Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 juillet 2019 5 05 /07 /juillet /2019 20:12
https://gmehlert.wordpress.com/tag/aussendung/

Lecture du livre d’Isaïe 66, 10-14c

Réjouissons-nous, car l’amour fort et puissant de Dieu sait prendre aussi pour nous les accents de la tendresse maternelle.

Réjouissez-vous avec Jérusalem ! Exultez en elle, vous tous qui l’aimez ! Avec elle, soyez pleins d’allégresse, vous tous qui la pleuriez !

Alors, vous serez nourris de son lait, alors, vous goûterez avec délices à l’abondance de sa gloire. Car le Seigneur le déclare : « Voici que je dirige vers elle la paix comme un fleuve et, comme un torrent qui déborde, la gloire des nations ». Vous serez nourris, portés sur la hanche ; vous serez choyés sur ses genoux. Comme un enfant que sa mère console, ainsi, je vous consolerai. Oui, dans Jérusalem, vous serez consolés. Vous verrez, votre cœur sera dans l’allégresse ; et vos os revivront comme l’herbe reverdit. Le Seigneur fera connaître sa puissance à ses serviteurs. – Parole du Seigneur.

Commentaire : Pour parler de la tendresse de Dieu pour son peuple, la Bible a utilisé toutes les images de l’amour : amour du fiancé pour sa fiancée, du mari pour sa femme, du père pour son fils, et ici, amour de la mère pour son nourrisson. C’est assez dire qu’aucune expression de l’amour humain ne peut suffire à exprimer l’amour que Dieu nous porte : amour aux multiples visages, selon que notre cœur a besoin de consolation dans l’épreuve, d’exigences paternelles ou d’amitié partagée entre gens qu’anime le même projet de construction d’un nouveau monde.

« De même qu’une mère console son enfant, moi-même je vous consolerai », dit le Seigneur. Se laisser aimer par Dieu, comme un enfant par sa mère, en abandonnant toute inquiétude, toute angoisse devant l’avenir, dans une confiance éperdue !

Psaume 65

R/ : Terre entière, acclame Dieu, chante le Seigneur !

  • Acclamez Dieu, toute la terre ; fêtez la gloire de son nom, glorifiez-le en célébrant sa louange. Dites à Dieu : « Que tes actions sont redoutables ! » R/
  • Toute la terre se prosterne devant toi, elle chante pour toi, elle chante pour ton nom. Venez et voyez les hauts faits de Dieu, ses exploits redoutables pour les fils des hommes. R/
  • Il changea la mer en terre ferme : ils passèrent le fleuve à pied sec. De là, cette joie qu’il nous donne. Il règne à jamais par sa puissance. R/
  • Venez, écoutez, vous tous qui craignez Dieu : je vous dirai ce qu’il a fait pour mon âme ; béni soit Dieu qui n’a pas écarté ma prière, ni détourné de moi son amour ! R/

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Galates 6, 14-18

Paul, le crucifié par amour, regarde la création nouvelle qui, par la grâce de Jésus Christ, surgit au sein de notre monde.

Frères, pour moi, que la croix de notre Seigneur Jésus Christ reste ma seule fierté. Par elle, le monde est crucifié pour moi, et moi pour le monde. Ce qui compte, ce n’est pas d’être circoncis ou incirconcis, c’est d’être une création nouvelle. Pour tous ceux qui marchent selon cette règle de vie et pour l’Israël de Dieu, paix et miséricorde. Dès lors, que personne ne vienne me tourmenter, car je porte dans mon corps les marques des souffrances de Jésus. Frères, que la grâce de notre Seigneur Jésus Christ soit avec votre esprit. Amen. – Parole du Seigneur.

Commentaire : Paul a rencontré bien des ennuis et des oppositions de la part de prédicateurs juifs et chrétiens qui maintenaient contre lui la nécessité pour être sauvé, de recevoir la circoncision et d’obéir à la loi juive. Jusqu’au bout, il a défendu que le Christ seul nous sauve, par sa Croix, et que la seule garantie du salut c’est d’appartenir à Jésus Christ par la foi. Paul, qui a ainsi préféré plaire à Dieu plutôt que de céder à la mode des prédicateurs et des théologiens du jour, sait bien qu’il a rejeté ce monde, tout comme il en a été rejeté. Un monde bien trop sage et entiché de lui-même ne peut que rejeter la folie des crucifiés par amour.

Être crucifié pour le monde, c’est, pour Paul, l’être à la manière et à la suite de Jésus qui est mort d’amour pour ses frères humains. C’est ainsi qu’il nous faut à notre tour être crucifiés pour le monde.

Alléluia. Alléluia. Que dans vos cœurs, règne la paix du Christ ; que la parole du Christ habite en vous dans toute sa richesse. Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 10, 1-12. 17-20

La moisson est abondante, dit Jésus. Ce n’est pas Dieu qui fait faillite. Mais nous autres, acceptons-nous d’inscrire nos noms sur la liste des ouvriers de Dieu ?

En ce temps-là, parmi les disciples, le Seigneur en désigna encore 72, et il les envoya deux par deux, en avant de lui, en toute ville et localité où lui-même allait se rendre. Il leur dit : « La moisson est abondante, mais les ouvriers sont peu nombreux. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson. Allez ! Voici que je vous envoie comme des agneaux au milieu des loups. Ne portez ni bourse, ni sac, ni sandales, et ne saluez personne en chemin. Mais dans toute maison où vous entrerez, dites d’abord : ‘Paix à cette maison.’ S’il y a là un ami de la paix, votre paix ira reposer sur lui ; sinon, elle reviendra sur vous. Restez dans cette maison, mangeant et buvant ce que l’on vous sert ; car l’ouvrier mérite son salaire. Ne passez pas de maison en maison. Dans toute ville où vous entrerez et où vous serez accueillis, mangez ce qui vous est présenté. Guérissez les malades qui s’y trouvent et dites-leur : ‘Le règne de Dieu s’est approché de vous.’ » Mais dans toute ville où vous entrerez et où vous ne serez pas accueillis, allez sur les places et dites : ‘Même la poussière de votre ville, collée à nos pieds, nous l’enlevons pour vous la laisser. Toutefois, sachez-le : le règne de Dieu s’est approché.’ Je vous le déclare : au dernier jour, Sodome sera mieux traitée que cette ville ».

Les 72 disciples revinrent tout joyeux, en disant : « Seigneur, même les démons nous sont soumis en ton nom ». Jésus leur dit : « Je regardais Satan tomber du ciel comme l’éclair. Voici que je vous ai donné le pouvoir d’écraser serpents et scorpions, et sur toute la puissance de l’Ennemi : absolument rien ne pourra vous nuire. Toutefois, ne vous réjouissez pas parce que les esprits vous sont soumis ; mais réjouissez-vous parce que vos noms se trouvent inscrits dans les cieux ». – Acclamons la Parole de Dieu.

Commentaire : La mission est l’œuvre du Christ qui envoie, non une décision ou une lubie personnelle. Jésus envoie là où il doit lui-même se rendre : il n’abandonne pas ses disciples à eux-mêmes. Il ne propose aucune recette missionnaire, mais montre dans quel esprit doit se faire l’annonce évangélique. Il faut commencer par croire que Dieu travaille les cœurs, et donc que la moisson est mûre ; si la mission piétine, c’est faute d’ouvriers apostoliques suffisamment nombreux, compétents et convaincus. On ne part pas annoncer l’Évangile dans un but de conquête : sans défense, tel un agneau, sans argent, sans mettre en œuvre des moyens prestigieux, le disciple du Christ sait que la paix de l’Évangile doit trouver par elle-même le chemin des cœurs. Enfin, il doit renoncer à vouloir comptabiliser échecs ou succès : il lui suffit de savoir que Dieu le connaît, l’aime et l’a appelé par son nom à œuvrer pour son règne.

La mission évangélique consiste à entrer en amitié et en dialogue avec quelqu’un pour lui faire découvrir que le règne de Dieu est tout proche de lui. C’est pourquoi le Seigneur nous envoie sans assurance, comme des pauvres de cœur.

Homélie

Être chrétien, c’est suivre Jésus. C’est ce que saint Luc nous disait dans l’Evangile de dimanche dernier. Suivre Jésus, non pas matériellement, ni même le suivre en le copiant par une sorte d’imitation purement extérieure, mais aller avec lui sur le chemin de l’amour jusqu’au bout c’est-à-dire jusqu’à la Croix.

Dans l’Evangile de ce jour saint Luc nous dit quelque chose de nouveau : être disciple de Jésus ce n’est pas seulement le suivre, c’est aussi d’une certaine façon le précéder. Aller en avant de Lui, être envoyé par Lui, là où il veut lui-même se rendre : « il les envoya deux par deux devant Lui, dans toutes les villes ou localités où lui-même devait aller ».

De tout temps on a vu les disciples d’un grand Maître se faire les propagandistes de sa sagesse ou de sa puissance, ou de son art. Ici, notons-le bien, c’est Jésus lui-même qui prévoit et organise cette diffusion de son message et de son œuvre à travers le monde en y préparent ses disciples.

L’Eglise que Jésus a fondée pour être le Sacrement du salut est de par sa constitution même, missionnaire elle doit se communiquer se répandre de plus en plus... « Allez dans le monde entier de tous les peuples faites mes disciples ».

Nous savons tous qu’il y a dans le christianisme deux phases qui se succèdent, mais qui sont complémentaires :

- Tout d’abord Jésus a accompli en sa propre personne le retour de l’homme vers Dieu. Il a été, au prix de son sang l’homme totalement fidèle à Dieu, jusqu’au bout, par amour. C’est pourquoi sa mort s’est transformée en Résurrection glorieuse et en vie éternellement bienheureuse. En Lui, notre Rédempteur, l’essentiel est accompli : l’homme est libéré de l’esclavage du péché et devient capable d’accueillir en Lui la vie surnaturelle, la vie divine qui le fait enfant de Dieu.

- Le salut est acquis pour tous, mais globalement. Reste à le monnayer... et c’est la seconde phase. Il faut, en effet, que la victoire de l’amour passe de Jésus à tous les hommes. Or cette extension, cette communication à tous du mystère de sa Pâque (de son passage de la mort à la vie) c’est aux hommes eux-mêmes que Jésus la confie, comme leur part à eux, la part qu’ils doivent fournir pour la rédemption du monde. En Jésus, donc, tout est accompli et cependant tout reste à faire, puisqu’il faut annoncer à tous la Bonne Nouvelle et unir les hommes à Dieu par la foi, les sacrements et l’amour. C’est pour cela que Jésus envoie les disciples et il les associe tellement à Lui qu’il va jusqu’à dire « Celui qui vous écoute, m’écoute ; celui qui vous accueille, m’accueille ».

Ainsi les disciples tout en suivant Jésus, les précèdent dans le monde. Ils vont là où il n’est pas encore connu, là où il n’est pas encore aimé. Ils vont en messagers, en envoyés pour faire connaître celui qui désire tout donner aux hommes le véritable bonheur.

Certains comme Pierre, Jaques, Jean, Paul et leurs innombrables successeurs : évêques et prêtres sont choisis par Jésus d’une manière spéciale au point que cette mission devient toute leur vie, le moteur de toutes leurs activités... C’est à ceux-là, sans nul doute que s’appliquent en premier lieu les paroles de Jésus rapportées par saint Luc « N’emportez ni argent, ni sac, ni sandales », c'est-à-dire ne vous encombrez pas, soyez totalement libérés de tout, entièrement disponibles : ne vous appuyez sur rien d’autre que sur la force de l’Evangile, que sur la grâce toute-puissante de Dieu.

Mais il ne faudrait pas croire pour autant, frères et sœurs, que ces paroles du Christ ne concernent que les évêques, les prêtres, les missionnaires au sens technique du terme. Dès l’origine, chaque chrétien sait qu’en devenant disciple de Jésus il devient du même coup son témoin dans le monde et le porteur de son message de salut. Au jour de notre Baptême nous avons reçu le don merveilleux de la foi. Au fil des années nous avons cultivé cette foi, si nous nous sommes efforcés de mettre en pratique le Parole de Dieu, notre vie a trouvé tout son sens et toute sa plénitude. Jésus est le grand phare qui éclaire notre route. Mais cette lumière de la foi nous ne l’avons pas reçue pour en jouir égoïstement, mais pour la rayonner, pour la partager... N’oublions pas que partout dans le monde des millions d’hommes et femmes sont dans l’attente de « quelqu’un » qui viendra éclairer les ténèbres de leur vie et mettre fin à leur désespoir. Et comme, à l’heure actuelle, les ouvriers pour la moisson sont hélas trop peu nombreux, nous devons nous sentir encore plus responsables de la propagation de foi. Le Seigneur a besoin de nous ; il veut avoir besoin de nous pour le faire connaître et aimer.

Et disons-nous, frères et sœurs, que pour cela il n’est pas nécessaire de partir au loin, ni de faire des choses extraordinaires. C’est dans le quotidien de nos vies que Jésus nous demande d’être ses témoins. Sans doute à ceux qui nous entourent - qui pour la plupart sont incroyants ou indifférents - il ne faut pas avoir peur lorsque les circonstances s’y prêtent, d’annoncer explicitement le Christ : d’exposer par exemple les motifs de notre foi, les raisons que nous avons de ne pas penser ou agir comme tout le monde « N’hésitez pas à rendre compte, nous dit saint Paul, de l’espérance qui est en vous ».

Mais il nous faut avant tout témoigner par nos actes : en nous efforçant de nous comporter en toutes choses comme Jésus ferait s’il était à notre place, en mettant au centre de notre vie l’amour et non pas l’égoïsme ou la haine, en nous mettant au service de tous (surtout les plus pauvres et les malheureux), en étant toujours et partout des artisans de réconciliation, d’unité et de paix.

Il faut que nous en soyons bien convaincus : la manière la plus efficace de démontrer Dieu, c’est de le montrer. Et nous ne pouvons le montrer que s’il transparaît à travers tout notre être ; dans toutes nos paroles, dans toutes nos attitudes.

Refléter le visage d’amour de Jésus, devenir une copie vivante de Jésus, n’est-ce pas, frères et sœurs, l’objectif premier de notre vie chrétienne, l’idéal vers lequel nous devons tendre de toutes nos forces, en intensifiant notre union avec Lui par ces moyens irremplaçable que sont la prière et les sacrements.

Puisse la Vierge Marie qui et la Reine des Apôtres et qui collabore si étroitement à l’œuvre sanctificatrice de l’Esprit-Saint, nous éduquer à cette vie intérieure, à cette communion très intime avec Dieu qui est, selon la belle expression d’un grand Maître spirituel : « l’âme de tout apostolat ».

Amen.

Partager cet article
Repost0

commentaires

C
Alléluia ! Merci Seigneur pour ton serviteur l'Abbé COUSTY que le comble de la pleine Lumière ! Et priez pour nous très cher Abbé COUSTY !
Répondre
J
Merci pour tes commentaires. A trés bientôt.

Présentation

  • : Le Blog de Jackie
  • : Nombreux coloriages catholiques et autres, vies de saints et homélies. Suivez-moi sur FB, Twitter, Pinterest et Instagram (voir icônes en bas de page).
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • Jackie
  • Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog. 
Il y a une multitude d'infos de toutes sortes : coloriages, contes... Bonne balade à tous. Merci.
  • Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog. Il y a une multitude d'infos de toutes sortes : coloriages, contes... Bonne balade à tous. Merci.

Ma Bible illustrée

ANCIEN TESTAMENT

NOUVEAU TESTAMENT

LES PARABOLES

Mes coloriages catho

MES COMPOSITIONS:

Divers

Compteur mondial

 

 


 

 

Flag Counter