Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 mai 2022 4 12 /05 /mai /2022 14:06

Saint Giustino Maria Russolillo, le troisième de dix enfants, est né le 18 janvier 1891 à Pianura di Napoli, dans le diocèse de Pozzuoli, de Luigi Russolillo, petit entrepreneur en bâtiment, et de Giuseppina Simpatia, femme au foyer et excellente couturière.

Ce sont les tantes paternelles, Enrichetta et Giovannina, institutrices élémentaires, qui ont grandement influencé l'éducation et la formation culturelle de Justin, qui s'est rapidement distingué parmi ses pairs par son talent hors du commun, par son penchant marqué pour l'étude, par sa docilité et ses pitiés vraiment singulières. À l'âge de cinq ans, il a reçu sa première communion et est immédiatement tombé amoureux de Jésus dans l'Eucharistie. À ceux qui lui demandaient ce qu'il aurait fait quand il serait grand, il répondait promptement et résolument : « Je serai prêtre ».

À l'âge de dix ans, il entre au Séminaire de Pozzuoli, où, après avoir brillamment réussi les examens d'entrée, il fréquente directement la deuxième année du secondaire et termine avec succès ses études en sciences humaines et les deux premières années de théologie. Au Séminaire régional de Posillipo-Naples, dirigé par les pères jésuites, il a complété ses études théologiques avec un grand mérite, obtenant la médaille d'or.

Le 20 septembre 1913, il est ordonné prêtre dans la cathédrale de Pozzuoli. Prosterné sur le sol, tandis que l'assemblée invoquait les saints, Don Giustino a juré de fonder une congrégation religieuse "pour le culte, le service et l'apostolat des vocations de Dieu, notre Seigneur, à la foi, au sacerdoce, à la sainteté". Installé dans son pays, il continue à enseigner le catéchisme tous les jours, aux enfants et aux adolescents.

La passion ardente pour les vocations se consolide de plus en plus et tente d'alimenter la même flamme chez les autres. Le 30 avril 1914, fête de sainte Catherine de Sienne, la vie commune commença dans la maison paternelle avec quelques garçons du groupe des "Fedelissimi", c'est-à-dire les garçons qui l'avaient suivi pendant les années du séminaire. Mais l'évêque Michele Zezza lui a ordonné d'arrêter. Il réagit comme réagissent les saints : « Nous sommes enfants de la croix, sacrifions donc notre volonté à celle des supérieurs, comme Jésus a sacrifié la sienne à celle du Père », dit-il à ses garçons.

Lorsque la première grande guerre éclata (1915-1918), Don Giustino fut également appelé aux armes, enrôlé dans la Sanità et envoyé à l'hôpital militaire. Grâce à une abondante correspondance, il a continué à suivre ses garçons. Dans cette période de la vie militaire, notant le zèle de certaines religieuses pour aider et soigner les blessés, l'idée d'une congrégation féminine qui aurait dû soutenir la congrégation masculine au service des vocations a également mûri.

Après avoir obtenu un congé militaire et de retour à Pianura, il rallia aussitôt à la cause des vocations un groupe de jeunes filles dirigées et animées spirituellement par la jeune Rachele Marrone. Ils furent les premiers leviers de la méritoire "Union Pieuse", association qu'il fonda.

Entre-temps, encouragé par son Père spirituel, il accepte en 1920 la nomination comme curé de la paroisse Saint-Georges martyr, dans la Plaine, après concours réguliers.

L'administrateur apostolique de Pozzuoli, Mgr Pasquale Ragosta, qui appréciait beaucoup don Giustino, lui laissa toute liberté pour le travail des vocations, prévu depuis un certain temps. Don Giustino, également enthousiaste de la bénédiction de l'évêque, le 18 octobre 1920, accueillant 12 jeunes prometteurs dans la maison paroissiale, reprit la vie commune, interrompue en mai 1914. Ainsi naquit son premier Institut de vie consacrée, appelé la Société des Vocations Divines, communément appelé des Pères Vocationnistes.

L'année suivante, le soir du 1er octobre 1921, avec la permission de l'évêque, des jeunes filles de l'association des femmes se retirent dans la vie commune. Fin octobre, le nouvel évêque Giuseppe Petrone, visitant le siège bien organisé des futures moniales, a félicité et « béni leur travail religieux » pour les vocations.

Ainsi est née la Congrégation des Sœurs des Vocations Divines, deuxième Institut de vie consacrée, fondé par le Bienheureux Justin. Plus tard, sa sœur Giovanna, devenue Mère Générale, a beaucoup contribué au développement de l'Œuvre Féminine.

D'autres jeunes, qui n'ont pas pu entrer dans la vie commune, ou qui n'ont pas voulu parce qu'ils n'étaient pas appelés, ont découvert, sous sa direction, la vocation à la vie consacrée laïque en partageant le même esprit de service que les vocations.

Ils ont été le ferment initial de l'Institut séculier pour les femmes, puis approuvé par l'Église de Naples en 1977. Il porte maintenant le nom d'Institut séculier des apôtres vocationnistes de la sanctification universelle.

Conscient du service singulier qu'offrent les vocations aux ministères ordonnés et de consécration spéciale à la sainteté du peuple de Dieu, Justin fonde le « Vocationnaire », son Œuvre caractéristique, pépinière de vocations, véritable collège de la Congrégation des Vocationnistes, pour les jeunes, surtout les pauvres, enclins au sacerdoce, à la vie consacrée, mais pas encore bien orientés vers les Séminaires, les Ordres et les Congrégations.

La paroisse de S. Giorgio Martire, dont il était désormais curé, était l'instrument de la Providence, un sein accueillant, un environnement bien protégé, où pouvaient fleurir les fleurs de la sainteté et les fruits des vocations sacerdotales et religieuses.

Les « Volontaires de Jésus », les « Fidèles », les « Esclaves de Marie », les jeunes femmes de « l'Union Pieuse » : ces groupes qu'il a fondés, ont exprimé la fécondité vocationnelle d'une paroisse vivante, qui le voyait comme protagoniste dans communion avec ses prédécesseurs, Don Orazio Guillaro et Don Giosuè Scotto Di Cesare.

La vie spirituelle était bien entretenue dans la paroisse. En célébrant les saints sacrements, il a montré qu'il les vivait dans leur plénitude. Cela était évident dans l'expression de son visage ou dans les larmes qui accompagnaient parfois la célébration liturgique. Il a agi à la lumière de ses convictions profondes : « La perfection de la Foi est la vision et donc, tandis que nos lèvres disent je crois, notre esprit et notre cœur doivent pouvoir dire je vois ».

La Trinité était le centre de sa spiritualité et de son apostolat. La prière était l'âme de son apostolat. Il prit grand soin du décor de la maison de Dieu, l'ornant de toutes les manières possibles. Il a souvent renouvelé les vêtements et le mobilier sacré. Il organisa l'Action catholique dans toutes ses branches, la confrérie de la doctrine chrétienne, dont le statut, rédigé par lui-même, fut également adopté par Mgr Alfonso Castaldo pour tout le diocèse de Pozzuoli.

Il prépare et nomme des catéchistes pour la paroisse avec des examens réguliers, des concours et des prix. Il invitait des prêtres, connus pour leur doctrine et leur sainteté, à faire des retraites, des exercices spirituels pour le peuple, surtout aux temps forts de l'année liturgique.

Non moins significatif est l'apostolat dans les cours.

C'étaient les espaces de rencontre des petits et des grands, des lieux de socialisation pour les habitants des immeubles, d'où l'on pouvait facilement observer ce qui se passait dans la zone en contrebas.

Don Giustino a régularisé de nombreux mariages et consacré diverses familles au Sacré-Cœur.

En 1952, maintenant fort d'une expérience apostolique considérable acquise sur le terrain, ne négligeant pas le changement en cours dans la société, infectée par une laïcité naissante mais non moins subtile, don Giustino donnera de nouvelles indications sur le ministère et l'organisation paroissiale.

"C'est vrai! - écrivait-il - le temple ou l'école ne suffisent plus. D'autres lieux sont nécessaires et chaque maison, rue ou place doit devenir un temple et une école de l'Évangile. L'exercice des fonctions sacrées et l'administration des saints sacrements à ceux qui les demandent ne suffisent plus, mais il faut reconquérir le prochain à Jésus, âme par âme [...]. Le prêtre ne va pas divertir, mais convertir. Le prêtre ne va pas pour plaire aux hommes, mais pour aider les âmes. Nous avons besoin de l'Évangile pleinement observé, pleinement propagé » (G. Russolillo, Agenda Collection, 27 juillet 1952).

En raison des restrictions et des limitations imposées par les autorités ecclésiastiques, qui interdisaient les admissions au noviciat, aux professions et aux Ordres, le Fondateur ressentit la sensation d'une lente agonie pour sa Congrégation. Cependant, il écrit à ses religieux : "Le Seigneur qui l'aime, a appliqué des ciseaux à ses branches sur le green : gardons-nous de murmurer contre les ciseaux, alors que nous connaissons les Mains qui les remuent" (Lettre aux Religieux 1935).

À la Vierge, particulièrement honorée des titres de « Supérieure Céleste » et de « Notre-Dame des Vocations Divines », elle confie ses œuvres vocationnelles. À l'école des grands mystiques, il est fidèle à l'aphorisme : « La contemplation dans l'action et l'action pour la contemplation ».

Ses nombreux écrits, aujourd'hui partiellement rassemblés en 26 volumes, en témoignent.

Consumé par les travaux apostoliques et la situation économique désastreuse dans laquelle se trouvaient ses Congrégations dans les dernières années de sa vie terrestre, réconforté par le sacrement de l'onction des malades, il mourut « paisiblement » à Pianura di Napoli le 2 août 1955.

Les funérailles étaient une véritable apothéose, une fête pour le « saint » curé. Actuellement, les hommes et les femmes consacrés des trois Instituts qu'il a fondés, fidèles au charisme initial, servent le peuple de Dieu dans 18 Nations.

Béatifié le 7 mai 2011 par le pape Benoît XVI et canonisé le 15 mai 2022 par le pape François. Il est fêté le 2 août.

Source : http://www.causesanti.va/

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Jackie
  • : Nombreux coloriages catholiques et autres, vies de saints et homélies. Suivez-moi sur FB, Twitter, Pinterest et Instagram (voir icônes en bas de page).
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • Jackie
  • Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog. 
Il y a une multitude d'infos de toutes sortes : coloriages, contes... Bonne balade à tous. Merci.
  • Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog. Il y a une multitude d'infos de toutes sortes : coloriages, contes... Bonne balade à tous. Merci.

Ma Bible illustrée

ANCIEN TESTAMENT

NOUVEAU TESTAMENT

LES PARABOLES

Mes coloriages catho

MES COMPOSITIONS:

Divers

Compteur mondial

 

 


 

 

Flag Counter