Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 décembre 2019 1 02 /12 /décembre /2019 00:04

 

Année A

Lecture du livre du prophète Isaïe 11, 1-10

La réconciliation entre les hommes que le prophète Isaïe attend du Messie ne se fera pas – comme si souvent – sur le dos des petits.

En ce jour-là, un rameau sortira de la souche de Jessé, père de David, un rejeton jaillira de ses racines.

Sur lui reposera l’esprit du Seigneur : esprit de sagesse et de discernement, esprit de conseil et de force, esprit de connaissance et de crainte du Seigneur – qui lui inspirera la crainte du Seigneur. Il ne jugera pas sur l’apparence ; il ne se prononcera pas sur des rumeurs. Il jugera les petits avec justice ; avec droiture, il se prononcera en faveur des humbles du pays. Du bâton de sa parole, il frappera le pays ; du souffle de ses lèvres, il fera mourir le méchant. La justice est la ceinture de ses hanches ; la fidélité est la ceinture de ses reins.

Le loup habitera avec l’agneau, le léopard se couchera près du chevreau, le veau et le lionceau seront nourris ensemble, un petit garçon les conduira. La vache et l’ourse auront même pâture, leurs petits auront même gîte. Le lion, comme le bœuf, mangera du fourrage. Le nourrisson s’amusera sur le nid du cobra ; sur le trou de la vipère, l’enfant étendra la main. Il n’y aura plus de mal ni de corruption sur toute ma montagne sainte ; car la connaissance du Seigneur remplira le pays comme les eaux recouvrent le fond de la mer.

Ce jour-là, la racine de Jessé sera dressée comme un étendard pour les peuples, les nations la chercheront, et la gloire sera sa demeure. – Parole du Seigneur.

Commentaire : Le peuple juif attend que surgisse un sauveur de la descendance du roi David qui avait Jessé pour père. Le prophète Isaïe en décrit les qualités : il ne brillera pas d’abord par sa diplomatie habile, ni par l’art de ménager les puissants, mais il sera rempli de l’Esprit de Dieu pour faire régner la justice en faveur des opprimés. De volonté, de puissance, de violence et d’injustice son règne n’en connaîtra plus, mais l’on connaîtra une intimité telle avec le Seigneur que le monde en sera réconcilié.

Cet amour des pauvres, cette prédilection pour les petits ne sont-ils pas le signe que les peuples et les nations de la terre attendent de l’Église pour reconnaître dans le Christ celui qui vient combler leurs aspirations ?

« La raison du plus fort et toujours la meilleure », concluait Jean de la Fontaine, en mettant en scène le loup et l’agneau. Connaissons-nous des lieux, dans le monde et dans l’Église, où cette affirmation est contestée ? N’est-ce pas un signe que la connaissance du Seigneur commence à remplir la terre comme les eaux recouvrent le fond de la mer ?

Psaume 71

R/ : En ces jours-là, fleurira la justice, grande paix jusqu’à la fin des temps.

  • Dieu, donne au roi tes pouvoirs, à ce fils de roi ta justice. Qu’il gouverne ton peuple avec justice, qu’il fasse droit aux malheureux ! R/
  • En ces jours-là, fleurira la justice, grande paix jusqu’à la fin des lunes ! Qu’il domine de la mer à la mer, et du Fleuve jusqu’au bout de la terre ! R/
  • Il délivrera le pauvre qui appelle et le malheureux sans recours. Il aura souci du faible et du pauvre, du pauvre dont il sauve la vie. R/
  • Que son nom dure toujours ; sous le soleil, que subsiste son nom ! En lui, que soient bénies toutes les familles de la terre ; que tous les pays le disent bienheureux ! R/

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 15, 4-9

Être accueillant à tous nos frères, c’est se préparer à recevoir Celui qui s’est fait accueillant à tous les hommes.

Frères, tout ce qui a été écrit à l'avance dans les livres saints l’a été pour nous instruire, afin que, grâce à la persévérance et au réconfort des Écritures, nous ayons l’espérance. Que le Dieu de la persévérance et du réconfort vous donne d’être d’accord les uns avec les autres selon le Christ Jésus. Ainsi, d’un même cœur, d’une seule voix, vous rendrez gloire à Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ.

Accueillez-vous donc les uns les autres, comme le Christ vous a accueillis pour la gloire de Dieu. Car je vous le déclare : le Christ s’est fait le serviteur des Juifs, en raison de la fidélité de Dieu, pour réaliser les promesses faites à nos pères ; quant aux nations, c'est en raison de sa miséricorde qu'elles rendent gloire à Dieu, comme le dit l’Écriture : C’est pourquoi je proclamerai ta louange parmi les nations, je chanterai ton nom. – Parole du Seigneur.

Commentaire : « Être accueillant, c’est savoir se faire tout à tous ». Paul le rappelle à la communauté chrétienne de Rome, carrefour de races et de mentalités, comme toutes nos grandes villes. Il y avait dans cette Église des fervents et des tièdes, des juifs et des païens convertis. Il était difficile de réaliser l’unanimité des cœurs et des esprits, même dans la prière. Pourtant le Christ n’avait-il pas donné la preuve de son amour pour tous ? Aux juifs qui attendaient le Sauveur promis, comme aux païens, qui apprirent avec joie que le Christ venait aussi pour eux. En implantant l’Église au milieu des peuples, n’avait-il pas fait confiance aux hommes ?

À l’époque où Paul écrit sa lettre, les livres saints ne sont encore que ceux de l’ancienne Alliance. Ils témoignent de la persévérance et du courage du peuple juif durant un millénaire d’une histoire bien mouvementée. Demandons au Dieu de la persévérance et du courage de les donner à tous ceux qui croient en lui.

Alléluia. Alléluia. Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers : tout être vivant verra le salut de Dieu. Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 3, 1-12

Le langage violent de Jean-Baptiste nous invite à recevoir avec sérieux la grâce du temps de l’Avent.

En ces jours-là, paraît Jean le Baptiste, qui proclame dans le désert de Judée : « Convertissez-vous, car le royaume des Cieux est tout proche ».

Jean est celui que désignait la parole prononcée par le prophète Isaïe : Voix de celui qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers. Lui, Jean, portait un vêtement de poils de chameau, et une ceinture de cuir autour des reins ; il avait pour nourriture des sauterelles et du miel sauvage. Alors Jérusalem, toute la Judée et toute la région du Jourdain se rendaient auprès de lui, et ils étaient baptisés par lui dans le Jourdain en reconnaissant leurs péchés. Voyant beaucoup de pharisiens et de sadducéens se présenter à son baptême, il leur dit : « Engeance de vipères ! Qui vous a appris à fuir la colère qui vient ? Produisez donc un fruit digne de la conversion. N’allez pas dire en vous-mêmes : ‘Nous avons Abraham pour père’ ; car, je vous le dis : des pierres que voici, Dieu peut faire surgir des enfants à Abraham. Déjà la cognée se trouve à la racine des arbres : tout arbre qui ne produit pas de bons fruits va être coupé et jeté au feu.

Moi, je vous baptise dans l’eau, en vue de la conversion. Mais celui qui vient derrière moi est plus fort que moi, et je ne suis pas digne de lui retirer ses sandales. Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et le feu. Il tient dans sa main la pelle à vanner, il va nettoyer son aire à battre le blé, et il amassera son grain dans le grenier ; quant à la paille, il la brûlera au feu qui ne s’éteint pas ». – Acclamons la Parole de Dieu.

Commentaire : Ce qui intéresse Matthieu dans la personne de Jean Baptiste, c’est son message plutôt que le baptême qu’il propose ; jean rappelle avec insistance la nécessité de « produire du fruit » ; il annonce que tout arbre qui ne produit pas de bons fruits va être coupé et jeté au feu. La conversion qu’il réclame de tous doit se traduire en actes. Aucun privilège, même celui d’appartenir à l’Église, ne peut soustraire quelqu’un au jugement du Christ : on n’emmagasine que le blé, le reste est brûlé !

« Des pierres que voici, Dieu peut faire surgir des enfants à Abraham ». Merci, Seigneur, d’être cette pierre que tu n’as pas rejetée, mais que tu as choisie pour pierre vivante de ton Église, le corps de ton Fils.

Homélie

Tout au long de la trajectoire que forme l’histoire du salut, les prophètes ne cessent de répercuter les appels de Dieu. Ces porte-paroles du Seigneur sont des « durs » qui se dressent dans le désert de l’indifférence religieuse. Rien ne leur fait peur...

Jean-Baptiste qui est le dernier anneau de la lignée des prophètes est le plus illustre de ces crieurs publics. Il fut dur avec lui-même et ce qu’il exigea des autres il commence par le vivre énergiquement. Saint Matthieu nous le montre aujourd’hui aux prises avec des auditeurs au cœur de pierre et à l’esprit tordu. Beaucoup parmi les Juifs qui venaient à lui se disaient en effet, « fils d’Abraham » dans un grand élan de prétention et de satisfactions religieuses. Mais combien avaient le courage de passer aux actes : ces actes qui engagent et transforment une vie ?

Impitoyable, le Précurseur du Christ devine la comédie des pénitents qui avouent leurs péchés du bout des lèvres et s’arrangent ensuite pour éviter de produire des fruits qui mettraient en péril leur confort, leurs habitudes, leur routine de pratiquants assoupis dans leur bonne conscience. Sur ce peuple de conformistes, Jean-Baptiste tonne avec des expressions cinglantes qui réveillent comme un orage et secouent comme un tremblement de terre. Sur ces hypocrites il ne craint pas d’appeler la hache et le balai, le feu et l’Esprit de Dieu. C’est sa manière à lui d’attendre le Messie et de préparer sa venue. Sainte colère qui doit redresser chemins et personnes pour permettre de bien accueillir Celui qui arrive en Sauveur du Monde par la croix.

Chers frères et sœurs, l’Avent dans lequel nous sommes entrés, il y a une semaine, n’est pas une berceuse pour enfants sages. On ne peut vivre sérieusement ce temps de grâce que si on redouble d’efforts pour se convertir. Par trois fois, d’ailleurs, l’Évangile aujourd’hui nous rappelle cette nécessaire et très urgente conversion. Mais de quoi s’agit-il en fait ?

- La conversion est d’abord un jugement, non pas sur les autres, mais sur soi-même. Se convertir consiste en premier lieu à se regarder devant Dieu et à prendre sa propre mesure face à Dieu. Il faut bien comprendre, en effet, qu’à partir du moment où nous acceptons de nous voir lucidement devant Dieu nous ne nous considérons plus comme seuls maîtres de notre personne et de notre vie. Il se produit un retournement de notre mentalité. Au lieu de ramener toutes choses à nos manières de voir, nous tournons les yeux vers le Seigneur pour l’interroger et suivre son regard à Lui : la grande Loi de la vie chrétienne consiste à éclairer par l’Évangile nos pensées et nos actes. En retour, une loyale réponse à la lumière reçue aide à mieux comprendre l’Évangile.

- La conversion est, en second lieu, une décision. Ayant accepté l’éclairage de l’Évangile on se décide à agir en conséquence. C’est ce que l’Eglise a désigné dans la 1ère oraison de cette messe sous le nom « d’intelligence du cœur ». L’intelligence du cœur c’est l’accueil pratique et réaliste de la Parole de Dieu, sa mise en application. C’est sur le terrain, en effet, c’est dans la réalité de la vie que se vérifie l’adhésion à l’Évangile.

Jean-Baptiste nous dit cela de façon particulièrement suggestive : « Produisez donc, nous dit-il, un fruit qui exprime notre conversion », car vous savez bien ce qui arrive à l’arbre qui ne porte pas de fruits : on le coupe et on le jette au feu...

Alors, frères et sœurs, ne restons pas dans le domaine du rêve, de l’illusion, des bonnes intentions : nous nous y complaisons si facilement. Soyons bien convaincus que ce sont nos actes qui révèlent ce que nous sommes...

Jésus sur ce point, nous a avertis solennellement : « Ce ne sont pas ceux qui disent Seigneur, Seigneur qui entreront dans le Royaume des cieux, mais ceux qui font la volonté de mon Père qui est aux cieux ». Et c’est dans le même sens que l’Apôtre Jean déclare dans sa 1ère lettre : « N’aimons pas par des paroles et des discours, mais en actes et en vérité ». Or, les actes que la conversion produit immanquablement si elle est profonde, ce sont des actes de foi, d’espérance et d’amour, des actes de justice, de pardon et de paix. Il s’agit de faire passer dans toute notre vie, des enseignements que le Christ nous transmet par son Eglise (sans faire un tri entre ceux qui nous conviennent et ceux qui nous déplaisent). Il s’agit d’abandonner nos erreurs, nos péchés, nos mauvaises habitudes, notre indifférence à l’égard de Dieu et du prochain. Il faut que nous soyons justes et charitables à l’égard de tous ceux qui nous entourent, qu’ils soient sympathiques ou non ; qu’ils partagent ou non nos idées, nos aspirations et même nos croyances et que nous le soyons d’autant plus qu’ils sont plus malheureux. Autrement dit, il faut que nous soyons les imitateurs de Dieu qui s’est donné à nous à Noël... en nous donnant à notre tour, très généreusement à nos frères. Il est sûr que cela exige beaucoup de notre part. Mais Jésus ne nous a jamais dit que l’Évangile serait facile à pratiquer. Il ne nous l’a jamais présenté comme un chemin de velours mais comme un rude chemin de croix.

Heureusement que dans sa suprême sagesse et son immense miséricorde, il nous a promis le Secours d’En-Haut : cette grâce actuelle que l’on obtient toujours si on la demande dans une prière humble, confiante et persévérante. C’est elle qui nous donne la force de conformer notre volonté à celle de Dieu, en dépit de notre faiblesse et de toutes les difficultés.

Frères et sœurs, si nous voulons vivre d’une manière fructueuse le temps de l’Avent, prenons la ferme résolution de nous convertir en profondeur et comportons nous de telle manière que le témoignage de notre vie exemplaire, toute rayonnante de foi, d’amour, fasse naître dans le cœur de nos frères incroyants ou indifférents le désir de nous rejoindre.

Guidés, encouragés et soutenus par Marie, notre éducatrice spirituelle, préparons en nous et autour de nous les chemins du Seigneur.

Amen.

Prière universelle

Marcher à la lumière du Seigneur implique inévitablement un appel à un changement radical. Confions nos prières au Seigneur pour que la conversion véritable atteigne tous les cœurs.

Père très saint, change nos cœurs.

  • Pour les dirigeants aux prises avec la corruption ; afin que les valeurs d’intégrité et de justice dominent, prions.
  • Pour l’Église marquée par des scandales de toutes sortes ; afin que la pureté, le respect et la fidélité triomphent, prions.
  • Pour les familles menacées par le divorce ; afin que le dialogue, le pardon et l’amour prévalent, prions.
  • Pour notre communauté ; afin que le désir de conversion sincère habite tous les cœurs, prions.

Père très bon, tu appelles chacun et chacune de nous à la conversion. Accompagne-nous dans notre marche en exauçant nos demandes. Nous te le demandons par Jésus, le Christ, notre Seigneur, lui qui règne avec toi et le Saint-Esprit, maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

Source : http://www.vieliturgique.ca/

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Jackie
  • : Nombreux coloriages catholiques et autres, vies de saints et homélies. Suivez-moi sur FB, Twitter, Pinterest et Instagram (voir icônes en bas de page).
  • Contact

Ma Bible illustrée

Ancien Testament

Nouveau Testament

Les Paraboles

Jeux bibliques

Autres jeux

Les Couleurs du Temps

Tout pour la Messe

Les étapes de la vie

Les Prières

Vierge Marie

Grandes Fêtes Chrétiennes

Fêtes civiles

Journées Mondiales

Divers

Compteur mondial

 

 

Flag Counter