Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2016 2 01 /11 /novembre /2016 21:44

Lecture du second livre des Martyrs d'Israël 7, 1-2. 9-14

Sept frères avaient été arrêtés avec leur mère. À coups de fouet et de nerf de bœuf, le roi Antiochus voulut les contraindre à manger du porc, viande interdite. L'un d'eux déclara au nom de tous : « Que cherches-tu à savoir de nous ? Nous sommes prêts à mourir plutôt que de transgresser les lois de nos pères ». Le deuxième frère lui dit, au moment de rendre le dernier soupir : « Tu es un scélérat, toi qui nous arraches à cette vie présente, mais puisque nous mourons par fidélité à ses lois, le Roi du monde nous ressuscitera pour une vie éternelle ». Après celui-là, le troisième fut mis à la torture. Il tendit la langue aussitôt qu'on le lui ordonna, et il présenta les mains avec intrépidité, en déclarant avec noblesse : « C'est du Ciel que je tiens ces membres, mais à cause de sa Loi je les méprise, et c'est par lui que j'espère les retrouver ». Le roi et sa suite furent frappés du courage de ce jeune homme qui comptait pour rien les souffrances. Lorsque celui-ci fut mort, le quatrième frère fut soumis aux mêmes tortures. Sur le point d'expirer, il parla ainsi : « Mieux vaut mourir par la main des hommes, quand on attend la résurrection promise par Dieu, tandis que toi, tu ne connaîtras pas la résurrection pour la vie éternelle ».

Lecture de la seconde lettre de saint Paul Apôtre aux Thessaloniciens 2, 16-17 ; 3, 1-5

Frères, laissez-vous réconforter par notre Seigneur Jésus Christ lui-même et par Dieu notre Père, lui qui nous a aimés et qui, dans sa grâce, nous a pour toujours donné réconfort et joyeuse espérance ; qu'ils affermissent votre cœur dans tout ce que vous pouvez faire et dire de bien. Priez aussi pour nous, frères, afin que la parole du Seigneur poursuive sa course, et qu'on lui rende gloire partout comme chez vous. Priez pour que nous échappions à la méchanceté des gens qui nous veulent du mal, car tout le monde n'a pas la foi. Le Seigneur, lui, est fidèle : il vous affermira et vous protégera du Mal. Et, dans le Seigneur, nous avons pleine confiance en vous : vous faites et vous continuerez à faire ce que nous vous ordonnons. Que le Seigneur vous conduise à l'amour de Dieu et à la persévérance pour attendre le Christ.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 20, 27-38

Des sadducéens — ceux qui prétendent qu'il n'y a pas de résurrection — vinrent trouver Jésus, et ils l'interrogèrent : « Maître, Moïse nous a donné cette loi : Si un homme a un frère marié mais qui meurt sans enfant, qu'il épouse la veuve pour donner une descendance à son frère. Or, il y avait sept frères : le premier se maria et mourut sans enfant ; le deuxième, puis le troisième épousèrent la veuve, et ainsi tous les sept : ils moururent sans laisser d'enfants. Finalement la femme mourut aussi. Eh bien, à la résurrection, cette femme, de qui sera-t-elle l'épouse, puisque les sept l'ont eue pour femme ? » Jésus répond : « Les enfants de ce monde se marient. Mais ceux qui ont été jugés dignes d'avoir part au monde à venir et à la résurrection d'entre les morts ne se marient pas, car ils ne peuvent plus mourir : ils sont semblables aux anges, ils sont fils de Dieu, en étant héritiers de la résurrection. Quant à dire que les morts doivent ressusciter, Moïse lui-même le fait comprendre dans le récit du buisson ardent, quand il appelle le Seigneur : 'le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac, le Dieu de Jacob'. Il n'est pas le Dieu des morts, mais des vivants ; tous vivent en effet pour lui ».

Homélie

C’est une question capitale de la foi qui nous est posée par les lectures de ce dimanche, l’éternelle question qui divise les hommes : où sont-ils donc tous ces parents et amis défunts pour lesquels l’Eglise nous fait prier en ce mois de novembre ? Est-ce que tout est fini avec la mort ou bien y a-t-il une autre vie après cette vie ?

C’est une question que notre civilisation, il faut bien le reconnaître s’efforce de camoufler, d’escamoter par tous les moyens alors même que la radio, la télévision et la presse, la rendent quotidienne en nous annonçant qu’il y a en tant et tant au cours d’une guérilla, dans un accident d’avion, ou un tremblement de terre...

Nous connaissons tous cette formule célèbre d’un poète contemporain : « Celui qui croyait au ciel et celui qui n’y croyait pas... »

- L’évangile nous montre qu’au temps même de Jésus, certains juifs pratiquants ne croyaient pas à la résurrection des morts et la tournaient en ridicule... Aujourd’hui encore les sondages montrent qu’une bonne proportion de ceux qui se disent chrétiens n’y croit pas non plus...

- La première lecture, au contraire, nous montre la foi admirable des juifs persécutés deux siècles environ avant Jésus : c’est déjà la foi en la résurrection : « Celui qui croyait au ciel et celui qui n’y croyait pas... » Eternelle question qui nous est posée à nous aussi : où sont-ils donc les parents et amis qu’on aimait tant ! La réponse c’est le cœur même de la foi chrétienne, c’est l’essentiel du christianisme. La réponse c’est la foi en Jésus ressuscité et en sa Parole : « Celui qui croit en moi fut-il mort vivra ».

Souvent on demande : en quoi les chrétiens sont-ils différents : « Ils ne sont pas meilleurs que les autres », dit-on et c’est souvent vrai, hélas ! Le chrétien est différent des autres par sa foi en Jésus ressuscité et donc par sa foi en la résurrection des morts promises par Jésus et cette différence capitale rejaillit sur toute sa façon de vivre.

Celui qui croit au ciel ne peut pas vivre comme celui qui n’y croit pas.

Celui qui croit, en Jésus vivant, ressuscité, celui qui croit en la vie éternelle au-delà de la mort, celui qui croit au ciel, celui-là vit autrement sur la terre, car il sait que la vie sur la terre est un pèlerinage dont le but est ailleurs. Il sait, celui-là, que le trésor, ce qu’il faut garder coûte que coûte et même augmenter, ce qu’il faut accumuler, ce n’est pas l’argent, ce n’est pas le pouvoir, ce ne sont pas les honneurs, c’est l’Amour, l’amour désintéressé, l’amour qui s’oublie, qui se sacrifie, qui pardonne et reconstruit l’amour qui partage, l’amour don de soi au pauvre, à l’étranger, envers l’ennemi même... C’est l’amour qui sauve sans jamais tuer, l’amour qui fait vivre, l’amour pur, noble, juste doux et pacifique. Bref, l’amour selon les Béatitudes.

C’est cela, frères et sœurs, la valeur suprême : c’est l’amour même dont Jésus nous a aimés... C’est cela qui fait vivre, qui nous fait vivre déjà ici bas à la manière de Jésus, c'est-à-dire de la vie divine, de la vie éternelle. Car la vie éternelle est déjà commercée, pour celui qui croit au ciel, et il en vit, dès cette terre, jour après jour. Et quand vient pour lui la dernière heure, ce n’est pas tant de sa mort qu’il faut parler, mais de sa naissance au ciel, de son passage en Dieu, vers la vie éternelle où tout l’amour de son cœur va s’épanouir en Dieu.

Oui, pour celui qui croit au ciel, la mort n’est qu’un passage : une Pâque vers la Résurrection. Où sont-ils donc les parents, les amis qu’on aimait tant ? Ils sont en Dieu, dans toute la mesure où ils ont aimé à la manière de Jésus et cru en sa Parole : « Celui qui croit en moi, fut-il mort vivra... » Après la purification nécessaire, que les messes célébrées pour eux peuvent hâter, ils vivent dans le cœur de Dieu, de la vie de son Esprit. C’est l’amour de Dieu et des frères dont leur cœur est rempli qui les fait vivre et les fait vivre dans une joie indicible, une joie parfaite qui n’a rien de comparable avec les joies de la terre.

« Celui qui croyait au ciel et celui qui n’y croyait pas ».

- D’un côté la maman admirable de foi avec ses sept fils, méprisant la mort,

- De l’autre les Saducéens sceptiques...

Qu’en est-il pour nous ? Serions-nous gagnés par l’ambiance qui nous entoure où l’on escamote la mort parce qu’on ne croit pas au ciel ?

L’Eglise nous demande d’être chaque jour les témoins d’une vie autre que celle d’ici-bas. Ce dimanche nous rappelle qu’un chrétien c’est celui qui a choisi de croire au ciel et qui vit en conséquence, faisant de toute sa vie comme un apprentissage de la vie éternelle. Une préparation, une pré-adaptation à la vie éternelle

Cette foi qui espère, l’Eucharistie va une fois de plus nous la faire célébrer, comme elle va aussi la réveiller, la nourrir et la fortifier.

Puisse notre communion au sacrifice du Christ faire grandir en nous la grâce de notre baptême qui est, ne l’oublions pas, germe de vie éternelle et gage de Résurrection pour notre corps. Et que notre prière s’inspire de cette belle oraison qu’on trouve dans la Liturgie Monastique des Heures :

« Seigneur, Dieu des Vivants, par le Christ, Vainqueur de la mort tu nous appelles à une vie sans déclin. Fais de nous tes fils et les héritiers de la Résurrection pour que nous puissions avec les anges contempler et louer ta gloire à jamais. Amen ».

Partager cet article

Repost 0
Publié par Abbé Pierre Cousty - dans Homélies Année C
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Jackie
  • Le Blog de Jackie
  • : Nombreux coloriages catholiques et autres, vies de saints et homélies.
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • Jackie
  • Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog. Il y a une multitude d'infos de toutes sortes : coloriages, contes... Bonne balade à tous. Merci.

Ma Bible illustrée

ANCIEN TESTAMENT

NOUVEAU TESTAMENT

LES PARABOLES

Divers

Meteo Corrèze

 

 

 

Compteur mondial