Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 septembre 2020 6 12 /09 /septembre /2020 17:21

Lecture du livre de Ben Sira le Sage 27, 30.28, 7

Si quelqu’un n’a pas de pitié pour son semblable, comment peut-il supplier Dieu pour ses propres fautes ? demande Ben Sira le Sage

Rancune et colère, voilà des choses abominables où le pécheur est passé maître. Celui qui se venge éprouvera la vengeance du Seigneur ; celui-ci tiendra un compte rigoureux de ses péchés. Pardonne à ton prochain le tort qu’il t’a fait ; alors, à ta prière, tes péchés seront remis. Si un homme nourrit de la colère contre un autre homme, comment peut-il demander à Dieu la guérison ? S’il n’a pas de pitié pour un homme, son semblable, comment peut-il supplier pour ses péchés à lui ? Lui qui est un pauvre mortel, il garde rancune ; qui donc lui pardonnera ses péchés ? Pense à ton sort final et renonce à toute haine, pense à ton déclin et à ta mort, et demeure fidèle aux commandements. Pense aux commandements et ne garde pas de rancune envers le prochain, pense à l’Alliance du Très-Haut et sois indulgent pour qui ne sait pas. – Parole du Seigneur.

Commentaire : Pour Ben Sira le Sage, la norme de la conduite humaine c’est d’abord le jugement Dieu : l’homme sera jugé avec la mesure qu’il aura utilisée pour ses frères. S’il se venge, s’il entretient sa rancune, s’il n’a pas de pitié, comment peut-il espérer le pardon et la guérison de ses fautes ? Mais la norme de la conduite du peuple élu est surtout l’Alliance du Seigneur. Parce qu’il a choisi Israël pour son peuple, qu’il lui a commandé de vivre dans l’amour fraternel, qu’il lui est resté fidèle malgré toutes ses incartades, Dieu s’est révélé Père pour son peuple : comment pourrait-il accepter que ses enfants s’entre-déchirent ?

Puisque Dieu nous jugera de la manière dont nous avons jugé nos frères, quel jugement nous préparons-nous ? Autrement dit, quelle est notre mesure de bonté, de dévouement, de disponibilité pour les autres ?

Psaume 102

R/ : Le Seigneur est tendresse et pitié, lent à la colère et plein d’amour.

  • Bénis le Seigneur, ô mon âme, bénis son nom très saint, tout mon être ! Bénis le Seigneur, ô mon âme, n'oublie aucun de ses bienfaits ! R/
  • Car il pardonne toutes tes offenses et te guérit de toute maladie ; il réclame ta vie à la tombe et te couronne d'amour et de tendresse. R/
  • Il n'est pas pour toujours en procès, ne maintient pas sans fin ses reproches ; il n'agit pas envers nous selon nos fautes, ne nous rend pas selon nos offenses. R/
  • Comme le ciel domine la terre, fort est son amour pour qui le craint ; aussi loin qu'est l'orient de l'occident, il met loin de nous nos péchés. R/

Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 14, 7-9

Dans notre vie comme dans notre mort, nous appartenons au Seigneur, écrit Paul, et cette volonté d’appartenance commande notre manière d’être avec nos frères.

Frères, en effet, aucun d’entre nous ne vit pour soi-même, et aucun ne meurt pour soi-même : si nous vivons, nous vivons pour le Seigneur ; si nous mourons, nous mourons pour le Seigneur. Ainsi, dans notre vie comme dans notre mort, nous appartenons au Seigneur. Car, si le Christ a connu la mort, puis la vie, c’est pour devenir le Seigneur et des morts et des vivants. – Parole du Seigneur.

Commentaire : Notre existence ne nous appartient pas, pas plus que notre mort, puisque nous reconnaissons Jésus Christ comme notre Seigneur, celui qui mobilise nos forces, notre cœur et notre intelligence à son service, celui qui donne sens et consistance à notre vie, à nos joies, à nos peines, à nos souffrances, à notre mort. Nous lui appartenons comme des serviteurs de son amour. Dès lors nous le reconnaissons comme notre maître à penser, comme le modèle de notre action, comme le terme de notre espérance par-delà la mort. Pour ce motif Paul dénie à quiconque le droit de juger ses frères ou de condamner ceux qui pensent ou agissent d’une manière différente de la sienne.

Aucun de nous ne vit pour soi-même. Énumérons ceux et celles pour lesquels nous vivons. Vivre pour l’autre, c’est déjà vivre pour le Seigneur.

Alléluia. Alléluia. Je vous donne un commandement nouveau, dit le Seigneur : « Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés ». Alléluia.

Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 18, 21-35

Prends patience envers moi, demandent les deux hommes endettés dans la parabole. Le pardon est un acte de patience qui croit à la conversion du pécheur.

En ce temps-là, Pierre s’approcha de Jésus pour lui demander : « Seigneur, lorsque mon frère commettra des fautes contre moi, combien de fois dois-je lui pardonner ? Jusqu’à sept fois ? » Jésus lui répondit : « Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à soixante-dix fois sept fois. Ainsi, le royaume des Cieux est comparable à un roi qui voulut régler ses comptes avec ses serviteurs. Il commençait, quand on lui amena quelqu’un qui lui devait dix mille talents (c’est-à-dire soixante millions de pièces d’argent). Comme cet homme n’avait pas de quoi rembourser, le maître ordonna de le vendre, avec sa femme, ses enfants et tous ses biens, en remboursement de sa dette. Alors, tombant à ses pieds, le serviteur demeurait prosterné et disait : “Prends patience envers moi, et je te rembourserai tout.” Saisi de compassion, le maître de ce serviteur le laissa partir et lui remit sa dette. Mais, en sortant, ce serviteur trouva un de ses compagnons qui lui devait cent pièces d’argent. Il se jeta sur lui pour l’étrangler, en disant : “Rembourse ta dette !”

Alors, tombant à ses pieds, son compagnon le suppliait : “Prends patience envers moi, et je te rembourserai.” Mais l’autre refusa et le fit jeter en prison jusqu’à ce qu’il ait remboursé ce qu’il devait. Ses compagnons, voyant cela, furent profondément attristés et allèrent raconter à leur maître tout ce qui s’était passé. Alors celui-ci le fit appeler et lui dit : “Serviteur mauvais ! je t’avais remis toute cette dette parce que tu m’avais supplié. Ne devais-tu pas, à ton tour, avoir pitié de ton compagnon, comme moi-même j’avais eu pitié de toi ?” Dans sa colère, son maître le livra aux bourreaux jusqu’à ce qu’il eût remboursé tout ce qu’il devait. C’est ainsi que mon Père du ciel vous traitera, si chacun de vous ne pardonne pas à son frère du fond du cœur ». – Acclamons la Parole de Dieu.

Commentaire : Nous avons lu, dimanche dernier, que Jésus confiait à la communauté la tâche de réconcilier les chrétiens pécheurs. Combien de fois ? demande Pierre qui propose un chiffre. Jésus refuse d’entrer dans ces calculs et justifie un pardon sans limite par la parabole du serviteur endetté. Vis-à-vis de Dieu, nous sommes tous dans la situation de ce serviteur qui doit à son maître une somme fantastique. Par un amour incompréhensible Dieu nous a remis notre dette. Comment dès lors pourrions-nous avoir envers un compagnon de service une rigueur extrême et mesurer notre patience à pardonner ?

Combien de fois nous faut-il pardonner, faire de nouveau confiance à l’autre, reprendre le dialogue avec lui ? Si tu aimes comme Dieu aime, tu cesseras de compter, nous répond Jésus.

Homélie

L’Évangile que nous venons d’entendre est un incontournable appel au Pardon. Sur ce point bien précis le message de Jésus est d’une clarté absolue et d’une exigence sans concession.

Mais où trouver la force de pardonner ? Comment réussir à pardonner ? Telles sont les questions qui se posent à nous tous constamment et parfois d’une façon dramatique.

Ce qu’il importe de bien comprendre tout d’abord, c’est que Jésus dessine le visage de Dieu sans les traits de ce roi de la parabole qui remet une dette énorme à l’un de ses serviteurs venu l’en supplier. La somme due défie l’imagination : 10000 talents soit l’équivalent de 60 millions de pièces d’argent : le chiffre est si élevé qu’on se demande comment cet homme a pu accumuler un tel passif… Le roi n’accorde pas de nouveaux délais : comme le serviteur le lui demande. Il ne lui consent pas une restitution échelonnée de sa dette. Ce qu’il lui offre c’est la remise totale, l’annulation pure et simple de tout son dû. La raison en est donnée : le roi est « pris de pitié », (littéralement saisi aux entrailles).

La démesure de la dette annulée et la « folle » générosité du maître de la parabole ne sont pourtant qu’une image de ce que Dieu notre Père nous « remet » dans sa tendresse. Il ressort, en effet, de cette histoire qui dépasse le raisonnable que nous sommes tous débiteurs insolvables envers le Seigneur qui cependant nous fait grâce. Nous avons tout reçu de Lui : la vie, ce que nous sommes, ceux que nous aimons, le monde et les personnes qui nous entourent et par-dessus tout la lumière de la foi et la vie surnaturelle de la Grâce.

En plus de cela nous sommes chargés du lourd passif de nos péchés. Que pourrions-nous faire pour être quittes ? Or, nous savons bien (et c’est merveilleux) que lorsque nous l’en supplions et avons recours au sacrement de Réconciliation (sacrement du pardon) le Seigneur nous libère de ce poids au nom de l’indicible amour qu’il nous porte. Débordant de miséricorde, il nous pardonne dans un don sans limite, au-delà de nos offenses.

Mais si Dieu n’exige rien pour lui-même, il reste que notre dette à son égard ne peut être remise que si nous avons de l’indulgence enfers nos frères… Nous sommes choqués à juste titre par le comportement impitoyable de l’homme de la parabole. Libéré par l’extrême largesse de son maître il prend à la gorge un de ses collègues qui lui doit une somme dérisoire en comparaison, et il le fait jeter en prison. Le contraste est révoltant outre la générosité dont il a été l’objet et l’intransigeance inflexible dont il fait preuve.

La conscience de nos propres faiblesses et du pardon de Dieu ne devrait-elle pas, frères et sœurs nous inciter à faire preuve de pitié envers autrui au lieu de nous ériger en procureurs insensibles ?

Ben Sira le Sage l’écrivait 2 siècles avant la prédication de l’Évangile « pardonne à ton prochain le tort qu’il t’a fait : alors, à ta prière, tes péchés seront remis. Si un homme nourrit de la colère contre un autre homme, comment peut-il alors demander à Dieu la guérison ? »

Est-ce que nous prions le Notre Père avec assez de vérité ?

Percevons-nous toute l’exigence de pardon qu’implique la demande : « pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés ?

Seul celui qui a accueilli en soi le pardon de Dieu avec humilité peut devenir fils de miséricorde et pardonner à son tour du « fond du cœur ».

Nous l’avons certainement remarqué, frères et sœurs, la fin de la parabole semble contredire le pardon sans limites du Seigneur. Le serviteur impitoyable subit la rigueur de l’indignation de son Maître.

Mais est-ce le Seigneur qui refuse de pardonner dans ce cas ?

N’est-ce pas plutôt l’homme dont le cœur est dur envers son semblable qui devient imperméable au pardon de Dieu, de même qu’une terre aride et sèche ne peut accueillir la pluie bienfaisante ?

La rancune, la vengeance, la haine, la colère sont « des choses abominables où le pécheur s’obstine » nous dit Ben Sira le Sage. Elles ferment le cœur à double tour, elles détruisent de l’intérieur celui qui s’y laisse aller. Nous avons autant besoin de pardonner que d’être pardonner. Le pardon donné est une libération. Il ouvre à la paix, à la vie, à l’avenir et à l’Amour. Le pardon donné fraye en nous un passage à la tendresse de Dieu.

Combien de fois devons-nous pardonner frères et sœurs ? L’apôtre Pierre pensait être très généreux en proposant de pardonner jusqu’à 7 fois mais Jésus bouscule cette arithmétique : « Je ne te dis pas jusqu’à 7 fois, mais jusqu’à 70 fois 7 fois… » Ce nombre qui multiplie le 7 (chiffre parfait de la Bible) n’indique pas une limite, il indique une attitude sans limite, une attitude permanente. Le vrai pardon ne se compte pas. On n’a jamais fini de pardonner et d’être pardonné.

Mais ne l’oublions jamais : ce qui paraît impossible aux forces humaines ne peut être que le fruit d’un long effort alimenté aux sources de la Prière.

« Merci Seigneur de m’avoir pardonné. Aide-moi à pardonner là où est l’offense que je mette le pardon ».

La prière pour l’autre, pour l’offensé est la 1ère étape sur la route du pardon. Souvenons-nous des paroles du Pape Jean-Paul II au moment où il rendait visite à Ali Agça qui l’avait grièvement blessé lors de l’attentat Place St Pierre le 13 mai 1981 : « Je prie pour le frère qui m’a blessé et auquel j’ai sincèrement pardonné ».

Soyons bien convaincus que si nous comptons vraiment sur la grâce de Dieu (qui jamais ne nous manque lorsque nous la demandons humblement et avec insistance) nous parviendrons à nous comporter vis-à-vis du pardon de telle sorte que l’impossible devienne possible.

Amen.

En cliquant sur cette image, vous trouverez la Prière Universelle du trés bon site "Jardinier de Dieu".

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Très belle page de l'Évangile que ce passage sur le Pardon !<br /> "C'est ainsi que mon Père du ciel vous traitera, si chacun de vous ne pardonne pas à son frère de tout son cœur ». nous prévient Jésus. Mais alors la miséricorde du Seigneur serait-elle limitée? Non, mais il y a des conditions pour la recevoir : cela résume toutes les conditions, c'est de faire miséricorde à celui ou celle qui m'a offensé. Commencer à faire pénitence en demandant pardon puis satisfaire à la justice, réparer le plus possible le mal causé etc.....<br /> L'Amour de Dieu est infinie mais aussi implacable envers celui qui Lui résiste ! L'Amour de Dieu est très exigent !<br /> Merci très cher Abbé COUSTY de votre lumière sur ce beau passage de l'Évangile !
Répondre

Présentation

  • : Le Blog de Jackie
  • : Nombreux coloriages catholiques et autres, vies de saints et homélies. Suivez-moi sur FB, Twitter, Pinterest et Instagram (voir icônes en bas de page).
  • Contact

Ma Bible illustrée

Ancien Testament

Nouveau Testament

Les Paraboles

Jeux bibliques

Autres jeux

Les Couleurs du Temps

Tout pour la Messe

Les étapes de la vie

Les Prières

Vierge Marie

Grandes Fêtes Chrétiennes

Fêtes civiles

Journées Mondiales

Divers

Compteur mondial

 

 

Flag Counter