Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mars 2021 7 28 /03 /mars /2021 14:17

Lundi-Saint

Lecture du livre d'Isaïe 42, 1-7

Ainsi parle le Seigneur : « Voici mon serviteur que je soutiens, mon élu qui a toute ma faveur. J’ai fait reposer sur lui mon esprit ; aux nations, il proclamera le droit. Il ne criera pas, il ne haussera pas le ton, il ne fera pas entendre sa voix au-dehors. Il ne brisera pas le roseau qui fléchit, il n’éteindra pas la mèche qui faiblit, il proclamera le droit en vérité. Il ne faiblira pas, il ne fléchira pas, jusqu’à ce qu’il établisse le droit sur la terre, et que les îles lointaines aspirent à recevoir ses lois ». Ainsi parle Dieu, le Seigneur, qui crée les cieux et les déploie, qui affermit la terre et ce qu’elle produit ; il donne le souffle au peuple qui l’habite, et l’esprit à ceux qui la parcourent : « Moi, le Seigneur, je t’ai appelé selon la justice ; je te saisis par la main, je te façonne, je fais de toi l’alliance du peuple, la lumière des nations : tu ouvriras les yeux des aveugles, tu feras sortir les captifs de leur prison, et, de leur cachot, ceux qui habitent les ténèbres ». – Parole du Seigneur.

Psaume 26

R/ Le Seigneur est ma lumière et mon salut.

  • Le Seigneur est ma lumière et mon salut, de qui aurais-je crainte ? Le Seigneur est le rempart de ma vie ; devant qui tremblerais-je ? R/
  • Si des méchants s'avancent contre moi pour me déchirer, ce sont eux, mes ennemis, mes adversaires, qui perdent pied et succombent. R/
  • Qu'une armée se déploie devant moi, mon cœur est sans crainte ; que la bataille s'engage contre moi, je garde confiance. R/
  • J'en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur sur la terre des vivants. « Espère le Seigneur, sois fort et prends courage ; espère le Seigneur ! » R/

Louange à toi, Seigneur, Roi d'éternelle gloire ! Salut, ô Christ, notre Roi : toi seul as pris en pitié nos égarements. Louange à toi, Seigneur, Roi d'éternelle gloire !

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 2, 1-11

Six jours avant la Pâque, Jésus vint à Béthanie où habitait Lazare, qu’il avait réveillé d’entre les morts. On donna un repas en l’honneur de Jésus. Marthe faisait le service, Lazare était parmi les convives avec Jésus.

Or, Marie avait pris une livre d’un parfum très pur et de très grande valeur ; elle répandit le parfum sur les pieds de Jésus, qu’elle essuya avec ses cheveux ; la maison fut remplie de l’odeur du parfum. Judas Iscariote, l’un de ses disciples, celui qui allait le livrer, dit alors : « Pourquoi n’a-t-on pas vendu ce parfum pour trois cents pièces d’argent, que l’on aurait données à des pauvres ? » Il parla ainsi, non par souci des pauvres, mais parce que c’était un voleur : comme il tenait la bourse commune, il prenait ce que l’on y mettait. Jésus lui dit : « Laisse-la observer cet usage en vue du jour de mon ensevelissement ! Des pauvres, vous en aurez toujours avec vous, mais moi, vous ne m’aurez pas toujours ».

Or, une grande foule de Juifs apprit que Jésus était là, et ils arrivèrent, non seulement à cause de Jésus, mais aussi pour voir ce Lazare qu’il avait réveillé d’entre les morts. Les grands prêtres décidèrent alors de tuer aussi Lazare, parce que beaucoup de Juifs, à cause de lui, s’en allaient, et croyaient en Jésus. – Acclamons la Parole de Dieu.

Homélie

Avec ce geste de Marie, répandant sur les pieds de Jésus une livre de parfum, nous avons le prologue de la Passion. Après cet épisode, Jean place l'entrée triomphale de Jésus à Jérusalem, puis l'annonce formelle de la Passion. L'art de l'Apôtre bien-aimé, c'est de raconter un événement et d'en donner l'explication, l'homélie par Jésus lui-même.

Jésus , en effet, va révéler la signification du geste de Marie en disant : Elle a gardé ce parfum pour le jour de ma sépulture. Ce geste est sûrement un geste d'amour, mais surtout, pour Lui, un geste prophétique. Il révèle que la Passion commence. C'est l'intuition de l'amour qui devance les faits. Bientôt, Jésus aura les pieds transpercés par les clous. Dans quelques jours, Jésus mis à mort et mis au tombeau. Alors les saintes femmes viendront avec des aromates embaumer le corps. Par avance, Marie embaume les pieds de Jésus.

Ce geste va remplir de sa beauté le temps de lglise. Saint Matthieu dira de son côté : Partout où sera proclamé cet évangile - dans le monde entier - on redira à sa mémoire ce qu'elle vient de faire. Saint Jean, lui, note ce fait qui est un symbole : La maison s'emplit de la senteur du parfum.

Ce geste de Marie, l'évangile le redira au monde entier Cet évangile, l'Église le garde précieusement. Il parfume cette "Maison de Dieu" qu'est l'Eglise.

Suisse

Mardi-Saint

Lecture du livre d'Isaïe 49, 1-6

Écoutez-moi, îles lointaines ! Peuples éloignés, soyez attentifs ! J’étais encore dans le sein maternel quand le Seigneur m’a appelé ; j’étais encore dans les entrailles de ma mère quand il a prononcé mon nom. Il a fait de ma bouche une épée tranchante, il m’a protégé par l’ombre de sa main ; il a fait de moi une flèche acérée, il m’a caché dans son carquois. Il m’a dit : « Tu es mon serviteur, Israël, en toi je manifesterai ma splendeur ». Et moi, je disais : « Je me suis fatigué pour rien, c’est pour le néant, c’est en pure perte que j’ai usé mes forces ». Et pourtant, mon droit subsistait auprès du Seigneur, ma récompense, auprès de mon Dieu. Maintenant le Seigneur parle, lui qui m’a façonné dès le sein de ma mère pour que je sois son serviteur, que je lui ramène Jacob, que je lui rassemble Israël. Oui, j’ai de la valeur aux yeux du Seigneur, c’est mon Dieu qui est ma force. Et il dit : « C’est trop peu que tu sois mon serviteur pour relever les tribus de Jacob, ramener les rescapés d’Israël : je fais de toi la lumière des nations, pour que mon salut parvienne jusqu’aux extrémités de la terre ». – Parole du Seigneur.

Psaume 70

R/ Sans fin, je proclamerai ta victoire et ton salut.

  • En toi, Seigneur, j'ai mon refuge : garde-moi d'être humilié pour toujours. Dans ta justice, défends-moi, libère-moi, tends l'oreille vers moi, et sauve-moi. R/
  • Sois le rocher qui m'accueille, toujours accessible ; tu as résolu de me sauver : ma forteresse et mon roc, c'est toi ! R/
  • Seigneur mon Dieu, tu es mon espérance, toi, mon soutien dès avant ma naissance, tu m'as choisi dès le ventre de ma mère ; tu seras ma louange toujours ! R/
  • Ma bouche annonce tout le jour tes actes de justice et de salut. Mon Dieu, tu m'as instruit dès ma jeunesse, jusqu'à présent, j'ai proclamé tes merveilles. R/

Louange à toi, Seigneur, Roi d'éternelle gloire ! Salut, ô Christ, notre Roi : obéissant au Père, comme l'agneau vers l'abattoir tu te laisses conduire à la croix. Louange à toi, Seigneur, Roi d'éternelle gloire !

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 13, 21-33, 36-38

En ce temps-là, au cours du repas que Jésus prenait avec ses disciples, il fut bouleversé en son esprit, et il rendit ce témoignage : « Amen, amen, je vous le dis : l’un de vous me livrera ». Les disciples se regardaient les uns les autres avec embarras, ne sachant pas de qui Jésus parlait. Il y avait à table, appuyé contre Jésus, l’un de ses disciples, celui que Jésus aimait. Simon-Pierre lui fait signe de demander à Jésus de qui il veut parler. Le disciple se penche donc sur la poitrine de Jésus et lui dit : « Seigneur, qui est-ce ? » Jésus lui répond : « C’est celui à qui je donnerai la bouchée que je vais tremper dans le plat ». Il trempe la bouchée, et la donne à Judas, fils de Simon l’Iscariote. Et, quand Judas eut pris la bouchée, Satan entra en lui. Jésus lui dit alors : « Ce que tu fais, fais-le vite ». Mais aucun des convives ne comprit pourquoi il lui avait dit cela. Comme Judas tenait la bourse commune, certains pensèrent que Jésus voulait lui dire d’acheter ce qu’il fallait pour la fête, ou de donner quelque chose aux pauvres. Judas prit donc la bouchée, et sortit aussitôt. Or il faisait nuit.

Quand il fut sorti, Jésus déclara : « Maintenant le Fils de l’homme est glorifié, et Dieu est glorifié en lui. Si Dieu est glorifié en lui, Dieu aussi le glorifiera ; et il le glorifiera bientôt. Petits enfants, c’est pour peu de temps encore que je suis avec vous. Vous me chercherez, et, comme je l’ai dit aux Juifs : “Là où je vais, vous ne pouvez pas aller”, je vous le dis maintenant à vous aussi ». Simon-Pierre lui dit : « Seigneur, où vas-tu ? » Jésus lui répondit : « Là où je vais, tu ne peux pas me suivre maintenant ; tu me suivras plus tard ». Pierre lui dit : « Seigneur, pourquoi ne puis-je pas te suivre à présent ? Je donnerai ma vie pour toi ! » Jésus réplique : « Tu donneras ta vie pour moi ? Amen, amen, je te le dis : le coq ne chantera pas avant que tu m’aies renié trois fois ». – Acclamons la Parole de Dieu.

Homélie

Van Gogh disait : "Il y a du Rembrandt dans l'Évangile et de l'Évangile dans Rembrandt". C'est particulièrement vrai pour ce passage. Il semble que saint Jean s'est plu à en faire sentir le clair-obscur.

Il est noté que, quand Judas Iscariote sortit du Cénacle pour livrer Jésus, c'était la nuit. Au premier plan, c'est une vérité historique. Mais il y a plus : l'obscurité, la nuit, c'est le milieu approprié à cette action tragique. Or, c'est à ce moment précis que Jésus fait entendre une hymne à la Gloire.

L'Évangile poursuit en effet: Lors donc que Judas fut sorti, Jésus dit : "Maintenant le Fils de l'homme a été glorifié et Dieu a été glorifié en lui". Nous restons étonnés d'un tel lyrisme. Étonnés surtout de ce "maintenant". Alors que le processus de la Passion est déclenché, l'exultation saisit Jésus.

Saint Jean est un intuitif, un contemplatif. Pour lui, la célébration de la Gloire par le Christ, à cette heure la plus sombre de sa vie, est le signe que le chemin de la Croix et le chemin de la Gloire représentent un seul et même mystère à deux faces. L'élévation de Jésus sur la Croix est le commencement de son élévation auprès du Père dans la Gloire.

Suisse

Mercredi-Saint

Lecture du livre d'Isaïe 50, 4-9

Le Seigneur mon Dieu m’a donné le langage des disciples, pour que je puisse, d’une parole, soutenir celui qui est épuisé. Chaque matin, il éveille, il éveille mon oreille pour qu’en disciple, j’écoute. Le Seigneur mon Dieu m’a ouvert l’oreille, et moi, je ne me suis pas révolté, je ne me suis pas dérobé. J’ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient, et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe. Je n’ai pas caché ma face devant les outrages et les crachats. Le Seigneur mon Dieu vient à mon secours ; c’est pourquoi je ne suis pas atteint par les outrages, c’est pourquoi j’ai rendu ma face dure comme pierre : je sais que je ne serai pas confondu. Il est proche, Celui qui me justifie. Quelqu’un veut-il plaider contre moi ? Comparaissons ensemble ! Quelqu’un veut-il m’attaquer en justice ? Qu’il s’avance vers moi ! Voilà le Seigneur mon Dieu, il prend ma défense ; qui donc me condamnera ? – Parole du Seigneur.

Psaume 68

R/ Dans ton grand amour, mon Dieu, fais-moi grâce.

  • C'est pour toi que j'endure l'insulte, que la honte me couvre le visage : je suis un étranger pour mes frères, un inconnu pour les fils de ma mère. L'amour de ta maison m'a perdu ; on t'insulte, et l'insulte retombe sur moi. R/
  • L'insulte m'a broyé le cœur, le mal est incurable ; j'espérais un secours, mais en vain, des consolateurs, je n'en ai pas trouvé. À mon pain, ils ont mêlé du poison ; quand j'avais soif, ils m'ont donné du vinaigre. R/
  • Mais je louerai le nom de Dieu par un cantique, je vais le magnifier, lui rendre grâce. Les pauvres l'ont vu, ils sont en fête : « Vie et joie, à vous qui cherchez Dieu ! » Car le Seigneur écoute les humbles, il n'oublie pas les siens emprisonnés. R/

Louange à toi, Seigneur, Roi d'éternelle gloire ! Salut, ô Christ notre Roi : obéissant au Père, comme l'agneau vers l'abattoir tu te laisses conduire à la croix. Louange à toi, Seigneur, Roi d'éternelle gloire !

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 26, 14-25

En ce temps-là, l’un des Douze, nommé Judas Iscariote, se rendit chez les grands prêtres et leur dit : « Que voulez-vous me donner, si je vous le livre ? » Ils lui remirent trente pièces d’argent. Et depuis, Judas cherchait une occasion favorable pour le livrer.

Le premier jour de la fête des pains sans levain, les disciples s’approchèrent et dirent à Jésus : « Où veux-tu que nous te fassions les préparatifs pour manger la Pâque ? » Il leur dit : « Allez à la ville, chez untel, et dites-lui : “Le Maître te fait dire : Mon temps est proche ; c’est chez toi que je veux célébrer la Pâque avec mes disciples.” » Les disciples firent ce que Jésus leur avait prescrit et ils préparèrent la Pâque.

Le soir venu, Jésus se trouvait à table avec les Douze. Pendant le repas, il déclara : « Amen, je vous le dis : l’un de vous va me livrer ». Profondément attristés, ils se mirent à lui demander, chacun son tour : « Serait-ce moi, Seigneur ? » Prenant la parole, il dit : « Celui qui s’est servi au plat en même temps que moi, celui-là va me livrer. Le Fils de l’homme s’en va, comme il est écrit à son sujet ; mais malheureux celui par qui le Fils de l’homme est livré ! Il vaudrait mieux pour lui qu’il ne soit pas né, cet homme-là ! » Judas, celui qui le livrait, prit la parole : « Rabbi, serait-ce moi ? » Jésus lui répond : « C’est toi-même qui l’as dit ! » – Acclamons la Parole de Dieu.

Homélie

Jésus, voyant que son heure est proche, fait préparer la Pâque. Il annonce la trahison de Judas pendant le repas. L'auteur des psaumes avait déjà prédit la trahison de ce proche. Le peuple de Juda condamne Jésus et le livre aux païens. Les travailleurs de la vigne, après avoir tué les serviteurs, tuent aussi le fils du propriétaire. Mon peuple, que t'ai-je fait ? En quoi t'ai-je fatigué ? Réponds-moi ! Judas vend Jésus pour trente pièces d'argent. La valeur d'un esclave était de trente pièces d'argent. On estima à la même valeur le prophète déchu. Et c'est encore cette somme que donne le sanhédrin pour Jésus.

Lorsque ce qui avait été annoncé se réalise, les Écritures s'accomplissent. Tout, depuis toujours, était présent aux yeux de Dieu. La conduite de l'homme était prévue, mais non prédéterminée. C'est pourquoi, Jésus n'enlève pas sa responsabilité à celui qui le livre, puisqu'il a mal utilisé sa liberté.

Nous aussi, nous pouvons trahir le Christ, le vendre pour quelques pièces de monnaie. La Parole du Seigneur nous instruit, et le Seigneur lui-même ouvre nos oreilles, pour que nous soyons au nombre des convives de Jésus, qui célèbrent avec Lui la Pâque, comme des membres vivants de son Église.

Espagne

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Jackie
  • : Nombreux coloriages catholiques et autres, vies de saints et homélies. Suivez-moi sur FB, Twitter, Pinterest et Instagram (voir icônes en bas de page).
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • Jackie
  • Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog. 
Il y a une multitude d'infos de toutes sortes : coloriages, contes... Bonne balade à tous. Merci.
  • Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog. Il y a une multitude d'infos de toutes sortes : coloriages, contes... Bonne balade à tous. Merci.

Ma Bible illustrée

ANCIEN TESTAMENT

NOUVEAU TESTAMENT

LES PARABOLES

Divers

 

 

Compteur mondial