Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2017 7 10 /09 /septembre /2017 20:35

Lecture du livre des Nombres 21, 4b-9

Au cours de sa marche à travers le désert, le peuple d’Israël à bout de courage, récrimina contre Dieu et contre Moïse : « Pourquoi nous avoir fait monter d’Égypte ? Était-ce pour nous faire mourir dans le désert, où il n’y a ni pain ni eau ? Nous sommes dégoûtés de cette nourriture misérable ! » Alors le Seigneur envoya contre le peuple des serpents à la morsure brûlante, et beaucoup en moururent dans le peuple d’Israël. Le peuple vint vers Moïse et dit : « Nous avons péché, en récriminant contre le Seigneur et contre toi. Intercède auprès du Seigneur pour qu’il éloigne de nous les serpents ». Moïse intercéda pour le peuple, et le Seigneur dit à Moïse : « Fais-toi un serpent brûlant, et dresse-le au sommet d’un mât : tous ceux qui auront été mordus, qu’ils le regardent, et ils vivront ! » Moïse fit un serpent de bronze et le dressa au sommet d’un mât. Quand un homme était mordu par un serpent, et qu’il regardait vers le serpent de bronze, il conservait la vie !

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Philippiens 2, 6-11

Le Christ Jésus, lui qui était dans la condition de Dieu, n’a pas jugé bon de revendiquer son droit d’être traité à l’égal de Dieu ; mais au contraire, il se dépouilla lui-même en prenant la condition de serviteur. Devenu semblable aux hommes et reconnu comme un homme à son comportement, il s’est abaissé lui-même en devenant obéissant jusqu’à mourir, et à mourir sur une croix. C’est pourquoi Dieu l’a élevé au-dessus de tout : il lui a conféré le Nom qui surpasse tous les noms, afin qu’au Nom de Jésus, aux cieux, sur terre et dans l’abîme, tout être vivant tombe à genoux, et que toute langue proclame : « Jésus Christ est le Seigneur », pour la gloire de Dieu le Père.

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 3, 13-17

Nul n'est monté au ciel sinon celui qui est descendu du ciel, le Fils de l'homme. De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé, afin que tout homme qui croit obtienne par lui la vie éternelle. Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique : ainsi tout homme qui croit en lui ne périra pas, mais obtiendra la vie éternelle. Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé ».

Homélie

Chaque année, frères et sœurs, l’Eglise nous fait célébrer le mystère de « la Croix Glorieuse » au jour anniversaire où fut découvert à Jérusalem le bois précieux qui avait porté le corps martyrisé de Jésus. C’était le 14 septembre de l’an 320.

Instrument de supplice, d’une atroce cruauté, réservé aux esclaves et aux grands criminels qu’on voulait torturer et couvrir de honte.

- Comment la Croix est-elle devenue Glorieuse ?

- Comment l’Eglise peut-elle nous inviter à exaltée cet horrible gibet sur lequel Jésus, son divin fondateur, a connu la mort ?

Dans son Evangile l’Apôtre Jean donne à ces questions une réponse particulièrement éclairante. Pour lui, en effet, la mort de Jésus n’est pas une infamie : elle est une élévation. Et il donne à ce terme une double signification : élévation en Croix et élévation en Gloire. Autrement dit, Jésus qui s’offre librement sur le Calvaire est en même temps le Crucifié et le Glorifié.

Saint Jean nous fait ainsi comprendre que l’heure de la mort pour Jésus, c’est l’heure de la victoire suprême : ce n’est pas un pauvre homme humilié qui expire dans l’échec humain le plus total mais le Fils de Dieu dont l’acte d’obéissance filiale d’une valeur infinie est source de Salut et de Gloire éternelle pour tous les hommes.

Oui, par le mystère de sa mort d’amour qui prélude à la gloire éclatante de sa Résurrection, Jésus est le grand vainqueur : il triomphe définitivement du péché, de la mort et de l’enfer. Il nous obtient le pardon de Dieu et nous ouvre toutes grandes les écluses de la Grâces : de cette vie divine qui (si nous lui faisons bon accueil) en nous peut nous envahir pour nous transfigurer.

Il n’est donc pas surprenant, chers frères et sœurs, que la Croix soit devenue l’objet d’une particulière vénération chez tous ceux qui reconnaissent en elle l’instrument privilégié du salut, le signe éclatant de l’amour le plus fort et le plus bouleversant : celui que le Fils de l’Homme porte à chacun de nous : « Il m’a aimé moi et il s’est livré pour moi » disait saint Paul.

C’est un peu partout, en effet (nous l’avons tous constaté) que la Croix se dresse en place d’honneur : dans nos églises, dans nos cimetières, au carrefour des chemins et sur les murs de nos maisons.

Mais se dresse-t-elle aussi et avant tout dans nos cœurs ?

Quel accueil lui réservons-nous lorsqu’elle vient nous visiter dans nos vies par le biais des renoncements qu’exige notre fidélité au Christ et sous forme de souffrance physique morale ou spirituelle ?

Acceptons-nous alors d’y être cloués avec Jésus et dans les sentiments qui furent les siens ?

Il faut bien reconnaître qu’en raison de notre répulsion vis-à-vis de toute souffrance nous sommes constamment tentés de nous dérober aux différentes crucifixions, petites ou grandes, que Dieu permet pour notre plus grand bien, autrement dit pour notre sanctification. Mais, si d’une part, dans notre prière contemplative nous nous laissons pénétrer par le mystère de Jésus crucifié et si, d’autre part, dans toutes nos eucharisties nous communions au « Corps livré » et au « Sang versé » avec le désir de nous offrir avec Jésus en sacrifice, nous sommes assurés d’attirer en nos cœurs toutes les grâces dont nous avons besoin pour porter avec amour toutes nos croix, si dures, si écrasantes soient-elles !!!

En nous plaçant dans cette vive lumière qui émane de la Croix Glorieuse nous sommes donc amenés à comprendre que la souffrance n’est pas quelque chose d’absurde, mais qu’elle est le moyen irremplaçable grâce auquel nous pouvons, à l’exemple de Jésus, de Marie et de tous les saints prouver à Dieu notre amour.

En étant dans les mains expertes du Seigneur un rude ciseau qui taille impitoyablement les branches nuisibles de l’égoïsme et de l’orgueil, la souffrance nous purifie en profondeur et nous conduit progressivement à aimer Dieu plus que tout et uniquement pour lui-même. Et en même temps elle est particulièrement utile à notre prochain, car elle achève, comme dit saint Paul, ce qui manque à la Passion du Christ pour son Corps qui est l’Eglise. Elle est comme un sérum d’amour que nous offrons au Seigneur et dont il veut bien se servir pour convertir les âmes, les guérir, les revivifier et les sanctifier. Le chrétien est un rédempteur avec le Christ. Nous savons enfin (et c’est cette perspective qui devrait nous encourager et nourrir notre espérance) que toutes nos souffrances valorisées par l’amour sera un jour transfigurées en gloire. « Il n’y a aucune proportion nous assure saint Paul, entre les souffrances de ce monde et le poids éternel de gloire qui en sera la récompense au ciel ».

« Souffrir passe, avoir souffert ne passera pas ».

Nous demanderons à Celle qui fut la personne la plus unie à Jésus crucifié : Marie, la Mère des douleurs, de nous aider à approfondir le sens chrétien de la souffrance.

Qu’elle nous apprenne à porter chacun notre fardeau avec le maximum d’amour et surtout de savoir aider nos frères à porter le leur.

Amen.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Abbé Pierre Cousty - dans Homélies Fêtes
commenter cet article

commentaires

Carlito 14/09/2017 21:34

Si quelqu'un n'a pas connu une souffrance qui décape jusqu'au tréfonds de notre être, n'aura pas assez de compassion pour ceux qui vivent dans les ténèbres de leur péché! Jésus s'est livré Lui-même et c'est la raison pour laquelle les apôtres ont perdu la foi en Lui mais après un temps avec l'Esprit-Saint, ils ont trouvé la vraie Foi. Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie ! nous dit Jésus alors aucun échappatoire, au Calvaire quelle croix allons nous reposer? Celle du mauvais larron, celle du bon ou Celle de Jésus ?
Bonne fête de la Croix Glorieuse !

Paroisse + Sainte Agathe + La Réunion 14/09/2016 08:20

Bonne et Sainte fête de la Croix Glorieuse
Grâce paix amour miséricorde
Bonne continuation
http://paroisse-sainteagathe-lareunion.over-blog.com/2016/09/bonne-fete-de-la-croix-glorieuse.html

Jackie 14/09/2016 08:29

Je vous souhaite en retour une trés belle fête de la Croix Glorieuse ainsi qu'à tous ceux et celle qui liront cette page. Bonne journée à tous et en particulier à la Paroisse Sainte Agathe La Réunion.

Présentation

  • : Le Blog de Jackie
  • Le Blog de Jackie
  • : Nombreux coloriages catholiques et autres, vies de saints et homélies.
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • Jackie
  • Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog. Il y a une multitude d'infos de toutes sortes : coloriages, contes... Bonne balade à tous. Merci.

Ma Bible illustrée

ANCIEN TESTAMENT

NOUVEAU TESTAMENT

LES PARABOLES

Divers

Meteo Corrèze

 

 

 

Compteur mondial