Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 18:38

2 Novembre

En célébrant le 2 Novembre la Commémoration de tous les Fidèles Défunts, la liturgie attire notre attention sur la réalité mystérieuse du Purgatoire.

Avec toute l'Eglise nous croyons fermement en ce dogme de notre Foi catholique que le 2ème Concile de Lyon (1274) a défini en ces termes : « Ceux qui sont morts dans la charité (c’est-à-dire en état de grâce) mais sans avoir accompli de dignes fruits de pénitence pour ce qu'ils ont commis ou omis, ont, après la mort, l'âme purifiée par des peines purgatoires ou purifiantes ».

Ce dogme s'appuie, comme il se doit, sur plusieurs textes de la Sainte Ecriture, mais aussi sur une tradition qui est aussi ancienne que l'Eg1ise, la prière pour les morts. On voit mal, en effet, quelle signification pourrait bien revêtir cette intercession en faveur des défunts s'il n'y avait que deux états possibles après la mort : l'admission immédiate au Paradis ou la damnation.

En nous invitant à prier instamment à offrir des sacrifices et à faire célébrer des Messes pour ceux qui sont partis avant nous, l'Eglise nous remet donc en présence de cette vérité : à savoir qu'entre la mort et la béatitude éternelle, il y a un état intermédiaire où la plupart des âmes doivent achever « comme à travers le feu » la purification qu'elles auraient dû accomplir sur la terre si elles avaient été constamment fidèles à la grâce, si elles n'avaient pas résisté plus ou moins au Saint-Esprit qui voulait les travailler et les former à la sainteté selon son bon plaisir. Il faut être saint, en effet, pour pouvoir contempler face à face le Dieu Trois fois Saint et communier intimement à sa merveilleuse vie d'amour.

Au sujet de cette grande expiation du Purgatoire, la doctrine catholique enseigne principalement ceci : dès l'instant même où, dans la lumière du Jugement particulier elle a perçu l'horreur de ses fautes, l'âme se sent rejetée par elles loin du Dieu d'Amour dont elle découvre maintenant à quel point Il est son Bien suprême. Elle éprouve alors la souffrance intolérable de ne pouvoir, par sa faute, jouir immédiatement de cette béatitude parfaite au sein de la Trinité qui est sa sublime destinée et à laquelle elle aspire plus que jamais de tout son être. C'est cette sorte d'écartèlement qui constitue sa peine essentielle et c'est là un châtiment très dur.

Saint Thomas d'Aquin ne craint pas d'affirmer que la plus petite souffrance du Purgatoire est supérieure à toutes les douleurs d'ici-bas, à toutes les souffrances des martyrs et même du Christ en sa Passion...

On compare volontiers à un feu ce tourment intérieur de l'âme qui expie ses péchés au Purgatoire, mais il faut bien préciser que si feu il y a, ce ne peut être que celui de l'Amour de Dieu dont la vive flamme cautérise en elle toutes les plaies du mal et la pénètre de plus en plus, achevant ainsi sa divinisation. Ce qui est sûr également, c'est que cette âme connaît, malgré sa douleur brûlante, un indicible bonheur. Une espérance invincible la garde en effet dans la certitude que Dieu l'a sauvée et s'apprête à la glorifier. Elle savoure déjà par anticipation la joie ineffable qui sera la sienne lorsque, sa purification étant pleinement réalisée, elle ira se perdre à jamais dans les abîmes de la Trinité, éternel Foyer de l'Amour. Puissions-nous, en contemplant ce mystère du purgatoire, nous affermir toujours plus dans cette conviction que la plus grande misère pour un être humain, ce n'est pas de mourir, mais de naître à la Vie définitive de l’au-delà en étant pauvre d'amour, en n'étant pas encore mûr pour aimer parfaitement comme on aime au Ciel.

Cette manière de voir - qui est celle de la Foi - devrait bien sûr attiser notre zèle pour venir au secours des âmes de nos parents et amis défunts, sans oublier celles si nombreuses qui sont délaissées.

Elle devrait également augmenter notre désir d‘être purifiés sur cette terre. C’est tout à fait possible à condition d’y mettre le prix ; car même ici-bas la purification totale requiert de grandes souffrances : physiques, morales ou spirituelles.

Si aujourd'hui nous ne sommes pas assez généreux pour accepter avec amour la souffrance pure et nue, semblable à celle de Jésus sur la Croix et à celle de Marie la Mère des Douleurs, notre purification devra nécessairement s'achever au Purgatoire.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Abbé Pierre Cousty - dans Regards sur Jésus
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Jackie
  • Le Blog de Jackie
  • : Nombreux coloriages catholiques et autres, vies de saints et homélies.
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • Jackie
  • Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog. Il y a une multitude d'infos de toutes sortes : coloriages, contes... Bonne balade à tous. Merci.

Ma Bible illustrée

ANCIEN TESTAMENT

NOUVEAU TESTAMENT

LES PARABOLES

Divers

Meteo Corrèze

 

 

 

Compteur mondial