa miséricorde qui ne s’est pas lassée de pardonner et qui nous a toujours donné l’occasion de recommencer à nouveau ? Le Carême est le temps pour nous demander : où serions-nous sans l’aide de tant de visages silencieux qui, de mille manières, nous ont tendu la main et qui, par des gestes très concrets, nous ont redonné l’espérance et nous ont aidé à recommencer ?

Le Carême est le temps pour recommencer à respirer, c’est le temps pour ouvrir le cœur au souffle de l’Unique capable de transformer notre poussière en humanité. Il n’est pas le temps pour déchirer nos vêtements face au mal qui nous entoure, mais plutôt pour faire de la place dans notre vie à tout le bien que nous pouvons faire, nous dépouillant de tout ce qui nous isole, nous ferme et nous paralyse. Le Carême est le temps de la compassion pour dire avec le psalmiste : « Rends-moi la joie d’être sauvé, que l’esprit généreux me soutienne », pour que par notre vie nous proclamions ta louange (cf. Ps 51, 14), et pour que notre poussière – par la force de ton souffle de vie – se transforme en « poussière aimée ».

Pape François le 1er mars 2017.

Repost 0
28 février 2017 2 28 /02 /février /2017 08:41

40-jours-disciple.jpg

Dès le début de l’Eglise, les futurs chrétiens se sont préparés longtemps à l’avance à recevoir le baptême, dans la nuit de Pâques. Mais avant Pâques, tous les chrétiens se réconciliaient aussi les uns les autres.

Au IVème siècle, ils jeûnaient pour préparer leur cœur à cette grande fête : c’est-à-dire qu’ils se privaient de certains aliments, comme la viande par exemple.

Le jeûne nous permet de nous occuper un peu moins de nous-mêmes et de nos envies et de donner plus de place à Dieu dans notre vie.

Peu à peu, les chrétiens ont choisi de se préparer à vivre Pâques pendant 40 jours. Ils ont choisi ce chiffre par ce que dans la Bible, c‘est lui qui signifie le temps pour se tourner vers Dieu : dans l’Ancien Testament, le peuple hébreu a marché 40 ans à travers le désert vers la terre promise par Dieu. Et dans l’Evangile, Jésus a passé 40 jours dans le désert avant de commencer sa mission auprès des hommes.

D’ailleurs, Carême veut dire « quarante ».

cc01.jpgcc02.jpgcc03.JPGcc04.jpgcc05.jpgcc06.jpgcc07.jpg

 

 

 

 

cc08.jpgcc09.jpgcc10.jpgcc11.jpgcc12.jpgcc13.jpgcc14.jpgcc15.jpgcc16.jpgcc17.JPGcc18.jpgcc19.jpgcc20.jpgcc21.jpgcc22.gifposter-1.jpgposter-2.jpg

Chemins de Carême en langues étrangères : polonais, anglais, espagnol, portugais, italien.

Repost 0
Publié par Jackie - dans Carême
commenter cet article
28 février 2017 2 28 /02 /février /2017 08:41

cendres-symboles.jpg

Le mercredi 1er mars 2017 est un jour spécial pour les catholiques. C’est le mercredi des Cendres. L’entrée en Carême. Quel est le sens de cette célébration ? Il nous rappelle que nous ne sommes rien si nous n’acceptons pas la présence de Dieu dans nos vies, si nous refusons sa grâce et si nous préférons les choses périssables aux valeurs impérissables que son Fils nous propose. On l’appelle ainsi car, à l’église, après l’homélie, chacun s’avance vers le prêtre Afficher l'image d'originepour recevoir une petite croix tracée sur le front avec des cendres. Par ce signe, l’homme pécheur implore le pardon de Dieu et prend la résolution de convertir son cœur et de croire à l’Evangile. Le fait de recevoir les Cendres avec foi nous obtient les grâces actuelles qui nous aideront à vivre le Carême. N’hésitons pas à amener à cette cérémonie, les plus jeunes. Venir aux Cendres, c’est le signe que nous voulons faire plus de place à Dieu dans nos vies, comme les premiers soleils de printemps chassent le gris de l’hiver. Bon Carême à Tous.

 

Prière du matin

Seigneur, notre Dieu, nous reconnaissons ton infinie grandeur et ressentons terriblement notre petitesse et notre difficulté à réfréner notre égoïsme. Ton Église nous a réservé ce temps béni où nous pourrons demander ton pardon avec toute l'ardeur, tout l'amour et tout le repentir de nos cœurs : Revenez à moi de tout votre cœur, dans le jeûne, les pleurs et les cris de deuil. Avec ce jour, commence aussi le temps où ta main s'offre à nous avec cette tendresse que seul un Dieu-Père peut avoir et montrer à nous tous, ses fils bien-aimés. Fais qu'en ce Carême, chacun de nous chemine vers toi d'un pas ferme et décidé, pour arriver à Pâques le cœur ressuscité, tout à la joie du pardon.

 

Lecture du livre de Joël 2, 12-18

Parole du Seigneur : Revenez à moi de tout votre cœur, dans le jeûne, les larmes et le deuil ! Déchirez vos cœurs et non pas vos vêtements, et revenez au Seigneur votre Dieu, car il est tendre et miséricordieux, lent à la colère et plein d'amour, renonçant au châtiment. Qui sait ? Il pourrait revenir, il pourrait renoncer au châtiment, et vous combler de ses bienfaits, ainsi vous pourrez offrir un sacrifice au Seigneur votre Dieu. Sonnez de la trompette dans Jérusalem : prescrivez un jeûne sacré, annoncez une solennité, réunissez le peuple, tenez une assemblée sainte, rassemblez les anciens, réunissez petits enfants et nourrissons ! Que le jeune époux sorte de sa maison, que la jeune mariée quitte sa chambre ! Entre le portail et l'autel, les prêtres, ministres du Seigneur, iront pleurer et diront : « Pitié, Seigneur, pour ton peuple, n'expose pas ceux qui t'appartiennent à l'insulte et aux moqueries des païens ! Faudra-t-il qu'on dise : Où donc est leur Dieu ? »

Et le Seigneur s'est ému en faveur de son pays, il a eu pitié de son peuple.

Psaume 50 [51]

R/ Pitié, Seigneur, car nous avons péché.

  • Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour

selon ta grande miséricorde, efface mon péché.

Lave-moi tout entier de ma faute,

purifie-moi de mon offense.

  • Oui, je connais mon péché,

ma faute est toujours devant moi.

Contre toi, et toi seul, j'ai péché,

ce qui est mal à tes yeux, je l'ai fait.

  • Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu,

renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit.

Ne me chasse pas loin de ta face,

ne me reprends pas ton esprit saint.

  • Rends-moi la joie d'être sauvé ;

que l'esprit généreux me soutienne.

Seigneur, ouvre mes lèvres,

et ma bouche annoncera ta louange.

Lecture de la seconde lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 5, 20 ; 6, 2

Frères, nous sommes les ambassadeurs du Christ et par nous c'est Dieu lui-même qui, en fait, vous adresse un appel. Au nom du Christ, nous vous le demandons, laissez-vous réconcilier avec Dieu. Celui qui n'a pas connu le péché, Dieu l'a pour nous identifie au péché des hommes, afin que grâce à lui, nous soyons identifiés à la justice de Dieu. Et puisque nous travaillons avec lui, nous vous invitons encore à ne pas laisser sans effet la grâce reçue de Dieu. Car il dit dans l'Écriture : Au moment favorable, je t'ai exaucé, au jour du salut, je suis venu à ton secours. Or, c'est maintenant le moment favorable, c'est maintenant le jour du salut.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 6, 1-6. 16-18

Comme les disciples s'étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : « Si vous voulez vivre comme des justes, évitez d'agir devant les hommes pour vous faire remarquer. Autrement, il n'y a pas de récompense pour vous auprès de votre Père qui est aux cieux. Ainsi, quand tu fais l'aumône, ne fais pas sonner de la trompette devant toi, comme ceux qui se donnent en spectacle dans les synagogues et dans les rues, pour obtenir la gloire qui vient des hommes. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont touché leur récompense. Mais toi, quand tu fais l'aumône que ta main gauche ignore ce que donne ta main droite, afin que ton aumône reste dans le secret ; ton Père voit ce que tu fais en secret : il te le revaudra.

Et quand vous priez, ne soyez pas comme ceux qui se donnent en spectacle : quand ils font leurs prières, ils aiment à se tenir debout dans les synagogues et les carrefours pour bien se montrer aux hommes. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont touché leur récompense. Mais toi, quand tu pries, retire-toi au fond de la maison, ferme la porte, et prie ton Père qui est présent dans le secret ; ton Père voit ce que tu fais dans le secret : il te le revaudra.

Et quand vous jeûnez, ne prenez pas un air abattu, comme ceux qui se donnent en spectacle : ils se composent une mine défaite pour bien montrer aux hommes qu'ils jeûnent. Amen, je vous le déclare : ceux-là ont touché leur récompense. Mais toi, quand tu jeûnes, parfume-toi la tête et lave-toi le visage ; ainsi, ton jeûne ne sera pas connu des hommes, mais seulement de ton Père qui est présent dans le secret ; ton Père voit ce que tu fais en secret : il te le revaudra ».

Imposition des cendres

Après l’homélie, le prêtre dit :

Mes frères, demandons au Seigneur de bénir ces cendres dont nos fronts vont être marqués en signe de pénitence.

Et, après un bref temps de silence, il dit une des prières suivantes :

Seigneur notre Dieu, toi qui aimes pardonner à ceux qui s’humilient et veulent réparer leurs torts, prête l’oreille à nos prières ; en ta bonté, répands sur tes serviteurs qui vont recevoir les cendres la grâce de ta bénédiction : par leur fidélité à ce temps de pénitence, qu’ils parviennent avec une âme purifiée à la célébration de la Pâque de ton Fils. Lui qui…

ou

Seigneur notre Dieu, toi qui ne veux pas la mort du pécheur mais sa conversion, dans ta bonté, exauce notre prière ; bénis les cendres dont nous serons marqués, nous qui venons de la terre et devons retourner à la terre. En nous appliquant à observer le Carême, puissions-nous obtenir le pardon de nos péchés et vivre de la vie nouvelle à l’image de ton Fils ressuscité. Lui qui…

En imposant les cendres, le prêtre dit un des versets suivants :

Convertissez-vous et croyez à l’Évangile (Mc 1,15) ou

Souviens-toi que tu es poussière, et que tu retourneras en poussière. (Gn 3, 19)

mercoledi-ceneri

 

cendres-11.jpgEvangile à trous selon saint Matthieu :

Comme les ..................... s'étaient rassemblés autour de Jésus sur la montagne, il leur disait : « Si vous voulez vivre comme des justes, évitez d'agir devant les .................. pour vous faire remarquer. Autrement, il n'y a pas de récompense pour vous auprès de votre Père qui est aux cieux.

Ainsi, quand tu fais l'......................, ne fais pas sonner de la trompette devant toi, comme ceux qui se donnent en spectacle dans les ............................... et dans les rues, pour obtenir la gloire qui vient des hommes. ...................., je vous le déclare : ceux-là ont touché leur récompense.

Mais toi, quand tu fais l'aumône, que ta main ..................... ignore ce que donne ta main droite, afin que ton aumône reste dans le ........................... ; ton Père voit ce que tu fais en secret : il te le revaudra.

Et quand vous ...................., ne soyez pas comme ceux qui se donnent en spectacle : quand ils font leurs prières, ils aiment à se tenir ...................... dans les synagogues et les carrefours pour bien se montrer aux hommes. ..................... je vous le déclare : ceux-là ont touché leur récompense. Mais toi, quand tu pries, retire-toi au fond de ta maison, ferme la ................, et prie ton Père qui est présent dans le secret : il te le revaudra.

Et quand vous ......................., ne prenez par un air abattu, comme ceux qui se donnent en spectacle : ils se composent une mine défaite pour bien montrer aux hommes qu'ils jeûnent. .................. je vous le déclare : ceux-là ont touché leur récompense. Mais toi, quand tu jeûnes, ......................-toi la tête et ....................-toi le visage ; ainsi ton jeûne ne sera pas connu des hommes, mais seulement de ton Père qui est présent dans le .................., ton Père voit ce que tu fais dans le ...............: il te le revaudra ». 

Prière du soir

Seigneur, mon Dieu, tu m'as donné un jour de plus et la grâce de commencer un nouveau temps de Carême : Le voici maintenant le moment favorable, le voici maintenant le jour du salut. Avant que mes yeux ne se ferment sur ce jour que tu m'as donné, je voudrais avoir la joie de te dire une fois de plus un merci sincère et en même temps te demander pardon de ne pas avoir été un meilleur fils. Je te demande avec ferveur, que ta grâce me permettre d'être demain le fils que tout bon fils désire être, pour le meilleur des pères. Aujourd'hui, je me suis souvenu que je ne suis que cendre mais, malgré cela, l'Apôtre m'a rappelé que je suis coopérateur de Dieu.

cendres 06​​cendres 09​​cendres 08​​cendres 07​​cendres 10

 

 

 

 

cendres-04.jpg​​cendres-01.jpg​​cendres-02.jpg​​cendres-05.jpg​​cendres-03.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Publié par Jackie - dans Carême
commenter cet article
28 février 2017 2 28 /02 /février /2017 08:39

Petit carnet de prières à consulter régulièrement.

509082 ultima cena COLORJEUDI

En pensant au Jeudi-Saint instituant l’Eucharistie, centre ta prière sur un profond et réel attachement au saint sacrifice de la Messe :

Âme du Christ très sainte, sanctifie-moi. 

Corps du Christ très sacré, sauve-moi.

Sang du Christ très précieux, enivre-moi.

Eau du côté du Christ très pure, purifie-moi.

Sueur du visage du Christ très puissante, guéris-moi.

Passion du Christ très douce, fortifie-moi.

O bon Jésus, garde-moi.

Dans tes plaies, cache-moi.

Ne permets pas que je sois séparé de toi.

De l’ennemi malfaisant, défends-moi.

A l’heure de ma mort, appelle-moi, ordonne que je vienne à toi et place-moi près de toi afin qu’avec tes anges et tes archanges je te loue sans fin pendant les siècles des siècles. Amen.

vendredi-saintVENDREDI

A la lumière de la Passion, voici les Litanies du Sang Précieux.

Seigneur, ayez pitié de nous. O Christ, ayez pitié de nous. Seigneur, ayez pitié de nous.

Jésus, écoutez-nous. Jésus, exaucez-nous

Père céleste, Dieu tout-puissant, donnez-nous la foi.

Dieu le Fils, Rédempteur du monde, soyez notre espérance.

Esprit de Dieu, charité éternelle, embrasez-nous.

Très-sainte et adorable Trinité, ayez pitié de nous.

Jésus, Agneau sans tache, sacrifié dès le commencement du monde, ayez pitié de nous.

Jésus, qui avez désiré répandre votre Sang pour le salut des hommes, ayez pitié de nous.

Jésus, qui, pour racheter les hommes, avez répandu tout votre Sang sur la croix, ayez pitié de nous.

Sang précieux, qui coulez avec abondance des plaies sacrées de Jésus, rejaillissez sur nous.

Sang précieux, qui sortez de l'adorable Cœur de Jésus ouvert par la lance, ayez pitié de nous.

Sang précieux, rançon d'un pris infini, ayez pitié de nous.

Sang précieux, bain salutaire toujours préparé à nos âmes pécheresses, ayez pitié de nous.

Sang précieux, source toujours jaillissante de grâces et de bénédictions, ayez pitié de nous.

Sang précieux, du Testament nouveau et éternel, ayez pitié de nous.

Sang précieux, dont la voix s'élève au Ciel et crie miséricorde, ayez pitié de nous.

Sang précieux, force et soutien des âmes languissantes, ayez pitié de nous.

Sang précieux, qui êtes le grand océan de la miséricorde divine, ayez pitié de nous.

Sang précieux, céleste rafraîchissement et divin breuvage des âmes saintes, ayez pitié de nous.

Sang précieux, qui effacez les péchés du monde, ayez pitié de nous.

Sang précieux, qui coulez encore sur l'autel pour notre salut, ayez pitié de nous.

Par votre précieux Sang, écoutez-nous, Jésus.

Par votre précieux Sang, exaucez-nous, Jésus.

De tout péché, par votre précieux Sang, délivrez-nous, Jésus.

De l'esprit de mensonge et d'incrédulité, par votre précieux Sang, délivrez-nous, Jésus.

Du mépris des choses saintes, par votre précieux Sang, délivrez-nous, Jésus.

De la réception indigne de votre Corps sacré et de votre Sang adorable, par votre précieux Sang, délivrez-nous, Jésus.

De la damnation éternelle, par votre précieux Sang, délivrez-nous, Jésus.

Par la sueur de sang qui découla de tous vos membres pendant votre agonie au jardin des Oliviers, exaucez-nous, Jésus.

Par le Sang précieux que la couronne d'épine fit couler de votre tête sacrée, exaucez-nous, Jésus.

Par le Sang précieux que vous avez répandu en portant votre croix jusqu'au Calvaire, exaucez-nous, Jésus.

Par le Sang précieux qui coula de vos mains et de vos pieds quand vous fûtes attaché à la croix, exaucez-nous, Jésus.

Par le Sang précieux que vous avez versé pendant les trois heures de votre agonie sur la croix, exaucez-nous, Jésus.

Par le Sang précieux et l'eau sacrée qui sortirent après votre mort de votre cœur percé par la lance, exaucez-nous, Jésus.

Daignez nous donner la persévérance finale et la vie éternelle, que vous nous avez méritée en répandant pour nous votre précieux Sang, nous vous en prions, écoutez-nous.

Daignez nous donner la persévérance finale et la vie éternelle, que vous nous avez méritée en répandant votre précieux Sang, nous vous en prions, écoutez-nous.

Daignez accorder aux âmes des fidèles trépassés la jouissance éternelle de votre gloire, acquise au prix de votre précieux Sang, nous vous en prions, écoutez-nous.

Agneau de Dieu, qui efface les péchés du monde, par votre précieux Sang, pardonnez-nous, Jésus.

Agneau de Dieu, qui efface les péchés du monde, par votre précieux Sang, exaucez-nous, Jésus.

Agneau de Dieu, qui effacez les péchés du monde, par votre précieux Sang, ayez pitié de nous, Jésus.

Jésus, écoutez-nous. Jésus, exaucez-nous.

Les fontaines du grand abîme se sont répandues avec abondance des entrailles de Jésus, et les portes du ciel se sont ouvertes. Hâtez-vous, âme pécheresse ; et lavez-vous sept fois dans ce Jourdain de sang. Amen.

Sainte-Vierge-05-copie-1.JPGSAMEDI

Pour le samedi, le jour de la très Sainte Vierge Marie, voici une très belle prière :

Sainte Vierge Marie, vous nous aidez à accueillir le sermon sur la montagne, ces béatitudes dont on parle tant et qu'on applique si peu, parce qu'elles vont à contre-courant, comme si le Gave remontait vers les glaciers des Pyrénées. Sainte Vierge Marie, vous nous aidez à devenir le peuple de la Parole, le peuple de l'Eucharistie, le peuple du message.

À quoi sert d'aller plus vite, si on ne sait pas où l'on va ?

À quoi sert de produire toujours davantage, si on ne sait pas partager ?

À quoi sert aux pauvres de s'enrichir et aux riches de s'appauvrir, si les uns et les autres ne savent pas vivre comme le Christ ?

Sainte Vierge Marie, à un monde dominé par l'argent, vous enseignez votre libéralité.

À un monde de clinquant et de mensonge, vous montrez votre transparence.

À un monde qui ricane et qui salit, vous offrez votre pureté.

Apprenez-nous à ne pas être une page achevée d'imprimer mais une page chaque jour toute blanche, où l'Esprit de Dieu dessine les merveilles qu'il fait en nous. Amen. Cardinal Roger Etchegaray

Pour demander a Dieu son pardon 02DIMANCHE

Voici une belle prière pour le Jour du Seigneur :

Seigneur, j'ai passé ma vie à vouloir améliorer ma vie. C'est bien normal.

C'est ainsi que j'ai accumulé des biens : objets, argent, titres... et puis des connaissances, des amis...

Mais, petit à petit, je me suis rendu compte que le seul bien que j'emporterai après ma mort, ce n'est pas celui que j'aurai gardé pour moi mais celui que j'aurai partagé ou même donné.

La seule vraie richesse, au bout de compte... et au bout de la vie, c'est bien ce qu'on abandonne aux autres et qui nous permet d'arriver devant toi les mains toutes pleines de nos bonnes œuvres.

Et puis, avec le temps, j'ai aussi appris que le seul appui qui ne me manquera jamais, c'est toi, Seigneur.
Un jour, les forces me manqueront, la santé s'en ira, la science sera impuissante pour moi. Tous les appuis humains seront épuisés ou disparus.

Tous les appuis humains seront épuisés ou disparus.

Toi seul demeureras à mes côtés, fidèle, solide, rassurant.

De cela, je suis absolument sûr.

Seigneur, sois le roc de ma vie.

Que je puisse m'appuyer sur toi en tout temps et en tout lieu, dans la paix et la confiance. Amen.

cerf.jpgLUNDI

Jésus après avoir été tenté au désert vint en Galilée. Il proclamait partout la Bonne Nouvelle : « Le Royaume de Dieu est tout proche ».

Dieu de tendresse, faites moi revenir à vous de tout mon cœur comme un enfant revient vers son père. « Comme un cerf assoiffé qui cherche l’eau vive mon âme te cherche Toi, mon Dieu, j’ai soif de Dieu, le Dieu vivant. Quand pourrais-je m’avancer et paraître face à Dieu ? Tout le long du jour, le Seigneur me montre sa bonté. Je passerai la nuit à chanter pour lui, à prier le Dieu qui me fait vivre ». Psaume 42

 MARDI

Seigneur, tu vois nos portes fermées, celle des dépendances qui nous paralysent, celle de toutes les ruptures et des liens qui se brisent : donne-nous la force de frapper encore, ravive en nous l’espérance qui s’endort.

jesus-frappant-a-la-porte.jpgSeigneur, tu vois nos portes fermées, celle de la maladie qui nous ronge lentement, celle de la souffrance qui nous habite constamment : donne-nous la force de frapper encore, ravive en nous l’espérance qui s’endort.

Seigneur, tu vois nos portes fermées, celle du trottoir où l’on marchande âprement celle des rêves arrachés et des regards méprisants : donne-nous la force de frapper encore, ravive en nous l’espérance qui s’endort. 

Seigneur, tu vois nos portes fermées, celle de l’étranger qui doit s’en aller, celle de l’asile qu’on lui a refusé : donne-nous la force de frapper encore, ravive en nous l’espérance qui s’endort. 

Seigneur, tu vois nos portes fermées celle du boulot que l’on ne peut pas avoir, celle de nos attentes et de nos espoirs : donne-nous la force de frapper encore, ravive en nous l’espérance qui s’endort. 

Seigneur, tu te tiens à la porte de nos cœurs blessés, Toi qui peux faire sauter tous les verrous. Aide-nous à persévérer jusqu’au bout, remplis-nous de courage et de sérénité. Donne-nous la force de frapper encore ravive en nous l’espérance qui s’endort.

MERCREDI

Seigneur Dieu, tu nous donnes de t'appeler Père, car nous sommes tes enfants. Saurons-nous jamais vivre en frères les uns pour les autres ?

Ton pain de ce jour, l'avons-nous partagé ? L'avons-nous rompu à celui qui ne devait le recevoir que de nos mains ? En avons-nous ramassé les miettes, pour que rien ne se perde et que le pauvre trouve à manger à l'heure qu'on n'attendait pas ?

Ton nom très saint, l'avons-nous vénéré dans le nom de nos frères ? Avons-nous su appeler celui qui ne nous sert pas ?

Avons-nous regardé le petit, le caché, le malade, l'infirme, le vieillard, ceux-là qui portent sur leur front ton nom que nous disons sanctifier ?

Ta volonté et ton règne, les avons-nous ramenés à notre mesure, qui est inhumaine ? Les avons-nous interdits à ceux qui nous déplaisent ?

Aurons-nous permis, aujourd'hui, que les hommes te connaissent comme amour, comme doux et humble de cœur, comme Dieu avec-nous ?

Et les offenses qu’on nous a faites, les avons-nous pardonnées, ou les tenons-nous en réserve pour le jugement particulier de notre tribunal ?

Si tu nous tiens rigueur de notre attitude, Seigneur Père, comment nous pardonneras-tu, aujourd’hui ? Même si nous sommes de mauvais fils et des frères durs, ta justice à toi est plus grande que la nôtre.

Pour que tu nous délivres du mal et nous rassembles auprès de toi, nous dépouillons notre volonté et nous nous remettons entre tes mains. Amen.

 

Repost 0
Publié par Jackie - dans Carême
commenter cet article
28 février 2017 2 28 /02 /février /2017 08:38

 

(RV) Voici le message du Pape François pour le Carême 2017, qui s'ouvrira le 1er mars avec la célébration du Mercredi des Cendres. Ce texte, axé sur la parabole de Lazare et de l'homme riche dans l'Évangile de Luc, a été rendu public par le Vatican ce mardi 7 février.

 

 

«Chers Frères et Sœurs,

Le Carême est un nouveau commencement, un chemin qui conduit à une destination sûre : la Pâques de la Résurrection, la victoire du Christ sur la mort. Et ce temps nous adresse toujours un appel pressant à la conversion : le chrétien est appelé à revenir à Dieu «de tout son cœur» (Jl 2,12) pour ne pas se contenter d’une vie médiocre, mais grandir dans l’amitié avec le Seigneur. Jésus est l’ami fidèle qui ne nous abandonne jamais, car même lorsque nous péchons, il attend patiemment notre retour à Lui et, par cette attente, il manifeste sa volonté de pardon (cf. Homélie du 8 janvier 2016).

Le Carême est le moment favorable pour intensifier la vie de l’esprit grâce aux moyens sacrés que l’Église nous offre : le jeûne, la prière et l’aumône. À la base de tout il y a la Parole de Dieu, que nous sommes invités à écouter et à méditer avec davantage d’assiduité en cette période. Je voudrais ici m’arrêter en particulier sur la parabole de l’homme riche et du pauvre Lazare (cf. Lc 16,19-31). Laissons-nous inspirer par ce récit si important qui, en nous exhortant à une conversion sincère, nous offre la clé pour comprendre comment agir afin d’atteindre le vrai bonheur et la vie éternelle.

L’autre est un don

La parabole commence avec la présentation des deux personnages principaux ; cependant le pauvre y est décrit de façon plus détaillée : il se trouve dans une situation désespérée et n’a pas la force de se relever, il gît devant la porte du riche et mange les miettes qui tombent de sa table, son corps est couvert de plaies que les chiens viennent lécher (cf. vv. 20-21). C’est donc un tableau sombre, et l’homme est avili et humilié.

La scène apparaît encore plus dramatique si l’on considère que le pauvre s’appelle Lazare : un nom chargé de promesses, qui signifie littéralement «Dieu vient en aide». Ainsi ce personnage ne reste pas anonyme mais il possède des traits bien précis ; il se présente comme un individu avec son histoire personnelle. Bien qu’il soit comme invisible aux yeux du riche, il nous apparaît connu et presque familier, il devient un visage ; et, comme tel, un don, une richesse inestimable, un être voulu, aimé, dont Dieu se souvient, même si sa condition concrète est celle d’un déchet humain (cf. Homélie du 8 janvier 2016).

Lazare nous apprend que l’autre est un don. La relation juste envers les personnes consiste à reconnaître avec gratitude leur valeur. Ainsi le pauvre devant la porte du riche ne représente pas un obstacle gênant mais un appel à nous convertir et à changer de vie. La première invitation que nous adresse cette parabole est celle d’ouvrir la porte de notre cœur à l’autre car toute personne est un don, autant notre voisin que le pauvre que nous ne connaissons pas. Le Carême est un temps propice pour ouvrir la porte à ceux qui sont dans le besoin et reconnaître en eux le visage du Christ. Chacun de nous en croise sur son propre chemin. Toute vie qui vient à notre rencontre est un don et mérite accueil, respect, amour. La Parole de Dieu nous aide à ouvrir les yeux pour accueillir la vie et l’aimer, surtout lorsqu’elle est faible. Mais pour pouvoir le faire il est nécessaire de prendre au sérieux également ce que nous révèle l’Évangile au sujet de l’homme riche.

Le péché nous rend aveugles

La parabole met cruellement en évidence les contradictions où se trouve le riche (cf. v. 19). Ce personnage, contrairement au pauvre Lazare, ne possède pas de nom, il est seulement qualifié de “riche”. Son opulence se manifeste dans son habillement qui est exagérément luxueux. La pourpre en effet était très précieuse, plus que l’argent ou l’or, c’est pourquoi elle était réservée aux divinités (cf. Jr 10,9) et aux rois (cf. Jg 8,26). La toile de lin fin contribuait à donner à l’allure un caractère quasi sacré. Bref la richesse de cet homme est excessive d’autant plus qu’elle est exhibée tous les jours, de façon habituelle : «Il faisait chaque jour brillante chère» (v.19). On aperçoit en lui, de manière dramatique, la corruption du péché qui se manifeste en trois moments successifs : l’amour de l’argent, la vanité et l’orgueil (cf. Homélie du 20 septembre 2013).

Selon l’apôtre Paul, «la racine de tous les maux c’est l’amour de l’argent» (1 Tm 6,10). Il est la cause principale de la corruption et la source de jalousies, litiges et soupçons. L’argent peut réussir à nous dominer et devenir ainsi une idole tyrannique (cf. Exhort. ap. Evangelii Gaudium, n. 55). Au lieu d’être un instrument à notre service pour réaliser le bien et exercer la solidarité envers les autres, l’argent peut nous rendre esclaves, ainsi que le monde entier, d’une logique égoïste qui ne laisse aucune place à l’amour et fait obstacle à la paix.

La parabole nous montre ensuite que la cupidité rend le riche vaniteux. Sa personnalité se réalise dans les apparences, dans le fait de montrer aux autres ce que lui peut se permettre. Mais l’apparence masque le vide intérieur. Sa vie reste prisonnière de l’extériorité, de la dimension la plus superficielle et éphémère de l’existence (cf. ibid., n. 62).

Le niveau le plus bas de cette déchéance morale est l’orgueil. L’homme riche s’habille comme un roi, il singe l’allure d’un dieu, oubliant d’être simplement un mortel. Pour l’homme corrompu par l’amour des richesses, il n’existe que le propre moi et c’est la raison pour laquelle les personnes qui l’entourent ne sont pas l’objet de son regard. Le fruit de l’attachement à l’argent est donc une sorte de cécité : le riche ne voit pas le pauvre qui est affamé, couvert de plaies et prostré dans son humiliation.

En regardant ce personnage, on comprend pourquoi l’Évangile est aussi ferme dans sa condamnation de l’amour de l’argent : «Nul ne peut servir deux maîtres : ou bien il haïra l’un et aimera l’autre, ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’Argent» (Mt 6,24).

La Parole est un don

L’évangile du riche et du pauvre Lazare nous aide à bien nous préparer à Pâques qui s’approche. La liturgie du Mercredi des Cendres nous invite à vivre une expérience semblable à celle que fait le riche d’une façon extrêmement dramatique. Le prêtre, en imposant les cendres sur la tête, répète ces paroles : «Souviens-toi que tu es poussière et que tu retourneras en poussière». Le riche et le pauvre, en effet, meurent tous les deux et la partie la plus longue du récit de la parabole se passe dans l’au-delà. Les deux personnages découvrent subitement que «nous n’avons rien apporté dans ce monde, et nous n’en pourrons rien emporter» (1 Tm 6,7).

Notre regard aussi se tourne vers l’au-delà, où le riche dialogue avec Abraham qu’il appelle «Père» (Lc 16, 24 ; 27) montrant qu’il fait partie du peuple de Dieu. Ce détail rend sa vie encore plus contradictoire car, jusqu’à présent, rien n’avait été dit sur sa relation à Dieu. En effet dans sa vie, il n’y avait pas de place pour Dieu, puisqu’il était lui-même son propre dieu. Ce n’est que dans les tourments de l’au-delà que le riche reconnaît Lazare et il voudrait bien que le pauvre allège ses souffrances avec un peu d’eau. Les gestes demandés à Lazare sont semblables à ceux que le riche aurait pu accomplir et qu’il n’a jamais réalisés. Abraham néanmoins lui explique que «tu as reçu tes biens pendant ta vie et Lazare pareillement ses maux ; maintenant ici il est consolé et toi tu es tourmenté» (v.25). L’au-delà rétablit une certaine équité et les maux de la vie sont compensés par le bien.

La parabole acquiert une dimension plus large et délivre ainsi un message pour tous les chrétiens. En effet le riche, qui a des frères encore en vie, demande à Abraham d’envoyer Lazare les avertir ; mais Abraham répond : «ils ont Moïse et les Prophètes ; qu’ils les écoutent» (v. 29). Et devant l’objection formulée par le riche, il ajoute : «Du moment qu’ils n’écoutent pas Moïse et les Prophètes, même si quelqu’un ressuscite d’entre les morts, ils ne seront pas convaincus» (v.31).

Ainsi se manifeste le vrai problème du riche : la racine de ses maux réside dans le fait de ne pas écouter la Parole de Dieu ; ceci l’a amené à ne plus aimer Dieu et donc à mépriser le prochain. La Parole de Dieu est une force vivante, capable de susciter la conversion dans le cœur des hommes et d’orienter à nouveau la personne vers Dieu. Fermer son cœur au don de Dieu qui nous parle a pour conséquence la fermeture de notre cœur au don du frère.

Chers frères et sœurs, le Carême est un temps favorable pour nous renouveler dans la rencontre avec le Christ vivant dans sa Parole, dans ses Sacrements et dans le prochain. Le Seigneur qui – au cours des quarante jours passés dans le désert a vaincu les pièges du Tentateur – nous montre le chemin à suivre. Que l’Esprit Saint nous aide à accomplir un vrai chemin de conversion pour redécouvrir le don de la Parole de Dieu, être purifiés du péché qui nous aveugle et servir le Christ présent dans nos frères dans le besoin. J’encourage tous les fidèles à manifester ce renouvellement spirituel en participant également aux campagnes de Carême promues par de nombreux organismes ecclésiaux visant à faire grandir la culture de la rencontre au sein de l’unique famille humaine. Prions les uns pour les autres afin que participant à la victoire du Christ nous sachions ouvrir nos portes aux faibles et aux pauvres. Ainsi nous pourrons vivre et témoigner en plénitude de la joie pascale.

Du Vatican, le 18 octobre 2016 - Fête de Saint Luc, évangéliste»

(CV)

Repost 0
Publié par Jackie - dans Carême
commenter cet article
27 février 2017 1 27 /02 /février /2017 08:08

«Ton Père voit ce que tu fais en secret : il te le revaudra»

Le carême en tant que période intense de préparation à la grande fête de Pâques remonte au 4e siècle. Il visait alors un double objectif :

  • préparer les nouveaux chrétiens à recevoir le baptême pendant la nuit pascale ;
  • et permettre aux autres chrétiens de renouveler les promesses de leur baptême.

À partir du 8e siècle, les cendres ont été introduites comme signe de pénitence publique. C’est un symbole qui nous vient de l’Ancien Testament. Au tout début du carême, les chrétiens se reconnaissaient pécheurs en «recevant les cendres» et «ils étaient symboliquement expulsés de l’église». Ce geste reprenait, dans un certain sens, celui de Dieu qui chassait Adam et Ève du paradis, après leur refus d’une alliance avec lui. (Genèse 3). Ces mêmes chrétiens seront «réintégrés à la communauté chrétienne» après une période de prière, de jeûne, de partage et de conversion.

Ce n’est que plus tard, au Moyen Âge, que l’imposition des cendres a pris un sens différent : celui de la fragilité humaine et de la brièveté de la vie : «Souviens-toi que tu es poussière et que tu retourneras en poussière». Ce symbole était alors lié à la mort et à la tombe. C’est habituellement le sens que nous retenons aujourd’hui.

Le sens initial de la pénitence et de l’expiation pour le péché, développé au 8e siècle, reste valide encore aujourd’hui. «L’homme et la femme poussière» sont l’image de l’être humain qui s’éloigne de Dieu, qui refuse le dialogue et qui marche sur la route de la mort. «L’être humain poussière» est celui ou celle qui s’oppose à Dieu et qui lui tourne le dos, comme Adam et Ève et comme l’enfant prodigue.

Cependant, dans cet itinéraire dramatique d’éloignement, il existe toujours la possibilité du retour à nos origines. Nous sommes donc invités à revenir vers Dieu qui nous ouvre les bras. Nous sommes invités à fonder notre vie quotidienne sur les trois piliers de la spiritualité juive : la prière, le jeûne et l’aumône.

La prière. Les Juifs du temps de Jésus priaient trois fois par jour : à 9h, à midi et à 15h. Plusieurs le font encore aujourd’hui. La prière faisait partie de l’activité quotidienne. Elle permettait d’être en contact régulier avec Dieu et de découvrir sa volonté. Le carême nous invite à redécouvrir cette habitude à travers les heures de la journée.

Le jeûne. Comme la prière, le jeûne tient une place de choix dans toute spiritualité, non pas pour nous faire perdre quelques kilos, mais pour nous libérer de l’instinct de posséder et d’accumuler inutilement, pour nous rappeler que nus nous sommes venus au monde et nus nous le quitterons. Nous ne pourrons prendre avec nous dans la tombe aucune de ces richesses accumulées avec tant d’effort.

L'aumône. Troisième pilier de la spiritualité juive, l’aumône est une façon d’imiter la générosité de Dieu, particulièrement envers les plus démunis. Comme le dit Saint Matthieu dans son évangile, nous serons jugés sur le partage de nos biens, de notre temps, de nos talents : «J’avais faim, vous m’avez donné à manger..., j’étais nu, vous m’avez vêtu…, j’étais malade et en prison, vous êtes venus me visiter…» Nous sommes invités à partager non seulement notre argent mais aussi ce que nous avons de plus précieux : l’amour, la compassion, la compréhension et le pardon.

Dans la Bible, l’aumône est toujours étroitement reliée au jeûne : «le jeûne que le Seigneur préfère, c’est partager son pain avec l’affamé, aider ceux qui sont dans la misère, vêtir ceux qui n’ont pas de vêtements.» (Isaïe 58, 7)

La période du carême est un temps idéal pour alimenter notre foi à la source de ces trois piliers de la spiritualité : la prière, le jeûne et l’aumône.

Dans l’histoire de l’Église, le carême a toujours été présenté comme un nouveau printemps, comme un temps de renouvellement. Ce n’est pas une période de tristesse mais de joie profonde de nous savoir accueilli, pardonné et aimé de Dieu. Le carême nous redonne l’espérance qui parfois semble étouffée par les maladies, les malchances et les malheurs de toutes sortes. Nous sommes invités à redécouvrir Dieu dans nos vies. Le carême, c’est le printemps de Dieu.

Père Yvon-Michel Allard

 

Repost 0
16 février 2017 4 16 /02 /février /2017 08:07

Pourquoi les 7 péchés sont dit " capitaux " ? Parce qu'ils sont les plus graves de tous ? Non ! Il s'agit de l'erreur la plus commune que commet le grand public à propos de ces 7 péchés, établis en 1215 par le concile du Latran. Cette semaine, Le Pourquoi du Comment remet les points sur les " i " de " capitaux " pour leur redonner tout leur sens spirituel.

Source : KTO

Repost 0
Publié par Jackie - dans Carême
commenter cet article
15 février 2017 3 15 /02 /février /2017 18:10

Ecoute.jpgPrière du matin : Seigneur, nous sommes tous pécheurs et nous avons besoin de ton pardon et de ta rédemption. Nous demandons ta grâce pour que grandisse en nous la conscience d'être tes fils adoptifs et qu'ainsi nous acceptions notre indigence, notre dépendance et le fait que nous ayons besoin de toi. Puissions-nous reconnaître avec humilité et simplicité que sans toi, nos projets ne sont rien, qu'ils sont stériles, et que jamais nous ne trouverons la paix et le repos. Nous te demandons que ce Carême nous fasse sentir la nécessité croissante et ardente de ta présence, qu'elle engendre une telle soif qu'elle nous fasse dépendre de toi, que nous te désirions constamment, afin de vivre la plénitude de ton salut lorsque nous célébrerons ta Pâque.

En ce temps-là, Jésus sortit et remarqua un p……………..n (c’est-à-dire un collecteur d’impôts) du nom de Lévi assis au bureau des impôts. Il lui dit : « Suis-moi. » Abandonnant tout, l’homme se ………. ; et il le suivait.

Lévi donna pour Jésus une grande réception dans sa …………… ; il y avait là une foule nombreuse de publicains et d’autres g……. attablés avec eux.

Les pharisiens et les scribes de leur parti récriminaient en disant à ses d…………..s : « Pourquoi m…………z-vous et b………z-vous avec les publicains et les pécheurs ? » Jésus leur répondit : « Ce ne sont pas les gens en bonne ………….. qui ont besoin du médecin, mais les ……………. Je ne suis pas venu appeler des justes mais des p…………..s, pour qu’ils se convertissent. »

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 5, 27-32

Jésus remarqua un publicain (collecteur d’impôts) du nom de Lévi assis à son bureau de publicain. Il lui dit : « Suis-moi ». Abandonnant tout, l’homme se leva ; et se mit à le suivre. Lévi lui offrit un grand festin dans sa maison ; il y avait une grande foule de publicains et d’autres gens attablés avec eux. Les pharisiens et les scribes de leur parti récriminaient en disant à ses disciples : « Pourquoi mangez-vous et buvez-vous avec les publicains et les pécheurs ? » Jésus leur répondit : « Ce ne sont pas les gens en bonne santé qui ont besoin du médecin, mais les malades. Je suis venu appeler non pas les justes mais les pécheurs, pour qu’ils se convertissent ».

Prière du soir : Nous te louons, Seigneur, parce que tu nous as permis en ce jour de vivre comme tes fils. Nous reconnaissons la main providentielle du Père dans tout ce qu'il a disposé ou permis pour notre bien. Nous te demandons que la prochaine célébration de ta Pâque nous permette de renaître à nouveau avec toi, afin que l'Esprit nous transforme de telle manière que nous puissions prononcer avec une plus grande ardeur la clameur ineffable : "Abba, Père".

Repost 0
Publié par Jackie - dans Carême
commenter cet article
15 février 2017 3 15 /02 /février /2017 18:05

vendredi-des-cendres.jpgPrière du matin : Seigneur, en ce temps de Carême, nous sommes animés par le désir ardent d'être illuminés par l'éclat rayonnant de l'Agneau Pascal. Dans ton Esprit, nous resplendissons avec ta gloire, mais ce sera à la fin de temps que, dans ta Lumière, nous verrons pleinement ta lumière quand, dans la Jérusalem céleste, l'Église des rachetés par ton sang sera ton Épouse pour toujours. Nous te demandons que, grâce au jeûne et à la pénitence du Carême, nos âmes purifiées de leur égoïsme, de leurs vices et de leurs péchés, puissent sortir à ta rencontre avec des lampes allumées par le feu de l'amour, et renouveler ainsi les noces de la Nouvelle Alliance. De cette manière, nous pourrons refléter ta gloire comme un miroir et nous nous transformerons conformément à ton image, de gloire en gloire.

Livre d'Isaïe 58,1-9a.

Ainsi parle le S……….r Dieu : Crie à pleine g…….e ! Ne te retiens pas ! Que s’élève ta voix comme le cor ! Dénonce à mon peuple sa révolte, à la m……….. de Jacob ses péchés.

Ils viennent me consulter jour après j….., ils veulent connaître mes chemins. Comme une nation qui pratiquerait la ………….. et n’abandonnerait pas le droit de son Dieu, ils me demandent des ordonnances justes, ils voudraient que Dieu soit proche : « Quand nous ………….., pourquoi ne le vois-tu pas ? Quand nous faisons …………….., pourquoi ne le sais-tu pas ? » Oui, mais le jour où vous jeûnez, vous savez bien faire vos aff………, et vous traitez durement ceux qui peinent pour vous. 

Votre jeûne se passe en disputes et querelles, en coups de p……… sauvages. Ce n’est pas en jeûnant comme vous le faites a……….’h….. que vous ferez entendre là-haut votre v…... Est-ce là le jeûne qui me plaît, un jour où l’homme se rabaisse ? S’agit-il de …………. la tête comme un roseau, de coucher sur le sac et la cendre ? Appelles-tu cela un ………, un jour agréable au Seigneur ? Le jeûne qui me plaît, n’est-ce pas ceci : faire t……..r les chaînes injustes, délier les attaches du joug, rendre la liberté aux opprimés, briser tous les jougs ? N’est-ce pas partager ton …….. avec celui qui a faim, accueillir chez toi les pauvres sans ……., couvrir celui que tu verras sans v………….t, ne pas te dérober à ton semblable ? Alors ta ………….. jaillira comme l’aurore, et tes forces reviendront vite. Devant toi marchera ta justice, et la gloire du Seigneur fermera la mar….. Alors, si tu appelles, le Seigneur répondra ; si tu cries, il dira : « Me voici ».

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 9,14-15

Les disciples de Jean Baptiste s’approchent de Jésus en disant : « Pourquoi, tes disciples ne jeûnent-ils pas, alors que nous et les pharisiens, nous jeûnons ? » Jésus leur répondit : « Les invités de la noce pourraient-ils donc faire pénitence pendant le temps où l’Époux est avec eux ? Mais un temps viendra où l’Époux leur sera enlevé, et alors ils jeûneront ».

Prière du soir : L'espérance de ta Pâque, Seigneur, est la lumière qui nous permet de te reconnaître au cœur de cette journée par le biais du don de la vie, du don de notre prochain, du sourire des enfants, de l'amitié... Ton Esprit nous a illuminés, nous a poussés à t'aimer, en nous vainquant nous-mêmes pour que tu sois le Seigneur de nos cœurs. Béni sois-tu, Seigneur ! Mais nous reconnaissons également que nous avons besoin de nous convertir. Ta lumière n'a pas encore pu resplendir totalement en nous. Pour cela, nous te demandons que le repos que tu nous offres nous stimule pour que nous puissions demain coopérer avec ta lumière, afin d'être transformés en vrais fils de lumière.

Repost 0
Publié par Jackie - dans Carême
commenter cet article
15 février 2017 3 15 /02 /février /2017 18:04

jeudi-des-cendres.jpgPrière du matin : Seigneur, tu nous offres la possibilité de marcher avec toi dans le désert du Carême. Nous participerons avec toi au mystère de ta Pâque par laquelle se scellera la Nouvelle Alliance dans ton sang. Tu écriras alors par ton Esprit sur les tables de nos cœurs la nouvelle Loi de l'Amour. Nous te demandons que ce même Esprit inspire, soutienne et accompagne notre travail de ce jour et nous apprenne à t'aimer, de façon à ce que nous puissions être renouvelés en buvant l'eau de la Vie qui jaillit de ta Résurrection.

Lecture du livre du Deutéronome

Moïse disait au …………… : Vois ! Je mets aujourd’hui devant toi ou bien la ……… et le bonheur, ou bien la ……….. et le malheur. Ce que je te commande aujourd’hui, c’est d’aimer le ……………………. ton Dieu, de marcher dans ses chemins, de garder ses …………………., ses décrets et ses ordonnances. Alors, tu vivras et te multiplieras ; le Seigneur ton D………. te bénira dans le pays dont tu vas prendre possession. Mais si tu détournes ton cœur, si tu n’………. pas, si tu te laisses entraîner à te prosterner devant d’autres dieux et à les servir, je vous le déclare aujourd’hui : certainement vous périrez, vous ne ………….. pas de longs jours sur la terre dont vous allez prendre possession quand vous aurez passé le Jourdain. Je prends aujourd’hui à témoin contre vous le ciel et la ………… : je mets devant toi la vie ou la mort, la bénédiction ou la malédiction. Choisis donc la …….., pour que vous viviez, toi et ta descendance, en aimant le S………….. ton Dieu, en écoutant sa voix, en vous attachant à lui ; c’est là que se trouve ta vie, une longue vie sur la terre que le Seigneur a juré de donner à tes pères, A…………m, Isaac et J………b. 

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 9,22-25

Jésus disait à ses disciples : « Il faut que le Fils de l’homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les chefs des prêtres et les scribes, qu’il soit tué, et que, le troisième jour, il ressuscite ». Il disait à la foule : « Celui qui veut marcher à derrière moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix chaque jour et qu’il me suive. Car celui qui veut sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perdra sa vie à cause de moi la sauvera ». Quel avantage un homme aura-t-il à gagner le monde entier, si c’est en se perdant lui-même et en le payant de sa propre existence ? »

Prière du soir :  Nous te remercions, Seigneur, pour le don du baptême, qui nous a permis en ce jour de louer le Père avec toi par l'acclamation intérieure de l'Esprit. En lui, nous renouvelons l'offrande de nos vies et de notre histoire. Nous te bénissons également pour ce repos et te demandons que notre cœur batte et veille, mû par l'espérance de ta Pâque.

Repost 0
Publié par Jackie - dans Carême
commenter cet article
2 avril 2016 6 02 /04 /avril /2016 16:23

Lundi

Dieu qui nous combles de bénédiction par la richesse infinie de ta grâce, fais-nous quitter ce qui ne peut que vieillir, fais-nous entrer dans ce qui est nouveau, et nous serons préparés à la gloire du Royaume.

Mardi

Seigneur, accorde-nous la grâce de persévérer dans ta volonté ; afin qu’au long des jours, le peuple dévoué à ton service augmente en nombre et grandisse en sainteté.

Mercredi

Dieu très bon, éclaire le cœur de tes fidèles qui se purifient dans la pénitence ; toi qui nous as donné le goût de te servir, ne reste pas sourd à notre prière.

Jeudi

Sois attentif à nos supplications, Seigneur, veille sur nous et protège-nous, car nous mettons notre espoir en ta miséricorde : purifiés désormais de nos péchés, nous pourrons mener une vie sainte et entrer en possession de ton héritage.

Vendredi

Pardonne, Seigneur, les torts de ton peuple ; puisque notre faiblesse nous a rendus captifs du péché, que ta tendresse nous en délivre.

Samedi

Seigneur, tu es toujours à l’œuvre pour sauver les hommes, mais en ce moment de Carême tu offres plus largement ta grâce à ton peuple ; regarde avec bienveillance tous ceux qui t’appartiennent : que ton amour protège et fortifie à la fois les catéchumènes et les baptisés.

Repost 0
Publié par Jackie - dans Carême Prières
commenter cet article
26 mars 2016 6 26 /03 /mars /2016 10:36

Lundi

Dieu qui renouvelles ce monde au moyen de tes sacrements, fais que ton Église progresse par ces biens du ciel et ne manque jamais de tes secours ici-bas.

Mardi

Donne à tes fidèles, Seigneur, en ce temps de pénitence, une vraie générosité à te servir : qu’ils se disposent ainsi à recevoir dans un cœur purifié l’annonce du mystère pascal et à transmettre au monde la joyeuse nouvelle du salut.

Mercredi

Dieu qui réponds à la pénitence en récompensant les justes et en pardonnant aux pécheurs, prends pitié de nous, écoute-nous : que l’aveu de nos fautes nous obtienne la grâce de ton pardon.

Jeudi

Nous t’adressons, Seigneur, cette humble prière : que tes serviteurs se purifient dans la pénitence et s’appliquent à faire ce qui est bon ; donne-leur de rester dociles à ta volonté et d’arriver sans encombre aux fêtes de Pâques

Vendredi

Tu as préparé, Seigneur, pour nous qui sommes faibles, les secours dont nous avons besoin ; donne-nous d’accueillir avec joie notre relèvement et d’en témoigner par la fidélité de notre vie.

Samedi

Sans toi, Seigneur, il nous est impossible de te plaire : dans la tendresse que tu nous portes, guide-nous, dirige nos cœurs.

Repost 0
Publié par Jackie - dans Carême Prières
commenter cet article
19 mars 2016 6 19 /03 /mars /2016 18:14

Lundi

Ne relâche pas ton amour, Seigneur, purifie ton Église et protège-la ; sans toi elle ne peut être en sûreté : que ta grâce la gouverne toujours.

Mardi

Ne nous prive pas de ta grâce, Dieu fidèle : qu’elle nous consacre à ton service et nous assiste toujours.

Mercredi

Seigneur, tu nous accordes ce temps de Carême pour nous former à la vie avec le Christ et nous alimenter de ta parole ; que notre effort de pénitence nous obtienne la fidélité à te servir et le goût de te prier d’un même cœur.

Jeudi

Nous t’en supplions humblement, Seigneur : à mesure qu’approche le jour où nous fêterons notre salut, accorde-nous une plus grande générosité pour nous préparer à célébrer le mystère pascal.

Vendredi

Répands ta grâce en nos cœurs, Dieu de bonté : que nous sachions refréner nos désirs terrestres pour mieux entendre ta parole.

Samedi

En célébrant avec joie la liturgie de ce Carême, nous te supplions, Seigneur ; nous vivons déjà du mystère de Pâques, accorde-nous le bonheur d’en goûter pleinement les fruits.

Repost 0
Publié par Jackie - dans Carême Prières
commenter cet article
19 mars 2016 6 19 /03 /mars /2016 08:25

Qu'est-ce que la mi-carême ?

Comme son nom l’indique, la mi-Carême marque la moitié du Carême, mais rien dans le calendrier liturgique n’indique cette mi-temps. Les oraisons du jour gardent la même tonalité que celles des jours qui l’entourent. « Que tes serviteurs se purifient dans la pénitence et s’appliquent à faire ce qui est bon… » dit l’oraison d’ouverture de la messe. Seule l’antienne d’ouverture porte la marque d’une joie particulière ; celle de celui qui cherche le Seigneur de toute sa force. Ainsi est donné l’axe de la vraie joie, celle qui consiste à « imiter la charité du Christ qui a donné sa vie par amour pour le monde. » (Prière d’ouverture du 5e dimanche de Carême).

Desserts2.jpg

Alors pourquoi les crêpes, les bugnes et autres traditions culinaires festives viennent-elles agrémenter ce jour ? La logique du bon sens économique ! Le Carême est un temps de jeûne et les générations passées prenaient très au sérieux cet aspect particulier. Même les œufs étaient interdits. Mais les œufs ne se conservent guère plus de vingt jours, c’est-à-dire la moitié de quarante. C’est pour ne pas perdre cette denrée précieuse pour beaucoup, qu’on l’utilisait sous toutes les formes possibles. De la même manière, c’est pour vider les réserves qu’on fait des crêpes pour le mardi gras. Après la mi-Carême, on attend à nouveau vingt jours pour sortir, décorés de joie pascale, les œufs gardés en réserve.

Bénédicte Ducatel – SNPLS

Source : http://www.liturgiecatholique.fr/La-mi-Careme.html

Repost 0
Publié par Jackie - dans Carême
commenter cet article
12 mars 2016 6 12 /03 /mars /2016 15:37

Lundi

Pour guérir nos âmes, Seigneur, tu nous prescris de discipliner nos corps ; donne-nous de pouvoir nous garder du péché et de répondre ainsi aux exigences de ton amour.

Mardi

Avec une inlassable bonté, Seigneur, veille sur ton Église ; et puisque sans toi l’homme s’égare, soutiens-le toujours pour qu’il se détourne du mal et se dirige vers le salut.

Mercredi

Donne à ta famille, Seigneur, de progresser en faisant toujours ce qui est bon ; assure-lui le nécessaire en cette vie pour la conduire aux biens du Royaume.

Jeudi

Nous t’en supplions humblement, Seigneur : à mesure qu’approche le jour où nous fêterons notre salut, accorde-nous une plus grande générosité pour nous préparer à célébrer le mystère pascal.

Vendredi

Nous t’en prions, Dieu tout-puissant, purifie-nous au long de ce Carême, pour que nous parvenions avec un cœur limpide aux fêtes pascales qui approchent.

Samedi

Par ta grâce tu nous guéris, Seigneur, et tu nous donnes déjà les biens du ciel alors que nous sommes encore sur la terre ; dirige toi-même notre vie de chaque jour et conduis-la jusqu’à cette lumière où tu veux nous accueillir.

Repost 0
Publié par Jackie - dans Carême Prières
commenter cet article
6 mars 2016 7 06 /03 /mars /2016 21:12
Repost 0
6 mars 2016 7 06 /03 /mars /2016 08:26

Lundi

Prière du matin : Fais-nous revenir à toi, Dieu notre Sauveur, et pour que ce Carême nous soit profitable, ouvre nos esprits à l’intelligence de ta loi.

Mardi

Regarde ta famille, Seigneur ; et fais que notre esprit, affiné par la maîtrise de nos sens, resplendisse à tes yeux du désir de te trouver.

Mercredi

Regarde, Seigneur avec bienveillance ton peuple qui cherche à mieux te servir : tandis qu’en nous imposant des privations nous maîtrisons notre corps, permets qu’en agissant selon le bien, nous obtenions un esprit nouveau.

Jeudi

Inspire-nous, Seigneur, de toujours concevoir ce qui est juste et de l’accomplir avec empressement ; sans toi nous ne pouvons pas exister, fais-nous vivre en accord avec toi.

Vendredi

Accorde à tes fidèles, Seigneur, de s’appliquer de toute leur âme à la préparation de Pâques : que le renoncement imposé à notre corps porte en chacun de nous des fruits spirituels.

Samedi

Dieu éternel, notre Père, daigne tourner vers toi notre cœur, afin que nous soyons tout entiers à ton service, dans la recherche de l’unique nécessaire, et une vie remplie de charité.

Repost 0
Publié par Jackie - dans Carême Prières
commenter cet article

Présentation

  • : Le Blog de Jackie
  • Le Blog de Jackie
  • : Nombreux coloriages catholiques et autres, vies de saints et homélies.
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • Jackie
  • Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog. Il y a une multitude d'infos de toutes sortes : coloriages, contes... Bonne balade à tous. Merci.

Ma Bible illustrée

ANCIEN TESTAMENT

NOUVEAU TESTAMENT

LES PARABOLES

Divers

Meteo Corrèze

 

 

 

Compteur mondial