Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 novembre 2016 3 09 /11 /novembre /2016 09:07

Vous trouverez à cette adresse des lanternes à faire pour la saint Martin.

Venez voir aussi sur Pinterest

 

Martin-et-le-manteau.jpgLe prénom Martin a pour racine le nom de Mars, le dieu romain de la Guerre.

Il est fêté le 11 novembre, Martin de Tours est avec saint Denis et saint Louis un des patrons de la France, des cavaliers, des drapiers, des fatassins, des fourreurs, des hôteliers, des mendiants, des militaires, des piétons, des soldats et des tailleurs.

Le don à un mendiant de la moitié de son manteau

Martin voit le jour à Sabaria, en Pannonie (la Hongrie d’aujourd’hui), vers 316. Ses parents sont des païens, son père un tribun militaire. Martin est élevé à Pavie (Italie) et devient soldat. Un jour, à Amiens, Martin rencontre, près de l’une des portes de la cité, un mendiant nu qui souffre du froid. Dans un geste qui est demeuré fameux, le militaire déchire son manteau et en donne une des moitiés au malheureux (selon une tradition tardive, il ne peut faire don de l’autre moitié qui appartient à l’armée romaine). La nuit suivante, le Christ apparaît en songe à Martin, portant la moitie du manteau qu’il a offert au pauvre. Martin se convertit alors au christianisme. Deux ans plus tard, il est autorisé à quitter l’armée.

Le premier monastère en pays franc

Martin retourne en Pannonie et convertit notamment sa mère. En Illyrie et à Milan, il combat l’hérésie d’Arius. Après avoir con nu l’exil, il fonde, à Ligugé (dans le Poitou) le premier monastère chrétien établi dans ce pays. En 372, Martin est, contre son gré (selon une tradition, une oie caquetante indique l’endroit ou il a voulu se cacher), proclamé évêque de Tours par le peuple cette ville, et bien que les nobles de la cité critiquent « ses vêtements malpropres et sa chevelure en désordre » et sa basse extraction. Malgré sa nouvelle charge, Martin n’en continue pas moins de mener une vie austère, et demeure dans une cellule, près de la cathédrale, puis dans l’abbaye de Marmoutier, qui devient l’un des plus fameux monastères de tout l’Occident. Par ailleurs, il s’emploie à évangéliser les populations, à bâtir plusieurs autres couvents et à détruire les édifices païens et les arbres sacrés. En outre, Martin participe aux débats théologiques que connaît alors l’Eglise.

Un faiseur de miracles

Plusieurs miracles sont attribués à Martin. Par trois fois, il ressuscite un homme mort. Il guérit par ailleurs une femme souffrant d’hémorragies, un lépreux en l’embrassant, ainsi qu’un paralytique en lui versant de l’huile dans la bouche. Un jour, des soldats reprochent à Martin d’effrayer les mulets attelés à leur fourgon. Ils le battent jusqu’à lui faire perdre  conscience. Les mulets refusent de se remettre en marche avant que les militaires n’aient demandé à Martin, après l’avoir reconnu, de leur pardonner. Un jour, Martin ne parvient pas à démolir un temple païen ; deux anges apparaissent alors qu’il prie : il peut enfin démolir l’édifice. Une autre fois, Martin ordonne à des paysans d’abattre un pin consacré aux divinités païennes. Les villageois acceptent, à condition que Martin se laisse attacher du côté où l’arbre doit tomber. Martin se signe. Et l’arbre, au lieu de l’écraser, tombe de l’autre côté.

Un culte d’une importance exceptionnelle

Martin disparaît en 397 (il est le 1er saint non martyr). Son tombeau, à Tours, devient aussitôt un centre de pèlerinage d’une extrême importance. La chape du saint fait l’objet d’une très grande vénération. Les Mérovingiens et les Carolingiens ont fait de Martin un des saints protecteurs de leurs dynasties et du royaume. La Saint-Martin était autrefois une des principales dates qui rythmaient le calendrier des paysans. Aujourd’hui, en France, plus de 500 communes et quelque 4000 paroisses portent le nom de Saint-Martin. Le nom de ce saint est le patronyme le plus répandu dans l’Hexagone. 

Les dictons de la saint-Martin :

Saint-Martin, Saint-Tourmentin.
Le temps du jour de Saint-Martin, est de l'hiver le temps commun.
Si le vent du sud souffle pour la Saint-Martin, l'hiver ne sera pas coquin.
Quand Saint-Martin amène le vent d'autan, cela dure six mois par an.
À la Saint-Martin tire ton vin, Saint-Martin le met en chemin.
À la Saint-Martin bois le vin, et laisse l'eau au moulin.
Et s'il trouve quelque encombrée, vous l'aurez à la Saint-André.
À la Saint-Martin l'hiver est en chemin, manchons aux bras et gants aux mains.

Fete_de_la_Saint_Martin_en_Europe.pdf

Vous trouverez l'homélie ici.

Saint Martin 00Saint-Martin-01.jpgSaint-Martin-02.jpgSaint-Martin-03.jpgSaint-Martin-04.jpgSt-Martin-01.jpgSt-Martin-02.jpgSt-Martin-03.jpgSt-Martin-04.jpgSt-Martin-05.jpgSt-Martin-06.jpgSt-Martin-07.jpgSt-Martin-08.jpgSt-Martin-09.jpgSt-Martin-10.jpgSt-Martin-12.jpgSt-Martin-13.jpgSt-Martin-14.jpgSt-Martin-15.jpgSt-Martin-16.jpgSt-Martin-17.jpgSt-Martin-18.jpgSt-Martin-couleur.jpgSt-Martin-nb.jpglaterne_sterne_briefpapier-page-001.jpglaternenumzug_briefpapier-page-001.jpgsankt_martin_briefpapier-page-001.jpglaternenumzug_malvorlage-page-001.jpggaense_mandala-page-001.jpglaternen_mandala-page-001.jpglaternenumzug_4_kinder-page-001.jpglaternenumzug_einfach-page-001.jpgmandala_laterne-page-001.jpgmoench_gaense_mandala-page-001.jpgsankt_martin_mandala-page-001.jpgSt-Martin-20.jpgSt-Martin-19.jpgSt-Martin-22.jpgSt-Martin-21.jpgSt-Martin-24.jpgSt-Martin-23.jpgSt-Martin-26.jpgSt-Martin-25.jpg

 

 

 

 

 

Der Mantel

Einmal, mitten im Winter, reitet Martin mit ein paar anderen Soldaten in die Stadt zurück. Es ist sehr kalt. Martin ist froh um seinen warmen Mantel. In der Nähe des Stadttors sieht er plötzlich eine dunkle Gestalt am Tor sitzen. Der Mann hat nur dünne zerrissene Kleider an. Er muss schon lange in der Kälte gesessen haben. „Komm schon!“, rufen seine Kameraden. „Wir wollen nicht warten, was geht dich der Bettler an? “ Aber Martin ist anders. Er hat Mitleid mit dem Bettler. Aber was kann er tun? Der Mantel, den er trägt, gehört zur Hälfte der römischen Armee – er kann ihn nicht einfach hergeben. „Kommst du?!“, rufen ihn die anderen. Da nimmt Martin kurzerhand sein Schwert und teilt seinen Mantel in zwei Teile. Den einen Teil des Mantels gibt er dem Bettler. Mit der anderen Hälfte wärmt er sich selbst. Nun braucht keiner von ihnen zu frieren. Seine Kameraden haben ihn beobachtet: „Wie siehst du denn jetzt aus? Willst du wirklich so unter die Leute gehen?!“ Aber Martin ist das egal. Er reitet mit den anderen in die Stadt hinein. Nachts, als er in seiner Herberge schläft, träumt Martin von Jesus: „Danke!“, sagt Jesus zu ihm.

Gegen den Krieg

Die Römer führen Krieg gegen die Germanen. Auf den Schlachtfeldern sterben viele Männer und noch ist kein Ende des Krieges in Sicht. Der römische Kaiser braucht noch mehr Soldaten. Damit sich besonders viele freiwillig melden, verspricht er ihnen Extra-Geld als Belohnung. Der Kaiser bietet auch Martin Geld an, damit er für ihn in den Krieg zieht. Aber Martin sagt: „Ich will das Geld nicht, mein Kaiser. Ich will gar nicht in den Krieg ziehen! Ich bin Christ – und als Christ will ich nicht mit Waffen kämpfen und Menschen töten. “Der Kaiser versteht das überhaupt nicht: Du Drückeberger!“, schreit er ihn an. „Du bist wohl zu feige?! Außerdem bist du Soldat und musst tun, was ich dir befehle!“ Da hat der Kaiser leider Recht. Martin seufzt. Er überlegt einen Moment, dann sagt er: „Gut, ich werde in den Krieg ziehen, weil du es befiehlst. Aber ich werde keine Waffe anfassen. Und ganz gewiss werde ich niemanden töten!“ Der Kaiser sieht ihn fassungslos an. So etwas Verrücktes hat er noch nie gehört. Am nächsten Tag geschieht ein Wunder. Ein Bote der Germanen erreicht den Kaiser: Sie ergeben sich freiwillig. Der Krieg ist zu Ende. Und Martin braucht nicht zu kämpfen.

Im Gänsestall

Martin lebt in einem Kloster in Frankreich. Endlich kann er ganz nach seinem Glauben leben. Bei den Mönchen und den Leuten in der Umgebung ist er sehr beliebt, weil er immer ein offenes Ohr für ihre Sorgen hat und sich um Kranke und Arme kümmert. Eines Tages sieht er von seinem Klosterfenster aus einen fremden Reiter im Innenhof. Das ist ein Bote aus Tours, einer großen Bischofsstadt in der Nähe. „Wo ist Martin? Ich muss ihn sprechen! Wir brauchen einen neuen Bischof in Tours. Und wir sind uns alle einig: Die Wahl ist auf Martin gefallen!“ Die Mönche im Hof freuen sich für Martin. Aber wo steckt er bloß? Martin hört, wie sie ihn suchen. Bischof werden – bei der Vorstellung wird er ganz blass. Er sieht sich schon in prunkvollen Gewändern im Bischofspalast. Die Leute würden sich vor ihm verbeugen – ja, sich vielleicht sogar vor ihm fürchten? Nein, Martin ist gar nicht begeistert. Lieber will er weiter als einfacher Mönch mit den anderen zusammen leben. Schnell rennt er hinaus ins Freie.  Die Tür zum Gänsestall steht offen. Er tritt ins Dunkle des Stalls und zieht die Tür hinter sich zu. Hier werden sie ihn nicht finden, denkt er. Er hört, wie die anderen ihn suchen: „Martin! Wo bist du? Wir haben eine tolle Nachricht für dich!“ Martin lächelt – er weiß, dass sie ihn nicht verstehen würden. Wer würde schon so ein mächtiges Amt ablehnen? Doch plötzlich schnattern die Gänse so laut, dass die Männer draußen aufmerksam werden. Die Türe wird aufgerissen und das Licht fällt auf Martin: „Da bist du ja!“ Jetzt kann Martin nicht entwischen. Er stellt sich der neuen Aufgabe. Er nimmt die Wahlan und wird Bischof von Tours. Aber er bleibt sich treu: Er versucht, den Reichtum und die Macht für Gutes einzusetzen. Aus ihm wird ein richtig guter Bischof.

Source : http://www.kirche-entdecken.de/

 

 

http://www.wangen-alsace.net/t348-fabrication-de-lanternes-pour-la-soiree-de-la-saint-martin-a-wangen?highlight=saint+Martinhttp://www.wangen-alsace.net/t348-fabrication-de-lanternes-pour-la-soiree-de-la-saint-martin-a-wangen?highlight=saint+Martin
http://www.wangen-alsace.net/t348-fabrication-de-lanternes-pour-la-soiree-de-la-saint-martin-a-wangen?highlight=saint+Martinhttp://www.wangen-alsace.net/t348-fabrication-de-lanternes-pour-la-soiree-de-la-saint-martin-a-wangen?highlight=saint+Martin
http://www.wangen-alsace.net/t348-fabrication-de-lanternes-pour-la-soiree-de-la-saint-martin-a-wangen?highlight=saint+Martinhttp://www.wangen-alsace.net/t348-fabrication-de-lanternes-pour-la-soiree-de-la-saint-martin-a-wangen?highlight=saint+Martinhttp://www.wangen-alsace.net/t348-fabrication-de-lanternes-pour-la-soiree-de-la-saint-martin-a-wangen?highlight=saint+Martin
http://www.wangen-alsace.net/t348-fabrication-de-lanternes-pour-la-soiree-de-la-saint-martin-a-wangen?highlight=saint+Martinhttp://www.wangen-alsace.net/t348-fabrication-de-lanternes-pour-la-soiree-de-la-saint-martin-a-wangen?highlight=saint+Martinhttp://www.wangen-alsace.net/t348-fabrication-de-lanternes-pour-la-soiree-de-la-saint-martin-a-wangen?highlight=saint+Martin

http://www.wangen-alsace.net/t348-fabrication-de-lanternes-pour-la-soiree-de-la-saint-martin-a-wangen?highlight=saint+Martin

La Nouvelle République sur les pas de saint Martin.

L'histoire de Martin de Tours, homme de foi avant d'être saint, est étroitement associée à Tours et au Val de Loire. Dans cet ouvrage de la collection « Les Patrimoines », on suit cet infatigable voyageur et évangélisateur à travers l'Europe, mais c'est à Tours et plus particulièrement à Marmoutier que Martin prend toute sa dimension spirituelle. Après sa mort à Candes, son rayonnement va toucher puissants et pauvres à travers l'Occident. Il devient l'une des figures majeures de l'histoire chrétienne. Une grande basilique, construite sur son tombeau à Tours, devient l'un des lieux principaux de pèlerinage durant des siècles, avant qu'un nouvel édifice, de dimensions plus modestes, soit bâti au XIXe siècle.

Cet ouvrage montre l'immense héritage laissé par le « treizième apôtre » : des milliers d'églises lui sont dédiées à travers le monde ; légendes et coutumes martiniennes ont traversé l'histoire et restent vivaces, notamment en Europe du Nord et dans le monde viticole. Symbole de pauvreté et d'humilité, le partage du manteau par saint Martin est universellement connu. Il se retrouve aujourd'hui dans un projet humaniste autour d'itinéraires pédestres qui convergent vers Tours et allient citoyenneté et respect de la nature. « Martin de Tours, un saint européen ». Éditions Nouvelle République.

Boutique en ligne : http://nrco.lanouvellerepublique.fr/dossiers/

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jackie 15/10/2015 09:55

Guten Morgen Sonntag,
Oui, vous pouvez prendre l'image de Saint Martin, à condition de ne pas en faire le commerce pour une publicité payante. La plupart de ces images viennent de sites allemands, autrichiens ou alsaciens. Merci et bonne continuation.
Tschüss !

Sonntag 15/10/2015 09:28

Nous recherchons pour une publicité d'image adaptée à Saint-Martin et trouvé de l'or de votre côté. Nous voulions demander si nous pouvons prendre la photo avec Martin dans plume d`oie pour notre groupe de jeunes.

Présentation

  • : Le Blog de Jackie
  • Le Blog de Jackie
  • : Nombreux coloriages catholiques et autres, vies de saints et homélies.
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • Jackie
  • Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog. Il y a une multitude d'infos de toutes sortes : coloriages, contes... Bonne balade à tous. Merci.

Ma Bible illustrée

ANCIEN TESTAMENT

NOUVEAU TESTAMENT

Divers