Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mai 2015 1 18 /05 /mai /2015 07:26

Avant de passer de ce monde à son Père, Jésus avait fait à ses disciples la promesse solennelle de l’Esprit-Saint : « Je ne vous laisserai pas orphelins. Je prierai le Père et il vous donnera un autre Défenseur qui sera pour toujours avec vous : c’est l’Esprit de Vérité ».

Au jour de la Pentecôte, 50 jours après sa Résurrection, le Seigneur a tenu magnifiquement sa promesse. Le Saint-Esprit, sous forme de langues de feu est descendu sur les disciples, réunis autour de Marie et il les a remplis de sa divine présence et de toute la richesse de ses dons. Au moment de l’Annonciation, le Saint-Esprit s’était manifesté secrètement pour former en Marie le Corps physique du Christ ; au jour de la Pentecôte, il s’est manifesté avec éclat pour former le Corps mystique du Christ qui est l’Eglise. Désormais le temps de l’Esprit maintes fois annoncé par les prophètes devient une merveilleuse réalité. Et si le Saint-Esprit est ainsi donné à l’Eglise c’est pour être avec elle jusqu’à la fin des temps et pour accomplir par elle une mission unique et irremplaçable : faire pénétrer dans toutes les générations et en tous lieux la Rédemption du Christ acquise une fois pour toutes. Nous le savons : dans le mystère de sa mort et de sa résurrection, Jésus à réalisé l’œuvre que le Père lui avait confiée : par son sacrifice d’amour il nous a tout mérité, mais c’est au Saint-Esprit qu’il a remis le soin de nous monnayer, en quelque sorte les grâces de la Rédemption.

L’œuvre attribuée au Saint-Esprit dans l’Eglise comme dans les âmes est de conduire à sa fin, c’est-à-dire à sa plus haute perfection, le travail incessant de la sanctification.

Pour toujours le Saint-Esprit habite l’Eglise. Et de même qu’un édifice ne subsiste que par l’exact agencement des pierres et des matériaux qui le constituent, de même l’Eglise n’a d’unité et de solidarité que par le lien vivant de l’Esprit.

Si le Christ est la tête de l’Eglise, le Saint-Esprit en est l’âme. Comme l’âme anime le corps, meut et dirige chaque membre, commande les diverses fonctions de l’organisme, ainsi le Saint-Esprit souffle vital de l’Eglise anime chaque membre, l’inspire et le guide et l’on reconnaît son influence à la force et à l’excellence des actions qu’il suscite. C’est ainsi qu’il conduit l’Eglise de façon visible par le Pape et les Evêques, en les assistant dans leur mission d’enseignement et de gouvernement.

N’est-il pas, lui, l’Esprit de Vérité ? Le suprême Eclaireur qui fait comprendre à l’Eglise ce que Jésus a enseigné et qui l’introduit progressivement dans la plénitude de la Vérité. Et l’Eglise a besoin de lui, non seulement pour pénétrer toujours plus avant dans la pensée de Dieu, mais aussi pour traduire cette pensée en langage adéquat, pour n’énoncer de manière à être comprise des générations successives et à travers toutes les cultures. C’est toute la signification du miracle des langues qui nous est rapporté par saint Luc.

Pour ce jour de la Pentecôte une foule de pèlerins juifs étaient venus à Jérusalem de tous les pays environnants : ils parlaient donc des langues ou des dialectes différents. Mais en écoutant les apôtres ils furent stupéfaits de les entendre dans leur propre langue et chacun de dire : « Nous entendons proclamer les merveilles de Dieu dans notre langue maternelle... » Oui, l’Esprit-Saint donne à l’Eglise de trouver les mots qui conviennent pour proclamer à tous la Bonne Nouvelle. Mais si l’Esprit-Saint dirige et anime l’Eglise comme telle, il exerce aussi une action intime, silencieuse et permanente dans le cœur de chacun et de chacune d’entre nous... Etant l’âme de notre âme, il nous introduit dans l’intimité divine et nous fait participer comme des fils à la famille de Dieu.

Sur le plan humain, lorsqu’un enfant est adopté par une famille, il faut que cet enfant s’adapte à la mentalité de sa famille adoptive, qu’il prenne peu à peu l’esprit de sa nouvelle famille... De même, nous qui sommes destinés à communier comme des fils à la vie prodigieuse de la bienheureuse Trinité, nous avons besoin pour cela de recevoir l’Esprit de la famille divine qui est l’Esprit-Saint en personne. Il nous est donné pour que nous puissions pénétrer dans le monde divin et vivre le plus possible et le mieux possible comme des enfants de Dieu qui pensent, agissent et aiment à l’exemple de leur parfait modèle : le Christ Jésus.

Souvenons-nous surtout de ceci, frères et sœurs, le Saint-Esprit que nous avons reçu d’une manière très spéciale au moment de notre baptême et de notre confirmation est chargé de nous appliquer la vertu réparatrice du Sang du Christ. Car, hélas, par le péché nous déformons, nous caricaturons l’image du Christ dans notre âme, contrecarrant ainsi l’œuvre divine. En artiste très délicat et très miséricordieux, l’Esprit-Saint rectifie et retrace en notre âme les traits qui nous rendent à nouveau conformes au modèle divin...

Par le sang purificateur de Jésus, ce sang qu’il nous applique surtout dans le Sacrement du Pardon et de la Réconciliation, il efface en nous les traits diffames de l’orgueil ou de l’égoïsme et par la vertu de ce même sang il fait réapparaitre les traits de notre ressemblance au Christ.

L’excellence de l’Esprit-Saint « qui achève en nous toute sanctification » est que non seulement il refait ce qui a été défait mais il le refait en beaucoup plus beau... Pour lui, en effet, refaire, c’est parfaire. Cette merveille de la grâce lui a valu d’être appelé dans la prière du « Veni Créator », « le doigt de la droite du Père » car le doigt c’est ce qui sert à fignoler, à parachever la qualité d’un ouvrage.

Après avoir réalisé ce chef-d’œuvre divin, chef-d’œuvre insurpassable qu’est le Christ Jésus, l’Esprit-Saint n’a qu’un désir : en réaliser des imitations innombrables... en faire des copies vivantes.

N’oublions pas cependant qu’il y a de notre part une condition à remplir : c’est de lui ouvrir nos âmes dans une attitude de très grande docilité, car il ne peut faire que dans la mesure où on le laisse faire.

Puisse la Vierge Marie, notre éducatrice spirituelle, l’attirer sur nous par sa prière irrésistible, comme elle le fit en faveur des apôtres dans les jours qui précédèrent la Pentecôte.

Amen.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Abbé Pierre Cousty - dans Homélies Fêtes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Jackie
  • Le Blog de Jackie
  • : Nombreux coloriages catholiques et autres, vies de saints et homélies.
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • Jackie
  • Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog. Il y a une multitude d'infos de toutes sortes : coloriages, contes... Bonne balade à tous. Merci.

Ma Bible illustrée

ANCIEN TESTAMENT

NOUVEAU TESTAMENT

Divers