Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 février 2022 7 06 /02 /février /2022 09:26

Au cœur du Japon, au XVIè siècle, dans la tourmente d’une réaction nationaliste, la jeune communauté chrétienne de Nagasaki fait les frais de la violence. Cela conduit Paul Miki, jeune jésuite japonais, et 25 de ses compagnons à être crucifiés à Nagasaki (voici la liste des 25 compagnons) :

Trois Jésuites :

Paul Miki, Frère Jésuite, fils d'un général, premier Jésuite japonais et grand prédicateur, Jean Soan (de Goto), Frère Jésuite japonais, Jacques Kisoï, Frère Jésuite japonais.

Six Franciscains :

Pierre Baptiste de Saint-Esteban, Prêtre espagnol, chef de la mission Franciscaine au Japon, Martin d'Aguirré, Prêtre espagnol, professeur de théologie, François Blanco, Prêtre espagnol, Philippe de Las Casas, mexicain, Frère convers, Gonzalve García, des Indes Orientales, Frère convers, François de Saint-Michel, Frère convers.

Dix-sept laïcs Tertiaires Franciscains, tous japonais et membres de la Communauté de Méaco, (arrêtés le 31 décembre 1596) :

Côme Tachegia, Michel et Thomas Cozaki, Paul Ibarki, Léon Carasumo (catéchiste et interprète), Mathias, Bonaventure, Joachim Saccakibara (mèdecin), François de Méaco (médecin), Thomas Dauki (interprète), Jean Kinoia, Gabriel de Duisco, Paul Suzuki (catéchiste et interprète) ; François Danto et Pierre Sukejiro n’étaient pas sur la liste des arrestations mais, comme ils s’obstinaient à suivre les prisonniers et à les soigner, ils furent arrêtés à leur tour ; Louis (11 ans) et Antoine (13 ans).

Au cœur de la violence, quelle voie de sainteté trace le martyr ? Que dit-elle à notre vie de chrétiens ici ? Avec Paul Miki et ses compagnons, laissons-nous donc attirer par la faiblesse de Jésus…

Biographie

St François-Xavier, qui avait le premier planté la croix au Japon, avait prévu qu’un jour où l’autre, la foi chrétienne rencontrerait là-bas de grandes difficultés. Si le Japon se montre ouvert, très vite, les missionnaires qui arrivent - avec les marchands et les diplomates - puis la jeune communauté chrétienne qui se développe sont perçus comme l’instrument d’une mainmise étrangère.

Le christianisme n’est alors pour eux pas une bonne nouvelle, mais une menace… une importation de l’étranger.

C’est ainsi qu’éclate une forte réaction nationaliste et la persécution se déchaîne. Pour les chrétiens japonais, il faudra témoigner souvent jusqu’au sang de l’amitié de l’Évangile avec les cultures et les civilisations de tous les peuples : ils sont chrétiens, ils sont de ce peuple japonais…

À Nagasaki, en 1597, Paul Miki qui est jésuite et japonais, et vingt-cinq de ses compagnons suivront les pas de leur Seigneur : ils seront crucifiés.

Ils marcheront dans ses pas avec ce que la culture et le sang japonais ont fait d’eux, dans le courage et la fermeté. Ils témoigneront ainsi de cet Évangile et de ce Jésus auxquels ils se sont attachés, non comme à une culture étrangère mais comme à une lumière qui a éclairé et révélé de l’intérieur leur culture japonaise. Courage et fermeté sont pour eux faire le choix de la faiblesse de Jésus, se laissant crucifier.

Plus encore, Paul Miki, avant de mourir, pardonnera d’avance à ceux qui le persécutent. Leur exemple n’a pas arrêté la persécution, loin de là. Durant toutes les années où elle a duré, 200 000 chrétiens ont trouvé la mort.

Mais un petit reste a subsisté, qui deviendra la base du renouveau chrétien au XIXè siècle.

Ainsi le grain tombé en terre a-t-il porté du fruit…

Se laisser attirer par la faiblesse de Jésus

Comme pour beaucoup de martyrs, St Paul Miki et ses compagnons n’ont pas cherché le martyr, ils n’ont pas d’abord cherché à souffrir comme pour mieux ressembler à leur Seigneur.

Ils ne l’ont pas cherché, ils l’ont accueilli. Et l’accueillant, c’est la faiblesse de leur Sauveur, Jésus, qu’ils ont voulu accueillir.

Dans l’épreuve, la violence, la lutte des pouvoirs et le mensonge, plus encore dans ce qui semblait un terrible échec pour leur communauté décimée, ils ont accepté de se laisser attirer par le visage de Jésus, par sa vie, de se laisser conformer à lui, dans sa faiblesse.

Ils ont reconnu en Jésus celui qui les a aimés et s’est livré pour eux, qui, en traversant la mort, a fait jaillir la vie. Et certes, accueillir ce visage du Seigneur, marcher dans la voie de sa faiblesse, avec l’espérance qu’elle soulève, cela demande courage et fermeté, cela demande de tenir jusqu’au bout la foi pascale !

À leur exemple, nous voici donc invités à marcher dans un chemin de foi, d’amour et d’espérance là où surgit la violence, invités à nous laisser attirer par la faiblesse de Jésus, pour y puiser courage et fermeté à sa suite.

Nous sommes invités à laisser résonner en nous ce mystère : « il m’a aimé et s’est livré pour moi » (Ga 2, 20).

Et moi, devant la violence et la lutte des pouvoirs, par quoi, par qui je me laisse attirer ?

Où est-ce que je place ma confiance, mon espérance, mon amour ?

Seigneur, attire-nous vers toi !

Se laisser attirer par Jésus jusqu’au pardon

On se souvient qu’avant d’être tué, le P. Christian de Chergé, dans son « testament », appelait au pardon.

Ainsi en est-il de St Paul Miki qui disait, avant de mourir : « Je vous le déclare donc : il n’est aucune voie de salut sinon celle que nous suivons. Et puisqu’elle m’enseigne à pardonner aux ennemis et à tous ceux qui m’ont fait du mal, je pardonne de tout cœur aux responsables de ma mort ».

Ainsi en fût-il d’Etienne, le premier des martyrs au nom du Christ.

Ainsi en fût-il de Jésus : « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font ».

Entre la faiblesse du pardon, qui baisse les armes de la violence redoublée pour préférer l’amour gratuit, et la faiblesse du Sauveur se laissant crucifier par les siens, il y a une ligne continue.

Acceptons-nous, quand la violence surgit, contre nous ou en nous, de nous y laisser conduire ? Et si pardonner, pour nous, était ce chemin de chaque jour où nous nous laissons attirer un peu plus par Jésus, conformer à lui, ce chemin où nous le laissons vivre en nous… ?

Ce chemin à apprendre chaque jour, auquel il faut parfois toute une vie, et la douleur d’une blessure reconnue… Mais ce chemin de Jésus vivant en nous.

Laissons-le redire en nous, devant le Père, ces mots qu’il nous a lui-même donnés : « Pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés ».

Laissons-le nous dévoiler le visage du Père, dans son amour gratuit et vainqueur, inimaginable, au cœur de ce chemin, pour nous, du pardon à donner, du pardon à mettre en verbe : « je pardonne ».

Béatifié en 1627, il fut canonisé par le Pape Pie IX en 1862. Il est fêté le 6 février.

Source : https://www.jeunes-cathos.fr/questions-de-foi

https://soul-candy.info/2011/09/feb-6-st-paul-miki-sj-companions-1562-1597-martyrs-of-nagasaki/

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Jackie
  • : Nombreux coloriages catholiques et autres, vies de saints et homélies. Suivez-moi sur FB, Twitter, Pinterest et Instagram (voir icônes en bas de page). N'oubliez pas de vous inscrire à la Newsletter, c'est gratuit ! Merci à tous !
  • Contact

Ma Bible pour petits et grands

Ancien Testament pour Jeunes en PDF

Nouveau Testament pour Jeunes en PDF

Les Paraboles en PDF

Grandes Fêtes Chrétiennes

Jeux

Les Couleurs du Temps

Les étapes de la vie chrétienne

Vivre sa Foi

Prières à apprendre et à colorier

Neuvaines en PDF

Apparitions de la Vierge Marie

Journées Mondiales et autres

Fêtes civiles

A la découverte de...

Homélies - Préfaces - Saints

Homélies 

Ecrits de l'Abbé Pierre Cousty

Les Saints mois par mois

Mon coin de lecture

​Les Contes de Noël en PDF

Contes, histoires et BD

Mes rubriques

Divers

Compteur mondial

 

 

Flag Counter