Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 septembre 2020 6 26 /09 /septembre /2020 20:06

Lecture du livre d'Ézéchiel 18, 25-28

Dieu ne veut pas la mort du méchant et, si étrange que cela paraisse, il offre à tout homme la chance de refaire sa vie.

Ainsi parle le Seigneur : « La conduite du Seigneur n’est pas la bonne ». Écoutez donc, fils d’Israël : est-ce ma conduite qui n’est pas la bonne ? N’est-ce pas plutôt la vôtre ? Si le juste se détourne de sa justice, commet le mal, et meurt dans cet état, c’est à cause de son mal qu’il mourra. Si le méchant se détourne de sa méchanceté pour pratiquer le droit et la justice, il sauvera sa vie. Il a ouvert les yeux et s’est détourné de ses crimes. C’est certain, il vivra, il ne mourra pas.  –Parole du Seigneur.

Commentaire : En annonçant que Dieu était prêt à pardonner au coupable s’il venait à se repentir, mais que par contre il punirait le juste s’il venait à renier son passé d’honnêteté, Ézékiel soulève un tollé parmi ses auditeurs qui qualifient d’étrange une telle conduite divine. Mais le prophète révèle le motif profond de cet étonnement : c’est parce que Dieu ne désire » pas la mort du pécheur ! Aux yeux du monde, un homme est définitivement classé par son passé : s’il est mauvais on ne lui laisse aucune chance de refaire sa vie ; s’il est bon, on n’imagine pas qu’il garde la liberté de le renier. Dieu croit à notre liberté, croit que nous pouvons nous convertir du mal au bien et du bien au mieux. En ouvrant par son pardon l’avenir de notre liberté, Dieu nous fait libre.

Avoir la même conduite étrange que celle du Seigneur en ne classant pas quelqu’un comme définitivement pécheur et perdu, c’est croire que notre amour peut aussi recréer et libérer comme le fait celui de Dieu.

Psaume 24

R/ : Rappelle-toi, Seigneur, ta tendresse.

  • Seigneur, enseigne-moi tes voies, fais-moi connaître ta route. Dirige-moi par ta vérité, enseigne-moi, car tu es le Dieu qui me sauve. R/
  • Rappelle-toi, Seigneur, ta tendresse, ton amour qui est de toujours. Oublie les révoltes, les péchés de ma jeunesse ; dans ton amour, ne m'oublie pas. R/
  • Il est droit, il est bon, le Seigneur, lui qui montre aux pécheurs le chemin. Sa justice dirige les humbles, il enseigne aux humbles son chemin. R/

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens 2, 1-11

Les sentiments que Paul réclame des chrétiens et l’attitude qui en découle se fondent sur ceux de Jésus au milieu des hommes.

Frères, s’il est vrai que, dans le Christ, on se réconforte les uns les autres, si l’on s’encourage avec amour, si l’on est en communion dans l’Esprit, si l’on a de la tendresse et de la compassion, alors, pour que ma joie soit complète, ayez les mêmes dispositions, le même amour, les mêmes sentiments ; recherchez l’unité. Ne soyez jamais intrigants ni vaniteux, mais ayez assez d’humilité pour estimer les autres supérieurs à vous-mêmes. Que chacun de vous ne soit pas préoccupé de ses propres intérêts ; pensez aussi à ceux des autres.

Ayez en vous les dispositions qui sont dans le Christ Jésus : Le Christ Jésus, ayant la condition de Dieu, ne retint pas jalousement le rang qui l’égalait à Dieu. Mais il s’est anéanti, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes. Reconnu homme à son aspect, il s’est abaissé, devenant obéissant jusqu’à la mort, et la mort de la croix.

C’est pourquoi Dieu l’a exalté : il l’a doté du Nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse au ciel, sur terre et aux enfers, et que toute langue proclame : « Jésus Christ est Seigneur » à la gloire de Dieu le Père. –Parole du Seigneur.

Commentaire : Quelques rivalités à l’intérieur de la communauté de Philippe, l’esprit de parti, le sentiment de supériorité de quelques-uns, la poursuite par d’autres de leurs intérêts personnels, inquiètent l’apôtre. Un autre aurait donné des conseils de bon sens et de modération. Paul invite plutôt à contempler l’attitude de Jésus Christ qui n’a été guidé que par l’amour des hommes : il s’est abaissé jusqu’à eux, a tout partagé de leur vie, jusqu’à leur pauvre mort humaine – et quelle mort ! Il ne lui serait pas venu à l’idée de se montrer supérieur, lui qui s’est fait le serviteur de tous. C’est pourtant lui que Dieu a déclaré le plus grand, le Seigneur du monde que tous aujourd’hui sont appelés à adorer.

Nous arrive-t-il d’estimer les autres supérieurs à nous-mêmes parce que nous reconnaissons en eux des qualités et des dons qui complètent les nôtres ?

Alléluia. Alléluia. Mes brebis écoutent ma voix, dit le Seigneur ; moi, le les connais, et elles me suivent. Alléluia.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 21, 28-32

On ne peut se contenter de dire : oui, Seigneur ; il faut faire la volonté du Père. Or, celle-ci peut nous être signifiée par des gens que nous estimons être loin de Dieu.

En ce temps-là, Jésus disait aux grands prêtres et aux anciens du peuple : « Quel est votre avis ? Un homme avait deux fils. Il vint trouver le premier et lui dit : “Mon enfant, va travailler aujourd’hui à la vigne.” Celui-ci répondit : “Je ne veux pas.” Mais ensuite, s’étant repenti, il y alla. Puis le père alla trouver le second et lui parla de la même manière. Celui-ci répondit : “Oui, Seigneur !” et il n’y alla pas. Lequel des deux a fait la volonté du père ? » Ils lui répondent : « Le premier ».

Jésus leur dit : « Amen, je vous le déclare : les publicains et les prostituées vous précèdent dans le royaume de Dieu. Car Jean le Baptiste est venu à vous sur le chemin de la justice, et vous n’avez pas cru à sa parole ; mais les publicains et les prostituées y ont cru. Tandis que vous, après avoir vu cela, vous ne vous êtes même pas repentis plus tard pour croire à sa parole ». – Acclamons la Parole de Dieu.

Commentaire : Il ne fait pas de doute pour un juif que celui qui a accompli la volonté de son Père soit celui de ses fils qui lui a obéi en fait, même s’il lui a préalablement opposé un refus verbal. Le différend entre Jésus et les chefs des prêtres et les anciens porte sur l’interprétation de la volonté divine. Pour le Christ, le règne de Dieu est arrivé en sa personne depuis la prédication du Baptiste. Or, les chefs religieux du peuple qui prétendent obéir à Dieu, n’ont pas obtempéré à l’invitation de Jean à se convertir. Au contraire, les publicains et les prostituées, gens qui n’ont cure d’obéir à Dieu selon les responsables religieux d’Israël, se sont pourtant ravisés et se sont convertis. Eux entreront dans le Royaume, mais pas vous ! Bien plus, voyant cette conversion des pécheurs publics, vous ne vous êtes pas aperçus de votre erreur et ne vous êtes pas ravisés !

Reconnaître ses erreurs devant Dieu et les hommes n’est pas le fait d’un esprit timoré, mais d’un caractère ferme. Donne-moi, Seigneur, cette force d’âme devant toi et mes frères !

Homélie

Il y a deux leçons principales à retenir de cet Evangile :

  • La première c’est que tous, sans exception, nous avons à nous repentir et à nous convertir. Malheur à nous, si nous pensons n’avoir rien à changer dans notre comportement vis-à-vis de Dieu ou vis-à-vis de nos frères. L’Evangile est très sévère pour ceux qui, par crainte d’avoir à changer leurs manières de penser, de juger, d’agir et de vivre, se refuse à voir clair en eux. Il est très sévère aussi pour ceux qui se font très facilement illusion parce qu’il y a en eux une certaine générosité naturelle qui les autorise – pensent-ils – à se classer du côté du bien, du côté de ceux qui se dévouent pour la bonne cause. Ne serions-nous pas précisément de ceux-là ? Derrière le paravent des mots et des gestes et même derrière le paravent de la fidélité aux observances et aux rites, (fidélité qui peut conduire au sentiment rassurant d’être en règle avec Dieu et le prochain) ne cacherions-nous pas le refus, plus ou moins avoué, de reconnaître nos erreurs, nos péchés, notre médiocrité… Et pourtant, il nous suffirait très simplement de prendre l’Evangile comme on prend un miroir pour s’y regarder et de comparer notre style de vie avec la vie et les enseignements de Jésus, pour nous convaincre que notre conversion est bien peu avancée… à peine commencée peut-être… Soyons donc soucieux, frères et sœurs, de soumettre notre âme, le plus souvent possible, à cet examen radioscopique. Le constat loyal de son état de santé une fois établi, il nous restera à prendre, au plus vite, le remède le plus approprié, nous efforçant de changer ce qui doit être changé en brisant énergiquement les liens de nos mauvaises habitudes, en nous libérant coûte que coûte, de toutes ces formes d’égoïsme et d’orgueil qui paralysent nos élans, qui entravent notre marche ascendante vers la sanctification. Et surtout, n’allons pas dire que de fois j’ai essayé de changer, mais sans aucun résultat ! Jamais je n’y arriverai… ou encore, maintenant il est trop tard, je suis comme je suis… Et ! bien, NON : il n’est jamais trop tard. Pensons au bon larron, ce converti de la dernière heure… et puis : nous ne sommes pas comme nous sommes, nous sommes comme nous nous faisons, en nous laissant façonner par la grâce ; nous sommes responsable de ce que nous devenons, nous sommes responsables de la croissance de notre foi, de notre espérance et de notre amour, autrement dit, responsables de notre croissance dans le Christ.
  • Une deuxième leçon se dégage de l’Evangile entendu tout à l’heure. On peut la résumer ainsi : ce qui importe aux yeux de Dieu ce n’est pas ce que l’on dit, c’est ce que l’on fait. Dans la petite parabole des deux fils, le premier avait répondu à son père : « Je ne veux pas aller travailler à la vigne » et il y était allé. Le second avait répondu : « D’accord j’y vais » et il n’y était pas allé. Il ne suffit pas de dire, en effet, il faut faire.

« Les paroles s’envolent » comme le dit le proverbe. Des belles paroles, de belles déclarations, de beaux discours on en entend tous les jours, mais ce qui compte, ce qui a de la valeur, c’est ce que l’on fait concrètement. Parlant des pharisiens, Jésus déclarait : « ils disent et ne font pas ». Et il précisait une autre fois : « Tout homme qui écoute ce que je dis et que ne le fait pas ressemble à un insensé qui bâtit sa maison sur le sable… Mais tout homme qui écoute ce que je dis et qui le fait ressemble à un homme prévoyant qui construit sa maison sur le roc ». Et il disait aussi, il ne suffit pas de me dire « Seigneur, Seigneur pour entrer dans le royaume des cieux, il faut faire la volonté de mon père qui est aux cieux ».

Le monde en a vraiment assez des belles paroles et des pieuses intentions. Les plus pauvres en particulier, les marginaux de toute sorte, les méprisés, les mal-aimés attendent de nous, chrétiens, des signes non-équivoques de considération et de respect, des gestes d’entr’aides, de soutien, d’encouragement, de délicate amitié…

N’oublions pas que c’est sur cette charité chrétienne vécue dans toutes ses dimensions que nous serons jugés au dernier jour. Jésus nous dira alors : «  Tout ce que vous avez fait au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous l’avez fait… tout ce que vous n’avez pas fait au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous ne l’avez pas fait… »

Chers frères et sœurs, nous avons tous des efforts à faire pour que nos actes ne démentent pas nos paroles, ni le Credo que nous allons proclamer dans un instant. Méditons souvent cette parole que saint Paul écrivait aux Chrétiens de Corinthe : « Dans le Seigneur Jésus, il n’y a pas eu du oui et du non, mais il n’a jamais été que oui ». En lui, en effet, s’est réalisé l’accord parfait, la cohérence absolue entre le dire et le faire. Sa seule nourriture fut d’accomplir la volonté du Père jusqu’à l’extrémité de l’obéissance par amour, c’est-à-dire jusqu’au don total de lui-même culminant sur la Croix. Et nous savons que sur ce chemin du oui inconditionnel il fut suivi de très près par sa Très Sainte Mère, la Vierge Marie, celle qu’on a appelée à juste titre Notre-Dame du Oui.

Puissions-nous ne jamais oublier, frères et sœurs, que c’est de ce double oui de Jésus et de Marie que nous sommes nés, nous les chrétiens. Imitons le premier fils de la parabole : ayant fait retour sur nous-mêmes acceptons humblement la volonté du Père, puis sans nous laisser illusionner attelons-nous courageusement à la charrue de l’exigence évangélique. Pour commencer nous ferons seulement quelques pas, puis tout un sillon… et peu à peu ce sera tout le champ de notre existence qui sera patiemment labouré par la somme de nos petits engagements concrets. C’est ainsi et ainsi seulement (soyons-en très profondément convaincus) que germera puis lèvera dans nos âmes la moisson de la Sainteté.

 Amen.

En cliquant sur cette image, vous trouverez la Prière Universelle du trés bon site "Jardinier de Dieu".

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Merci très cher Abbé COUSTY ! <br /> <br /> Et oui, l'Évangile est d'une cohérence imparable et implacable ! On peut se tromper et tromper le monde mais Dieu, certainement pas ! Ayons donc beaucoup, beaucoup, beaucoup d'humilité mais ayons aussi beaucoup d'audace envers l'Annonce des merveilles que Dieu fait pour nous sans tomber dans une fausse modestie qui nous rendrait paresseux aux choses de Dieu et tomber dans une fausse humilité. Prenons garde mes chers amis, de ne se soumettre à l'esprit trop sage de ce monde qui voudrait que l'on gardasse tout cela enfouit profondément dans nos cœurs afin de ne pas tomber béatement dans un prosélytisme qui heurterait notre sensibilité laïcarde attardée ! <br /> <br /> Carlito
Répondre

Présentation

  • : Le Blog de Jackie
  • : Nombreux coloriages catholiques et autres, vies de saints et homélies. Suivez-moi sur FB, Twitter, Pinterest et Instagram (voir icônes en bas de page).
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • Jackie
  • Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog. 
Il y a une multitude d'infos de toutes sortes : coloriages, contes... Bonne balade à tous. Merci.
  • Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog. Il y a une multitude d'infos de toutes sortes : coloriages, contes... Bonne balade à tous. Merci.

Ma Bible illustrée

ANCIEN TESTAMENT

NOUVEAU TESTAMENT

LES PARABOLES

Mes coloriages catho

MES COMPOSITIONS:

Divers

Compteur mondial

 

 


 

 

Flag Counter