Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 janvier 2017 7 01 /01 /janvier /2017 22:08

Afficher l'image d'origine

Saint Matthieu nous raconte au chapitre II de son Evangile la merveilleuse aventure de ces astrologues païens qu’on appelle les Mages. Eclairés par la lumière intérieure de la Foi ces intrépides marcheurs à l’étoile ont su reconnaître la présence de Dieu dans le petit enfant Jésus, né à Noël de la Vierge Marie.

En évoquant dans sa liturgie cette significative et exemplaire adoration des mages, tout comme l’adoration des bergers dans la nuit de la Nativité, l’Eglise veut attirer notre attention sur le mystère de l’Epiphanie qui est celui de la manifestation de Dieu aux hommes en la personne de son Fils Bien - Aimé : Jésus, le Verbe devenu Chair. Le Christ-Jésus, en effet, est Celui qui par son corps physique, par son humanité semblable à la nôtre rend visible le Dieu invisible ; autrement dit, Il est le grand Révélateur, le grand Transparent du Père, sa vivante et parfaite Image. Mais, parce qu’Il a choisi une voie d’humilité, cette Epiphanie permanente de Dieu que constitue son humanité sainte, notre Sauveur la veut habituellement très discrète : hormis quelques circonstances privilégiées comme le Baptême par Jean, le miracle de Cana et la Transfiguration, il la met, si l’on ose dire, en veilleuse jusqu’à l’heure suprême où le salut étant accompli il la fait éclater - et avec quelle splendeur - dans le mystère de sa Résurrection glorieuse. Les nombreux témoins déclarent alors avec certitude (et c’est sur ce témoignage que repose notre Foi) : « Dieu s’est manifesté : Il a habité parme nous et nous avons vu sa gloire ».

C’est seulement à partir de cette grandiose Epiphanie de la Résurrection qui se déploie jusqu’à la phase ultime de l’Ascension qu’une question se pose :

- puisque désormais le Christ-Jésus ne se montre plus aux hommes, comment ceux-ci vont-ils pouvoir déceler sa présence et voir son Visage ?

Eh ! Bien, c’est tout simplement en se tournant vers l’Eglise qui est, selon la belle formule de Bossuet « le Christ répandu et communiqué ». Car dans l’intervalle qui s’écoule entre son Ascension et son retour glorieux à la fin des temps, le Christ crucifié et glorifié ne veut se manifester qu’à travers son corps mystique dont nous sommes les membres. Il ne veut avoir d’autre visage que Celui de son épouse : l’Eglise.

Comme le dit si bien un texte de Vatican II : « La clarté du Christ resplendit sur le visage de l’Eglise ». Cette Eglise qui est « à la joie le signe et le moyen de l’union intime des hommes avec Dieu ».

Cette volonté du Christ de se prolonger par l’Eglise nous étonne et nous déconcerté peut-être mais elle ne peut nous laisser indifférents puisque l ‘Eglise c’est nous. C’est donc à nous qu’incombe la grave responsabilité de faire transparaitre, de faire rayonner le Visage du Seigneur là ou la Providence nous a placés, dans les différents milieux de vie qui sont les nôtres.

Demandons-nous souvent si le Visage du Christ que nous offrons à ceux qui nous regardent vivre (et qui souvent sont en quête de Dieu comme les Mages), n’est pas trop voilé ou trop défiguré... S’il n’est pas devenu par notre faute une caricature décevante ou repoussante... Gardons-nous bien en tous cas de juger et de condamner sévèrement ceux de nos frères qui par leurs graves infidélités se comportent comme des assassins de la Foi ou tout au moins comme des éteignoirs et des repoussoirs.

Nous ne devons jamais oublier, en effet, qu’étant le Corps Mystique du Christ, nous sommes tous membres les uns des autres, nous sommes tous liés, tous solidaires et nous avons tous par conséquent une part de responsabilité dans le mal qui affecte l’Eglise aujourd’hui. Ne sommes-nous pas tous, plus ou moins, porteurs de germes, occasion de péché pour les autres ? Dans ces conditions il ne tient qu’à nous de faire reculer ou disparaitre l’épidémie du mal en répandant la contagion du bien. On sait qu’une seule cellule peut infecter un corps tout entier ; mais l’inverse est également vrai : une seule cellule peut laisser passer l’aiguille injectant le remède qui va le sauver.

A la lumière du mystère de l’ Epiphanie, comprenons donc ce que le Seigneur attend de nous : de même qu’en son séjour ici-bas Jésus s’est montré le Témoin et le Révélateur du Père, non seulement dans ses paroles, mais dans son comportement, de même qu’à travers le corps physique de l’homme Jésus on voyait transparaître Dieu invisible, il faut qu’à travers chacune de nos vies et chacune de nos communautés ou mouvements d’Eglise, on puisse discerner sans trop de peine au moins quelques rayons de cette éblouissante lumière qu’est le Seigneur ressuscité, et qu’on éprouve dès lors l’irrésistible désir de le connaître par la Foi et de s’unir à Lui par l’Amour.

Daigne la Vierge Marie, Reine des Apôtres nous obtenir la grâce de ce témoignage qui fascine et déclenche un processus de conversion, Elle qui fut par sa vie idéalement Sainte, l’0stensoir du Christ par excellence.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Abbé Pierre Cousty - dans Regards sur Jésus
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Jackie
  • Le Blog de Jackie
  • : Nombreux coloriages catholiques et autres, vies de saints et homélies.
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • Jackie
  • Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog. Il y a une multitude d'infos de toutes sortes : coloriages, contes... Bonne balade à tous. Merci.

Ma Bible illustrée

ANCIEN TESTAMENT

NOUVEAU TESTAMENT

LES PARABOLES

Divers

Meteo Corrèze

 

 

 

Compteur mondial