Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 15:07

Toussaint

En nous faisant célébrer début Novembre la fête de TOUS LES SAINTS et la commémoration de tous les fidèles défunts, l'Eglise nous remet en présence d'une vérité fondamentale de notre Foi qu'en raison de notre mentalité individualiste nous avons trop tendance à oublier : le mystère si émouvant et si bienfaisant de la Communion des saints.

Les saints dont il est question ici ne sont pas seulement ceux – connus ou inconnus - qui peuplent le Paradis, ce sont aussi tous ceux qui sur terre ont été sanctifiés par la vie divine au moment du Baptême et qui gardent intacte cette grâce divinisante, principe de l'union à Dieu. Ainsi devons-nous comprendre l'expression : « les Saints » que Saint Paul employait fréquemment pour désigner les fidèles chrétiens de son époque. Si cette appellation n’est plus en usage, la réalité qu'elle exprime demeure : sont « saints » (à des degrés divers, bien entendu), tous ceux qui vivent en état de grâce et s'efforcent de progresser à tout instant dans l'Amour.

Un des traits qui caractérisent ces membres vivants de l'Eglise militante, c'est la « Communion », l'unité entre eux. Selon la doctrine lumineuse exposée par Saint Paul au chapitre l2 de sa Première Lettre aux Corinthiens, de même qu'il y a entre tous les organes du corps humain une sorte de communion vitale, il existe entre tous les membres de l'Eglise, Corps mystique du Christ, une communion spirituelle parce qu'une même vie circule en tous et crée entre tous une mutuelle dépendance.

Mais la Communion des saints ne se limite pas aux enfants de Dieu qui vivent actuellement sur la terre. Elle s'étend à ceux qui nous ont précédés et qui forment maintenant autour du Christ-Roi et de Marie Reine, l’Eglise du Ciel. Au ciel on ne vit pas d'une autre vie divine que sur la terre : c'est la vie divine reçue au Baptême qui s'épanouit et se manifeste avec un éclat extraordinaire. Mais c'est fondamentalement la même vie. Et c'est pourquoi il n'y a qu'une Eglise sur la terre et dans le ciel. Il convient même d'ajouter : en purgatoire.

Car nos frères qui se sont « endormis dans le Seigneur », mais dont la purification n'est pas totalement achevée au sortir de cette vie sont « saints » eux aussi ; car ils vivent eux aussi de la vie divine, mais ils attendent en quelque sorte « Sur le seuil » de la Maison du Père de pouvoir entrer « dans la joie de leur Seigneur ».

Dans une telle perspective, la terre, le Purgatoire et le Ciel ne sont pas des mondes séparés, ni même des pays limitrophes aux frontières bien protégées...

Le Ciel est ouvert et tout proche.

Ces saints, comme des frères aînés, se penchent amicalement sur nous tandis que nous sympathisons avec eux ; ils nous aident en intercédant pour nous selon le mot si émouvant de Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus : « Je veux passer mon ciel à faire du bien sur la terre ».

Le Purgatoire, lui aussi, est à notre portée.

Ceux qui nous aimaient ici-bas nous aiment toujours, mais avec une charité épurée et brûlante et en échange de la protection qu'ils nous accordent, nous avons le pouvoir de hâter leur libération et leur bonheur par nos prières et l'offrande du Saint Sacrifice de la Messe.

N'oublions pas cependant - et ce devrait être là un sujet d’émerveillement perpétuel et d'immense réconfort - que cette solidarité si efficace au plan surnaturel s'exerce aussi très fort « à l'horizontale » c'est-à-dire entre les divers membres qui composent l'Eglise de la terre. Nous pouvons par nos prières, nos sacrifices et tous nos actes d'amour, communiquer fraternellement entre nous et nous entraider spirituellement les uns les autres. Il existe en effet une mystérieuse influence des membres du Corps du Christ les uns sur les autres. C‘est la raison pour laquelle on peut affirmer que la vie spirituelle de l'ensemble du Corps Mystique dépend en quelque sorte de l’état spirituel des divers membres.

Nul n'est saint, nul n'est pécheur pour soi seul.

Le corps tout entier éprouve le contrecoup de nos progrès dans la vertu ou de nos chutes.

Dès lors le chrétien doit toujours sentir peser sur lui sa responsabilité vis-à-vis de l'ensemble. Prenant davantage conscience de tout ce qu’il a reçu au point de pouvoir dire que « les plus belles pages de sa vie sont écrites par les mérites des autres », il ne veut pas se comporter en profiteur, mais contribuer par un don de plus en plus généreux de lui-même à augmenter le trésor commun.

Puissions-nous, par l'intermédiaire du Cœur très aimant de Marie qui ne cesse de battre pour son divin Fils et tous les membres de son Corps, pénétrer le plus souvent possible dans cet océan d'amour qu'est le mystère de la Communion des saints !

Pour tous nos frères et sœurs qui vivent actuellement l'épreuve terrestre, offrons nos prières et nos sacrifices : et que ces mérites s’en aillent aux quatre coins du monde aider les détresses lointaines et inconnues.

Et puis, dans notre milieu immédiat, celui qui nous est spécialement confié par Dieu, faisons rayonner la charité du Christ.

Soyons d'infatigables tisseurs de liens et des facteurs d'unité.

Efforçons-nous, pour notre part, de rendre plus réelle la Communion des saints.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Abbé Pierre Cousty - dans Regards sur Jésus
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Jackie
  • Le Blog de Jackie
  • : Nombreux coloriages catholiques et autres, vies de saints et homélies.
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • Jackie
  • Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog. Il y a une multitude d'infos de toutes sortes : coloriages, contes... Bonne balade à tous. Merci.

Ma Bible illustrée

ANCIEN TESTAMENT

NOUVEAU TESTAMENT

LES PARABOLES

Divers

Meteo Corrèze

 

 

 

Compteur mondial