Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 octobre 2019 7 13 /10 /octobre /2019 21:00

Lecture du livre de l’Exode 17, 8-13

Dans sa marche vers la terre promise, le peuple de Dieu doit à la prière persévérante de Moïse de triompher des obstacles qu’il rencontre.

En ces jours-là, le peuple d’Israël marchait à travers le désert. Les Amalécites survinrent et attaquèrent Israël à Rephidim. Moïse dit alors à Josué : « Choisis des hommes, et va combattre les Amalécites. Moi, demain, je me tiendrai sur le sommet de la colline, le bâton de Dieu à la main ». Josué fit ce que Moïse avait dit : il mena le combat contre les Amalécites. Moïse, Aaron et Hour étaient montés au sommet de la colline. Quand Moïse tenait la main levée, Israël était le plus fort. Quand il la laissait retomber, Amalec était le plus fort. Mais les mains de Moïse s’alourdissaient ; on prit une pierre, on la plaça derrière lui, et il s’assit dessus. Aaron et Hour lui soutenaient les mains, l’un d’un côté, l’autre de l’autre. Ainsi les mains de Moïse restèrent fermes jusqu’au coucher du soleil. Et Josué triompha des Amalécites au fil de l’épée. – Parole du Seigneur.

Commentaire : C’est le type de la guerre sainte : notre cause est juste, Dieu est avec nous et nous vaincrons. Les exemples ne manquent pas à travers l’histoire, telle la réponse de Jeanne d’Arc : « Les gens d’armes combattront, Dieu donnera la victoire ». Cette conception peut choquer notre mentalité moderne. Peut-être est-il bon cependant de voir comment Dieu a révélé progressivement son vrai visage, en faisant patiemment l’éducation religieuse de l’humanité qu’il a prise là où elle en était. Il nous est trop facile de juger les siècles passés avec l’acquis actuel de la Révélation, tout comme l’adulte qui jugerait puérile la foi de son enfance. En tout cas, Moïse et l’enfant que nous étions avaient sans doute plus de foi que nous autres en la prière.

Croire en la prière d’intercession, c’est ne pas baisser les bras. Cela nous est parfois difficile. Et si nous nous unissions à plusieurs pour cette prière ?

Psaume 120

R/ : Le secours me viendra du Seigneur qui a fait le ciel et la terre.

  • Je lève les yeux vers les montagnes : d’où le secours me viendra-t-il ? Le secours me viendra du Seigneur qui a fait le ciel et la terre. R/
  • Qu’il empêche ton pied de glisser, qu’il ne dorme pas, ton gardien. Non, il ne dort pas, ne sommeille pas, le gardien d’Israël. R/
  • Le Seigneur, ton gardien, le Seigneur, ton ombrage, se tient près de toi. Le soleil, pendant le jour, ne pourra te frapper, ni la lune, durant la nuit. R/
  • Le Seigneur te gardera de tout mal, il gardera ta vie. Le Seigneur te gardera, au départ et au retour, maintenant, à jamais. R/

Lecture de la deuxième lettre de saint Paul apôtre à Timothée 3, 14 – 4, 2

Tous les passages de l'Écriture sont inspirés par Dieu qui veut par eux éclairer notre intelligence, changer notre cœur et modeler notre agir.

Bien-aimé, demeure ferme dans ce que tu as appris : de cela tu as acquis la certitude, sachant bien de qui tu l’as appris. Depuis ton plus jeune âge, tu connais les Saintes Écritures : elles ont le pouvoir de te communiquer la sagesse, en vue du salut par la foi que nous avons en Jésus Christ. Toute l’Écriture est inspirée par Dieu ; elle est utile pour enseigner, dénoncer le mal, redresser, éduquer dans la justice ; grâce à elle, l’homme de Dieu sera accompli, équipé pour faire toute sorte de bien.

Devant Dieu, et devant le Christ Jésus qui va juger les vivants et les morts, je t’en conjure, au nom de sa Manifestation et de son Règne : proclame la Parole, interviens à temps et à contretemps, dénonce le mal, fais des reproches, encourage, toujours avec patience et souci d’instruire. – Parole du Seigneur.

Commentaire : Nous ne lisons pas la Bible par vénération pour cette littérature ancienne, ni l’évangile pour l’idéal supérieur de vie qu’il propose mais parce que « tous les passages de l’Écriture sont inspirés par Dieu ». Tantôt Dieu nous y enseigne le mystère de son être et son projet sur l’homme, conteste les conceptions trop sécurisantes ou les valeurs qui mènent la vie des hommes, redresse notre tendance à idolâtrer tout ce qui nous séduit, tantôt encore il éduque l’homme et le fils qu’il veut réussir en nous. Et si la Parole de Dieu nous prend parfois à contre-pied, remercions celui qui a le courage de nous l’annoncer, même à contretemps.

Retenons pour la semaine l’un ou l’autre des textes du dimanche qui nous a parlé le plus.

Alléluia. Alléluia. Elle est vivante, efficace, la parole de Dieu ; elle juge des intentions et des pensées du cœur. Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 18, 1-8

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples une parabole sur la nécessité pour eux de toujours prier sans se décourager : « Il y avait dans une ville un juge qui ne craignait pas Dieu et ne respectait pas les hommes. Dans cette même ville, il y avait une veuve qui venait lui demander : ‘Rends-moi justice contre mon adversaire.’ Longtemps il refusa ; puis il se dit : ‘Même si je ne crains pas Dieu et ne respecte personne, comme cette veuve commence à m’ennuyer, je vais lui rendre justice pour qu’elle ne vienne plus sans cesse m’assommer.’ » Le Seigneur ajouta : « Écoutez bien ce que dit ce juge dépourvu de justice ! Et Dieu ne ferait pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ? Les fait-il attendre ? Je vous le déclare : bien vite, il leur fera justice. Cependant, le Fils de l’homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? » – Acclamons la Parole de Dieu.

Commentaire : Encore une boutade de Jésus Christ ! Si la réclamation persistante de la veuve a le don d’exaspérer ce juge sans scrupules et de le décider à lui rendre justice, combien plus une prière persévérante aura-t-elle d’effet sur Dieu qui nous aime et qui veut nous combler ! Mais pour quoi prie-t-on ? Pour changer Dieu, ou pour que la prière nous transforme et nous aide à entrer avec foi dans son dessein sur nous et sur les autres, lequel n’est pas toujours dans la ligne de notre volonté ? La perte du sens de la prière n’est-elle pas le signe d’une diminution de la foi, qui justifie l’inquiétude de Jésus Christ ?

Dieu établira certainement la justice dans le monde, bien qu’il fasse attendre ceux qui l’en prient. Notre persévérance à la lui demander et à agir pour qu’elle grandisse est pour lui le signe qu’elle nous tient à cœur autant qu’à lui.

Homélie

Il est une vérité que nous ne devrions jamais oublier : à savoir que tout ce que nous faisons dans l’ordre surnaturel c’est Dieu qui nous donne de pouvoir le faire. De cette vérité, Moïse était profondément convaincu, lui qui persévérait dans la prière tandis que Josué combattait dans la plaine, car la prière ne dispense pas d’agir.

« Laisser tomber les bras » : voilà une expression que nous employons encore pour parler de quelqu’un qui n’y croit plus, qui renonce : il a baissé les bras ! Moïse n’a pas baissé les bras : il a tenu bon dans la foi, il a persévéré dans la prière jusqu’au bout.

Aussi, à travers ce geste de Moïse, c’est la question de la foi, qui, en fait nous est posée : sur qui comptons-nous ? Sur Dieu ou seulement sur nous-mêmes, nous estimant assez forts, suffisants, pour nous passer de Lui ?

C’est tout le sens de la question de Jésus, étrange en vérité, qui termine l’Évangile d’aujourd’hui : « Mais le Fils de l’Homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur la terre ? »

A voir la proportion des baptisés qui fréquentent les églises chaque dimanche, la question se pose en effet. Et nous-mêmes, dans nos journées, quelle place laissons-nous à la prière ? Avons-nous au moins un rendez-vous quotidien et assez long avec le Seigneur ? Oh, je sais bien, l’excuse qu’on se donne : « Je n’ai pas le temps ».

Ayons plutôt la loyauté de reconnaître : « Je ne sais pas prendre le temps ».

Car prier, voyez-vous, c’est d’abord comme disait si bien un auteur spirituel : « brûler du temps pour Dieu », c’est lui réserver une partie de notre temps parce que nous avons conscience que c’est capital pour notre vie chrétienne qui est essentiellement une vie de Foi, d’Espérance et d’Amour.

Quand on aime quelqu’un ne prend on pas du temps pour demeurer avec lui, l’écouter, lui parler, lui exprimer notre affection ou notre amitié ? La prière est ce rendez-vous avec Dieu, elle nous rend présents à Dieu, elle nous expose au rayonnement de son Amour comme on s’expose au soleil. Au milieu de l’agitation trépidante de notre vie, la prière est un bain de silence qui permet une décantation de nous-mêmes, comme une eau qui se clarifie au repos, et alors, oui nous pouvons entendre Dieu qui nous parle tout doucement à l’intime du cœur. Son esprit qui est l’Esprit de Vérité nous envahit et peu à peu nous communions à sa pensée sur toutes choses, sur le monde, sur les autres et sur nous-mêmes, nous communions à son désir qui est de sauver tous les hommes et cela fortifie en nous l’esprit missionnaire.

La prière, surtout si elle est contemplative, si elle est un long face à face, clarifie notre regard, apaise notre cœur le remplit d’un véritable amour pour nos frères : elle fortifie aussi notre volonté pour les servir. Oui, en vérité la prière est une grande chaîne d’amour qui nous relie à Dieu et à nos frères.

Il nous faut bien comprendre aussi, chers frères et sœurs, que la prière, c’est ce qui permet au Seigneur d’agir en nous et par nous : ce qui lui permet d’agir en nous, car Dieu n’attend que notre appel, pour nous répondre en comblant notre cœur de sa lumière, de son amour, de sa force. Il n’ignore pas, certes, que nous en avons besoin, mais il veut que nous le lui demandions, reconnaissant par là qu’il est le Maître, mais surtout qu’Il est notre Père, un Père très aimant, infiniment bon.

La prière c’est aussi ce qui permet à Dieu d’agir par nous, car c’est grâce à elle que nous devenons de plus en plus malléables, disponibles, capables de dire comme Marie, la Grande Priante : « qu’il me soit fait selon ta Parole ».

Vous avez remarqué que l’Évangile de ce dimanche est une pressante invitation à la persévérance dans la prière. En nous donnant l’exemple de cette veuve importune à qui le juge excédé finit par rendre justice, Jésus veut nous rappeler avec force que l’efficacité de notre prière est à la mesure de notre foi. Une prière qui se prolonge, qui se fait insistante a finalement raison du Cœur de Dieu.

Le saint Curé d’Ars le disait d’une manière un peu paradoxale : « Je connais quelqu’un qui est plus fort que Dieu, c’est l’homme de prière, il fait dire à Dieu OUI lorsqu’il a dit NON ».

Cela ne veut pas dire que Dieu va exaucer nos prières aussitôt que nous les aurons formulées… Dieu n’est pas un distributeur automatique. Ce silence de Dieu parfois nous scandalise, souvent nous décourage… Pourquoi notre Père du Ciel est-il si peu pressé tandis que nous le supplions de faire vite en toutes nos prières ?

Nous ne pouvons pas pénétrer la pensée du Seigneur pour connaître le secret de sa patience et percer le mystère de son retard sur notre impatience. Mais ne savons-nous pas, par expérience, que ce que nous demandons à Dieu sur un coup de tête ou dans un accès de fièvre n’est pas toujours le meilleur. Il faut souvent l’érosion du temps pour décaper nos fausses générosités et nos petits calculs aux apparences de piété. Heureusement Dieu ne nous prend pas toujours au mot. Où en serions-nous si tous nos caprices d’enfants avaient été exaucés ?

Devant Dieu ne sommes-nous pas tous comme des plantes : pour pouvoir grandir jusqu’à êtres capables de donner des fleurs et des fruits, les plantes ont besoin du rythme des saisons, de l’alternance du soleil et de la pluie, de l’été et de l’hiver et même des rafales du vent. Que deviendrait un germe qui refuserait toute épreuve au cours de sa croissance et voudrait exiger la récolte au lendemain des semailles ?

Il faut donc, chers frères et sœurs, que notre attitude de priants soit toute de patience, d’humilité, d’abandon à Dieu et à sa Sainte Volonté. Si parfois Dieu semble faire la sourde oreille, gardons-nous bien de nous décourager !

Frappons à sa porte avec encore plus d’insistance, afin de recevoir ses dons avec gratitude, même s’ils ne correspondent pas exactement à ce que nous aurions souhaité. N’oublions jamais que Dieu est un Père plein de tendresse qui nous aime infiniment : il sait beaucoup mieux que nous ce qui nous convient… En réalité, la vraie prière ne devrait être qu’abandon à Dieu, acceptation amoureuse de sa volonté… Si nous prions, c’est pour obtenir que le « OUI » de Jésus à Gethsémani devienne le nôtre… « Oui Père que ta volonté soit faite et non la mienne ».

Autrement dit prier avec persévérance c’est se livrer tout entier à l’amour du Père à l’exemple de Jésus et de Marie. Mais n’est-ce pas, dites-moi, l’essentiel de notre vocation chrétienne : qui est de communier dès ici-bas par la Foi et la Charité à la Vie du DIEU AMOUR en attendant de la posséder un jour, cette vie divine dans les splendeurs de la GLOIRE ! Amen !

Prière Universelle

  • Pour tous ceux et celles à qui est confié un ministère de la Parole afin d’annoncer la Bonne Nouvelle, l’Amour et la Miséricorde de Dieu. Que l’Esprit Saint leur donne de rayonner cette Parole et de la transmettre avec sagesse et force. Seigneur, nous t’en prions.
  • Pour toutes celles et ceux qui ont accepté une responsabilité politique, économique, sociale ou ecclésiale et dont les décisions, même si elles sont nécessaires, ne sont pas toujours comprises et acceptées. Que le dialogue, la concentration, le respect de l’autre, restent toujours, au centre de leurs préoccupations. Seigneur, nous t’en prions.
  • Pour ceux qui sont chargés de rendre justice. Qu’ils le fassent en toute impartialité, sans se soucier du rang social de la personne à juger ni de sa notoriété, ni de sa fortune, ni des moyens de pression et d’intimidation qu’elle peut exercer. Seigneur, nous t’en prions.
  • Pour les femmes et les hommes qui n’ont personne à qui parler, à qui se confier. Pour les personnes seules, découragées par la médiocrité de leur existence par la précarité, la maladie ou les dettes qui s’accumulent. Qu’avec l’aide et le soutien des autres, ils puissent reconnaître la présence de Dieu dans leur vie et reprendre en main leur destinée. Seigneur, nous t’en prions.

Source : http://www.berceau-du-fer.com par Micheline et Guy Tribout

Partager cet article
Repost0

commentaires

G
Bonne semaine
Répondre
J
Merci beaucoup, bonne semaine à tous !

Présentation

  • : Le Blog de Jackie
  • : Nombreux coloriages catholiques et autres, vies de saints et homélies. Suivez-moi sur FB, Twitter, Pinterest et Instagram (voir icônes en bas de page).
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • Jackie
  • Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog. 
Il y a une multitude d'infos de toutes sortes : coloriages, contes... Bonne balade à tous. Merci.
  • Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog. Il y a une multitude d'infos de toutes sortes : coloriages, contes... Bonne balade à tous. Merci.

Ma Bible illustrée

ANCIEN TESTAMENT

NOUVEAU TESTAMENT

LES PARABOLES

Divers

 

 

Compteur mondial