Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 19:27

Cette petite notation que Saint Jean a placée intentionnellement au début de cet Evangile, si riche en signification des Noces de Cana, est d’une portée inouïe.

Elle nous fait entrevoir à quel point, Jésus désire associer d’une manière unique, à son œuvre de Salut, Marie sa très Sainte Mère.

S'il l'interpelle en cette circonstance, qui  marque le début de son ministère apostolique en lui décernant le titre solennel de Femme, pour bien montrer qu’Il la considère comme la Nouvelle Eve, la Mère de cette humanité nouvelle, de cette humanité régénérée qu’Il vient constituer Lui, le Nouvel Adam et qui sera le fruit merveilleux des Noces de la Croix, mystérieusement annoncées par les Noces de Cana.

Oui, c’est parce que Marie est présente à ce repas de Noces (n’est-elle la première invitée ?) que Jésus va manifester sa Gloire en faisant son premier miracle.

C’est pour qu’il apparaisse très clairement aux yeux de tous, qu’Il entend bien l’associer intimement à son introduction dans le monde (puisqu’Il inaugure, en fait, à ce moment là sa Vie Publique, sa Vie Apostolique).

Oh certes ! Cette association de la Très Sainte Vierge à l’introduction du Christ dans le monde, elle a commencé avec la Conception virginale de Jésus et sa Naissance à Bethléem, mais ce qu’il importe de bien saisir, c’est qu’à Cana, Elle se manifeste dans toute son ampleur.

Jésus, en effet, pour bien montrer que sa Mère est son Introductrice, non seulement dans la chair, mais aussi dans sa mission spirituelle de Fils de Dieu (qui pour attirer l’attention des hommes sur la vérité qu’Il veut leur enseigner, se dispose à faire des miracles) Jésus décide de faire son premier miracle, comme une réponse éclatante à son intervention médiatrice.

Notre Seigneur, n’était pas venu aux Noces avec l’intention d’y commencer la série de ses miracles et Il le fait nettement remarquer lorsqu’Il déclare : « mon heure n’est pas encore venue ». Si donc Il devance cette heure en opérant le prodige de l’eau changée en vin, c’est bien parce que sa Mère, lui en a fait la demande et avec cette qualité de Foi dont Il dira plus tard, qu’Elle est capable de transporter les montagnes.

Jésus nous fait ainsi comprendre qu’Il ne veut être nulle part et qu’Il ne veut rien faire que par Marie, son inséparable Collaboratrice. Il ne veut être nulle part que là où cette incomparable Médiatrice d’Amour l’a introduit et Il ne veut répandre ses grâces de conversion et de sainteté qu’à sa demande.

Ce flash évangélique sur le rôle dévolu à Marie est sans nul doute une pressante invitation à recourir, tant pour les nécessités du corps que pour celles de l’âme à cette « Reine aux mains jointes » qui est notre Avocate Toute-Puissante sur le Cœur de son Fils, le Christ-Roi, ce Fils qui veut que nous ayons tout par Elle et qui ne lui refuse absolument rien. Mais il y a plus : en creusant la signification de cet Evangile, nous devons comprendre que nous-mêmes qui sommes instamment conviés à l’Apostolat en vertu de notre Baptême et de notre Confirmation, nous ne pourrons contribuer à introduire le Christ dans le monde que dans la mesure où nous serons configurés à Marie, que dans la mesure où étant devenus des « Copies Vivantes de Marie », comme dit Saint Louis Marie Grignion de Montfort, nous la rendrons présente et agissante.

Disons-nous bien que Dieu ne change point dans ses façons d’agir.

Ce qui est mentionné au début de la mission du Christ se poursuit : c’est toujours Marie qui introduit le Christ dans le monde.

N’allons pas croire, en effet, qu’il suffise de n’importe quel dévouement pour ouvrir les portes au Christ, dans cette humanité qui plus que jamais a besoin de Lui, même l’action missionnaire ou la pastorale la mieux organisée ne saurait suffire.

Nous devons être de plus en plus convaincus, qu’une autre condition est absolument nécessaire pour que Jésus puisse pénétrer dans tant de milieux qui sont loin de Lui : c’est que Marie soit là et qu’Elle y soit de la manière dont Elle doit être présente, c’est à dire à travers les âmes qui lui sont entièrement consacrées et s’appliquent, de ce fait, à reproduire toutes ses vertus, tous les traits de sa Sainteté.

De fait, il en va de Marie comme de Jésus.

Il ne suffit pas, en effet, que Jésus soit Glorieux dans le ciel et même présent dans les Tabernacles de nos Eglises ou Chapelles, pour que son œuvre se réalise, il faut qu’Il soit présent par le Pape, les Evêques, les Prêtres, qui enseignent sa Parole, guident les âmes et les sanctifient par les Sacrements.

Eh bien, c’est la même chose pour Marie.

Il ne suffit pas qu’Elle soit présente à la droite de son Fils dans le Ciel,

Il ne suffit pas qu’Elle apparaisse de temps en temps sur la Terre.

Il faut qu’Elle soit prolongée, continuée dans les âmes qui se sont entièrement données à Elle et qui, parce qu’elles vivent en étroite communion avec Elle, appellent, attirent Jésus sur la Terre.

Cette vérité qui est un merveilleux secret de fécondité apostolique se trouve largement confirmée par l'expérience séculaire de l'Eglise, mais plus particulièrement par les grand Apôtres, et les grands Missionnaires.

Saint François Xavier par exemple, qui porta la Foi aux Indes, il déclarait ceci :

« J’ai trouvé le peuple rebelle à l’Evangile chaque fois qu’à côté de la Croix de Jésus, j’ai omis de montrer l’image de sa Mère ».

Il convient de citer également, notre contemporain Saint Maximilien Kolbe, qui considérait Marie comme son « passe partout », capable d’ouvrir au Christ, les cœurs des plus grands pécheurs.

« Par l’Immaculée, disait-il, nous voulons gagner au Christ toutes les âmes dans le monde entier, mais je crois que pour hâter cette victoire, il n’y a point de meilleur moyen que de nous consacrer

chaque jour davantage et plus parfaitement à l’Immaculée, car plus nous serons siens, plus Elle pourra se servir de nous en toute liberté. Il n’y a pas de moyen plus efficace ».

Retenons donc, chers frères et sœurs, cette leçon si importante et mettons-la en pratique.

Que grâce à notre vie entièrement possédée par Elle, inspirée et animée par Elle, la Très Sainte Vierge puisse être vraiment là, partout où nous vivons : dans nos familles, dans les associations auxquelles nous appartenons, dans nos lieux de travail ou de loisir, dans nos quartiers ou dans nos villages, afin que le Seigneur y entre et soit de plus en plus, connu, aimé et glorifié.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Abbé Pierre Cousty - dans Regards sur Marie
commenter cet article

commentaires

SONIA 30/01/2012 13:37

votre message est bon, il est à noter que plusieurs personnes ne savent pas donner une bonne explication de ce que Jésus a dit à sa mère/ je vais en parler dans notre petit groupe de prière. Oui,
le premier miraracle de Jésus a été fait pour sa sainte Mère, ce tabernacle rempli des grâces divines ou le fils unique de Dieu a habité avant de toucher la terre des humains et mourir pour nous
sur la croix

Présentation

  • : Le Blog de Jackie
  • Le Blog de Jackie
  • : Nombreux coloriages catholiques et autres, vies de saints et homélies.
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • Jackie
  • Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog. Il y a une multitude d'infos de toutes sortes : coloriages, contes... Bonne balade à tous. Merci.

Ma Bible illustrée

ANCIEN TESTAMENT

NOUVEAU TESTAMENT

Divers

 

 

 

 

 

Meteo Corrèze

 

 

 

Compteur mondial

 

Mon Coup de Coeur