Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 octobre 2020 5 16 /10 /octobre /2020 16:21

Le logo des JMJ 2023 de Lisbonne dévoilé

Le logo des Journées mondiales de la Jeunesse de Lisbonne a été présenté vendredi 16 octobre, jour anniversaire des 42 ans de l’élection du Pape Jean-Paul II, fondateur des JMJ. Reportée d’un an à cause de la pandémie, ces JMJ lisboètes se tiendront en août 2023.

Ce nouveau logo s’inspire du thème choisis par le Saint-Père pour cette édition 2023 « Marie se leva et partit avec empressement », une phrase tirée de l'Évangile de Luc, mais aussi des particularités culturelles et religieuses portugaises. La Croix domine ce nouveau logo. Elle est traversée par un chemin d’où surgit l’Esprit Saint, représentant cette invitation faite aux jeunes de ne pas rester immobile, mais de devenir protagoniste d’un monde plus juste et fraternel. Les couleurs du logo, vert, rouge et jaune, rappellent le drapeau national portugais. Il a été conçu par une jeune designer portugaise de 24 ans, Beatriz Roque Antunez.

Actuellement, le comité organisationnel local des JMJ continue d’œuvrer en priorité pour les victimes de la pandémie, sans pour autant perdre de vue les préparatifs à la rencontre internationale, en dialogue constant avec le Saint-Siège.

Initialement prévues en 2022, ces Journées mondiales de la jeunesse ont été reportées d'une année en raison de l'urgence sanitaire déclenchée par la Covid-19. Ainsi les jeunes du Panama, où se sont déroulées les JMJ en 2019, n’ont pu remettre la croix et l’icône aux jeunes Portugais en avril dernier ; la petite cérémonie symbolique devrait avoir lieu en novembre prochain, en la solennité du Christ-Roi de l’Univers.

 

Partager cet article
Repost0
26 janvier 2019 6 26 /01 /janvier /2019 19:11

 

Mercredi 23 janvier 2019

Accueil officiel du Pape François 

En direct de l'aéroport international Tocumen de Panama.

 

 

 

Jeudi 24 janvier 2019

Cérémonie d'accueil du pape François

En direct du campo Santa Maria la Antigua. 

 

 

 

Vendredi 25 janvier 2019

Chemin de Croix avec le pape François

En direct du campo Santa Maria la Antigua.

 

 

 

Samedi 26 janvier 2019

Veillée avec le pape François

En direct du campo San Juan-Pablo II, au Metro Park.

 

 

Dimanche 27 janvier 2019

Messe en direct du campo San Juan-Pablo II,

18 h 00 - Angélus

 

 

 

Lundi 28 janvier 2019

Conférence de presse du pape François

Dans la soirée, après son retour à Rome. 

Source : http://www.ktotv.com/

Partager cet article
Repost0
23 février 2018 5 23 /02 /février /2018 18:24
Journée mondiale de la jeunesse 2018

Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu

Message du pape François aux jeunes du monde (texte complet)

Chers jeunes,

La journée Mondiale de la Jeunesse de l’année 2018 représente un pas en avant dans les préparatifs pour les Journées Mondiales de la Jeunesse, d’envergure internationale, qui auront lieu au Panama en janvier 2019. Cette nouvelle étape de notre pèlerinage coïncide avec l’année où a été convoquée l’Assemblée Ordinaire du Synode des Évêques sur le thème : Les jeunes, la foi et le discernement des vocations. C’est une bonne coïncidence. L’attention, la prière et la réflexion de l’Église seront dirigées vers vous les jeunes, en vue de recueillir et, surtout, d’‘‘accueillir’’ le don précieux que vous êtes pour Dieu, pour l’Église et pour le monde.

Comme vous le savez déjà, nous avons voulu nous faire accompagner dans ce cheminement par l’exemple et par l’intercession de Marie, la jeune fille de Nazareth que Dieu a choisie comme Mère de son Fils. Elle marche avec nous vers le Synode et vers les JMJ du Panama. Si l’année dernière, nous ont guidés les paroles de son cantique de louange – « Le Puissant pour moi des merveilles » (Lc 1, 49) – nous enseignant à faire mémoire du passé, cette année, essayons d’écouter avec elle la voix de Dieu apportant du courage et donnant la grâce nécessaire pour répondre à son appel : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu » (Lc 1, 30). Ce sont les paroles adressées par le messager de Dieu, l’archange Gabriel, à Marie, simple jeune fille d’un petit village de la Galilée.

Sois sans crainte !

Comme on peut le comprendre, l’apparition subite de l’ange et sa mystérieuse salutation : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi » (Lc 1, 28) ont provoqué un profond étonnement en Marie, surprise par cette première révélation de son identité et de sa vocation, qui lui étaient jusque-là inconnues. Marie, comme d’autres personnages des Écritures Saintes, tremble devant le mystère de l’appel de Dieu, qui en un instant la place devant l’immensité de son propre projet et lui fait sentir toute sa petitesse d’humble créature. L’ange, en lisant au plus profond de son cœur, lui dit : « Sois sans crainte » ! Dieu lit aussi en nous. Il connaît bien les défis que nous devons affronter dans la vie, surtout quand nous sommes face aux choix fondamentaux dont dépendent ce que nous serons et ce que nous ferons dans ce monde. C’est le ‘‘frisson’’ que nous éprouvons face aux décisions concernant notre avenir, concernant notre état de vie, notre vocation. En ces moments-là, nous sommes tout bouleversés et nous sommes saisis de nombreuses frayeurs. Et vous jeunes, quelles peurs vous habitent ? Qu’est-ce qui vous préoccupe le plus ? Une peur ‘‘d’arrière-fond’’ chez beaucoup d’entre vous est celle de n’être pas aimés, appréciés, de ne pas être acceptés tels que vous êtes. Aujourd’hui, il y a tant de jeunes qui ont la sensation de devoir être différents de ce qu’ils sont en réalité, tentant de se conformer aux modèles souvent factices et inaccessibles. Ils procèdent continuellement à des ‘‘retouches de photo’’ de leurs propres images, en se cachant derrière des masques et de fausses identités, jusqu’au point de devenir presque eux-mêmes un ‘‘fake’’. Il y a chez beaucoup l’obsession de recevoir le plus grand nombre possible de ‘‘j’aime’’. Et de ce sentiment d’inadéquation, naissent de nombreuses peurs et incertitudes. D’autres craignent de ne pas réussir à trouver une sécurité affective et de rester seuls. Chez beaucoup, face à la précarité du travail, surgit la peur de ne pas arriver à trouver un épanouissement satisfaisant sur le plan professionnel, de ne pas voir se réaliser leurs propres rêves. Ce sont des peurs qui hantent aujourd’hui beaucoup de jeunes, aussi bien croyants que non croyants. Et également ceux qui ont accueilli le don de la foi et qui cherchent avec soin leur propre vocation ne sont pas épargnés par des peurs. Certains pensent : peut-être Dieu me demande-t-il ou me demandera-t-il trop : peut-être en parcourant le chemin qu’il m’a indiqué, je ne serai pas vraiment heureux, ou bien je ne serai pas à la hauteur de ce qu’il me demande. D’autres se demandent : si je prends le chemin que Dieu m’indique, qui me garantit que je parviendrai à le parcourir jusqu’au bout ? Me découragerai-je ? Perdrai-je l’enthousiasme ? Serai-je en mesure de persévérer durant toute la vie ?

Aux moments où des doutes et des peurs assaillent notre cœur, le discernement s’avère nécessaire. Il nous permet de mettre de l’ordre dans la confusion de nos pensées et de nos sentiments, afin d’agir de manière juste et prudente. Dans ce processus, le premier pas pour surmonter les peurs est de les identifier clairement, pour ne pas se retrouver à perdre du temps et des énergies, en proie à des fantasmes sans visage et sans consistance. Pour cela, je vous invite tous à faire une introspection et à ‘‘donner un nom’’ à vos peurs. Demandez-vous : aujourd’hui, dans la situation concrète que je vis, qu’est-ce qui m’angoisse, qu’est-ce que je crains le plus ? Qu’est-ce qui me bloque et m’empêche d’aller de l’avant ? Pourquoi n’ai-je pas le courage de faire les choix importants que je devrais faire ? N’ayez pas peur de regarder franchement vos peurs, de les reconnaître telles qu’elles sont et de les prendre en compte. La Bible ne nie pas le sentiment humain de la peur ni les nombreux motifs qui peuvent la provoquer. Abraham a eu peur (cf. Gn 12, 10ss), Jacob a eu peur (cf. Gn 31, 31 ; 32, 8), et Moïse également (cf. Ex 2, 14 ; 17, 4), Pierre (cf. Mt 26, 69ss) et les Apôtres (cf. Mc 4, 38-40 ; Mt 26, 56). Jésus lui-même, bien qu’à un niveau incomparable, a éprouvé de la peur et de l’angoisse (cf. Mt 26, 37 ; Lc 22, 44).

« Pourquoi êtes-vous si craintifs ? N’avez-vous pas encore la foi ? » (Mc 4, 40). Ce rappel à l’ordre de Jésus aux disciples nous fait comprendre comment souvent l’obstacle à la foi n’est pas l’incrédulité, mais la peur. Le travail de discernement, en ce sens, après avoir identifié nos peurs, doit nous aider à les surmonter en nous ouvrant à la vie et en affrontant avec sérénité les défis qu’elle nous présente. Pour nous chrétiens, en particulier, la peur ne doit jamais avoir le dernier mot, mais être l’occasion pour accomplir un acte de foi en Dieu… et également dans la vie ! Cela signifie croire au caractère fondamentalement bon de l’existence que Dieu nous a donnée, croire qu’il conduit à bon port y compris dans à travers des circonstances et des vicissitudes qui sont souvent mystérieuses pour nous. Si au contraire, nous nourrissons les peurs, nous tendrons à nous replier sur nous-mêmes, à nous barricader pour nous défendre contre tout et contre tous, en restant comme paralysés. Il faut réagir ! Ne jamais s’enfermer ! Dans les Saintes Écritures, nous trouvons 365 fois l’expression ‘‘sois sans crainte’’, avec toutes ses variantes. Comme pour signifier que chaque jour de l’année le Seigneur nous veut libres de la peur.

Le discernement devient indispensable quand il s’agit de la recherche de sa vocation. Celle-ci, le plus souvent, n’est pas immédiatement claire ou tout à fait évidente, mais on la comprend peu à peu. Le discernement à réaliser, dans ce cas, n’est pas à comprendre comme un effort individuel d’introspection, où l’objectif est de connaître mieux nos mécanismes intérieurs pour nous renforcer et atteindre un certain équilibre. Dans ce cas, la personne peut devenir plus forte, mais demeure de toute manière enfermée dans l’horizon limité de ses possibilités et de ses vues. La vocation au contraire est un appel d’en haut et le discernement en ce sens consiste surtout à s’ouvrir à l’Autre qui appelle. Il faut alors le silence de la prière pour écouter la voix de Dieu qui résonne dans la conscience. Il frappe à la porte de nos cœurs, comme il l’a fait avec Marie, désireux de nouer amitié avec nous à travers la prière, de nous parler à travers les Écritures Saintes, de nous offrir sa miséricorde dans le sacrement de la Réconciliation, d’être un avec nous dans la Communion eucharistique.

Mais sont également importants la relation et le dialogue avec les autres, nos frères et sœurs dans la foi, qui ont plus d’expérience et qui nous aident à voir mieux et à choisir parmi les diverses options. Le jeune Samuel, quand il entend la voix du Seigneur, ne la reconnaît pas immédiatement et par trois fois il court chez Élie, le prêtre ancien, qui en fin de compte lui suggère la réponse juste à donner à l’appel du Seigneur : « S’il t’appelle, tu diras : ‘‘Parle, Seigneur, ton serviteur écoute’’ » (1 Sam 3, 9). Dans vos doutes, sachez que vous pouvez compter sur l’Église. Je sais qu’il y a de bons prêtres, des consacrés et des consacrées, des fidèles laïcs, dont beaucoup sont jeunes également, qui comme des frères et des sœurs aînés dans la foi peuvent vous accompagner ; animés par l’Esprit Saint, ils sauront vous aider à déchiffrer vos doutes et à lire le projet de votre vocation personnelle. L’‘‘autre’’ n’est pas uniquement le guide spirituel, mais il est aussi celui qui nous aide à nous ouvrir à toutes les richesses infinies de l’existence que Dieu nous a donnée. Il est nécessaire d’ouvrir des espaces dans nos villes et communautés pour grandir, pour rêver, pour regarder de nouveaux horizons ! Il ne faut jamais perdre le goût de savourer la rencontre, l’amitié, le goût de rêver ensemble, de marcher avec les autres. Les chrétiens authentiques n’ont pas peur de s’ouvrir aux autres, de partager leurs espaces vitaux en les transformant en des espaces de fraternité. Ne permettez pas, chers jeunes, que les ardeurs de la jeunesse s’éteignent dans l’obscurité d’une chambre fermée où l’unique fenêtre pour regarder le monde soit celle de l’ordinateur et du smartphone. Ouvrez grandes les portes de votre vie ! Que vos espaces et votre temps soient habités par des personnes concrètes, des relations profondes, avec lesquelles il est possible de partager des expériences authentiques et réelles dans votre quotidien.

Marie !

« Je t’ai appelé par ton nom » (Is 43, 1). La première raison de ne pas avoir peur, c’est précisément le fait que Dieu nous appelle par notre nom. L’ange, messager de Dieu, a appelé Marie par son nom. Donner des noms, c’est le propre de Dieu. Dans l’œuvre de la création, il appelle chaque créature à l’existence par son nom. Derrière le nom, il y a une identité, ce qui est unique dans chaque chose, dans chaque personne, cette intime essence que Dieu seul connaît jusqu’au fond. Cette prérogative divine a été ensuite partagée avec l’homme, auquel Dieu a concédé de donner un nom aux animaux, aux oiseaux et aussi à ses propres enfants (cf. Gn 2, 19-21 ; 4, 1). Beaucoup de cultures partagent cette profonde vision biblique en reconnaissant dans le nom la révélation du mystère le plus profond d’une vie, le sens d’une existence.

Quand il appelle une personne par son nom, Dieu lui révèle en même temps sa vocation, son projet de sainteté et de bien, par lequel cette personne deviendra un don pour les autres et qui la rendra unique. Et de même quand le Seigneur veut élargir les horizons d’une vie, il choisit de donner à la personne appelée un nouveau nom, comme il le fait avec Simon, en l’appelant ‘‘Pierre’’. De là est né l’usage de prendre un nouveau nom quand on entre dans un ordre religieux, pour indiquer une nouvelle identité et une nouvelle mission. En tant personnel et unique, l’appel divin exige de nous le courage de nous défaire de la pression des lieux communs conduisant au mimétisme, afin que notre vie soit vraiment un don original et unique pour Dieu, pour l’Église et pour les autres

Chers jeunes, être appelés par notre nom est donc un signe de notre grande dignité aux yeux de Dieu, de sa prédilection pour nous. Et Dieu appelle chacun de vous par son nom. Vous êtes le ‘‘tu’’ de Dieu, précieux à ses yeux, dignes d’estime et aimés (cf. Is 43, 4). Accueillez avec joie ce dialogue que Dieu vous propose, cet appel qu’il vous adresse en vous appelant par votre nom.

Tu as trouvé grâce auprès de Dieu

La raison principale pour laquelle Marie ne doit pas craindre, c’est qu’elle a trouvé grâce auprès de Dieu. La parole ‘‘grâce’’ nous parle d’amour gratuit, qui n’est pas dû. Pour nous, comme c’est encourageant de savoir que nous ne devons pas mériter la proximité et l’aide de Dieu en présentant à l’avance un ‘‘curriculum d’excellence’’, rempli de mérites et de succès ! L’ange dit à Marie qu’elle a déjà trouvé grâce auprès de Dieu, pas qu’elle l’obtiendra à l’avenir. Et la formulation même des paroles de l’ange nous fait comprendre que la grâce divine est continue, qu’elle n’est pas quelque chose de passager ou de momentané, et c’est pourquoi elle ne manquera jamais. Même à l’avenir, il y aura toujours la grâce de Dieu pour nous soutenir, surtout dans les moments d’épreuve et d’obscurité.

La présence continue de la grâce divine nous encourage à embrasser avec confiance notre vocation, qui exige un engagement de fidélité à renouveler chaque jour. La route de la vocation, en effet, n’est pas exempte de croix : non seulement les doutes du début mais aussi les tentations fréquentes qu’on rencontre tout au long du chemin. Le sentiment d’inadéquation accompagne le disciple du Christ jusqu’à la fin, mais il sait qu’il est assisté par la grâce de Dieu.

Les paroles de l’ange descendent sur les peurs humaines en les dissolvant par la force de la bonne nouvelle dont elles sont porteuses : notre vie n’est pas un pur hasard et une simple lutte pour la survie, mais chacun d’entre nous est une histoire aimée par Dieu. Le fait d’‘‘avoir trouvé grâce à ses yeux’’ signifie que le Créateur découvre une beauté unique dans notre être et a un projet magnifique pour notre existence. Cette conscience ne résout certainement pas tous les problèmes et n’enlève pas les incertitudes de la vie, mais elle a la force de la transformer en profondeur. L’inconnu que demain nous réserve n’est pas une menace obscure à laquelle il faut survivre, mais un temps favorable qui nous est donné pour vivre l’unicité de notre vocation personnelle et la partager avec nos frères et sœurs dans l’Église et dans le monde.

Courage dans le présent

La force d’avoir du courage dans le présent provient de la certitude que la grâce de Dieu est avec nous : courage pour faire ce que Dieu nous demande ici et maintenant, dans chaque domaine de votre vie ; courage pour embrasser la vocation que Dieu nous indique ; courage pour vivre notre foi sans la cacher ou la diminuer.

Oui, quand nous nous ouvrons à la grâce de Dieu, l’impossible devient réalité. « Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? » (Rm 8, 31). La grâce de Dieu touche l’aujourd’hui de notre vie, vous ‘‘saisit’’ tels que vous êtes, avec toutes vos craintes et vos limites, mais elle révèle aussi les merveilleux plans de Dieu ! Vous jeunes, vous avez besoin de sentir que quelqu’un a vraiment confiance en vous : sachez que le Pape vous fait confiance, que l’Église vous fait confiance ! Et vous, faites confiance à l’Église !

À la jeune Marie a été confiée une tâche importante précisément parce qu’elle était jeune. Vous les jeunes, vous avez de la force, vous traversez une phase de la vie où ne manque certainement pas l’enthousiasme. Utilisez cette force et ces énergies pour améliorer le monde, en commençant par les réalités qui vous sont plus proches. Je voudrais que dans l’Église vous soient confiées des responsabilités importantes, qu’on ait le courage de vous faire de la place ; et vous, préparez-vous à assumer ces responsabilités.

Je vous invite à contempler encore l’amour de Marie : un amour prévenant, dynamique, concret. Un amour rempli d’audace et tout orienté vers le don de soi. Une Église pénétrée de ces qualités mariales sera toujours une Église en sortie, qui va au-delà de ses propres limites et frontières pour faire déborder la grâce reçue. Si nous nous laissons contaminer par l’exemple de Marie, nous vivrons concrètement cette charité qui nous pousse à aimer Dieu au-delà de tout et de nous-mêmes, à aimer les personnes avec lesquelles nous partageons la vie quotidienne. Et nous aimerons également celui qui en soi pourrait sembler peu aimable. C’est un amour qui se fait service et dévouement, surtout envers les plus faibles et les plus pauvres, qui transforme nos visages et nous remplit de joie.

Je voudrais conclure par les belles paroles de saint Bernard dans l’une de ses célèbres homélies sur le mystère de l’Annonciation, paroles qui expriment l’attente de toute l’humanité à travers la réponse de Marie : « Tu l’as entendu, ô Vierge, tu concevras un fils, non d’un homme – tu l’as entendu – mais de l’Esprit Saint. L’ange, lui, attend ta réponse. Nous aussi, nous attendons, ô Dame. Accablés misérablement par une sentence de condamnation, nous attendons une parole de pitié. Une brève réponse de toi suffit pour nous recréer, de sorte que nous serons rappelés à la vie. Cette réponse, le monde entier l’attend, prosterné à tes genoux. Ne tarde plus, Vierge Marie. Vite, réponds ! » (Hom. 4, 8-9, Éd. cistercienne, 4 [1966], pp. 53-54, Orval M21).

Chers jeunes, le Seigneur, l’Église, le monde, attendent aussi votre réponse à l’appel unique que chacun a dans cette vie ! Tandis que s’approchent les JMJ du Panama, je vous invite à vous préparer à ce rendez-vous dans la joie et l’enthousiasme de celui qui veut prendre part à une grande aventure. Les JMJ sont pour les courageux ! Pas pour les jeunes qui ne cherchent que le confort et qui reculent face aux difficultés. Acceptez-vous le défi ?

Du Vatican, le 11 février 2018, VIème dimanche du Temps Ordinaire, Mémoire de Notre-Dame de Lourdes

FRANÇOIS

© Libreria Editrice Vaticana

Source : https://fr.zenit.org

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2018 7 07 /01 /janvier /2018 07:56

7 janvier : Joyeux anniversaire... Saint Maximilien Kolbe ! Rajmund Kolbe, en religion Maximilien Marie Kolbe, est né le 7 janvier 1894 près de Lodz, en Pologne. C'est l'un des saints patrons des JMJ de Cracovie ! Il est fêté le 14 août. Pour en savoir plus sur sa vie bouleversante, direction le site officiel des JMJ : http://jmj2016.catholique.fr/coin-spi/heureux-les-misericordieux/1696-st-maximilien-kolbe-1894-1941/

émoticône smilRajmund Kolbe, en religion Maximilien Marie Kolbe, est né le 7 janvier 1894 près de Lodz, en Pologne. C'est l'un des saints patrons des JMJ de Cracovie ! Il est fêté le 14 août. Pour en savoir plus sur sa vie bouleversante, direction le site officiel des JMJ : http://jmj2016.catholique.fr/coin-spi/heureux-les-misericordieux/1696-st-maximilien-kolbe-1894-1941/

Partager cet article
Repost0
18 mai 2017 4 18 /05 /mai /2017 13:59

Cette année marque le 97e anniversaire de la naissance de Jean -Paul II

Partager cet article
Repost0
15 mai 2017 1 15 /05 /mai /2017 14:57

C’est Ambar Calvo, 20 ans, étudiant à l’Université de Panama, qui a remporté le concours de création du logo des prochaines Journées Mondiales de la Jeunesse. Celles-ci auront lieu au Panama du 22 au 27 janvier 2019.

Sur la partie supérieure du logo figure la forme du Canal de Panama, qui symbolise également le chemin du pèlerin trouvant en Marie le moyen de rencontrer Jésus ; le logo comprend aussi la silhouette de l’isthme panaméen, comme lieu d’accueil ; la Croix du pèlerin ; la silhouette de la Vierge prononçant son « que tout m’advienne selon ta parole ». Les cinq points blancs composent une couronne coiffant la Vierge Marie, en même temps qu’ils représentent les cinq continents d’origine des pèlerins.

Le logo dans son ensemble a la forme d’un cœur, symbole de la phrase « Pont pour le monde, cœur de l’univers ». On peut aussi y voir la lettre ‘M’, pour Marie, pont vers Jésus son Fils.

Les Journées Mondiales de la Jeunesse sont un évènement organisé par l’Église catholique pour rassembler des jeunes du monde entier. Pour la première fois de l’histoire des JMJ, celles-ci auront lieu en Amérique Centrale. Comme l’a dit le Pape François, nous devons être une « Église en sortie, à la rencontre de l’autre ». La Vierge Marie est choisie comme une manière de rester proche de Jésus-Christ, et le Panama sera le lieu où Le rencontrer en 2019.

N’oubliez pas le hashtag officiel ! #Panama2019

Source : http://www.arquidiocesisdepanama.org/jmj-2019/

Partager cet article
Repost0
10 avril 2017 1 10 /04 /avril /2017 06:32

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2016 1 26 /09 /septembre /2016 14:55

Adrian G (@HadrianusGtz) | Twitter:

Les Editions des Equateurs éditent un nouveau recueil sur les différents textes du Pape François pendant les JMJ 2016 en Pologne. A lire et à méditer.

Partager cet article
Repost0
20 août 2016 6 20 /08 /août /2016 20:43

Les pèlerins des JMJ 2016 à Cracovie ont suivi pendant 3 jours des catéchèses pour approfondir le thème "Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde". Premier volet avec Mgr David Macaire, archevêque de Fort-de-France, dans l'église Saint-Casimir à Cracovie, sur le thème : "C'est le temps de la miséricorde".

Deuxième volet des catéchèses pendant les JMJ 2016, avec le Cardinal Gérald-Cyprien Lacroix, archevêque du Québec et Primat du Canada. "Se laisser toucher par le Christ miséricordieux", tel est le thème de cet enseignement qui a été donné en l'église Saint-Florian à Cracovie. Pendant les JMJ, la Communauté du Chemin Neuf a assuré l'animation spirituelle dans cette église.

Dans le cadre des Journées Mondiales de ka Jeunesse 2016, l'archevêque de Kinshasa est intervenu ce vendredi 29 juillet 2016 en l'église du Christ-Roi à Cracovie. Il y a retrouvé plusieurs délégations de pays africains. Le cardinal Monsengwo Pasinya est membre du C9, ce groupe de 9 cardinaux des différents continents qui se réunit régulièrement au Vatican et conseille le pape François. Troisième et dernier volet des catéchèses JMJ pour les pèlerins, sur le thème : "Seigneur, fais-de moi un instrument de ta miséricorde".

Partager cet article
Repost0
3 août 2016 3 03 /08 /août /2016 13:53
Discours des JMJ 2016

Pour tous ceux qui veulent méditer sur les textes des JMJ 2016 à Cracovie :

Mardi 26 juillet :

Cracovie 2016: homélie du cardinal Dziwisz pour la messe d’ouverture
« Nous pouvons faire face aux défis du monde actuel »

Mercredi 27 juillet :

Pologne, terre d’accueil, l’appel du pape François
Témoigner dans les faits des valeurs humaines et chrétiennes (texte complet)

Le pape François visite la cathédrale de Cracovie
Il se recueille devant la dépouille de saint Stanislas

Les religions veulent la paix, lance le pape durant le vol Rome-Cracovie
Arrivée du pape en Pologne à l’occasion des JMJ

Le pape en partance pour les JMJ, rassemblement de « foi » et « fraternité »
Télégramme au président italien dans l’avion de Rome à Cracovie

Avant de s’envoler pour la Pologne, le pape François prie devant la tombe de Jean-Paul II
Et rencontre un groupe de jeunes réfugiés à Sainte-Marthe

Le pape François sur la colline du Wawel à Cracovie
Rencontre avec le président Duda et les autorités de l’Etat

Jeudi 28 juillet :

Cracovie 2016 : les jeunes accueillent le pape
« Vertige aliénant ou force de la grâce ? »

Les jeunes « sont capables d’actions vraiment grandioses »
Discours du pape à la cérémonie d’accueil des jeunes au Parc Jordan de Błonia à Cracovie

Pologne : le pape François célèbre un millénaire «riche de foi»
Messe à Czestochowa pour les 1050 ans du baptême du pays (Texte intégral)

Jasna Góra : rose d’or du pape François aux pieds de la Vierge noire
Visite du sanctuaire de Czestochowa

Pologne : le pape fait halte chez les Sœurs de la Présentation
Sur le chemin vers le sanctuaire de Czestochowa

Pologne : dialogue avec 130 évêques
Sécularisation, idolâtrie de l’argent et accueil des réfugiés

Cracovie 2016 : le pape met les jeunes en face des choix de la vie
En liaison vidéo avec les jeunes Italiens des JMJ

Cracovie 2016 : le pape invite les jeunes à choisir la voie juste
Salut du soir depuis une fenêtre de l’archevêché

Vendredi 29 juillet :

Les jeunes, « réponse concrète » à la souffrance du monde

Le pape les appelle au service, lors du Chemin de croix des JMJ de Cracovie

L’humanité a besoin de jeunes qui ne vivent pas «à moitié»

Discours du pape au Chemin de croix des JMJ à Cracovie (texte intégral)

Auschwitz : le « jamais plus » silencieux du pape François

Solitude, gestes et rencontres à Auschwitz-Birkenau

Aujourd’hui encore, la « cruauté »
Dénonciation du pape après avoir visité Auschwitz

Mettre les personnes défavorisées au centre de l’attention sociale et politique

Appel du pape François à l’hôpital pédiatrique de Prokocim (texte intégral)

Salut aux jeunes mariés depuis Cracovie (texte intégral)
Les conseils du pape François pour « surmonter les difficultés »

ONU : la paix de l’Afrique passe par les femmes et les jeunes

Intervention de Mgr Auza au Conseil de sécurité

Le pape François actualise le « n’ayez pas peur » de Jean-Paul II pour l’Eglise polonaise

Analyse du rédacteur en chef de l’hebdomadaire Tygodnik Powszechny

Les JMJ, une annonce de paix pour le monde
Réflexion du père Lombardi au cours du voyage du pape en Pologne

La vie c’est être et non avoir, par Mgr Follo
Un discours de Jésus « sur la confiance en Dieu qui éloigne toute peur »

Samedi 30 juillet :

Notre réponse à ce monde en guerre s’appelle fraternité, communion, famille
Discours du pape François lors de la veillée des JMJ de Cracovie

Pas de « jeunes-divans » mais des jeunes marcheurs libres
L’appel du pape lors de la veillée des JMJ à Cracovie

Cracovie 2016: déjeuner avec le pape pour des volontaires de tous les continents
Menu polonais, dialogue convivial et selfies

«C’est la miséricorde que je veux et non les sacrifices», message du pape François à Lagiewniki

Prière sur la tombe de sainte Faustine et au sanctuaire de la Miséricorde divine

Le cœur d’une personne consacrée ne doit jamais être dur

Homélie au sanctuaire Saint-Jean-Paul II de Lagiewniki (texte complet)

Mon père et ma mère, assassinés à Auschwitz, témoignage du père Jean Stern

La signification d’Auschwitz pour les jeunes aujourd’hui

Dimanche 31 juillet :

Les prochaines JMJ auront lieu au Panama en 2019
Annonce du pape François au terme des JMJ de Cracovie

Mémoire et courage, conditions de l’espérance : message final du pape François

Rencontres avec les bénévoles de la JMJ de Cracovie 2016

Le pape invite les jeunes à changer le monde sans attendre les compliments
Messe conclusive des JMJ de Cracovie

« Les JMJ commencent aujourd’hui et continuent demain, à la maison »
Homélie du pape François pour la messe de clôture des JMJ de Cracovie (texte intégral)

Au retour des JMJ, marcher dans la miséricorde
Paroles du pape François à l’angélus (texte intégral)

Prière du pape François pour la paix et la protection contre la violence et le terrorisme
Visite à l’église Saint-François de Cracovie

« Do Widzenia ! » du balcon de l’archevêché de Cracovie

Le pape salue la foule avant de partir remercier les bénévoles

La Vierge de Kalwaria et le merci du pape François aux bénévoles

Dernière étape du pèlerinage sur les pas de S. Jean-Paul II

Discours du pape François aux bénévoles, organisateurs et bienfaiteurs de Cracovie 2016 (texte complet)

Un point d’orgue marial aux accents ignatiens

A Cracovie, le pape rend visite aux jésuites polonais
Une tradition lors de ses voyages apostoliques

Source : https://fr.zenit.org/

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2016 5 29 /07 /juillet /2016 13:01

Ce vendredi matin a commencé par une visite très forte et émouvante du Pape François, au camp de concentration et d'extermination d'Auschwitz-Birkenau. Un lieu où les nazis mirent à mort près 1,5 million de personnes de 1940 à 1945, en grande majorité des Juifs.

Le Souverain Pontife a souhaité visiter les lieux en silence et dans la prière. A Auschwitz, il a rencontré des survivants de l'horreur nazie, a pu se recueillir dans la cellule de Saint Maximilien Kolbe, puis à quelques kilomètres de là, à Birkenau, le Pape s'est recueilli devant le monument aux victimes des Nations, avant de saluer 25 "Justes", des catholiques ayant sauvé des Juifs de la mort.

Sur le livre d'or du musée d'Auschwitz, François a écrit ces mots en Espagnol : "Seigneur, prend pitié de ton peuple ! Seigneur, pardon pour tant de cruauté !"

Visite au camp d'Auschwitz-Birkenau
Visite au camp d'Auschwitz-Birkenau
Visite au camp d'Auschwitz-Birkenau
Visite au camp d'Auschwitz-Birkenau
Visite au camp d'Auschwitz-Birkenau
Visite au camp d'Auschwitz-Birkenau
Visite au camp d'Auschwitz-Birkenau
Visite au camp d'Auschwitz-Birkenau
Visite au camp d'Auschwitz-Birkenau
Visite au camp d'Auschwitz-Birkenau
Visite au camp d'Auschwitz-Birkenau
Visite au camp d'Auschwitz-Birkenau
Visite au camp d'Auschwitz-Birkenau
Partager cet article
Repost0
29 juillet 2013 1 29 /07 /juillet /2013 12:54
Partager cet article
Repost0
26 juillet 2013 5 26 /07 /juillet /2013 10:50

Partager cet article
Repost0
14 juillet 2013 7 14 /07 /juillet /2013 15:28

Le pape François a appelé dimanche midi à prier pour les Journées mondiales de la Jeunesse (JMJ) de Rio de Janeiro, où il se rendra du 22 au 28 juillet pour une visite historique qui sera son premier déplacement à l'étranger. "Les Journées mondiales de la Jeunesse de Rio de Janeiro se rapprochent. Je partirai dans huit jours, mais beaucoup de jeunes partiront pour le Brésil auparavant", a déclaré le pape lors de son premier angélus célébré à Castel Gandolfo, la résidence estivale des papes située à une vingtaine de kilomètres au sud de Rome. "Alors prions pour ce grand pèlerinage qui commence, afin que Notre-Dame d'Aparecida, la patronne du Brésil, guide les pas des participants et ouvre leur coeur pour qu'il accueille la mission que le Christ leur donnera", a-t-il dit depuis le portail du palais apostolique donnant sur la place principale du village.

Le Pape François nous demande d'imiter le Bon Samaritain. Pour la catéchèse qui précédait l'Angélus, le Pape est revenu sur l’Evangile du jour selon Saint Luc, il s’est attardé sur la parabole du Bon samaritain en se posant la question de qui était cet homme ? Et de répondre" Quelqu’un qui descendait de Jérusalem à Jéricho, et qui rencontra un homme dépouillé par des bandits et abandonné à moitié mort et qui contrairement à un prêtre et un lévite qui passèrent à côté de lui sans s’arrêter fut pris de compassion. Il s'approcha, pansa ses plaies en y versant de l'huile et du vin ; puis il le chargea sur sa propre monture, le conduisit dans une auberge et prit soin de lui." Le bon samaritain souligne le pape est l’exemple de l’amour pour le prochain, qui met en pratique la volonté de Dieu qui appelle à la miséricorde

Origine de Notre-Dame d’Aparecida

En septembre 1717, à 180 km de Sao Paulo, trois pêcheurs, Domingos Garcia, Felipe Pedroso et Joao Alves, découvrent une petite statue de l’Immaculée conception, de couleur sombre et au visage souriant, qu'ils ont pêchée dans leur filet, - dans lequel ils prirent ensuite des poissons en abondance.

Les pêcheurs l’appellent « Aparecida », ce qui signifie : celle qui est apparue, qui fut trouvée là par surprise.

Ainsi, la Vierge établit une rencontre particulière avec le peuple brésilien en ce lieu.

L'un des trois pêcheurs, Felipe Pedroso l’installe dans sa maison. En 1726, son fils construit un oratoire avec un autel en bois, à Itaguaçú. Le samedi, il vient y réciter le rosaire avec d’autres voisins et amis.

Grâces et miracles se multiplient. Le curé de Guaratingueta, José de Vileda, les reconnaît.

Le sanctuaire

Les fidèles édifient une chapelle plus vaste, bientôt ravagée par un incendie. En 1834 commence la construction d’une église à trois nefs et deux clochers. En 1877, une ligne de chemin de fer est ouverte jusqu’à Aparecida : les fidèles affluent.

Le 8 décembre 1888, l’archevêque de São Paulo bénit le nouveau sanctuaire, puis l’érige en paroisse le 1893. Il est confié aux Rédemptoristes. Une agglomération de 3 000 habitants voit le jour.

Le 8 octobre 1904, « Nossa Senhora Aparecida » est couronnée. Le 29 avril 1908, Pie X érige le sanctuaire en basilique mineure. En 1917, pour le 2° centenaire, Benoît XV accorde aux pèlerins une indulgence plénière en forme de jubilé. En 1929, on y tient un Congrès marial national. Le 26 juillet 1936, Pie XI déclare Notre-Dame d’Aparecida « patronne principale du Brésil ». Le 8 septembre 1954, à l’occasion de la clôture du Congrès marial, les autorités ecclésiastiques posent la première pierre de la nouvelle basilique, ouvrant sur une place pouvant accueillir 275 000 personnes.

Le sanctuaire, point de référence pour l’Eglise du Brésil, reçoit chaque année 8 millions de pèlerins.

Prière de Jean Paul II à la Vierge Aparecida

Notre Dame d'Aparecida !

En ce moment si solennel, si exceptionnel, je veux ouvrir devant vous, ô Mère, le cœur de ce peuple au milieu duquel vous avez voulu demeurer d'une façon toute spéciale - comme au milieu d'autres nations et d'autres peuples - et comme au milieu de la nation dont je suis le fils. Je désire ouvrir devant vous le cœur de l'Eglise et le cœur du monde auquel l'Eglise a été envoyée par votre Fils. Je désire vous ouvrir également mon cœur.

Notre Dame d'Aparecida ! Femme révélée par Dieu pour écraser la tête du serpent (cf. Gn 3,15) dans votre Immaculée conception ! Choisie de toute éternité pour être la Mère du Verbe éternel, qui à l'annonce de l'ange, a été conçu dans votre sein virginal comme fils de l'homme et vrai homme !

Unie plus étroitement au mystère de la rédemption de l'homme et du monde, au pied de la croix, sur le Calvaire !

Donnée comme mère à tous les hommes, sur le Calvaire en la personne de Jean, l'apôtre et l'évangéliste. Donnée comme mère à toute l'Eglise, depuis la communauté qui se préparait à la venue du Saint-Esprit, jusqu'à la communauté de tous ceux qui sont pèlerins sur la terre, au cours de l'histoire des peuples et des nations, des pays et des continents, des époques et des générations !...

 

Marie !

Je vous salue et je vous dis "Ave"

dans ce sanctuaire, où l'Eglise du Brésil vous aime, vous vénère, et vous invoque

comme Aparecida, celle qui lui a été révélée et donnée d'une façon particulière !

Comme sa mère et patronne !

Comme médiatrice et avocate auprès de son Fils duquel vous êtes la mère !

Comme modèle de toutes les âmes qui possèdent la vraie sagesse et en même temps, la simplicité de l'enfant et cette confiance intime qui surpasse toute faiblesse et toute souffrance!

Je veux vous confier particulièrement ce peuple et cette Eglise, tout ce Brésil grand et accueillant, tous vos fils et toutes vos filles, avec tous leurs problèmes et leurs angoisses, leurs activités et leurs joies.

Je veux le faire comme successeur de Pierre et pasteur de l'Eglise universelle, entrer dans cet héritage de vénération et d'amour, de dévouement et de confiance qui fait partie depuis des siècles de l'Eglise du Brésil et de ceux qui le forment, sans considération des différences d'origine, de race et de position sociale partout où ils habitent dans cet immense pays.

Tous en ce moment, regardent vers Fortaleza et se demandent : "Où vas-tu ?»

O Mère ! Faites que l'Église soit pour ce peuple brésilien sacrement de salut et le signe de l'unité de tous les hommes, frères et sœurs d'adoption de votre Fils et fils du Père des cieux.

O Mère ! Faites que cette Eglise, à l'exemple du Christ, en servant constamment l'homme, défende tous les hommes, en particulier les pauvres et les nécessiteux, les marginaux et les dépourvus de tout.

Faites que l'Eglise du Brésil soit toujours au service de la justice entre les hommes et qu'elle contribue en même temps au bien commun de tous et à la paix sociale.

O Mère ! Ouvrez le cœur des hommes et faites que tous comprennent que c'est seulement dans l'esprit de l'évangile et en observant le commandement de l'amour et les Béatitudes du discours sur la montagne qu'il sera possible de construire un monde plus humain, dans lequel sera vraiment mise en valeur la dignité de tous les hommes.

O Mère ! Donnez à l'Eglise qui, sur cette terre du Brésil a réalisé dans le passé une grande œuvre d'évangélisation et dont l'histoire est riche d'expériences, de réaliser sa tâche d'aujourd'hui avec un nouveau zèle et un nouvel amour pour la mission qu'elle a reçue du Christ. Accordez-lui dans ce but de nombreuses vocations sacerdotales et religieuses pour que tout le peuple de Dieu puisse bénéficier du ministère des dispensateurs de l'Eucharistie et des témoins de l'évangile.

O Mère ! Accueillez dans votre cœur toutes les familles du Brésil !

Accueillez les adultes et les personnes âgées, les jeunes et les enfants ! Accueillez les malades et ceux qui vivent dans la solitude !

Accueillez les travailleurs des champs et ceux de l'industrie,

les intellectuels dans les écoles et les universités,

les fonctionnaires de toutes les institutions.

Protégez-les tous !

Ne cessez pas, ô Vierge de l'Aparecida, par votre présence même, de manifester sur cette terre que l'amour est plus fort que la mort, plus puissant que le péché !

Ne cessez pas de nous montrer Dieu qui a tant aimé le monde, au point de lui envoyer son Fils unique pour que nul ne se perde, mais aie la vie éternelle ! (cf. Jn 3, 16).

Amen !

_________________

Jean Paul II, 4 juillet 1980, prière à la basilique d'Aparecida

Source : http://www.mariedenazareth.com

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le Blog de Jackie
  • : Nombreux coloriages catholiques et autres, vies de saints et homélies. Suivez-moi sur FB, Twitter, Pinterest et Instagram (voir icônes en bas de page).
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • Jackie
  • Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog. 
Il y a une multitude d'infos de toutes sortes : coloriages, contes... Bonne balade à tous. Merci.
  • Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog. Il y a une multitude d'infos de toutes sortes : coloriages, contes... Bonne balade à tous. Merci.

Ma Bible illustrée

ANCIEN TESTAMENT

NOUVEAU TESTAMENT

LES PARABOLES

Divers

 

 

Compteur mondial