Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 juin 2021 3 30 /06 /juin /2021 07:13

Le prénom Martial tient ses origines du terme latin "martialis" qui a pour sens relatif à Mars. Mars étant le dieu de la guerre dans la mythologie romaine. Il est le patron du Diocèse de Limoges. Il est fêté le 30 juin.

Limoges, cité de saint Martial

La gigantesque abbaye Saint-Martial, dont la crypte reste le seul vestige, s’élevait au Moyen-Âge en plein cœur de Limoges. Dédiée au premier évêque de la ville, évangélisateur, au IIIe siècle, du Limousin, de l’Aquitaine et du Poitou, elle fut aussi célèbre en son temps que Saint-Martin de Tours ou Saint-Sernin de Toulouse. L’organisation du monastère, foyer intense d’art et de culture au XIIe siècle, avait été conçue autour de la vénération à saint Martial pour faciliter la progression des fidèles vers son tombeau ; cela n’évitant pas toujours, pour autant, les tragiques embouteillages les jours de grande affluence, comme lors de ce Carême dramatique où cinquante pèlerins périrent étouffés.

La crypte, sainte nécropole

Encore visible dans la crypte qui recèle de véritables trésors archéologiques et atteste l’origine préchrétienne du sanctuaire, fondé à l’emplacement d’un ancien temple romain, le sarcophage de saint Martial long de deux mètres quatre-vingts, est placé à côté de celui de ses deux compagnons et serviteurs, Alpinien et Austriclinien. À quelques mètres de là, on peut également voir la pierre tombale de saint Valérie, autre gardienne de Limoges, Vierge martyre, fiancée contre son gré au duc Etienne, proconsul de la Province des Lémovices. On raconte qu’après avoir été décapitée sur ordre de son prétendant, irrité par ses refus, la suppliciée serait venue porter sa tête au pied de l’autel où Martial avait coutume d’officier. Aussi fut-elle ensevelie non loin de son maître spirituel. Le duc Etienne, ébloui par ce miracle, se convertit aussitôt et la rejoignit peu de temps après, en sa dernière demeure. Dans la crypte, nécropole, dès le Ive siècle, les très nombreux sarcophages empilés au fil des âges attestent d’ailleurs la volonté des fidèles de se faire enterrer au plus près de leurs saints protecteurs.

Un sanctuaire à onze niveaux

Dès 1848, avènement du monastère, trois églises s’élevaient déjà dans les alentours immédiats du tombeau du saint, auquel on accédait en un dédale de onze degrés successifs : Saint-Pierre, Saint-Benoît et la grande basilique de pèlerinage Saint-Sauveur, où les reliques de saint Martial furent placées dans un reliquaire d’or lors d’une translation solennelle en 994. La tradition raconte que, lorsque ces reliques quittèrent leur place originelle, inondations et calamités retombèrent sur la région. Les moines comprirent alors que le saint désirait retourner dans son sépulcre locus semper amicus. Volées par le prince de Galles, Henri le Jeune Plantagenêt en 1133, puis restituées aux Limousins, les saintes reliques furent transportées, avec celles de saint Loup (le dix-septième évêque de Limoges), en l’église Saint-Michel-des-Lions, le 17 novembre 1790, quand l’abbaye Saint-Martial fut rasée.

Saint-Michel-des-Lions, l’église reliquaire

C’est en ce sanctuaire, gardé par deux majestueux lions de pierre, qu’un nouveau monument fut édifié en 1889 pour abriter les quelques ossements sauvés de la destruction en 1793 ; seuls le crâne et la mâchoire inférieure du saint échappèrent à la dispersion. Au centre du triple autel sculpté consacré à Valérie, Martial et saint Loup, une châsse de quatre cent cinquante kilos protégée par une grille abrite aujourd’hui ce précieux trésor. Lors des prochaines cérémonies septennales, la coupe reliquaire en argent doré surmontée d’un petit buste de saint Martial sera, conformément à la tradition, retirée de la châsse, ouverte par l’évêque pour procéder à la reconnaissance du chef, et présentée aux fidèles chaque dimanche, jusqu’à la fin des ostensions.

Vie et miracles de saint Martial

Dépêché de Rome en Gaule avec saint Denis, saint Martial aurait, selon la légende, consacré lui-même la pierre druidique sur laquelle saint Amadour officiait. Extraites du manuscrit latin De la vie et des miracles de saint Martial, deux histoires célèbres, bien connues des Limousins, ont également conforté sa popularité : la première fait état de la résurrection d’un enfant de cinq ans, mort noyé dans la Vienne, à Aixe, et revenu à la vie pendant les cérémonies d’ostensions ; la seconde évoque la guérison du fils d’un bourgeois du Château (vieux quartier de Limoges), victime d’une hémorragie et déclaré perdu par les médecins : le garçonnet s’étant enfoncé un dé dans le nez, sa nourrice l’aurait fait jaillir en posant simplement la main sur son appendice après avoir invoqué saint Martial.

Source : Extrait du « Grand livre des Guérisseurs, Saints et Lieux Sacrés.

Pour de plus amples renseignements, cliquez ICI.

 

 

 

 

 

 

Ne manquez pas l'Abbaye retrouvée en PDF en cliquant sur l'image.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Jackie
  • : Nombreux coloriages catholiques et autres, vies de saints et homélies. Suivez-moi sur FB, Twitter, Pinterest et Instagram (voir icônes en bas de page). N'oubliez pas de vous inscrire à la Newsletter, c'est gratuit ! Merci à tous !
  • Contact

Ma Bible pour petits et grands

Ancien Testament pour Jeunes en PDF

Nouveau Testament pour Jeunes en PDF

Les Paraboles en PDF

Grandes Fêtes Chrétiennes

Jeux

Les Couleurs du Temps

Les étapes de la vie chrétienne

Vivre sa Foi

Prières à apprendre et à colorier

Neuvaines en PDF

Apparitions de la Vierge Marie

Journées Mondiales et autres

Fêtes civiles

A la découverte de...

Homélies - Préfaces - Saints

Homélies 

Ecrits de l'Abbé Pierre Cousty

Les Saints mois par mois

Mon coin de lecture

​Les Contes de Noël en PDF

Contes, histoires et BD

Mes rubriques

Divers

Compteur mondial

 

 

Flag Counter