Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2015 1 26 /10 /octobre /2015 09:26

En cette solennité de la Toussaint, l’Eglise nous invite à tourner nos regards vers le ciel et elle nous dit : « Regardez cette foule innombrable de saints connus et inconnus : ils ont vécu à toutes les époques de l’histoire, ils sont venus de tous les pays, ils ont appartenu à toutes les conditions sociales, il y en a eu de tous les âges et dans leur existence ici-bas ils étaient semblables à nous. A vous, maintenant de devenir ce qu’ils sont devenus. Faites comme eux, marchez sur leurs traces, imitez leurs exemples ».

Mais pourquoi l’Eglise tient-elle à nous donner les saints en exemple ? Parce que ce sont les hommes et les femmes qui ont le mieux réussi leur vie. Il faut préciser toutefois le sens de cette réussite, car elle n’a rien à voir avec celle dont rêvent habituellement les hommes. Pour la plupart des gens, en effet qu’est-ce que c’est que réussir, sinon faire fortune, avoir une belle situation, être considéré et recevoir des éloges, être influent et attirer sur soi les regards, goûter à tous les plaisirs de la vie. Si c’est cela réussir, il faut dire tout de suite que les saints ont manqué leur vie : ils ont absolument « tout raté », car durant leur existence terrestre on ne les a pas toujours remarqués : (d’ailleurs l’immense majorité de ceux qui peuplent le ciel sont des inconnus) le plus souvent ils ont connu la pauvreté, la souffrance des persécutions, des épreuves et toute sorte. Mais alors quel a été le secret de leur réussite spirituelle, la seule qui soit selon Dieu ?

- D’abord ils ont pressenti la fragilité de toute réussite purement humaine et ils en ont tiré les conséquences : ils n’ont pas cherché avant tout des satisfactions terrestres : ils ne se sont pas faits le centre du monde, ils n’ont pas vécu principalement pour eux, ayant bien compris qu’une vie d’égoïsme c’est un arbre qui ne porte jamais de fruits. Les saints n’ont vécu que pour Dieu et pour les autres. C’est Jésus qui a été leur unique pôle d’attraction... Chacun d’eux aurait pu reprendre à son compte la parole de saint Paul : « Pour moi vivre c’est le Christ : le Christ c’est toute ma vie ». Tous ont médité assidûment ses enseignements et les actes de sa vie. Ils l’ont prié, adoré, supplié tous les jours de leur vie en tous lieux et en toutes circonstances. Et c’est dans cette communion avec lui qu’ils ont puisé la force d’aimer leurs frères, dans un don de plus en plus désintéressé d’eux-mêmes, ne ménageant ni leur temps, ni leur peine. A travers leur vie rayonnante d’amour, c’est le Seigneur lui-même qui transparaissait, qui se laissait voir. A travers leurs paroles on devinait les paroles de Dieu, à travers leurs gestes on pressentait la bonté, la douceur, la tendresse et la miséricorde de Dieu. En vivant de cette manière, les saints ont éprouvé à quel point elles sont vraies ces Béatitudes que Jésus à proclamer au début de son ministère et qui constituent la loi nouvelle de la Nouvelle Alliance. En s’efforçant de les mettre en pratique ils ont goûté, en dépit de toutes leurs épreuves ce bonheur profond qui est un avant-goût du Bonheur céleste, de l’infinie Béatitude pour laquelle Dieu a créé les hommes et qui est le but suprême de leur vie.

Frères et sœurs, tous ces élus, tous ces bienheureux que nous contemplons aujourd’hui dans la gloire du Paradis nous disent donc avec force que le secret de la vraie réussite et donc du vrai bonheur ce n’est rien d’autre que la Sainteté. Malheureusement nous n’y croyons pas assez à la sainteté ou plutôt nous la comprenons mal.

- Et tout d’abord nous pensons qu’elle n’est pas faite pour nous : qu’elle est le privilège de quelques âmes d’élite, de certains êtres exceptionnels, alors que la Parole du Christ : « Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait » s’adresse à tous et que saint Paul, lui faisant écho, rappelle que « notre vocation, c’est la sainteté ».

- Trop souvent aussi nous ne voyons que le côté, disons spectaculaire de la sainteté, nous l’imaginons trop comme une aventure parsemée de miracles, de visions ou révélations : bref, une sorte de vie à spectacle comme celle des vedettes du cinéma.

Alors que, bien au contraire, la sainteté consiste à faire très humblement et très fidèlement la volonté de Dieu dans le moment présent, à faire ce que Dieu attend de nous dans notre vie familiale, dans notre travail, dans nos loisirs et dans nos relations avec les autres. Il ne s’agit pas, en effet, de faire du sensationnel, il s’agit de faire les choses les plus ordinaires d’une manière extraordinaire, c'est-à-dire en les chargeant, en les imprégnant de beaucoup d’amour, ce qui requiert bien évidemment des renoncements, des efforts persévérants, des reprises continuelles et cela jusqu’à notre dernière heure. Devant ces exigences nous risquons souvent de nous décourager, mais c’est parce nous oublions que la sainteté n’est jamais le résultat de performances humaines : livrés à nous-mêmes, à nos seules forces nous ne pouvons prétendre y parvenir « Sans moi, nous dit Jésus, vous ne pouvez rien faire ».

Car la sainteté c’est avant tout l’œuvre de Dieu en nous. Notre part consiste à donner au Seigneur la disponibilité, la malléabilité suffisante pour qu’il puisse nous modeler, nous transformer à sa façon, faire de nous des images vivantes de lui-même. Autrement dit il faut qu’entre les mains de l’artiste divin, nous soyons comme la glaise dans la main du potier selon une très belle image de la Bible. Cela suppose de notre part beaucoup d’humilité et une folle confiance en la puissance illimitée du Dieu de Miséricorde pour qui rien n’est impossible.

Puissions-nous donc, chers frères et sœurs, cultiver en nous de plus en plus, le désir de réussir pleinement notre vie en parvenant à la sainteté que Dieu attend de nous, en ayant la certitude que pour mener à bien cette aventure nous pouvons compter sur l’aide toute puissante de Marie, parfait modèle et grande pourvoyeuse de sainteté et sur l’intercession de tous les saints qui se penchent sur nous avec tendresse et nous redisent inlassablement : « N’aie pas peur, vas-y, c’est possible ».

Amen.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Abbé Pierre Cousty - dans Homélies Fêtes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Jackie
  • Le Blog de Jackie
  • : Nombreux coloriages catholiques et autres, vies de saints et homélies.
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • Jackie
  • Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog. Il y a une multitude d'infos de toutes sortes : coloriages, contes... Bonne balade à tous. Merci.

Ma Bible illustrée

ANCIEN TESTAMENT

NOUVEAU TESTAMENT

Divers