Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 septembre 2017 7 17 /09 /septembre /2017 23:05

Lecture du livre d'Isaïe 55, 6-9

Cherchez le Seigneur tant qu'il se laisse trouver. Invoquez-le tant qu'il est proche. Que le méchant abandonne son chemin, et l'homme pervers, ses pensées ! Qu'il revienne vers le Seigneur qui aura pitié de lui, vers notre Dieu qui est riche en pardon. Car mes pensées ne sont pas vos pensées, et mes chemins ne sont pas vos chemins, déclare le Seigneur. Autant le ciel est élevé au-dessus de la terre, autant mes chemins sont élevés au-dessus des vôtres, et mes pensées, au-dessus de vos pensées.

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens 1, 20, 24-27

Frères, soit que je vive, soit que je meure, la grandeur du Christ sera manifestée dans mon corps. En effet, pour moi, vivre c'est le Christ, et mourir est un avantage. Mais si, en vivant en ce monde, j'arrive à faire un travail utile, je ne sais plus comment choisir.

Je me sens pris entre les deux : je voudrais bien partir pour être avec le Christ, car c'est bien cela le meilleur ; mais, à cause de vous, demeurer en ce monde est encore plus nécessaire. Quant à vous, menez une vie digne de l'Évangile du Christ.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 20, 1-16

Jésus disait cette parabole : « le Royaume des cieux est comparable au maître d'un domaine qui sortit au petit jour afin d'embaucher des ouvriers pour sa vigne. Il se mit d'accord avec eux sur un salaire d'une pièce d'argent pour la journée, et il les envoya à sa vigne. Sorti vers neuf heures, il en vit d'autres qui étaient là, sur la place, sans travail. Il leur dit : 'Allez, vous aussi, à ma vigne, et je vous donnerai ce qui est juste.' Ils y allèrent. Il sortit de nouveau vers midi, puis vers trois heures, et fit de même. Vers cinq heures, il sortit encore, en trouva d'autres qui étaient là et leur dit : 'Pourquoi êtes-vous restés là, toute la journée, sans rien faire ?' Ils lui répondirent : 'Parce que personne ne nous a embauchés.' Il leur dit : 'Allez, vous aussi, à ma vigne.'

Le soir venu, le maître de la vigne dit à son intendant : 'Appelle les ouvriers et distribue le salaire, en commençant par les derniers pour finir par les premiers.' Ceux qui n'avaient commencé qu'à cinq heures s'avancèrent et reçurent chacun une pièce d'argent. Quand vint le tour des premiers, ils pensaient recevoir davantage, mais ils reçurent, eux aussi, chacun une pièce d'argent. En la recevant, ils récriminaient contre le maître du domaine : 'Ces derniers venus n'ont fait qu'une heure, et tu les traites comme nous, qui avons enduré le poids du jour et de la chaleur !' Mais le maître répondit à l'un d'entre eux : 'Mon ami, je ne te fais aucun tort. N'as-tu pas été d'accord avec moi pour une pièce d'argent ? Prends ce qui te revient, et va-t'en. Je veux donner à ce dernier autant qu'à toi : n'ai-je pas le droit de faire ce que je veux de mon bien ? Vas-tu regarder avec un œil mauvais parce que moi, je suis bon ?' Ainsi les derniers seront premiers, et les premiers seront derniers ».

Homélie

Chers frères et sœurs, nous savons tous par expérience que rien au monde n’est capable d’assouvir notre cœur : ni les acquis de l’intelligence, ni les richesses, ni les plaisirs ou les honneurs. L’être humain aspire à quelque chose qui puisse vraiment le combler : il a soif de perfection, de plénitude, de bonheur infini…

Dieu seul, en vérité, est capable d’étancher cette soif brûlante de notre cœur : « tu nous as faits pour Toi, Seigneur, et notre cœur est inquiet tant qu’il ne trouve pas de repos en Toi » écrivait saint Augustin après sa conversion, et il savait de quoi il parlait, lui qui durant tant d’années n’avait connu que des déceptions parce qu’il ne cherchait son bonheur que dans les biens matériels, les plaisirs ou les honneurs…

Frères et sœurs, puisque Dieu seul peut nous combler (et dès cette terre) de tout ce à quoi nous aspirons au plus profond de nous-mêmes : notre premier devoir consiste donc à le chercher passionnément et inlassablement comme nous y invitait tout à l’heure le prophète Isaïe « cherchez Dieu tant qu’il se laisse trouver ».

Mais vous vous demandez peut-être : Dieu, où est-il ? Où peut-on le trouver ?

Nous qui croyons en la Parole de Dieu nous savons que Dieu est partout, que s’il est d’abord le Tout-Autre, le Transcendant, il est aussi le Tout-Proche et tellement proche que depuis notre Baptême il habite au plus intime de notre cœur en vertu de ce don indépassable qu’est la grâce sanctifiante.

Oui, chacun de nous peut se dire – si toutefois il est en état de grâce – que son âme est un petit ciel, puisque la Bienheureuse Trinité a daigné y établir sa demeure selon la promesse de Jésus « si quelqu’un m’aime, mon Père l’aimera et nous  viendrons vers Lui et nous ferons en Lui notre demeure ».

Mais si Dieu est ainsi en nous pourquoi avons-nous tant de mal à le trouver, à reconnaître sa présence ?

Saint Jean de la Croix, le grand mystique espagnol, répond clairement à cette question, il nous dit que Dieu est en nous, mais qu’il y est caché… Un peu comme un diamant enfoui dans la terre et les cailloux… L’âme qui veut le trouver doit donc se dégager, se désencombrer de tant et tant de choses créées qui l’empêchent de voir son Dieu par la Foi et donc de le contempler, de goûter sa présence et de réaliser une communion très intime avec Lui.

Comme cette leçon du grand Docteur mystique nous est précieuse, frères et sœurs, car, il nous faut bien le reconnaître nous vivons trop à l’extérieur, nous vivons dans un monde superficiel qui nous occupe au point de nous faire oublier la vie profonde : « cette vie cachée en Dieu avec le Christ » dont parle saint Paul…

Et le même saint Paul nous explique qu’il y a en nous comme deux hommes qui sont constamment en conflit : « le vieil homme » et « l’homme nouveau ».

 « Le vieil homme » c’est la pente vers l’erreur et vers ce mal suprême qu’est le péché, c’est tout ce monde de tendances, d’impressions, de passions très vives qui nous poussent vers les créatures, nous portent à leur donner notre cœur et à mettre notre espérance en elles.

 « L’homme nouveau » c’est l’orientation vers le beau, le vrai et le bien, c’est la vie de la grâce qui s’épanouit en amour de Dieu et du prochain.

Dès lors, pour que Dieu puisse prendre pleinement possession de notre cœur, pour que son Amour domine toujours en nous, un choix radical s’impose.

Jésus, sur ce point est catégorique : il nous dit qu’on ne peut servir deux maîtres à la fois et il ajoute « celui qui veut venir à ma suite, qu’il se renonce, qu’il prenne sa croix, qu’il la prenne chaque jour et qu’il me suive ».

Comprenons bien toutefois que ce renoncement exigé par Jésus, n’est pas une contrainte : nous devons le considérer au contraire comme une libération de tout ce qui entrave notre marche vers Dieu.

Nous retrouvons ici la pensée de saint Jean de la Croix affirmant que la recherche aimante de Dieu va de pair avec le détachement, l’oubli, l’éloignement de toutes les choses qui ne sont pas Dieu ou ordonnées à Dieu.

C’est la loi fondamentale du Christianisme : il faut mourir pour vivre.

La quête de Dieu, la poursuite de sa volonté, et de son amour est une œuvre qui réclame de notre part une générosité à toute épreuve.

Il n’est jamais trop tard pour s’engager sur ce rude chemin.

L’Evangile des ouvriers de la dernière heure entendu il y a un instant vient de nous le rappeler.

Que rien donc, ne nous arrête chers frères et sœurs, dans notre recherche continuelle de Dieu, dans notre désir de nous unir à Lui, dans notre volonté de Communion de plus en plus par la Foi, l’Espérance et l’Amour à sa propre vie divine…

Car c’est cela l’essentiel de notre religion : c’est le commencement dès ici-bas de la vie éternelle : c’est une vie vécue dans la grâce (une grâce sans cesse développée, sans cesse enrichie), qui nous prépare à vivre éternellement dans la Béatitude et la Gloire du Paradis.

Surtout, ne nous laissons jamais décourager par la perspective des difficultés, et du combat intérieur qu’il faudra mener jusqu’à la fin de notre existence terrestre. Car le Seigneur ne manquera pas de nous donner les secours surnaturels dont nous avons besoin, si toutefois nous savons les demander dans une prière humble, fréquente et persévérante et aussi dans la réception assidue des sacrements.

Prières et sacrements (surtout l’Eucharistie) sont des moyens indispensables. Celui qui les néglige ne peut que sombrer dans cette maladie de l’âme qui s’appelle la tiédeur. Il n’ira pas loin dans sa quête de Dieu. Il en viendra même à ne plus le chercher du tout.

Rappelons-nous enfin, que si nous voulons avancer rapidement et en toute sûreté dans notre marche ascendante vers Dieu, nous avons tout intérêt à mettre notre main dans la main de Marie, notre Mère spirituelle qui non seulement nous accompagne, mais aussi nous stimule, nous entraîne et nous encourage Elle qui le plus parfait modèle de l’intériorité, la Mère de la divine grâce, Notre-Dame du Perpétuel Secours.

Amen.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Abbé Pierre Cousty - dans Homélies Année A
commenter cet article

commentaires

Carlito 23/09/2017 00:39

C'est vraiment une grâce que de lire les homélies de notre cher Abbé COUSTY ! Quelle grâce ! Je me souviens de nos conversations fraternelles qu'il m'a octroyées durant des années jusqu'à la fin de sa vie ! Il était d'une bonté simple et sincère ! Je me réjouis pour lui car maintenant j'en suis sûr, il est dans un bonheur indicible auprès du Seigneur qu'il a servit toute sa vie ! Il a été pour moi un don et c'est la Sainte Vierge qui me la donné!
Merci Seigneur !

Présentation

  • : Le Blog de Jackie
  • Le Blog de Jackie
  • : Nombreux coloriages catholiques et autres, vies de saints et homélies.
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • Jackie
  • Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog. Il y a une multitude d'infos de toutes sortes : coloriages, contes... Bonne balade à tous. Merci.

Ma Bible illustrée

ANCIEN TESTAMENT

NOUVEAU TESTAMENT

LES PARABOLES

Divers

 

 

 

 

 

Meteo Corrèze

 

 

 

Compteur mondial

 

Mon Coup de Coeur