Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 09:02

Après le consistoire, les nouveaux cardinaux et le Pape François se sont rendus en minibus dans les jardins du Vatican pour y retrouver Benoît XVI. Le Pape émérite les a accueillis dans la chapelle du monastère Mater ecclesiae où il réside.

Source : Radio Vatican
Source : Radio Vatican
Source : Radio Vatican
Source : Radio Vatican
Source : Radio Vatican
Source : Radio Vatican
Source : Radio Vatican
Source : Radio Vatican

Source : Radio Vatican

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2016 2 20 /09 /septembre /2016 12:48

Aujourd’hui, la ville d’Assise est le lieu d’une nouvelle rencontre interreligieuse, trente ans après celle - historique - qui réunit saint Jean-Paul II et plus d’une centaine de chefs religieux en octobre 1986. Elle a commencé dimanche dernier et, cette fois, ce sont près de cinq cents responsables religieux qui sont attendus, parmi lesquels Bartholomée Ier, le patriarche de Constantinople, ou encore Justin Welby, l’archevêque de Canterbury, sans oublier un représentant musulman et un représentant juif. Intitulé « Soif de paix, religions et cultures en dialogue», ce rassemblement est organisé en collaboration entre la famille franciscaine, la communauté de Sant’Egidio et le diocèse d’Assise. Le pape François y participe ce mardi.

KTO diffuse et commente deux directs. Des moments de prière pour la paix sont prévus dans « dans divers endroits » afin d’éviter toute confusion entre les religions. Au même instant, une prière œcuménique des différentes confessions chrétiennes aura lieu dans la basilique inférieure de Saint- François-d’Assise : elle est diffusée en direct sur KTO à 16h00.

Une heure plus tard, la cérémonie de clôture de la Journée mondiale de prière pour la paix commencera par un bref salut de l’archevêque d’Assise. Un témoin, victime de la guerre, prendra ensuite la parole. Ensuite, le patriarche Bartholomée 1er délivrera son message, suivi du représentant musulman puis du représentant du judaïsme, du chef suprême bouddhiste japonais, et enfin d’Andrea Riccardi, fondateur de Sant’Egidio. C’est alors que le pape François prononcera à son tour un discours.

Ce dimanche à l'Angélus, le Pape François a appelé tous les chrétiens à "vivre ce jour comme une journée de prière pour la paix", continuant en improvisant, "aujourd'hui plus que jamais, nous avons soif de paix dans cette guerre partout dans le monde." Ainsi, pour répondre à cette incitation du Pape, KTO vous propose de prier en direct avec lui, à partir de 16h.

Prière œcuménique dans la basilique inférieure de Saint-François d'Assise, à voir ce mardi 20 septembre 2016 à 16h00, et à revoir ensuite sur cette page.

Cérémonie de clôture de la Journée Mondiale de prière pour la Paix à Assise, diffusée ce mardi 20 septembre 2016 à 17h00, et à revoir ensuite sur cette en suivant ce lien.

Source : KTO

Partager cet article
Repost0
9 juin 2016 4 09 /06 /juin /2016 07:34

Ecole des chiens de sauvetage en mer 8 juin 2016, L'Osservatore Romano

L’École italienne de chiens de sauvetage en mer (SICS) a reçu les encouragements du pape François lors de l’audience générale de ce mercredi 8 juin 2016, place Saint-Pierre.

Des terre-neuve – noirs et noirs et blancs -, des labradors chocolat, des golden retrievers – beige et roux -, un cocker noir mais aussi beagles se sont rassemblés avec leurs maîtres – des bénévoles – pour la photo souvenir autour du pape François.

En plus de 20 ans d’activité, les unités de l’École italienne des chiens de sauvetage en mer ont permis de sauver plusieurs centaines de vies humaines.

Les chiens sont devenus le complément indispensable de l’activité des maîtres-nageurs sauveteurs sur les plages italiennes : ils effectuent plus de 20 sauvetages par an.

Et la réputation de l’école italienne de chien de secours en mer a dépassé les frontières de la péninsule.

Les qualités “professionnelles” des chiens de sauvetage étonnent souvent les personnes secourues, surtout lorsqu’il s’agit d’enfants : la présence du chien “ami” contribue considérablement à surmonter le traumatisme.

L’école comporte une Association de Protection civile qui s’entraîne dans 12 centres. Elle intervient non seulement sur les plages mais aussi aux côtés des Garde-côtes, de la Croix Rouge, du “118” du Service d’urgence italien.

Les chiens de sauvetage interviennent aussi par hélicoptère, sur des vedettes, des bateaux pneumatiques, et des scooters des mers, par exemple lors d’inondations ou d’opérations de secours sur les fleuves.

Source : Radio Vatican

Partager cet article
Repost0
19 mai 2016 4 19 /05 /mai /2016 14:51

François est tombé sous le charme de Magnum mais a regretté qu'il ne porte pas son traditionnel petit tonneau.

François est tombé sous le charme de Magnum mais a regretté qu'il ne porte pas son traditionnel petit tonneau.

Afficher l'image d'origineCette escapade prépare la candidature de la région du Grand-Saint-Bernard pour une inscription au patrimoine mondial de l'Unesco.

Magnum, un magnifique Saint-Bernard, a été présenté mercredi au pape François à Rome. La région du Grand Saint-Bernard ambitionne de figurer au patrimoine mondial de l'Unesco.

Une délégation de la Fondation Barry accompagnait l'animal à Rome. Celle-ci est liée à l'Hospice du Grand-Saint-Bernard, où sont élevés ces chiens par les chanoines du col du même nom, à 2500 m d'altitude, et ce depuis le XVIIIe siècle.

Pesant 70 kg, Magnum a eu droit à une présentation sur la Place Saint-Pierre, au Vatican. Le pontife a pu caresser l'animal, âgé de 18 mois, et s'est entretenu ensuite avec la délégation suisse.

« Le pape a tout de suite adoré ce géant bienveillant », selon Claudio Rossetti, le président de la fondation. Le Saint-Père a également voulu savoir pourquoi Magnum ne portait pas, comme le veut la tradition, de petit tonneau sous le cou. « Nous lui avons alors expliqué que l'animal était encore trop jeune pour cette charge », a précisé Claudio Rossetti. François a ensuite plaisanté en indiquant que Magnum allait devoir revenir vers lui, mais cette fois avec un tonneau.

Trois arguments de taille

Avec cette visite à Rome, la délégation suisse a accompli un premier pas dans son dossier de candidature de la région transfrontalière du Grand Saint-Bernard au patrimoine mondial de l'Unesco. « Nous avons élaboré un dossier avec l'Italie qui sera présenté à l'institution onusienne », a confirmé l'ancien président du PDC, le Valaisan Christophe Darbellay, qui faisait partie de la délégation suisse.

Trois points sont mis en avant dans ce dossier de candidature : le chœur d'hommesAfficher l'image d'origine de l'hospice du Grand Saint-Bernard, les chiens de la race Saint-Bernard ainsi que les différents passages transalpins.

La région souhaite, par le biais de ce dossier, établir des structures communes dont l'objectif final est la valorisation à la fois historique et culturelle de la région, a ajouté Christophe Darbellay. La délégation suisse a profité de son périple à Rome pour prendre langue avec les représentants de la commission italienne de l'Unesco. (ats/nxp)

Créé : 18.05.2016, 22h21

Un Saint-Bernard rend visite au pape François
Un Saint-Bernard rend visite au pape FrançoisUn Saint-Bernard rend visite au pape François
Un Saint-Bernard rend visite au pape François
Partager cet article
Repost0
17 mai 2016 2 17 /05 /mai /2016 12:46

Le pape François a accordé une interview à La Croix, publiée dans le journal du mardi 17 mai 2016. Guillaume Goubert, directeur de la rédaction de La Croix, raconte les coulisses de cet entretien mené avec Sébastien Maillard, envoyé spécial permanent à Rome. Il décrit un pape "bon communicant" , mais qui "prend le risque de la franchise" lors d'une interview réalisée dans une ambiance "détendue, joyeuse. On a même ri par moment!". "Le pape, en privé, est exactement le même qu'en public", résume Guillaume Goubert, pour qui cet entretien restera "un souvenir tout à fait mémorable de ma vie professionnelle et personnelle."

Extrait : http://www.la-croix.com/Religion/Pape/Le-pape-Francois-a-La-Croix-En-France-l-Eglise-possede-une-capacite-creatrice-2016-05-16-1200760523

Partager cet article
Repost0
28 avril 2016 4 28 /04 /avril /2016 19:59

Le diocèse de Metz, en partenariat avec Radio Jerico, a le plaisir de vous proposer cette lecture de l'exhortation Amoris Laetitia du pape François. Ce fichier audio a été enregistré bénévolement par Mgr Jean-Christophe LAGLEIZE, Dorothée MULLER, Sophie HRASKO-SCHUTZ, Marc TAILLEBOIS, Christine et Yves BARBAZANGES, Aude et Jean-Philippe DEFFENSE, l'abbé Stéphane JOURDAIN, Sébastien SOUICI, Paul KEIL et Audrey JOUFFROY.

Radio Jerico et le service communication du diocèse de Metz ont le plaisir de vous proposer cette lecture de l’exhortation apostolique "Amoris Laetitia" (La joie de l'Amour) du pape François.

L'enregistrement a été réalisé à partir de la version française du texte, publiée sur le site internet du Saint-Siège. L'enregistrement est mis gracieusement à la disposition de ceux et celles qui le souhaitent. Il peut être partagé mais ne peut en aucun cas être vendu. Pour toute autre utilisation, merci de vous adresser à la Conférence des Évêques de France qui gère les droits du texte de l’exhortation apostolique, dans notre pays. Pour écouter l'exhortation, cliquez sur l'image ci-contre.

Par souci de fluidité, nous avons choisi de ne pas identifier les citations, et n’avons fait aucun renvoi aux notes de bas de page, mais nous vous invitons à les consulter dans la version écrite.

Source : http://metz-catholique.fr/diocese-de-metz

Amoris Laetitia (La joie de l'amour) à écouter

Partager cet article
Repost0
9 mars 2016 3 09 /03 /mars /2016 08:56

Ce 13 mars, le pape François fêtera ses trois ans de pontificat.

08.03.2016 par I.Media

Plus de 800 discours ou homélies, 382 messes à la Maison Sainte-Marthe, 124 audiences générales et 12 voyages hors d’Italie. Ce sont certains des chiffres des trois premières années du pontificat du pape François, élu le 13 mars 2013.

À l’approche du 3e anniversaire de l’élection du pape François, le site internet “Il Sismografo”, proche du Vatican, propose un bilan chiffré des plus de 1000 jours de pontificat.

12 visites apostoliques hors d’Italie

Entre le 13 mars 2013 et le 8 mars 2016, le pape argentin a ainsi présidé 382 messes matinales à la Maison Sainte-Marthe – avec une baisse significative en 2015 par rapport aux deux années précédentes – et 124 audiences générales ou jubilaires au Vatican. À 168 reprises, il a récité la prière mariale de l’Angélus en public avec les fidèles, à Rome ou ailleurs.

Près de quatre fois le tour de la Terre

Au cours de ces trois années, outre ses visites à une quinzaine de paroisses ou communautés de Rome et des alentours, le pape François a déjà effectué 11 visites dans la péninsule italienne et 12 visites apostoliques hors d’Italie. Selon un décompte effectué par I.MEDIA, ces voyages hors d’Italie – sur une durée cumulée de près de deux mois – ont été l’occasion d’effectuer plus de 152’000 kilomètres en avion, soit près de quatre fois le tour de la Terre.

Le pape François a prononcé en trois ans pas moins de 628 discours et 180 homélies, et publié 153 messages. Outre la “bulle d’indiction” du Jubilé de la miséricorde, il a publié pour l’heure deux encycliques, “Lumen Fidei” et “Laudato si’”, ainsi qu’une exhortation apostolique, “Evangelii Gaudium”. Outre 15 Constitutions apostoliques, 101 lettres et 29 lettres apostoliques, le pape François a aussi publié neuf “Motu proprio” (ce qui signifie : “de son propre chef”) et une vingtaine de prières. (cath.ch-apic/imedia/ami/be)

Source : https://www.cath.ch/newsf/pape-francois-trois-ans-de-pontificat-chiffres/ 

Our Holy Father, Pope Francis.:

Partager cet article
Repost0
12 février 2016 5 12 /02 /février /2016 19:16

A l'occasion du déplacement du pape François au Mexique du 12 au 18 février 2016, la Croix revient sur les précédents voyages des papes dans ce pays.

Le Journal La Croix a fait un trés bel article dont la suite se trouve ici.

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2016 4 21 /01 /janvier /2016 17:50

Selon la tradition en la fête de sainte Agnès, le Pape a béni aujourd'hui deux agneaux. Leur laine servira à tisser les palliums que les nouveaux archevêques métropolitains recevront le 29 juin prochain, en la solennité des apôtres Pierre et Paul.

Source : Radio Vatican

Afficher l'image d'origine

 

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2016 1 11 /01 /janvier /2016 17:58

zoom

Le premier livre du Pape François. Un document exceptionnel.
Dans le premier livre signé de sa main, le Pape François dialogue de façon simple, intime et personnelle avec chaque femme et chaque homme de la planète. 
À travers son expérience personnelle de prêtre, il aborde la question de la Miséricorde, thème central de son enseignement et de son témoignage. 
Il explique pourquoi l'Année sainte extraordinaire qui lui tient tant à cœur devrait parler à toutes les âmes – à l'intérieur de l'Église mais aussi au-dehors – qui recherchent un sens à la vie, un chemin de paix et de la réconciliation, une guérison des blessures physiques et spirituelles. 
Ce texte est la synthèse de son enseignement et de son pontificat.

Sortie mondiale le 14 janvier 2016.

http://livre.fnac.com/a9267891/Pape-Francois-Le-nom-de-Dieu-est-Misericorde

 

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2014 1 22 /12 /décembre /2014 21:42

Le pape François présente la curie romaine comme "un petit modèle de l'Eglise, c'est-à-dire comme un "corps" qui cherche sérieusement et quotidiennement à être plus vivant, plus sain, plus harmonieux et plus uni en soi et avec le Christ". Et ce qu'en dit le pape trouve des applications dans toute communauté ecclésiale. Le pape indique les "maladies" auxquelles tout corps ecclésial est exposé et la façon de renforcer ses défenses immunitaires en favorisant l'unité avec le Christ et entre ses membres : sa vision du "corps" ecclésial est christocentrique, mais aussi "pneumatique", car le pape exhorte à la docilité spirituelle à l'Esprit Saint.

le-pape-et-la-curie.jpg

La manifestation de l'amour

Le pape a reçu les membres de la curie romaine ce lundi matin, 22 décembre, à 10h30 en la salle Clémentine du Vatican à l'occasion de l'échange traditionnel des vœux de Noël. Après l'hommage lu, au nom des cardinaux par le doyen du Collège cardinalice, le cardinal Angelo Sodano, le pape François a prononcé un discours où il a diagnostiqué quinze tentations - "maladies" - à surmonter par une forte spiritualité.

Le titre de son discours - un titre voulu puisque ce n'est pas habituel - est : "La curie romaine et le Corps du Christ". On peut interpréter ce titre à la fois dans le sens du service de l'une pour l'autre et à la fois dans le sens de l'unité de l'une et de l'autre. Autrement dit aussi, ce qui est bon pour la curie est valable pour tout chrétien.

Le pape offre comme un Compendium du discernement quotidien proposé dans ses homélies du matin à Sainte-Marthe, pour exhorter à une vie spirituelle intense nourrie par le Christ au quotidien. En quelque sorte, il indique des façons de renforcer les défenses immunitaires du corps.

Il a ainsi rappelé que le Christ est la nourriture quotidienne du chrétien et que "sans Lui" le chrétien "ne peut rien faire" : "Un membre de la curie qui ne se nourrit pas de cette nourriture deviendra un bureaucrate (formaliste, fonctionnaire, employé) : un rameau qui se dessèche, peu à peu meurt et est rejeté. La prière quotidienne, la participation assidue aux sacrements, en particulier l'eucharistie et la réconciliation, le contact quotidien avec la Parole de Dieu, et la spiritualité traduite en charité vécue sont la nourriture vitale de chacun de nous. Que ce soit clair pour nous tous : sans Lui, nous ne pouvons rien faire."

Le diagnostic du pape part de la priorité du don de Dieu célébré à Noël qui est "la manifestation de l'amour de Dieu qui ne se limite pas à nous donner quelque chose ou à nous innover un message ou des messagers, mais nous fait le don de lui-même. Le mystère de Dieu qui prend sur lui notre condition humaine et nos péchés pour nous révéler Sa Vie divine, Sa grâce immense et Son pardon gratuit."

Le pape exprime aussi et d'abord ses remerciements : "Je désire avant tout vous remercier de votre engagement quotidien au service du Saint-Siège, de l'Eglise catholique, des Eglises particulières et du Successeur de Pierre."

Un examen de conscience

Mais il s'agit bien d'un examen de conscience : le pape invite à la fois à l'action et grâce pour "le bien effectué au cours de l'année tout en "demandant humblement pardon pour les manquements commis "en pensée, en parole, par action et par omission"."

Le pape lui-même présente son discours comme un examen de conscience, forme inhabituelle pour le discours de fin d'année, mais non pas inhabituel pour la pastorale du pape François: "C'est en partant justement de cette demande de pardon que je voudrais que cette rencontre et les réflexions que je partagerai avec vous deviennent pour nous tous un soutien et un stimulant pour un vrai examen de conscience pour préparer notre cœur à Noël."

Il avertit cependant que seul l'Esprit Saint guérit toute maladie : "seul l'Esprit Saint - l'âme du Corps mystique du Christ, comme l'affirme le Credo de Nicée-Constantinople : "Je crois en l'Esprit Saint qui est Seigneur et qui donne la vie" - guérit toute maladie."

Un discours universel

"Je crois que ce catalogue des "maladies" dont nous parlons aujourd'hui nous aidera - sur le chemin des pères du désert, qui faisaient ces catalogues - : il nous aidera à nous préparer au Sacrement de la réconciliation, qui sera un beau pas en avant pour nous tous, en préparation à Noël", a encore expliqué le pape.

On aurait donc tort de réduire la portée de ce discours au seul personnel de la garde rapprochée du pape à Rome. La parole de Pierre sur les "quinze" tentations a une portée universelle : il peut servir d'examen de conscience à tout baptisé soucieux de progresser dans l'amour. 

Le pape lui-même l’indique : "ces maladies et ces tentations sont naturellement un danger pour tout chrétien et pour toute curie, communauté, congrégation, paroisse, mouvement ecclésial, etc… Et elles peuvent frapper au niveau individuel ou communautaire".

Ce discours commence par une citation sur Noël du grand saint Athanase d'Alexandrie (v. 298-373), l'évêque aux cinq exils, qui lui non plus ne mâchait pas ses mots : c'est l'un des quatre Pères de l'Eglise représentés par le Bernin pour soutenir la Chaire de saint Pierre en la basilique vaticane, avec Jean Chrysostome, Ambroise et Augustin.

Voici la liste de ces quinze "maladies" diagnostiquées par le pape François et leurs antidotes : 

1. La maladie de se sentir "immortel", d'avoir "l'immunité" ou de se croire "indispensable". Antidote : "la grâce de se sentir pécheurs et de dire de tout son cœur : "Nous sommes des serviteurs inutiles. Nous avons fait ce que nous devions faire".

2. La maladie du "marthalisme" (du nom de sainte Marthe), l'excès d'activités. Antidote : se reposer, prendre des vacances, sérieusement.

3. Il y a aussi la maladie de la "pétrification" mentale et spirituelle. Remède : "avoir les sentiments mêmes du Christ Jésus, sentiments d'humilité et de don de soi, de détachement, et de générosité".

4. La maladie de l'excès de planification. Remède : L'abandon à l'Esprit Saint et à sa créativité.

5. La maladie de la mauvaise coordination. Remède : l'esprit de communion et d'équipe.

6. Il y a aussi l’Alzheimer spirituel : on oublie les bienfaits de Dieu. Remède : se souvenir du "premier amour".

7. La maladie de la rivalité et de la vaine gloire. Remède : chercher le bien des autres.

8. La maladie de la schizophrénie existentielle. Remède : se convertir pour renoncer à une "double vie".

9. La maladie des bavardages, des murmures, et des commérages. Remède : le refus du "terrorisme des bavardages".

10. La maladie de diviniser les chefs. On honore les hommes et non pas Dieu. Remède : honorer Dieu et non les personnes. 

11. La maladie de l’indifférence envers les autres : au contraire, par exemple, les encourager.

12. La maladie du visage funèbre. Le remède c'est l'humour, l'auto-dérision.

13. La maladie d'accumuler (on le voit au moment des déménagements). Remède : devenir une "cavalerie légère". 

14. La maladie des cercles fermés. Remède : choisir l'harmonie du Corps tout entier.

15. Et la dernière, la maladie du profit mondain. Transformer plutôt le pouvoir en service.

 (22 décembre 2014) © Innovative Media Inc.

Source : http://www.zenit.org/fr

 

Partager cet article
Repost0
5 avril 2014 6 05 /04 /avril /2014 17:20

Versevis-EEN-HABEMUS-PAPAM.jpgPhoto : Le Pape François s'entretenant avec les cinq jeunes de la pastorale néerlandophone des jeunes de Belgique, le 31 mars dernier, au Vatican.

 RV) Une initiative particulière, et pour le moins originale : celle de cinq Belges de la pastorale néerlandophone des jeunes, venus au Vatican pour interviewer le Pape François. Cette rencontre exceptionnelle, née d'un projet lancé dans la foulée des JMJ de Rio en 2013, a eu lieu le 31 mars dernier, mais le contenu de l’entretien n’a été diffusé que le 3 avril, à la télévision belge.

Au cours de cet entretien de 45 minutes, le Pape évoque des sujets qui lui tiennent à cœur, comme la pauvreté, la dénonciation de la culture du rejet, la recherche de Dieu, le tout dans un climat de grande simplicité.

Versevis-EEN-HABEMUS-PAPAM-2.jpg« Le Pape est-il heureux ? Le Pape a-t-il peur ? Le Pape peut-il se tromper ? » Ce sont là quelques-unes des questions posées par ces jeunes Belges au Pape, qui y répond avec humour et simplicité. « Oui, je suis heureux malgré les problèmes, oui, j’ai peur, mais de moi-même, oui je me suis trompé, et je me trompe encore ! »

Interpellé plus concrètement sur ses erreurs, l’ancien archevêque de Buenos Aires confie, notamment sur son expérience de Provincial des Jésuites, qu’il a été nommé très jeune à cette fonction, et qu’il a fait beaucoup d’erreurs avec l’autoritarisme, tout en assurant avoir appris à dialoguer et à écouter ce que pensent les autres.

« Le Pape a-t-il un message pour les jeunes ? » demande une jeune non-croyante de la petite délégation. Il y répond en insistant sur la centralité de l’Homme. « L’homme qui a été rejeté du centre et a glissé vers les périphéries, au profit du pouvoir et de l’argent ».

Et François de revenir sur ses thèmes de prédilection, ses grands chevaux de bataille : l’accueil du plus pauvre, la dénonciation de la culture du rejet, qui ostracise les petits enfants qu’on ne désire plus, les personnes âgées qu’on euthanasie dans l’ombre, et maintenant les jeunes, victimes du chômage.

Le Pape affirme cependant avoir parlé à beaucoup de jeunes politiciens, à Rome comme à Buenos Aires. Qu’ils soient de droite ou de gauche, observe François, ils jouent « une nouvelle musique, ils ont un nouveau style de politique ». Ce qui n’est certainement pas pour lui déplaire.

 

Versevis-EEN-HABEMUS-PAPAM-1.jpgA voir la vidéo de la rencontre avec le pape François sur : http://www.deredactie.be/permalink/1.1930949

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 20:35

Les-2-Francois.jpgCathédrale Saint-Ruffin à Assise le 4 octobre 2013.

Extrait du discours au clergé.

La toute première chose est d’écouter la Parole de Dieu. L’église c’est la communauté qui écoute avec foi et amour le Seigneur qui parle.

Le deuxième aspect, c’est avancer ensemble. « Cheminer » : c’est l’un des mots que je préfère quand je pense au chrétien et à l’Eglise.

Le troisième aspect est missionnaire : aller annoncer l’Evangile jusqu’aux périphéries.

Avec, en « bonus », le « style François » : 

Ils sont nécessaires les conseils pastoraux ! Un évêque ne peut conduire son diocèse, un curé sa paroisse sans son conseil.

« Basta ! » les homélies, « interminables, ennuyeuses, auxquelles on ne comprend rien », invitant à les nourrir de la Parole.

Parents, voulez vous nourrir vos enfants de la parole des journaux ou de la Parole de Dieu ?

Je dis aux nouveaux époux : disputez vous tant que vous voulez, à faire voler les assiettes, mais ne terminez jamais la journée sans avoir fait la paix.

« Cheminer » : c’est l’un des mots que je préfère quand je pense au chrétien et à l’Eglise.

N’ayez pas peur de sortir, à la rencontre des personnes marginalisées et de ceux qui sont spirituellement éloignés.

Les périphéries ce sont aussi ces familles des classes moyennes dont les enfants ne savent pas faire le Signe de Croix.

On ne peut aller aux périphéries que si l’on porte la Parole de Dieu dans son cœur et si l’on avance avec l’Eglise. Je ne vous donne pas de recettes nouvelles. Je n’en ai pas. Ne croyez pas ceux qui prétendent en avoir.

Source : Philippine de Saint Pierre

Partager cet article
Repost0
28 mai 2013 2 28 /05 /mai /2013 19:55

Une adoration eucharistique planétaire et simultanée aura lieu dimanche prochain. Pendant une heure, de 15h à 16h en temps universel (GMT), le monde catholique sera en liaison spirituelle avec le pape à Rome. C’est une première dans l’histoire de l’Eglise. Cet événement a été présenté aux journalistes mardi matin par Mgr Rino Fisichella, président du Conseil pontifical pour la nouvelle évangélisation. 

actualite.jpg

Un événement sans précédent : les diocèses du monde entier seront simultanément en pleine communion avec le pape François dimanche, le temps d’une adoration eucharistique. A Rome, elle se déroulera de 17 à 18h dans la basilique Saint-Pierre. Au même moment, de l’Alaska au Japon, en passant par le Chili, la Nouvelle-Zélande, Israël ou le Vietnam, les évêques feront la même démarche dans leur cathédrale. Mais pas seulement : des paroisses, des congrégations religieuses, des associations et des monastères cloitrés ont accepté de se joindre à cette initiative inédite, voulue par Benoît XVI dans le cadre de l’Année de la Foi. Un réseau invisible de fidèles en prière aux mêmes intentions, sous la devise : « Un seul Seigneur, une seule foi » en signe d’unité et de communion ecclésiale. Difficile de donner des chiffres précis, reconnait Mgr Fisichella, l’adhésion a été planétaire à de rares exceptions près, comme la Syrie ou la Chine. Le Saint-Père demande que l’on prie plus spécialement pour que l’Eglise soit toujours facteur de miséricorde, pour ceux qui endurent les souffrances des nouveaux esclavages, les victimes des guerres, de la traite, du narcotrafic, les travailleurs et les enfants exploités, les chômeurs, les femmes battues, les immigrés, les sans-abris, les prisonniers, pour ceux qui sont marginalisés.

Les cathédrales seront en communication avec la Ville éternelle en mondovision ou par liaison internet. L’universalité de l’Eglise pourra pleinement s’exprimer. Au Vatican, le pape François priera à genoux, en silence, face à l’ostensoir placé sur l’autel de la Confession. Selon les chiffres fournis par le président du Conseil pontifical pour la nouvelle évangélisation, plus de 4,3 millions fidèles ont déjà participé aux rendez-vous de prière et de réflexion organisés à Rome dans le cadre de l’Année de la foi.

Adoration pour la réconciliation entre les Corées

En célébrant l’adoration eucharistique solennelle mondiale avec le Pape François, l’archidiocèse de Séoul priera à une intention particulière : les relations pacifiques et la réconciliation entre les deux Corées. C’est ce qu’a annoncé le directeur des Communications sociales au sein de l’archidiocèse, le père Matthias Hur Young-yup, cité par Fides. Il a envoyé des lettres officielles à toutes les paroisses de l’archidiocèse qui participeront à l’adoration. Dans la cathédrale de Séoul, la célébration aura lieu en présence de milliers de jeunes catholiques. Cette initiative se tient en pleine phase de fortes tensions entre les deux Corées. Il s’agira de prier en particulier pour le bien-être du peuple de Corée du Nord et pour que puissent s’instaurer des relations plus pacifiques avec le gouvernement de Corée du Nord.

Cliquez ici pour revoir l'Adoration du Saint-Sacrement par le Pape François.

Le pape François a présidé une heure d'adoration silencieuse de Jésus présent dans le Saint-Sacrement de l'eucharistie, ce dimanche 2 juin, de 17 h à 18h, en communion avec les diocèses et les paroisses du monde, unis dans cette adoration, quel que soit leur fuseau horaire. L’évènement est une première dans l’histoire de l'Eglise et il s'inscrivait dans le cadre de l'Année de la foi.

La prière devant le Saint-Sacrement exposé sur l'autel de la confession dans l'ostensoir de Saint-Pierre aux rayons d'or et à la lunule cerclée de bleu a cependant été rythmée de temps à autre par des chants et des lectures bibliques et des méditations des derniers papes, au son de la harpe qui contrastait avec l'ouverture de l'adoration au son des cuivres triomphants.

Le pape François, lui, n'a rien dit, il a voulu rester silencieux devant le Dieu caché dans l'Ostie de l'autel : dans l'eucharistie la divinité du Christ se cache, mais aussi son humanité, pour se faire présence transformante au cœur du monde, pain de vie.

L'adoration s'est achevée par la bénédiction du Saint-Sacrement donnée par le pape, puis la prière du Salve Regina : le pape s'est tenu debout devant la statue de la Vierge à l'Enfant pendant le chant à Marie.

Le thème de ce rassemblement planétaire inédit était : "Un seul Seigneur, une seule foi". Le pape François avait choisi deux intentions de prière une pour l'Eglise pour qu'elle soit fidèle à la parole et à son annonce et pour le monde, notamment les plus souffrants.

Il s'agissait tout d'abord de prier pour l'Eglise : "Pour l'Eglise répandue dans le monde et rassemblée aujourd'hui en signe d’unité dans l'adoration eucharistique. Que le Seigneur la rende toujours plus obéissante à sa parole, afin qu'elle se montre au monde plus belle, sans tache ni ride, sainte et immaculée (Ep 5,28). Que par une annonce fidèle, la Parole puisse résonner comme présage de miséricorde, et provoquer un renouveau d'engagement dans l’amour qui donne du sens à la douleur, à la souffrance, et redonne joie et sérénité."   

Et pour le monde souffrant: "Pour tous ceux qui souffrent dans le monde, victimes de nouveaux esclavages, de la guerre, de la traite des personnes, du trafic de drogue et du travail forcé, pour les enfants et les femmes victimes de violences, afin que leur cri silencieux soit entendu par l'Eglise et qu'ils demeurent confiants dans le Crucifié, pour que l'on n’oublie pas nos frères et sœurs soumis à la violence. Pour tous ceux qui sont en état de précarité matérielle, spécialement les chômeurs, les personnes âgées et les émigrés, les sans-abri et les détenus, tous les marginaux. Que la prière et la solidarité de l'Eglise les réconfortent, les soutiennent dans l'espérance, leur donne la force de défendre leur dignité de personne."

 Zénith 2 juin 2013 © Innovative Media Inc.

 

Partager cet article
Repost0
17 mars 2013 7 17 /03 /mars /2013 13:38

Dès 9 heures samedi matin des milliers de journalistes ont fait la queue pour pouvoir rencontrer le Pape lors d’une audience à 11 heures. Plus de 6 000 personnes venant de 64 pays du monde ont pu rencontrer le Pape François en Salle Paul VI, la salle des audiences générales au Vatican.

Les journalistes, pour certains perches et caméras en main, travaillaient, mais pour d’autres dont de nombreux Italiens accompagnés de leur famille, l’émotion était grande et ils ont commencé à lancer des « Viva il Papa ! » à peine celui-ci a fait son entrée en Salle Paul VI. Sous de longs applaudissements, le Pape François s’est avancé pour rejoindre le centre de l’estrade. La démarche est balancée, ses chaussures toujours noires.

Le Pape aux journalistes : « Vous avez travaillé, n’est-ce pas ? »

« Chers amis, je suis heureux de vous rencontrer au début de mon ministère, vous qui avez travaillé à Rome en cette période si intense ; période qui a commencé avec l’annonce surprenante le 11 février dernier de mon prédécesseur vénéré Benoît XVI. »

C’est avec ces mots que le Pape François obtient et le silence, puis la sympathie. Complice, le Pape s’adresse à la foule déployée sous ses yeux et complice leur dit : « Vous avez travaillé, n’est-ce pas ? Vous avez travaillez et comment ! »

Le Pape a remercié tous ceux qui se sont impliqués ces derniers jours pour narrer au monde les événements qui se sont déroulés à Rome. « Vous avez parlé du Saint-Siège, de l’Eglise, de ses rites et traditions, de sa foi et du rôle du pape et de son ministère. » Il a particulièrement remercié ceux qui ont observé et présenter ces événements en tenant compte de la perspective de lecture la plus juste, celle de la foi. « L’Eglise n’a pas une nature politique, mais essentiellement spirituelle ». Pour le Pape François, les événements ecclésiaux ne sont certainement pas plus compliqué que ceux d’ordre politique ou économique, mais ils ont une caractéristique de fond particulière : « ils répondent à une logique qui n’est pas principalement mondaine » Le Pape a ainsi invité les journalistes à mieux en comprendre l’essence : « L’Eglise tout en étant une institution humaine, historique, avec tout ce que cela comporte, elle n’a pas une nature politique, mais essentiellement spirituelle : c’est le peuple de Dieu qui marche à la rencontre de Jésus Christ (…) Le Christ est au centre, la référence fondamentale, le cœur de l’Eglise. Sans lui, Pierre et l’Eglise n’existeraient pas et n’auraient pas de raison d’exister »

Le choix du nom François

« Certains ne savait pas pourquoi l’évêque de Rome a voulu s’appeler François. Certains ont pensé à Francesco Saverio, Saint François de Sales et aussi à Saint François d’Assise. Je vais vous raconter l’histoire ». Face aux journalistes, le Pape leur fait faire un voyage inattendu. Il leur faire revivre le conclave pendant un instant : « Pendant l’élection, dit-il en improvisant, j’avais à mes côtés l’archevêque émérite de Sao Paolo et préfet émérite pour le clergé, le cardinal ClFrancois-10.jpgaudio Hummes : un grand ami. Et quand les choses ont commencé à devenir un peu « dangereuse » pour moi, lui m’a réconforté. Et quand nous sommes arrivés aux deux tiers de votes et que tous se sont mis à applaudir comme c’est l’usage, il m’a embrassé et a dit « n’oublie pas le pauvres ! ». Cette parole est entrée là (il indique sa tête du doigt) : les pauvres… les pauvres… Et soudain, j’ai pensé à François d’Assise. Puis aux guerres alors que le scrutin se prolongeait jusqu’à ce que le décompte s’achève. François est l’homme de la paix, l’homme qui aime et protège la Création, et en ce moment où nous avons une relation qui n’est pas si bonne avec la Création... Il est l’homme qui nous donne cet esprit de paix, l’homme pauvre… Ah comme je voudrais une église pauvre, pour les pauvres ! »

Un esprit de légèreté post-élection. François a eu autres propositions pour son nom de souverain pontife. Il le raconte lui-même très bien 

Le pape a enfin conclut cette rencontre en donnant sa bénédiction en espagnol. Il l’a fait pour chaque personne présente, en respect de la conscience de chacun. Car il le sait, il l’a d’ailleurs dit : étaient présents en salle Paul VI, des personnes qui n’appartiennent pas à l’Eglise ou ne sont pas croyants. 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le Blog de Jackie
  • : Nombreux coloriages catholiques et autres, vies de saints et homélies. Suivez-moi sur FB, Twitter, Pinterest et Instagram (voir icônes en bas de page).
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • Jackie
  • Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog. 
Il y a une multitude d'infos de toutes sortes : coloriages, contes... Bonne balade à tous. Merci.
  • Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog. Il y a une multitude d'infos de toutes sortes : coloriages, contes... Bonne balade à tous. Merci.

Ma Bible illustrée

ANCIEN TESTAMENT

NOUVEAU TESTAMENT

LES PARABOLES

Divers

 

 

Compteur mondial