Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 09:15

Notre nature humaine blessée par le péché originel porte en elle – même des germes ou racines de péché sous forme de tendances ou habitudes mauvaises. Ces inclinations déréglées nous attachent aux créatures ou aux biens créés que nous préférons à Dieu au lieu de les subordonner à Lui.

Puisqu’elles nous détournent de Dieu, nous faisant préférer notre volonté propre à la sienne, ces inclinations mauvaises constituent un redoutable obstacle au maintien et au développement en notre âme de la vie divine reçue au Baptême.

Autrement dit, elles alourdissent ou freinent notre marche ascendante vers cette sainteté à laquelle nous sonnes tous appelés et qui est plénitude d’amour et de grâce, transformation en Dieu par amour et déification par grâce.

A cet ensemble d’inclinations déréglées - que Saint Jean dans sa Première Lettre classe en trois catégories qu’il nomme :

  • Concupiscence des yeux,
  • Concupiscence de la chair et
  • Orgueil de la vie.

Il ne peut pas y avoir d’autre remède qu’un renoncement total à toute créature quelle qu’elle soit, à tout bien créé quel qu’il soit et en fin de compte à soi-même.

C’est Jésus Lui-même qui, en termes particulièrement énergiques, nous enseigne cette Loi du dépouillement radical :

« Si quelqu’un veut venir à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive. » (Mt 16. 24)

« Celui d’entre vous qui ne renonce pas à tous ses biens ne peut pas être mon disciple. » (Luc 14. 33)

« Si quelqu’un vient à moi sans me préférer à son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères et sœurs, et même à sa propre vie, il ne peut pas être mon disciple. » (Luc 14. 26)

Ces paroles - et tant d’autres semblables - c’est à tous ses disciples sans exception aucune que Jésus les adresse.

Prétendre que cette doctrine du renoncement total ne serait qu’une forme de spiritualité non obligatoire, qu’elle ne serait pas essentielle et ne conviendrait pas à tous les chrétiens est donc absolument faux.

L’Eglise l’a toujours considérée comme une donnée et une exigence fondamentale de la vie chrétienne et tous les saints l’ont mise en pratique de façon exemplaire. Mais en quoi consiste pour l’essentiel ce renoncement total demandé si instamment par Jésus ? Non en de grandes et rudes pénitences corporelles, mais « en cette immolation entière de soi-même qui s’appelle aimer » comme l’a si bien compris sainte Thérèse de l’Enfant Jésus, elle qui s’est sanctifiée en multipliant les petits sacrifices accomplis par amour. Cela revient à renoncer à tout instant et jusque dans les plus petites choses de la vie à sa volonté propre pour adhérer à la volonté du Seigneur telle qu’elle se manifeste.

Ce qu’il importe de bien saisir, au fond, c’est que tout cela est une question d’amour. Saint Jean de la Croix, qui est expert en la matière, nous explique que « l’âme n’a qu’une volonté. Si elle l’engage ou l’applique à quelque chose de créé, elle perd sa liberté, sa force, son détachement, sa pureté, toutes choses qui sont requises pour arriver à la transformation en Dieu. » Cette pensée s’accorde parfaitement avec le précepte de Jésus : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de tout ton esprit. » (Luc 10. 27)

Si le cœur est occupé par des attachements désordonnés au « moi », il est clair qu’il ne peut aimer de toutes ses forces, celles-ci étant divisées entre Dieu et le « moi », entre Dieu et les créatures. La loi d’Amour proposée par Jésus à tous les chrétiens requiert par conséquent le renoncement radical à tout attachement non conforme à la volonté de Dieu ou qui ne s’harmonise pas avec l’amour de Dieu. Le détachement total n’est que la conséquence logique du grand commandement de l’Amour : il est aussi le moyen indispensable pour s’y conformer toujours.

Dans cette lumière, le renoncement chrétien n’a plus rien de négatif : il apparaît au contraire comme une réalité positive. S’il vide impitoyablement notre cœur de tout amour désordonné de nous-mêmes, c’est pour l’ouvrir tout grand au seul amour qui soit capable de le combler : l’Amour de Dieu. Nous retiendrons enfin que la loi fondamentale du renoncement n’exige pas que tous abandonnent effectivement toutes choses ou ne fassent aucun usage des biens créés (ce qui du reste n’est jamais possible de façon absolue sur cette terre), mais que chacun, tout en demeurant dans son milieu, sache maintenir son cœur libre de tout attachement. Cependant on a fort peu de chances d’arriver à ce détachement affectif, si, au moins dans une certaine mesure on ne s’exerce pas, par des actes coûteux de mortification volontaire, au détachement effectif. D’où l’importance de cette période d’entraînement intensif à la pénitence qu’est le Carême.

Puissions-nous, stimulés et aidés par Marie, le vivre le plus possible dans cet esprit.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Abbé Pierre Cousty - dans Regards sur Jésus
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Jackie
  • Le Blog de Jackie
  • : Nombreux coloriages catholiques et autres, vies de saints et homélies.
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • Jackie
  • Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog. Il y a une multitude d'infos de toutes sortes : coloriages, contes... Bonne balade à tous. Merci.

Ma Bible illustrée

ANCIEN TESTAMENT

NOUVEAU TESTAMENT

LES PARABOLES

Divers

Meteo Corrèze

 

 

 

Compteur mondial