Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 18:08

L'Avent qui, chaque année, nous fait célébrer dans l'Espérance et dans la Joie Le Seigneur qui vient constitue pour les âmes mariales un temps privilégié : parce que, d'une part, il met particulièrement en lumière le rôle unique de la Vierge Immaculée dans le plan du Salut et parce que, d'autre part, il nous donne l'occasion de contempler le mystère de « Jésus vivant en Marie » si cher aux Maîtres de l'Ecole française de spiritualité. Mystère ineffable qui a fait du sein virginal de la Mère de Dieu « Le Paradis du Nouvel Adam » (Saint Louis Marie de Montfort).

Certes, nous ne savons quasiment rien des échanges intimes qui eurent lieu entre la Mère et le Fils au cours des neuf mois qui précédèrent la naissance de Jésus, puisque la très silencieuse et très discrète Marie ne nous a laissé aucune confidence sur cette période de son existence où elle a vécu, de toute évidence, une expérience mystique absolument unique.

Tout ce que l'on peut dire cependant - avec ceux qui ont scruté ce mystère dans la Lumière de l'Esprit-Saint - c'est que tandis que Marie donnait la vie humaine au Verbe éternel, Celui-ci ne cessait de diviniser toujours plus l'âme de son incomparable Mère en la comblant surabondamment des richesses de sa Grâce.

« Quelle est admirable, écrit le Père Olier, l’âme sainte de Jésus, perdant et abimant en soi l’âme de sa Très Sainte Mère et la pénétrant des sentiments amoureux qu'il éprouvait pour son Père. Vous résidez en elle, ô divin Sauveur, comme en votre tabernacle vivant ! Vous la faites participer å ce que vous êtes et à ce que vous faites, soit envers Dieu, soit envers les hommes. »

Quant à Saint Louis Marie de Montfort, ce qui l'a surtout frappé, c'est cet état de dépendance dans lequel le Verbe de Dieu en s'incarnant a voulu s'établir vis-à-vis de Marie.

« Dieu fait homme, nous dit-il, a trouvé sa Liberté à se voir emprisonné dans son sein ; il a fait éclater sa force à se laisser porter par cette petite fille ; il a glorifié son indépendance et sa majesté en dépendant de cette aimable Vierge dans sa Conception, en sa naissance et en sa vie cachée de 30 ans...

Ô admirable et incompréhensible dépendance d’un Dieu ! Jésus-Christ a plus donné de gloire à Dieu son Père par la soumission qu'Il a eue à sa Mère... Qu'il ne lui en eût donné en convertissant toute la terre par l'opération des plus grandes merveilles. » (Traité V.D. N° 18)

De ce mystère le Grand Serviteur de Marie tire une leçon qui est très importante pour la conduite de notre vie chrétienne :

« Oh ! Qu'on glorifie hautement Dieu quand on se soumet pour lui plaire à Marie à l'exemple de Jésus-Christ, Notre Unique Modèle. »

Autrement dit : la meilleure manière d'aller à Dieu, la plus directe et la plus sûre, c’est d’emprunter le même chemin que Lui-même a voulu prendre pour venir à nous : c'est de nous faire tout-petits en Marie par le moyen d’une consécration totale de nos personnes et de nos vies, c'est de nous mettre librement par rapport à Celle qui est notre Mère selon la grâce dans la situation de dépendance qui ressemble à celle du tout petit enfant dans le sein de sa mère. Où pourrait-on trouver, en effet, une dépendance qui soit plus absolue que celle-là ? Dans le sein maternel l'enfant est enveloppé de toutes parts ; tout en lui est profondément influencé par ce milieu de vie : il ne sent, il ne respire, il n'agit que porté par sa mère et mû par elle. Disons-nous bien qu'il en va de même au plan surnaturel pour tout ce qui concerne la naissance et la croissance du Christ en nous. C'est un des plus grands docteurs de l'Eglise, saint Augustin qui nous l'affirme en ces termes :

« Tous les élus pour être conformes à l’image du Fils de Dieu sont en ce monde cachés dans le sein spirituel de la Très Sainte Vierge où ils sont gardés, nourris, entretenus et agrandis par cette bonne mère jusqu'à ce qu'elle les enfante à la gloire après leur mort qui est proprement le jour de leur naissance, comme l'Eglise appelle la mort des justes. »

Puisse l'Esprit-Saint qui commence et achève toute sanctification, nous accorder au cours de l'Avent et comme cadeau de Noël de vivre ainsi l'enfance spirituelle qui est, ne l'oublions pas, une des grandes exigences de l‘Evangile...

Qu'il nous donne de connaître avec notre Maman Marie une telle intimité que nous puissions dire avec enthousiasme en paraphrasant saint Paul : « Pour moi vivre c'est Marie. »

Oui, « pour moi vivre c'est Marie » mais pour mieux vivre le Christ et parvenir ainsi au degré de sainteté que Dieu attend de moi.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Abbé Pierre Cousty - dans Regards sur Marie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Jackie
  • Le Blog de Jackie
  • : Nombreux coloriages catholiques et autres, vies de saints et homélies.
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • Jackie
  • Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog. Il y a une multitude d'infos de toutes sortes : coloriages, contes... Bonne balade à tous. Merci.

Ma Bible illustrée

ANCIEN TESTAMENT

NOUVEAU TESTAMENT

Divers

 

 

 

 

 

Meteo Corrèze

 

 

 

Compteur mondial

 

Mon Coup de Coeur