Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 14:31

Lecture du livre de la Genèse 18, 20-32

Les trois visiteurs d'Abraham allaient partir pour Sodome. Le Seigneur dit : « Comme elle est grande, la clameur qui monte de Sodome et de Gomorrhe ! Et leur faute, comme elle est lourde ! Je veux descendre pour voir si leur conduite correspond à la clameur venue jusqu'à moi. Si c'est faux, je le reconnaîtrai ». Les deux hommes se dirigèrent vers Sodome, tandis qu'Abraham demeurait devant le Seigneur. Il s'avança et dit : « Vas-tu vraiment faire périr le juste avec le pécheur ? Peut-être y a-t-il cinquante justes dans la ville. Vas-tu vraiment les faire périr ? Est-ce que tu ne pardonneras pas à cause des cinquante justes qui sont dans la ville ? Quelle horreur, si tu faisais une chose pareille ! Faire mourir le juste avec le pécheur, traiter le juste de la même manière que le pécheur, quelle horreur : Celui qui juge toute la terre va-t-il rendre une sentence contraire à la justice ? » Le Seigneur répondit : « Si je trouve cinquante justes dans Sodome, à cause d'eux je pardonnerai à toute la ville ». Abraham reprit : « Oserai-je parler encore à mon Seigneur, moi qui suis poussière et cendre ? Peut-être, sur les cinquante justes, en manquera-t-il cinq : pour ces cinq-là, vas-tu détruire toute la ville ? » Il répondit : « Non, je ne la détruirai pas, si j'en trouve quarante-cinq ». Abraham insista : « Peut-être en trouvera-t-on seulement quarante ? » Le Seigneur répondit : « Pour quarante, je ne le ferai pas ». Abraham dit : « Que mon Seigneur ne se mette pas en colère, si j'ose parler encore : peut-être y en aura-t-il seulement trente ? » Il répondit : « Si j'en trouve trente, je ne le ferai pas ». Abraham dit alors : « Oserai-je parler encore à mon Seigneur ? Peut-être en trouvera-t-on seulement vingt ? » Il répondit : « Pour vingt, je ne détruirai pas ». Il dit : « Que mon Seigneur ne se mette pas en colère : je ne parlerai plus qu'une fois. Peut-être en trouvera-t-on seulement dix ? » Et le Seigneur répondit : « Pour dix, je ne détruirai pas la ville de Sodome ».

Lecture de la lettre de saint Paul aux Colossiens 2, 12-14

Frères, par le baptême, vous avez été mis au tombeau avec lui, avec lui vous avez été ressuscités, parce que vous avez cru en la force de Dieu qui a ressuscité le Christ d'entre les morts. Vous étiez des morts, parce que vous aviez péché et que vous n'aviez pas reçu de circoncision. Mais Dieu vous a donné la vie avec le Christ : il nous a pardonné tous nos péchés. Il a supprimé le billet de la dette qui nous accablait depuis que les commandements pesaient sur nous : il l'a annulé en le clouant à la croix du Christ.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 11, 1-13

Un jour, quelque part, Jésus était en prière. Quand il eut terminé, un de ses disciples lui demanda : « Seigneur, apprends-nous à prier, comme Jean Baptiste l'a appris à ses disciples ». Il leur répondit : « Quand vous priez, dites : Père, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne. Donne-nous le pain dont nous avons besoin pour chaque jour. Pardonne-nous nos péchés, car nous-mêmes nous pardonnons à tous ceux qui ont des torts envers nous. Et ne nous soumets pas à la tentation ».Jésus leur dit encore : « Supposons que l'un de vous ait un ami et aille le trouver en pleine nuit pour lui demander : Mon ami, prête-moi trois pains : un de mes amis arrive de voyage, et je n'ai rien à lui offrir. Et si, de l'intérieur, l'autre lui répond : Ne viens pas me tourmenter ! Maintenant, la porte est fermée ; mes enfants et moi, nous sommes couchés. Je ne puis pas me lever pour te donner du pain, moi, je vous l'affirme : même s'il ne se lève pas pour les donner par amitié, il se lèvera à cause du sans-gêne de cet ami, et il lui donnera tout ce qu'il lui faut. Eh bien, moi, je vous dis : Demandez, vous obtiendrez ; cherchez, vous trouverez ; frappez, la porte vous sera ouverte. Celui qui demande reçoit ; celui qui cherche trouve ; et pour celui qui frappe, la porte s'ouvre. Quel père parmi vous donnerait un serpent à son fils qui lui demande un poisson ? ou un scorpion, quand il demande un œuf ? Si donc vous, qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus le Père céleste donnera-t-il l'Esprit Saint à ceux qui le lui demandent ! »

Homélie

Concernant l’importance et l’efficacité de la prière dont l’Evangile vient de nous parler, on entend souvent cette réflexion : « A quoi bon prier, à quoi cela sert-il, puisque Dieu sait d’avance ce dont nous avons besoin et ce que nous allons lui dire... » A ceux-là il faut répondre : « A quoi cela sert-il d’échanger, de dialoguer de se parler entre amis, entre fiancés, entre époux... »

D’ailleurs, regardons Jésus tout au long de l’Evangile. N’est-il pas évident que pour lui, prier c’est essentiellement se mettre en relation, en communication directe avec ce Dieu infiniment saint qu’il appelle son Père et dont il se sait aimé d’une façon unique parce qu’il est son Fils à un titre unique.

La prière de Jésus, qu’est ce que c’est, en effet, sinon un échange au niveau le plus élevé, un incomparable dialogue d’amour avec le Père très aimant qui déverse en lui son indicible tendresse.

Elle est donc bien là, frères et sœurs la véritable raison d’être de la prière chrétienne, dans ce fait qu’elle s’adresse à un être personnel. Si Dieu, en effet, n’est pas une personne, s’il n’est qu’une idée abstraite lointaine, anonyme, on ne voit pas très bien alors à quoi pourrait servir la prière ; elle serait une absurdité... Mais, si au contraire, comme c’est affirmé tout au long de la Bible, Dieu est vraiment quelqu’un, ce grand vivant qui nous dépasse infiniment certes, mais qui est, en même temps, tout proche de nous, plus présent à nous que nous ne le sommes à nous, même si Dieu est, bien plus encore, ce Père des Cieux, révélé par Jésus qui s’intéresse à tous ses enfants, les entourant d’une merveilleuse tendresse, alors quoi de plus normal, quoi de plus logique pour ces enfants que de chercher à nouer des relations avec lui, afin de répondre, autant que faire se peut à son prodigieux amour. On conçoit mal, d’ailleurs, comment on pourrait aimer quelqu’un sans jamais le rencontrer, sans jamais lui parler, sans jamais lui exprimer ce que l’on pense ou ce que l’on ressent, ne serait-ce qu’au moyen de signes : les regards par exemple qui en disent quelquefois tellement plus que les paroles. Ces mots d’ailleurs, ne sont pas le plus important... Nous savons bien qu’ils sont incapables de traduire parfaitement nos pensées ou nos sentiments. Il en va de même dans la prière : les paroles ne sont que des tremplins grâce auxquels l’âme cherche à s’élever vers Dieu. L’essentiel c’est de parvenir à ce contact, à cette relation vraiment personnelle et unique avec le Seigneur à ce croisement de deux regards, à une véritable union des cœurs. Pensons à cette remarquable formule qu’un paysan d’Ars trouve un jour, pour expliquer à son saint Curé, sa façon à lui de prier : « Je l’avise et il m’avise... » Que c’est beau s’exclamait ensuite le grand homme de Dieu, que c’est beau ! « Je l’avise et il m’avise ».

Disons-nous bien, frères et sœurs que rien ne pourra jamais remplacer ce mystérieux et pourtant si simple face à face avec Dieu, cette sorte de respiration ensemble, ces moments privilégiés de notre vie durant lesquels nous reprenons conscience d’exister par Dieu avec lui et en lui, durant lesquels nous pressentons combien nous sommes aimés et durant lesquels, nous apprenons à notre tour, à aimer. Oui, moments irremplaçables de la plus haute valeur, que ces temps forts de prière où il nous est donné d’intensifier notre relation d’amour avec le Dieu d’amour. C’est la raison pour laquelle Jésus nous invite si instamment à la prière : c’est parce qu’elle est quelque chose de vital. Un chrétien qui ne prie pas n’est pas plus vivant qu’un poisson hors de l’eau : c’est un asphyxié spirituel.

Car la prière, voyez-vous, frères et sœurs, a pour effet de nous plonger et de nous maintenir dans notre véritable milieu de vie qui n’est pas, contrairement aux apparences, le monde matériel, le monde visible dans lequel nous évoluons quelques années, mais le monde invisible « le milieu divin » qui nous enveloppe de toutes parts et englobe toutes choses, mais dont nous avons, hélas ! le redoutable pouvoir de nous échapper. Chaque fois que nous prions, donc, nous nous replaçons dans notre vrai milieu, nous revenons chez nous, dans cette « demeure éternelle » dont parle saint Paul ; nous nous laissons saisir et emporter par ce mystérieux courant d’amour qui nous relie très étroitement à chacune des Trois Personnes Divines, qui nous unit aussi de façon tout à fait privilégiée à Marie, notre Mère selon la Grâce ; qui nous unit encore à tous les habitants du ciel, à toutes les âmes du Purgatoire et enfin à tous ceux qui sur la terre s’efforcent de vivre comme nous dans le Christ. Autrement dit, chaque fois que nous prions, nous nous raccordons, bien que ce soit d’une manière très imparfaite à cette vie d’amour qui sera la notre toute l’éternité.

Chers frères et sœurs, au cours de cette Eucharistie nous adresserons un appel suppliant à celle qui, après Jésus, est le modèle le plus parfait des âmes priantes à Marie, la Vierge Toute Sainte. Puisque Dieu la chargée de notre éducation spirituelle prions la très fort de nous prodiguer ses sages conseils et son aide toute-puissante pour que par le moyen d’une prière, humble, pleine de confiance, ardente et persévérante nous puissions monter toujours plus haut, vers les sommets de la Sainteté et pour que par là Dieu Notre Père soit pleinement glorifié.

Amen.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Abbé Pierre Cousty - dans Homélies Année C
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Jackie
  • Le Blog de Jackie
  • : Nombreux coloriages catholiques et autres, vies de saints et homélies.
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • Jackie
  • Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog. Il y a une multitude d'infos de toutes sortes : coloriages, contes... Bonne balade à tous. Merci.

Ma Bible illustrée

ANCIEN TESTAMENT

NOUVEAU TESTAMENT

Divers