Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 juillet 2022 5 01 /07 /juillet /2022 20:28
Partager cet article
Repost0
19 juin 2022 7 19 /06 /juin /2022 14:40

Pour tout savoir sur le 10ème anniversaire du Père Ceyrac, cliquez sur le QR code.

 

Partager cet article
Repost0
31 mai 2022 2 31 /05 /mai /2022 16:32

Chers visiteurs, soyez les bienvenus à Aubazine.

Pendant de longues et belles années, l'abbé Pierre Cousty fut le curé d'Aubazine. Il disait ceci : "Je suis heureux de vous accueillir au cœur de cette charmante cité, au riche patrimoine, dont on ne peut vraiment parler sans évoquer au préalable la figure prestigieuse du Grand Homme de Dieu qui lui donna naissance au XXIIè en construisant sur les lieux où nous sommes tout en ensemble de bâtiments monastiques, en particulier cette splendide abbatiale : il s'agit de saint Etienne d'Aubazine.

Ce saint qui fut longtemps l'objet d'une grande vénération dans notre région, mais qui est un peu oublié aujourd'hui naquit en 1085, à 70 km d'ici, au village de Vielzo sur les confins du Limousin et de l'Auvergne. C'est donc un saint bien de chez nous. Il est fêté le 8 mars.

Les principales étapes de sa vie nous sont bien connues : élevé dans une famille chrétienne, ordonné prêtre après avoir fait de solides études et reçu une excellente formation cléricale, Etienne exerça pour commencer un ministère de prédication qui fut des plus fructueux, mais comme il avait une âme assoiffée de Dieu, éprise d’absolu, il résolut de se consacrer totalement au Seigneur en menant une vie érémitique.

Il fit part de son projet à son meilleur ami Pierre, prêtre comme lui, qui voulut l'accompagner dans cette grande aventure spirituelle. Ayant quitté le pays natal pour se mettre en quête d’un endroit propice à l’installation de leur ermitage, Etienne et Pierre pénétrèrent, après avoir longuement marché, dans l’immense forêt qui recouvrait alors les pays d’alentours. Les coteaux qui se trouvent à 2 Km d'ici, au nord-est du bourg actuel, parurent leur convenir. Ils y construisirent aussitôt de très modestes cabanes et ils vécurent là quelques temps, dans la solitude la plus complète, s’adonnant à la prière, à la méditation, au travail manuel et à des pénitences particulièrement rigoureuses... Etienne qui avait atteint en un court laps de temps un très haut niveau de sainteté, rayonna si bien sa foi et son ardent amour de Dieu qu'il ne tarda pas à voir affluer vers lui de nombreux disciples, hommes et femmes, tous désireux de se mettre à son service. Comprenant que Dieu l'appelait à être le guide spirituel de toutes ces âmes, il renonça à sa chère solitude et chercha dans le voisinage deux sites appropriés : l'un à l'implantation d'une communauté d'hommes, ce fut l'endroit où nous sommes qu'il nomma Aubazine ; l'autre à l'implantation d'une communauté de femmes : ce fut le Coiroux à 700 mètres plus loin. En 1142, l'une et l'autre communautés étaient officiellement installées par l’Évêque de Limoges, et Etienne malgré ses réticences, devenait leur Abbé. Un monastère double avait donc pris le relais de l'ermitage primitif abandonné. Et c'est ainsi que naquit la Cité d'Aubazine.

Les deux communautés monastiques s'organisèrent et furent très florissantes sous la sage direction de leur fondateur. Vint le moment cependant où saint Etienne soucieux d'assurer l'avenir de sa jeune congrégation se préoccupa de la faire entrer dans un ordre monastique, animé d'un idéal comparable, mais déjà solidement éprouvé et bénéficiant de toutes les reconnaissances officielles. On lui conseilla vivement de s'adresser à l'Ordre de Cîteaux, lequel, accepta l'affiliation en 1147. Désormais cistercienne l'Abbaye d'Aubazine aller devoir se plier aux usages et coutumes de l'ordre qui l'avait accueillie.

Les livres liturgiques furent recomposés et le monastère reconstruit.

De l'église qui fut construite entre 1156 et 1176, il reste la majeure partie. Le chœur et le transept sont intacts, mais la nef n'a conservé que trois travées sur les neuf qui la constituaient à l'origine, les six autres (qui prolongeaient l'église actuelle de 36 mètres) ont été détruites au milieu du 18è siècle, car elle menaçaient, et les quelques moines qui vivaient alors à l'Abbaye n'avaient pas les moyens de les sauver.

Édifiée selon les règles de l'architecture romane, cistercienne et limousine à la fois, elle est remarquable par sa pureté et sa sobriété.

Les chapiteaux, par exemple sont nus, sauf ce que vous voyez à l'entrée du chœur, dont l'ornementation, d'ailleurs, est tout à fait discrète.

La nef est triple.

Le vaisseau central est voûté, en berceau légèrement brisé. De magnifiques stalles du 18è siècle ont été disposées dans cette nef centrale et dans le chœur. Les têtes sculptées qui ornent leur miséricorde sont d'une très riche variété d'expression.

Le bas-côté, qui est à votre gauche, a conservé ses vitraux en grisaille.

Au bas du grand escalier se trouve une armoire du 12è - 13è siècle ; elle compte parmi les meubles les plus anciens réservés au culte que l'on connaisse en France.

Le chœur que vous contemplez de votre place est typiquement cistercien : modeste et simple, éclairé par 3 vitraux en grisaille, il accueillait autrefois 2 autels. Le maître-autel actuel en bois doré, est du 18è siècle, il est surmonté d'une statue représentant la Très Sainte Vierge dans le Mystère de l'Assomption.

Sous l'autel, il y a un "Christ au tombeau" en bois peint.

J'attire maintenant votre attention sur le transept : il est particulièrement remarquable avec ses six chapelles carrées, voûtées en arc brisé ayant gardé leurs autels de pierre et leurs fontaines du 12è siècle.

La coupole très élégante de la croisée.

L'escalier qui, du dortoir, descend dans le croisillon-nord. Jadis, il permettait aux moines de venir célébrer directement l'office de nuit dans l'Eglise.

Dans le croisillon-sud, l'admirable tombeau de pierre sculptée, édifié sur la sépulture de Saint-Etienne au 13è siècle, 120 après sa mort.

Je vous signale les principales caractéristiques de ce tombeau.

Ce chef-d’œuvre de l'art ogival est essentiellement constitué par une série d'arcades à jour, supportant une toiture à deux pentes. A l'intérieur de cette étonnante construction on voit la statue de Saint-Etienne, revêtu de ses vêtements sacerdotaux, couché dans l'attitude du sommeil.

Les deux tympans triangulaires dessinés aux extrémités du tombeau par la double inclinaison du toit sont décorés par une riche végétation. Une délicate guirlande de feuillage d'alisier court le long des remparts et sur la crête du toit. L'ardente dévotion de l'Ordre de Cîteaux envers Marie est merveilleusement évoquée par les hauts reliefs qui sont disposés sur les pentes du toit. Par deux fois, en effet, la Vierge qui porte l'Enfant Jésus y apparaît comme la Protectrice de la famille monastique, d'abord en cette vie mortelle, puis au seuil de l'éternité. Sur la pente nord, en effet, est figurée la vie terrestre de l'Ordre cistercien. Sa résurrection et son accueil dans le Ciel sont représentés sur l'autre pente. L'ordre tout entier distribué hiérarchiquement s'avance conduit par Saint-Etienne, vers Notre-Dame pour implorer sa miséricorde. D'abord les Abbés, ensuite les Novices, puis les Religieux, les Religieuses, les Frères convers, viendront enfin les habitants qui vivent dans le rayonnement de l'Abbaye. Ce tombeau de Saint-Etienne représente donc, à lui seul, une petite merveille. Voilà pour ce qui concerne la description intérieure de l'Abbatiale. Extérieurement, l'édifice est aussi sobre qu'à l'intérieur. Vous observez surtout son clocher. Grâce à une construction architecturale en gradins assez sophistiquée, il propose une solution particulièrement originale et heureuse du passage du plan carré au plan octogonal. Chers visiteurs, je vous disais en commençant que le patrimoine d'Aubazine est particulièrement riche, j'ai nettement conscience de ne vous avoir présenté qu'une partie (sans doute la plus importante). J'espère que la possibilité vous sera offerte un jour de découvrir le monastère édifié au temps d'Etienne".

Afficher l'image d'origineMr le Curé Pierre Cousty

A découvrir également :

Le Canal des Moines aménagé au flanc de la montagne pour alimenter en eau le monastère.

Les vestiges importants du monastère féminin du Coiroux.

A la découverte d'Aubazine
A la découverte d'AubazineA la découverte d'Aubazine
A la découverte d'AubazineA la découverte d'AubazineA la découverte d'Aubazine
A la découverte d'AubazineA la découverte d'Aubazine
Partager cet article
Repost0
3 mai 2022 2 03 /05 /mai /2022 07:53

À l'occasion du mois de mai, notre revue diocésaine traite de Marie, Mère de l'Église. Sœur Nathalie Becquart, sous-secrétaire du synode des évêques, a bien voulu nous partager ses réflexions sur le lien entre Marie et la synodalité.

Qu'elle en soit vivement remerciée !

Une Église à l’image de Marie : à l’écoute pour donner notre Oui

Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire puisque je ne connais pas d’homme ? » L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu. Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils et en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait la femme stérile. Car rien n’est impossible à Dieu ». Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole ». (Luc 1, 34-38)

Comment dire « oui » comme Marie ? D’une certaine manière, nous pouvons voir le processus synodal, entrepris par toute l’Église en ce moment, comme un temps de grâce pour apprendre à dire oui à l’école de Marie. De fait, Marie nous inspire et nous aide à donner notre oui à l’Esprit Saint, à la communion et à la mission.

Oui à l’Esprit Saint

Par son exemple, Marie est notre modèle d’écoute. Malgré ses incertitudes et perplexités, Marie a cru ce qu’elle a entendu. Elle a choisi de s’ouvrir à l’Esprit Saint, se laissant remplir par lui. Façonnée par son écoute de la Parole, elle laisse Dieu prendre l’initiative dans sa vie. Par son oui, Marie a laissé toute sa vie transformée et bouleversée par les surprises et les merveilles de l’Esprit Saint. Le rôle de Marie dans le projet de Dieu est si grand, mais elle nous rappelle que chacun de nous est indispensable et précieux. Dieu veut faire de nous des chefs-d'œuvre comme Marie : notre part est de lui donner notre oui comme elle. À l’école de Marie, nous pouvons apprendre comment écouter ensemble la voix de Dieu qui nous appelle. Tel est le chemin de la synodalité : une Église de l’écoute, où chacun à quelque chose à apprendre, dans laquelle on s’écoute les uns les autres pour entendre ce que Dieu a à nous dire à tous. Marie est notre premier guide pour entrer dans une spiritualité de l’écoute qui nous permet de vivre vraiment la nature synodale de l’Église. Elle a su conserver les choses qu’elle recevait de Dieu, les méditant dans son cœur (Luc 2, 19). Quel beau résumé du discernement auquel nous sommes tous appelés ! Marie s’est laissée conduire par les projets de Dieu pour elle et pour le monde entier. Marie ne croyait pas tout savoir en amont. Elle a mis sa confiance en Dieu, ouverte à apprendre de lui comment avancer pas-à-pas. De fait, même Marie avait des choses à apprendre ! Elle s’est laissée surprendre par Dieu, réceptive aux dons de l’Esprit Saint. Et nous ? Comment ouvrir l’oreille de notre cœur comme Marie, pour écouter l’Esprit Saint qui nous révèle notre identité profonde et nous fait découvrir l’appel de Dieu pour nous ?

Oui à la Communion

Marie sait que la volonté de Dieu pour sa vie ne la laisse pas seule. Ayant entendu la voix de l’Ange Gabriel, elle se hâte pour aller à la rencontre d’Élisabeth. Les rêves de Dieu pour nous ne nous laissent pas isolés ou séparés les uns des autres. C’est toujours ensemble que nous sommes sauvés. Dieu nous appelle chacun d’une manière particulière, mais son appel nous envoie auprès des autres, pour vivre ensemble une dynamique de communion. Seuls, nous ne pouvons pas réaliser le rêve de Dieu pour nous. Marie a vécu sa vocation extraordinaire avec d’autres : avec Joseph, avec Élisabeth, avec les disciples du Christ. Sa relation intime avec Jésus ne l’a pas isolée ou éloignée des autres, mais l’a rapprochée des autres, créant des nouveaux liens de famille, jusqu’à ce qu'elle devienne la Mère de tous les disciples du Seigneur. Marie accompagne les enfants de Dieu tout au long du chemin, à travers les hauts et les bas. Elle était là à la Croix aussi bien qu’à la Pentecôte. Comme au cénacle, elle est là avec nous lorsque nous nous réunissons pour prier, pour discerner, pour grandir et apprendre ensemble. Marie nous unit comme une Mère qui rassemble ses enfants. Laissons Marie, Mère de l’Église, tisser des liens de communion entre nous, transformant nos difficultés et défis en une nouvelle Pentecôte de fraternité. Laissons Marie prier avec nous, au milieu de nous, pour nous ouvrir à l’Esprit Saint qui nous unit.

Oui à la Mission

Par la puissance de l’Esprit Saint, Marie rend notre mission féconde. Le Pape François nous dit que par sa prière au sein de la communauté des disciples, Marie « a ainsi rendu possible l’explosion missionnaire advenue à la Pentecôte. Elle est la Mère de l’Église évangélisatrice et sans elle nous n’arrivons pas à comprendre pleinement l’esprit de la nouvelle évangélisation » (Evangelii Gaudium, 284). De fait, Marie nous montre le cœur de notre mission : communiquer au monde la tendresse du Père, venu dans le monde nous sauver. Sur le chemin de la synodalité, découvrons ensemble le « style marial » de témoignage au monde marqué par l’humilité, la joie, l’amour, le goût de servir, la proximité et un esprit de louange. Par la mission de l’Église, Marie veut se faire proche de tous nos frères et sœurs dans la famille humaine. Mère de l’Église, elle « est la missionnaire qui se fait proche de nous pour nous accompagner dans la vie, ouvrant nos cœurs à la foi avec affection maternelle. Comme une vraie mère, elle marche avec nous, lutte avec nous, et répand sans cesse la proximité de l’amour de Dieu » (Evangelii Gaudium, 288).

Marie, toi le chemin de Dieu dans notre monde, accompagne tes enfants sur notre marche, et fais résonner ton « oui » dans nos vies.

Sœur Nathalie Becquart, xmcj,

sous-secrétaire du Secrétariat Général du Synode des Évêques

Marie et la synodalité

 

Partager cet article
Repost0
22 mars 2022 2 22 /03 /mars /2022 18:53

Vous trouverez le déroulé de la Messe Chrismale en DOCX et en PDF

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2021 4 02 /12 /décembre /2021 21:05

C’est au Conseil des Églises du Moyen-Orient qu’il a été demandé de choisir et d’élaborer le thème de la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens 2022. Les chrétiens du Moyen-Orient sont heureux de proposer ce thème pour la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens, conscients que le monde partage une grande partie de leurs souffrances et de leurs difficultés et aspire à trouver la lumière qui leur montrera la voie vers le Sauveur, lui qui sait comment surmonter les ténèbres.

 

Source : https://semainedepriere.unitedeschretiens.fr/

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2021 4 02 /09 /septembre /2021 13:31

Alors que l'année pastorale 2021-2022 sera marquée par une démarche synodale diocésaine pour faire un bilan, au bout de cinq ans, de la mise en œuvre des Orientations pastorales Pour une Église fraternelle, missionnaire et appelante, il a paru bon au Conseil épiscopal de proposer aux groupes qui se réunissent pour lire et méditer la Parole de Dieu de le faire à partir du livre des Actes des Apôtres.

Nous nous limiterons cette année aux quinze premiers chapitres, dans lesquels saint Luc nous raconte les commencements de l’Église, à Jérusalem, en Judée et en Samarie, avec la "figure principale de Pierre et déjà aussi celle de Paul qui apparaît, introduit par Barnabé à Antioche (la "figure de Paul fera surtout l’objet de la seconde partie du livre).

Cliquer sur l'image ci-dessous pour lire le document :

 

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2021 4 08 /07 /juillet /2021 21:09
L'Eglise en Corrèze

 

Partager cet article
Repost0
24 février 2021 3 24 /02 /février /2021 11:35
Montant des offrandes proposées par le Diocèse de Tulle pour des demandes de messes.
Pour plus de renseignements, cliquez sur le lien sous l'image.

https://www.correze.catholique.fr/don-en-ligne-1/quetes-et-offrandes

Partager cet article
Repost0
16 février 2021 2 16 /02 /février /2021 18:58

Votre soutien est indispensable pour sauvegarder l’église Saint-Christophe de Voutezac, mise brutalement en péril dans la nuit du 19 au 20 janvier dernier par un violent incendie dont l’origine reste encore inconnue. De fait les dégâts sont considérables et la pérennité du bâtiment n’est plus assurée étant donné les ravages provoqués par les flammes au niveau de la toiture.

Littéralement éventré, cet édifice renfermait par ailleurs deux œuvres d’art remarquables, dont un retable datant du XVIIe siècle, classé au titre des monuments historiques, qui a été très endommagé. Suite à la chute d’une poutre, une statue a été brisée et un groupe sculpté, inscrit à l’inventaire supplémentaire, connaît lui aussi plusieurs détériorations. Les bancs et les chaises ont bien évidemment été détruits eux aussi dans l’incendie.

Construite au Xe siècle, l’église Saint-Christophe avait déjà été ravagée par un incendie en 1587. Pillée ensuite durant la Révolution, elle a été fermée au public à cause d’un état de dégradation trop important en 1806. Plusieurs phases de restauration se sont ensuite succédées au XIXe siècle, puis en 1987 et 1993, lors de laquelle le retable du XVIIe siècle a notamment été réhabilité.

L’édifice présente un clocher-tour de 26 m de hauteur flanqué de deux contreforts. La nef, voutée en arc surbaissé, est prolongée par un chœur fermé par un mur plat. Deux chapelles datées de 1673 ouvrent sur la nef. Un litre funéraire (bandeau noir peint en signe de deuil) porte les armoiries des de Lasteyrie du Saillant, des Comborn ou encore des de Sahuguet, seigneurs de Voutezac.

Consternée par la découverte de leur église mise à feu et à sang par cet incendie, la commune de Voutezac a immédiatement choisi de faire confiance à la Fondation du patrimoine en Limousin pour prendre en main ce projet de restauration. Non protégée par les monuments historiques, sauf pour une partie de son mobilier, l'église Saint-Christophe ne pourra en effet bénéficier des aides de la DRAC. Forte de seulement un millier d'habitants, cette commune ne pourra pas assumer toute seule la remise en état de cet édifice, en sachant que l'assurance sera par ailleurs loin de couvrir la totalité du coût des dégâts. C'est pourquoi il a été décidé de lancer dans l'urgence et dans l'immédiat une collecte ouverte à tous, particuliers, entreprises, associations, afin d'assurer le plus rapidement possible la pérennité de cette église.

Tout don, même le plus modeste, est important et significatif. Par avance un très grand merci pour votre soutien à la sauvegarde de notre patrimoine architectural et culturel.

N'hésitez pas à nous envoyer vos dons par chèque avec le libellé suivant "Fondation du patrimoine - Église de Voutezac" au 80 avenue Baudin - 87000 LIMOGES, pour télécharger le bulletin de don : https://www.fichier-pdf.fr/2021/01/21/bulletin-de-doneglise-voutezac/bulletin-de-doneglise-voutezac.pdf

Partager cet article
Repost0
2 novembre 2020 1 02 /11 /novembre /2020 21:16

Pour lire cette lettre, cliquez sur l'image ci-dessus.

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2020 6 18 /01 /janvier /2020 17:44

Monseigneur Francis Bestion nous propose cette prière pour l'année de l'appel, nous invitant à la réciter chaque dimanche à la messe durant toute l'année.

 

Partager cet article
Repost0
23 avril 2019 2 23 /04 /avril /2019 16:22

En présence de Monseigneur Francis Bestion, environ 200 personnes de l'Espace missionnaire de Brive parcouraient la ville de Saint Sernin à Saint Martin.

Retour sur le chemin de croix dans les rues de Brive
Retour sur le chemin de croix dans les rues de Brive
Retour sur le chemin de croix dans les rues de Brive
Retour sur le chemin de croix dans les rues de Brive
Retour sur le chemin de croix dans les rues de Brive
Retour sur le chemin de croix dans les rues de Brive
Retour sur le chemin de croix dans les rues de Brive
Retour sur le chemin de croix dans les rues de Brive
Retour sur le chemin de croix dans les rues de Brive
Retour sur le chemin de croix dans les rues de Brive
Partager cet article
Repost0
18 novembre 2017 6 18 /11 /novembre /2017 09:14

Pour la première fois, les évêques de France lancent une campagne nationale de communication pour le denier de l’Église.

Source : https://www.la-croix.com

Partager cet article
Repost0
3 juillet 2017 1 03 /07 /juillet /2017 14:02

Ces activités lui auront toujours fait garder un pied en Corrèze. Après plusieurs années passées à Brive, il quitte ses fonctions curiales fin août.

« J'ai déjà eu quelques expériences désastreuses de déménagement alors cette fois, je m'y prends à l'avance ». Sur la longue table installée dans l'un des bureaux du presbytère, impasse des échevins, des piles de documents et de livres soigneusement triées patientent avant d'être enfermées dans les cartons. À la fin du mois d'août, le père Jean Rigal quittera ses fonctions de curé sur le groupement de Saint-Martin et Saint-Cernin (*) « pour un temps sabbatique. Je serai ensuite à disposition de l'évêque et du diocèse en tant que prêtre auxiliaire. J'assurerai le service, mais je n'aurai plus de responsabilité curiale ».

Un passage par les facultés de théologie

De ses propres mots, le père Jean Rigal l'affirme. S'il y a une limite d'âge, ce n'est pas pour rien. À 75 ans, il s'apprête alors à fermer une parenthèse ouverte il y a bien des années, lorsqu'il a, en juin 1968, était ordonné prêtre en haute Corrèze. « En août, j'ai été affecté à ce groupement, poursuit le père Rigal. À l'époque, nous étions cinq à séjourner au presbytère mais aujourd'hui, et cette année en particulier, j'étais seul à assurer les fonctions ». Après six ans passés comme vicaire aux côtés du prêtre Georges Rol, il officiera six ans de plus à l'aumônerie, rue Alfred-Musset. « Ensuite, il s'en est passé, des choses ». De mémoire, il égrène sans difficulté son parcours. De son arrivée à Poitiers en 1980, à Bordeaux où il s'installera pendant près de dix ans, en passant par Toulouse. Il consacrera, là-bas, une partie de sa vie à guider celle des plus jeunes vers la foi, notamment dans les filières de théologie à la faculté.

Plus de vingt-cinq ans ont passé, avant que ses valises ne se posent à nouveau dans sa Corrèze natale. Originaire de Monestier-Port-Dieu, il aura certes navigué, mais toujours gardé un pied en Corrèze. « Je n'ai jamais eu de vraie coupure. Pendant tout ce temps, je revenais régulièrement. Presque une fois par mois. Cela m'a permis de garder un lien, d'être au courant des décès, des naissances dans les familles. Quand je suis revenu en 2006, j'ai retrouvé ceux que je connaissais ; on avait vieilli ensemble ».

« Il n'y a plus la même pression sociale »

Un œil toujours ouvert sur le monde qui l'entoure, « une bible dans la main un journal dans l'autre », le père Rigal constate une vraie évolution. « Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Dans les années 1970, nous faisions 315 baptêmes par an sur le secteur. Aujourd'hui, il n'y en a plus que 70. L'engagement dans le mariage à, lui aussi, diminué. Il n'y a plus la même pression sociale face à ces cérémonies qu'auparavant ; ceux qui viennent le font réellement par choix ». Outre la part des cérémonies en nette baisse, l'attachement à sa paroisse n'est, lui aussi, plus le même. Seul curé à officier sur le secteur, le père Rigal a dû, depuis quelques années, revoir le planning : « Je ne pouvais pas être à plusieurs endroits à la fois, plaisante l'homme d'église. Autrefois, les limites entre paroisse étaient très marquées. L'attachement n'est plus le même, on vient rejoindre une communauté de célébration, peu importe où elle se trouve ».

Cette communauté, le père Rigal aura eu à cœur de l'accompagner. Dans les bons, comme les mauvais moments. « L'un de mes souvenirs, certes récent mais néanmoins le plus marquant, restera la veillée de prières organisée après les attentats de Paris, en novembre 2015. Très rapidement, la paroisse et les autres pasteurs de l'église réformée se sont mobilisés pour mettre en place ce temps de communion. Il fallait que l'on soit ensemble ».

Événement plus anecdotique, il se souviendra aussi de celui qui, à 2 heures du matin, l'a un jour réveillé pour le prévenir d'un incendie de poubelles près de la Collégiale. « Peu importe leur nature, nous ne pouvons pas rester indifférents aux événements extérieurs. C'est ce qui façonne notre vie ».

À la fin de l'été, il accueillera ses successeurs à bras ouverts. L'occasion pour lui d'enfin « faire le bilan, de souffler. J'ai beaucoup de lectures à rattraper pendant les six mois de repos que je m'accorde ». Six mois, ou peut-être moins : « tout dépendra si je m'ennuie, ou si j'ai envie de jouer les prolongations ». S'il est supposé quitter ses fonctions de curé à la fin du mois d'août, deux rendez-vous sont déjà programmés dans son agenda. Des rendez-vous qui ne l'empêcheront pas de lever le pied. Au père Rigal de conclure, et de citer : « Comme dirait Bernard Pivot, "Arrête-toi à temps avant que le temps ne t'arrête" ».

(*) Il assurait également les offices et célébrations sur cinq communes périurbaines : Noailles, Nespouls, Jugeals-Nazareth, Turenne et Sainte-Féréole.

Source : la Montagne - Caroline Girard

 

Un grand Monsieur sur le départ : Grand Merci Mr l'Abbé !

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2016 7 18 /12 /décembre /2016 13:23
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le Blog de Jackie
  • : Nombreux coloriages catholiques et autres, vies de saints et homélies. Suivez-moi sur FB, Twitter, Pinterest et Instagram (voir icônes en bas de page).
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • Jackie
  • Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog. 
Il y a une multitude d'infos de toutes sortes : coloriages, contes... Bonne balade à tous. Merci.
  • Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog. Il y a une multitude d'infos de toutes sortes : coloriages, contes... Bonne balade à tous. Merci.

Ma Bible illustrée

ANCIEN TESTAMENT

NOUVEAU TESTAMENT

LES PARABOLES

Mes coloriages catho

MES COMPOSITIONS:

Divers

Compteur mondial

 

 


 

 

Flag Counter