Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2012 3 04 /04 /avril /2012 16:26

En célébrant très solennellement au cours de la Semaine Sainte le Mystère Pascal, l’Eglise nous rappelle que Jésus est mort sur la Croix et qu’Il est ressuscité trois jours après pour mériter à nos âmes de passer de la mort du péché à la Vie nouvelle des enfants de Dieu. Ce « passage » cette Pâque, qui s’effectue au moment du Baptême est l’évènement capital de notre vie. Capital ne signifie pas toujours spectaculaire. Une cérémonie consistant, pour l’essentiel, à verser un peu d’eau sur la tête d’un adulte ou d’un enfant en prononçant les paroles choisies par Jésus : « Je te baptise au nom du Père et du Fils et au Saint – Esprit » est bien peu spectaculaire. Mais, au regard de la Foi, le Baptême est tout autre chose qu’une cérémonie. Il est une purification totale de l’âme symbolisée par l’eau qui coule, effectuée par cette eau à laquelle la Parole de Dieu donne une merveilleuse efficacité. Et du même coup : il est inondation de cette âme par la Vie divine qui lui est conférée dans l’union mystérieuse et réelle au Sauveur mort et ressuscité.

Le Salut, en effet, tant pour l’humanité en général que pour chaque être humain, s’opère par l’union au Christ mort et ressuscité. Cette vérité est affirmée par saint Paul en de nombreux textes que nous ferions bien de méditer. Il nous explique que le Fils de Dieu en prenant une humanité comme la nôtre est devenu solidaire de cette humanité pécheresse, sans toutefois compromettre son éminente sainteté personnelle. Il va même jusqu’à dire que Dieu « l’a fait péché pour nous » (II Cor. 5. 21).

Portant donc le péché du monde, le Christ devait, pour que ce péché fût détruit, être baptisé de ce Baptême qu’Il désirait si ardemment et qui était sa mort elle-même : il devait être baptisé dans son sang. A l’heure de sa Passion, il a été plongé dans la mort et dans cette mort il a lâché le fardeau immonde de tout le péché humain qu’il avait expié. De cette mort, la Résurrection l’a fait émerger à la Vie, non pas de nouveau à la vie d’ici-bas, précaire, vulnérable à la souffrance et mortelle mais à la Vie immortelle et glorieuse.

Dans la Pâque du Christ c’est l’humanité toute entière qui a été baptisée d’un Baptême préalable, collectif, d’une efficacité infinie, Baptême que chaque être humain dans le temps de son existence terrestre n’a plus qu’à accepter volontairement dans un acte personnel d’union au Christ crucifié et glorifié.

Cette incorporation au Christ, c’est le Baptême sacramentel qui l’a réalisée pour chacun et chacune d’entre nous. Voilà pourquoi il fut un évènement décisif dont on ne soulignera jamais assez l’importance. C’est à ce moment-là, en effet, qu’à été déclenché le merveilleux processus de notre divinisation. Dès lors nous comprenons à quel point ce mystère de notre Baptême dans le Christ nous engage. C’est lui qui, en fait, commande tout le déroulement de notre aventure chrétienne. Nous le savons depuis sa Résurrection et son Ascension dans la gloire, Jésus ne vit plus dans son corps historique ; néanmoins il continue à vivre sur terre à travers les membres de son Corps mystique, c’est-à-dire à travers nous les baptisés.

C’est donc à travers nos vies qu’Il entend continuer tous ses mystères, propager son message de Salut et transfuser son Amour.

C’est à travers nos décisions qu’Il veut agir concrètement dans le monde : c’est grâce à nos paroles et à notre témoignage qu’Il veut conduire les hommes à la lumière de la Foi, c’est grâce à notre amitié et notre sympathie qu’Il veut se faire tout proche de ceux qui souffrent, c’est avec nos cœurs qu’Il veut aimer Dieu le Père et toute l’humanité.

Autrement dit, le baptisé, le chrétien c’est quelqu’un qui prête son humanité à Dieu pour qu’Il en dispose de manière à y faire revivre Jésus, son Fils Bien-aimé.

Le baptisé, le chrétien, c’est quelqu’un qui joue le rôle de Jésus, qui le joue vraiment en s’identifiant à Lui, se comportant en toutes choses comme Jésus se comporterait s’Il était à sa place.

C’est tout le sens de la parole de saint Paul : « Vous tous qui avez été baptisés dans le Christ, vous avez revêtu le Christ ».

Nous ne répondrons pleinement à notre vocation chrétienne que si nous prenons toujours mieux conscience que par le Baptême nous sommes devenus d’autres Christ, et que depuis cette heure-là notre Père des Cieux nous regarde avec la même complaisance que son Fils Unique.

En Lui et par Lui, en effet, nous sommes devenus ses enfants d’adoption admis à communier dès à présent à l’indicible mystère de sa Vie trinitaire.

Est-ce que cela ne devrait pas être notre plus grande fierté ?

Baptisés dans le Christ, nous sommes de race illustre, nous sommes de race divine, nous sommes fils et filles de Dieu...

« O chrétien, s’écrie saint Léon, reconnais ta dignité. Et devenu participant de la nature divine et de la gloire du ciel, ne va pas retourner à ton ancienne bassesse par une conduite indigne... Sois fier, sois digne de ta céleste origine et de ta sublime destinée ».

Partager cet article

Repost 0
Publié par Abbé Pierre Cousty - dans Regards sur Jésus
commenter cet article

commentaires

clovis simard 27/10/2012 21:16

Voie Blog(fermaton.over-blog.com)No.8- J'arrive ou je suis né ?

Présentation

  • : Le Blog de Jackie
  • Le Blog de Jackie
  • : Nombreux coloriages catholiques et autres, vies de saints et homélies.
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • Jackie
  • Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog. Il y a une multitude d'infos de toutes sortes : coloriages, contes... Bonne balade à tous. Merci.

Ma Bible illustrée

ANCIEN TESTAMENT

NOUVEAU TESTAMENT

Divers

 

 

 

 

 

Meteo Corrèze

 

 

 

Compteur mondial

 

Mon Coup de Coeur