Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 janvier 2017 1 02 /01 /janvier /2017 00:05

Heilige drei Könige

Lecture du Livre d'Isaïe 60, 1-6

Debout, Jérusalem ! Resplendis : elle est venue, ta lumière, et la gloire du Seigneur s’est levée sur toi. Regarde : l’obscurité recouvre la terre, les ténèbres couvrent les peuples ; mais sur toi se lève le Seigneur, et sa gloire brille sur toi. Les nations marcheront vers ta lumière, et les rois, vers la clarté de ton aurore. Lève les yeux, regarde autour de toi : tous, ils se rassemblent, ils arrivent ; tes fils reviennent de loin, et tes filles sont portées sur les bras. Alors tu verras, tu seras radieuse, ton cœur frémira et se dilatera. Les trésors d’au-delà des mers afflueront vers toi avec toi les richesses des nations. Des foules de chameaux t’envahiront, des dromadaires de Madiane et d’Épha. Tous les gens de Saba viendront, apportant l’or et l’encens et proclamant les louanges du Seigneur.

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens 3, 2-3a 5-6

Frères, vous avez appris, je pense, en quoi consiste la grâce que Dieu m’a donnée pour vous : par révélation, il m’a fait connaître le mystère du Christ. Ce mystère il ne l’avait pas fait connaître aux hommes des générations passées, comme il a été révélé maintenant par l’Esprit à ses saints Apôtres et à ses prophètes. Ce mystère, c’est que les païens sont associés au même héritage, au même corps, au partage de la même promesse, dans le Christ Jésus, par l’annonce de l’Évangile.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 2, 1-12

Jésus était né à Bethléem en Judée, au temps du roi Hérode le Grand. Or, voici que des mages venus d’Orient arrivèrent à Jérusalem et demandèrent : « Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu se lever son étoile et nous sommes venus nous prosterner devant lui ». En apprenant cela, le roi Hérode fut pris d’inquiétude, et tout Jérusalem avec lui. Il réunit tous les chefs des prêtres et tous les scribes d’Israël, pour leur demander en quel lieu devait naître le Messie. Ils lui répondirent : « À Bethléem en Judée, car voici ce qui est écrit par le prophète : Et toi, Bethléem, en Judée, tu n’es certes pas le dernier parmi les chefs-lieux de Judée, car de toi sortira un chef, qui sera le berger d’Israël mon peuple ». Alors Hérode convoqua les mages en secret pour leur faire préciser à quelle date l’étoile était apparue ; puis il les envoya à Bethléem, en leur disant : « Allez vous renseigner avec précision sur l’enfant. Et quand vous l’aurez trouvé, avertissez-moi pour que j’aille, moi aussi, me prosterner devant lui ». Sur ces paroles du roi, ils partirent.

Et voilà que l’étoile qu’ils avaient vue se lever les précédait ; elle vint s’arrêter au-dessus du lieu où se trouvait l’enfant. Quand ils virent l’étoile, ils éprouvèrent une très grande joie. En entrant dans la maison, ils virent l’enfant avec Marie sa mère ; et, tombant à genoux, ils se prosternèrent devant lui. Ils ouvrirent leurs coffrets, et lui offrirent leurs présents : de l’or, de l’encens et de la myrrhe.

Mais ensuite, avertis en songe de ne pas retourner chez Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin.

Homélie

Ces Mages dont saint Matthieu vient de nous conter l’étonnante aventure, ne sont rien d’autre que des hommes de bonne volonté qui n’ont pas hésité à se mettre en route, qui ont vu et qui ont cru.

Essayons, si vous le voulez bien, de suivre leur cheminement vers Jésus... Nous y trouverons de précieux enseignements pour la conduite de notre vie chrétienne.

Les Mages (saint Matthieu prend soin de le préciser) ne sont pas des Juifs : ils viennent d’Orient. Ils ne peuvent donc pas se référer à l’histoire que le peuple élu a vécue avec Dieu ; ils n’ont pas bénéficié de la révélation qui lui a été faite. Mais dans leur bonne volonté on trouve tout d’abord une première qualité qui est l’attention. Ces Mages sont des savants qui s’adonnent à l’étude des astres. Ils sont donc attentifs par profession, capables de s’abstraire des réalités terrestres (si accaparantes pour d’autres), afin de se vouer aux œuvres désintéressés de l’esprit. Ils n’auraient pas distingué cette étoile nouvelle, sans cette grande et consciencieuse attention qui est la leur. Ils n’ont, d’ailleurs, pas plus bouché leurs oreilles que leurs yeux. Car il a bien fallu qu’ils entendent parler d’un Roi pas comme les autres, qui devait naître un jour au pays des Juifs et qui aurait une étoile. L’ont-ils appris par une tradition ancienne ou par une révélation privée ? Peu importe, ils le savent et lorsque l’évènement survient ils ne sont pas pris de court.

Ainsi de nous, frères et sœurs, nous devons scruter le ciel pour y découvrir l’étoile qui mène à Jésus. La première qualité d’un homme de bonne volonté est dans une très grande attention à la vérité. Attention à tout ce qui dans le monde est capable de nous parler de Dieu. Et tout d’abord la nature qui dit tant de choses à ceux qui savent la regarder avec des yeux d’enfants, ensuite les évènements du monde, ou de notre vie, qui sont à leur manière porteurs de messages divins, et enfin notre conscience qui est habitée par une inquiétude et une attente que rien d’humain ne saurait vraiment combler. Et Dieu, bien sûr, peut encore nous attirer par quantité d’autres signes à notre mesure. Ces signes nous saurons les discerner si nous sommes très attentifs : c’est-à-dire à la fois ouverts et recueillis.

Les Mages sont aussi des hommes disponibles, capables de se déranger. C’est ce qui ressort de leur détermination à se laisser conduire là où veut les entrainer l’étoile découverte. La manière de Dieu n’a pas changé depuis Abraham dont toute l’histoire avait commencé par cet appel : « Va-t-en, quitte ton pays, la maison de ton père. Va dans le pays que je te montrerai ». Pour jouer le jeu de Dieu, il faut toujours accepter une aventure. Car Dieu, voyez-vous, n’aime pas les gens installés : installés dans leur richesse, dans leur personnage, voire leur vertu. Sans cesse Dieu dérange ou déroute ceux qu’il aime. Pourquoi ? Parce que le Royaume des Cieux n’appartiendra qu’à des cœurs pauvres. Aussi bien est-ce un test de pauvreté qui est demandé aux Mages. Vont-ils préférer l’installation et la routine où bien les risques de l’aventure ?

Et nous frères et sœurs, ne serions-nous pas de ceux qui ont découvert l’étoile, mais n’osent pas la suivre ! Trop souvent, nous avons peur d’être conduits dans un pays inconnu dont on ne sait pas ce qu’il exigera de nous. Vivre selon sa foi, être chrétien, c’est toujours accepter une aventure, mais c’est la plus merveilleuse de toutes, car elle conduit toujours (si on la mène complètement) jusqu’à ce Dieu d’amour qui a voulu à Noël s’humaniser afin de nous diviniser.

Donc, des hommes attentifs, ces Mages et capables de se déranger, mais aussi des humbles qui acceptent de consulter d’autres sources que les leurs pour déterminer par où doit passer leur route. L’étoile aurait pu les mener directement à Bethléem. En fait, les Mages, qui ont vu dans leur pays l’étoile du Roi des Juifs, se dirigent d’abord tout naturellement vers Jérusalem qui est la capitale des Juifs. Or, à Jérusalem, l’étoile n’est pas au rendez-vous. Ils ressemblent alors un peu à des gens qui ont perdu leur chemin et ils demandent « où est le Roi des Juifs qui vient de naître ? » Les théologiens consultés par Hérode concluent que c’est à Bethléem que doit naître le Messie. Le renseignement est donné aux Mages qui, en reprenant la route de Bethléem retrouvent dans la joie leur étoile. Mais notons-le bien, les théologiens juifs, pas plus qu’Hérode, ne se sont dérangés.

Frères et sœurs, pour les hommes de bonne volonté que nous sommes, sachons aussi qu’il ne suffit pas de se fier à son étoile ou de faire confiance à la sûreté de son jugement : il faut passer par la Révélation objective. Il ne suffit pas d’avoir bonne volonté, il faut accueillir la Parole de Dieu. Il faut passer par Jérusalem, c’est-à-dire par l’Eglise. Il est vrai, hélas, qu’à Jérusalem, dans l’Eglise (et nous sommes l’Eglise) on peut rencontrer des hommes qui devraient être les premiers à se déranger et qui ne bougent pas. Nous avons ici, nous chrétiens, à faire un examen de conscience : ne ressemblons-nous pas trop souvent à des sentinelles endormies. Il ne suffit pas, en effet, d’être bien pensant pour être vraiment chrétien. Il ne suffit pas de posséder la vérité et même de la transmettre pour qu’elle nous sauve. Il faut en vivre. Ils seront jugés plus sévèrement, au jour du Jugement, ceux qui avaient reçu la vérité vivante, mais qui l’ont laissé devenir entre leurs mains comme un fruit mort.

Notons enfin qu’à Bethléem les Mages ne vont trouver qu’une humble maison, habitée par un ménage de pauvres gens : Marie et Joseph, qui veillent Jésus leur petit enfant. Ils cherchent le Roi des Juifs et ils ne trouvent qu’un enfant pauvre. Et pourtant sans hésiter, dès qu’ils sont arrivés, ils se prosternent devant Lui et ils l’adorent.

Ici, nous l’aurons tous compris, frères et sœurs, c’est une dimension nouvelle qui intervient : celle qui donne au regard cette pénétration privilégiée qui permet de voir l’invisible dans le visible. La foi n’est rien d’autre que cela. L’attention, la disponibilité, l’humilité ce ne sont que des attitudes « des qualités » qui préparent l’âme, sans pour autant la déterminer à croire. Mais pour voir dans cet enfant pauvre, le Messie, le Roi d’un Royaume spirituel, il faut quelque chose de plus : cette lumière de la foi qui ne vient que de Dieu. A partir de ce moment-là tout change de registre. Les hommes de bonne volonté deviennent des croyants. Pour les Mages, l’étoile peut maintenant disparaître, elle brûle au fond de leur cœur.

Chers frères et sœurs, Jésus attend toujours que viennent à Lui les hommes de bonne volonté, tous les hommes de bonne volonté. Le rendez-vous de Bethléem est pour tous. Tous sont convoqués. Mais avons-nous assez conscience, que l’étoile par laquelle le Seigneur veut leur faire signe n’est autre que nous...

Faisons donc en sorte que le rayonnement de notre vie chrétienne soit assez intense pour attirer leur attention et les convaincre de s’engager, à leur tour sur la route qui conduit, par la foi et l’amour, à la rencontre de Jésus, l’Unique Sauveur.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Abbé Pierre Cousty - dans Homélies Fêtes
commenter cet article

commentaires

Vincent PATIER 30/12/2011 17:49

Dans la venue des Rois mages venue adorer l'Enfant Jésus, nous pouvons retrouver tous les peuples marchant dans la longue nuit du désespoirs et du malheur.
Mais cette longue nuit vient de s'achever la Nuit de Noël car Dieu dans son infinie bonté nous a envoyé son Fils Bien Aimé afin qu'il nous apporte l'espérance et la joie d'être ou de devenir ses
enfants qui pensent qu'à une chose : SERVIR LES AUTRES EN SERVANT DIEU.

Que Dieu vous garde
Que Notre Dame de la Paix soit toujours avec vous

Je vous souhaite une très bonne, très joyeuse et très sainte année 2012

Présentation

  • : Le Blog de Jackie
  • Le Blog de Jackie
  • : Nombreux coloriages catholiques et autres, vies de saints et homélies.
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • Jackie
  • Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog. Il y a une multitude d'infos de toutes sortes : coloriages, contes... Bonne balade à tous. Merci.

Ma Bible illustrée

ANCIEN TESTAMENT

NOUVEAU TESTAMENT

LES PARABOLES

Divers

Meteo Corrèze

 

 

 

Compteur mondial