Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 août 2019 6 17 /08 /août /2019 09:13

Mon ami Mario, vient de m'envoyer la vie du Bienheureux Quirico Pignalberi, qui est passionnante et que je m'empresse de vous livrer, bonne lecture à tous.

 

Enfance et premiers signes de vocation

Quirico Pignalberi est né à Serrone, dans la province de Frosinone, le 11 juillet 1891, dernier des cinq fils des paysans Egidio Pignalberi et Caterina Proietti. Il a été baptisé à l'église du Sacré-Cœur à La Forma, un quartier de Serrone, le lendemain de sa naissance. Selon l'usage du temps, il reçut une confirmation le 29 septembre 1893, alors qu'il n'avait que deux ans, du cardinal Angelo Bianchi, évêque de Palestrina.

Il a fréquenté les écoles primaires et les collèges de son pays d'origine. À l’école élémentaire, le premier fait est apparu qui a bouleversé la légèreté de son très jeune âge : le maître l’a chargé de faire respecter la discipline de la classe, puis a quitté la salle de classe. Quelques instants plus tard, un coup de feu retentit : le maître se suicida pour ne pas obéir à la franc-maçonnerie qui lui avait ordonné l'assassinat du roi Umberto I. La tâche fut accomplie, comme on le sait, par l'anarchiste Gaetano Bresci le 29 Juillet 1900. Quirico en est profondément frappé et apporte tout au long de sa vie l’incitation à lutter contre les ennemis de Dieu et de la Patrie qui, à Serrone, avaient revêtu les caractéristiques d’un drame.

Un autre événement beaucoup plus heureux était survenu alors que Quirico était sur le point de recevoir la première communion, lorsque la religieuse qui le préparait lui parla avec tant de passion pour la dignité du sacerdoce qu’elle lui laissa une profonde impression.

Frère et ami de Saint Maximilian Kolbe

À l'âge de 17 ans, le 30 octobre 1908, il entra dans l'Ordre des Frères Mineurs conventuels, à partir du noviciat de Zagarolo, près de Rome. Il fit sa profession religieuse le 14 novembre 1909 et, une fois ses études secondaires terminées, fut envoyé à Rome pour suivre le cours de philosophie (1911-1913) de l'Université Grégorienne, puis celui de théologie (1914-1917) de la Faculté pontificale Saint-Laurent. Bonaventura, aujourd'hui appelé "Seraphicum".

Durant ces années, il était invité du Collège international des frères mineurs conventuels, où il avait rencontré et avait pour camarade un jeune religieux polonais, Maximilian Kolbe. Le futur saint a nourri un profond respect et une amitié pour Quirico, au point de le convaincre, le 16 octobre 1917, de devenir cofondateur, avec six autres confrères, du mouvement marial Milizia di Maria Immacolata dont voici les noms :

1) p. Giuseppe Pal, un jeune prêtre de la province roumaine (décédé le 21 juin 1947)

2) fr. Antonio Głowiński, diacre de la province roumaine (décédé le 18 octobre 1918) ;

3) fr. Girolamo Biasi, de la province de Padoue (décédé le 29 juin 1929) ;

4) fr. Quirico Pignalberi, de la province romaine (décédé le 18 juillet 1982) ;

5) fr. Antonio Mansi, de la province napolitaine (décédé le 31 octobre 1918) ;

6) fr. Enrico Granata, de la province de Naples (décédé le 24 janvier 1964) ;

7) moi-même Maximilan Kolbe (décédé le 14 août 1941).

Prêtre, en guerre, alors maître des novices

Le 10 août 1917, Quirico Pignalberi fut ordonné prêtre. Comme d'autres prêtres religieux et diocésains du milieu de la Première Guerre mondiale, il fut enrôlé dans l'entreprise de santé. Précisément, il a été envoyé sur la deuxième ligne du front de guerre, à Arcade on Montebello. Après la guerre de 1918, le père Quirico fut envoyé dans diverses maisons de l'Ordre, d'abord à Capranica en 1919, puis à Cave (Rome) en 1920, où il était recteur des jeunes séminaristes.

En 1925, il est nommé maître des novices à Bagnoregio (Viterbe). De là, il passa à Piglio (Frosinone) dans le couvent de San Lorenzo al Piglio, en tant que père gardien. Dans ces tâches délicates, il a formé des générations de jeunes à la vie franciscaine, en la démontrant avant tout par la sainteté de la vie. En raison de sa disponibilité pour l'apostolat de la prédication et du confessionnal, il a été continuellement sollicité par les évêques et les prêtres de paroisse des pays voisins.

Une vie simple et humble

Emulo du saint fondateur Francesco, il menait une vie austère, simple et pauvre, dévoué à la prière et plongé dans la contemplation, il pratiquait une pénitence sévère composée de jeûnes, de mortifications et de disciplines corporelles, de veilles nocturnes prolongées; il a mangé avec l'indispensable et il a été trempé avec de l'eau chaude.

Il se plaçait toujours dans un coin pour ne pas se faire remarquer ou déranger les autres. Il préféra ne pas intervenir dans les discours, mais, s'il le fallait, il le fit avec douceur et modération, sauf lorsqu'il était nécessaire de défendre la vérité : il montrait alors de l'énergie en insistant sur le but et la monotonie. Il ne voulait absolument pas être photographié ; il se consacrait souvent aux travaux agricoles et de jardinage, néanmoins habillé de façon propre et discrète sans être négligent.

La dernière rencontre avec le père Kolbe et la Seconde Guerre mondiale

En 1937, le père Kolbe traversait l'Italie en provenance du Japon pour mieux organiser la milice de Marie Immaculée. Il voulait s'arrêter au Piglio pour revoir son ancien camarade de classe : c'était la dernière fois qu'ils se rencontraient.

Après le 8 septembre 1943, avec la fin de la Seconde Guerre mondiale, de nombreux officiers et sous-officiers de l'armée italienne en désordre sont temporairement accueillis dans le couvent et sont adoptés comme religieux de passage ou déplacés. Le 3 avril 1944, les Allemands s'établirent dans une partie du couvent, comme dans diverses communautés de la région, notamment le monastère bénédictin de Montecassino, bombardé par les Alliés le 12 mai. Le père Quirico était à l'avant-garde du long et dur travail de reconstruction et de reprise des activités.

Horloger de la passion et de l'apostolat

Curieusement, il avait le loisir de réparer des montres, mais il en a fait une œuvre d’apostolat : il les a adaptées gratuitement à ceux qui l’utilisaient. Cette passion pour la technique de précision lui a valu de participer à l'exposition européenne de la crèche à Milan, avec une crèche artistique, récompensée pour ses solutions ingénieuses.

Il ne quitte Piglio que deux fois : en 1958, lors du pèlerinage à Lourdes, lors du centenaire des apparitions, et en 1971, lors de sa participation en Pologne, à Cracovie, à Niepokalánow et au camp d'Auschwitz, aux célébrations de la béatification du père Kolbe, qui il avait été reconnu comme un martyr.

Les dernières années et la mort

Le père Quirico était fragile : de plus, avec l'âge, il était miné par la maladie. Il a d'abord été admis à l'hôpital Santo Spirito de Rome pour une pleurésie séreuse, puis à la suite d'une chute, il a été soigné à l'hôpital d'Anagni. Finalement, il entra dans la maison de retraite "La Francescana" à Anzio Colonia, ne se déplaçant que dans un fauteuil roulant.

En 1967, il célébra le 50e sacerdoce, déjà invalide. Le 1er avril 1979, il eut la consolation d'une rencontre avec Saint Jean-Paul II : le pape polonais l'embrassa, sachant qu'il avait devant lui le dernier mort des fondateurs de la milice de Marie Immaculée.

Après 15 ans passés dans une maison de retraite offrant ses souffrances au Seigneur, il mourut à Anzio le 18 juillet 1982 ; il avait 91 ans. Enterré initialement dans la tombe de la famille à Serrone, le 30 mars 1985, il fut transféré dans la chapelle du Sacré-Cœur, dans son couvent de San Lorenzo al Piglio.

La cause de la béatification

Depuis qu'il était mort dans le concept de sainteté et de dévotion des fidèles, le postulateur des conventuels, le père Ambrogio Sanna, a postulé le 11 février 1992 et a présenté sa demande à Mgr Bernini, évêque d'Albano (le père Quirico est décédé sur le territoire de diocèse) afin que le processus canonique puisse avoir lieu dans la région où les religieux ont travaillé pendant environ 50 ans.

Le 20 juin 1992, l'évêque d'Anagni-Alatri ouvrit l'enquête diocésaine sur la cause de la béatification ; l'autorisation a été accordée par le Saint-Siège le 9 juillet 1992. L'enquête, clôturée le 1er juillet 2005, a été validée le 9 février 2007. La "positio super virtutibus" a ensuite été transmise à Rome en 2011.

Les deux consulteurs théologiens, 3 février 2015, cardinaux et évêques membres de la Congrégation pour la Cause des Saints, 9 février 2016, ont rendu un avis favorable sur l'exercice des vertus chrétiennes à un degré héroïque par le Père Quirico. Enfin, le 3 mars 2016, le pape François a autorisé la promulgation du décret le déclarant vénérable. Il est fêté le 18 juillet.

Auteur : Antonio Borrelli

Source : http://www.santiebeati.it/dettaglio/92734

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Jackie
  • : Nombreux coloriages catholiques et autres, vies de saints et homélies. Suivez-moi sur FB, Twitter, Pinterest et Instagram (voir icônes en bas de page).
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • Jackie
  • Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog. 
Il y a une multitude d'infos de toutes sortes : coloriages, contes... Bonne balade à tous. Merci.
  • Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog. Il y a une multitude d'infos de toutes sortes : coloriages, contes... Bonne balade à tous. Merci.

Ma Bible illustrée

ANCIEN TESTAMENT

NOUVEAU TESTAMENT

LES PARABOLES

Mes coloriages catho

MES COMPOSITIONS:

Divers

Compteur mondial

 

 


 

 

Flag Counter