Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2017 1 27 /03 /mars /2017 19:30

ND Rocamadour Vendée Globe

EXCLUSIF MAG – Jacques Caraës, directeur de course du Vendée Globe, a déposé la « clé des océans » aux pieds de la Vierge de Rocamadour. Ce marin d’exception nous dit pourquoi.

Lors d’une messe au Sables-d’Olonne, vous avez remis la « clé des océans » à la Vierge de Rocamadour (1), que signifiait ce geste ?

Le lendemain de l’arrivée de Sébastien Destremau, dernier concurrent de ce Vendée Globe, qui a réalisé son tour du monde en 124 jours, je suis allé avec l’équipe de la direction de course à l’église des Sables-d’Olonne pour une messe. À la fin de la célébration, le Père Vincent Lautram, curé de la paroisse, m’a invité à venir vers l’autel pour déposer la « clé des océans » aux pieds de la Vierge de Rocamadour, la patronne protectrice des marins. C’était pour moi une façon symbolique de remercier la Vierge pour avoir protégé les skippeurs de ce Vendée Globe. Car, sur un tour du monde en solitaire et sans assistance, on ne passe pas à tous les coups. Le fait qu’il n’y ait pas eu de souci majeur, que tout le monde ait pu rentrer à la maison sain et sauf, est le signe d’une certaine bienveillance.

D’où vient cette « clé des océans ? »

C’est une idée de Sébastien Destremau. Il a fabriqué cette clé un peu avant la fin du Pacifique Sud, alors qu’il allait franchir le cap Horn. Il l’a conçue avec les moyens du bord, c’est-à-dire un cintre et des bouts de bois… Étant le dernier de la course, il m’expliquait qu’avec cette clé, il fermerait les océans jusqu’à la prochaine édition du Vendée Globe, qui aura lieu dans quatre ans. Sébastien m’avait par ailleurs prévenu qu’il me la confierait une fois arrivé.

J’avais rencontré le Père Vincent Lautram avant le départ de la course. Je l’ai aussi aperçu au moment des arrivées, car il était souvent sur l’eau pour accueillir les skippeurs. Lorsque Sébastien a touché terre, il m’a donné la clé et, avec l’équipe, on a trouvé bon de la remettre au Père Vincent.

La paroisse des Sables a été très mobilisée

Cette course est un véritable événement pour tous les Sablais, qui sont présents en masse au départ et à l’arrivée de chacun des concurrents. Et oui, la paroisse est très active. Peu avant le départ, le Père Vincent avait envoyé à chaque skipper un courrier dans sa boîte aux lettres pour l’inviter à venir assister à la procession de la Vierge de Rocamadour et à une messe. Je sais que plusieurs marins y sont allés.

Avec la remise de la « clé des océans », le Père Vincent était très heureux de boucler ainsi cette édition du Vendée Globe. Je sais par ailleurs qu’il maintenait allumé des cierges pour chaque skippeur, jusqu’au dernier. Et comme Sébastien n’est pas arrivé tout de suite, ça a dû lui en coûter pas mal…

Avez-vous été surpris par l’engouement des Sablais pour la Vierge de Rocamadour ?

Elle est le symbole de la protection des marins. Elle a un vrai sens pour ces navigateurs qui partent pour une course aux conditions extrêmes. L’arrivée de la Vierge de Rocamadour aux Sables, en octobre, a attiré beaucoup de monde, sans doute parce que le périple que vont accomplir les skippeurs est des plus difficiles. Avant le départ, le public ressent cette émotion très particulière, une émotion qui n’est pas du tout celle, très joyeuse, de l’arrivée.

Double détenteur du Trophée Jules-Verne, vous êtes vous-même un navigateur chevronné. La mer est-elle un lieu de rencontre particulier avec Dieu ?

J’ai beaucoup navigué par le passé et il m’est arrivé d’être en perdition, à la limite de savoir si j’allais lâcher ou pas. Dans ces moments-là, quand on sait qu’il n’y a plus personne pour venir vous chercher, il y a des heures assez difficiles et vous pensez fortement à Dieu.

Je me rappelle cette fois où on s’est retrouvés à six dans un pneumatique de survie. C’était en 1979, à l’occasion de la Fasnet Race, une course au large de l’Irlande. Pris dans une tempête, on a été ballottés et roulés par les déferlantes. Dans ce pneumatique j’ai fait un vœu : si on s’en sortait tous les six, j’irais allumer un cierge à Lourdes. Et grâce à l’intervention in extremis d’un de nos concurrents qui est venu nous récupérer, on s’en est sortis, tous les six. Je suis donc allé allumer un cierge à Lourdes. Depuis, tout se passe bien ! Moi je suis chrétien, mais je pense que les marins qui ne le sont pas peuvent aussi faire cette démarche dans la tempête. J’ai un ami qui s’est retrouvé en perdition sur la Route du Rhum quelque temps plus tard. Lui ne croit pas mais il m’a raconté avoir eu le même réflexe que moi…

En quoi consistait votre rôle de directeur de course du Vendée Globe ?

Notre regard est un peu un regard d’anges gardiens sur l’ensemble de la flotte. On est une équipe de quatre et durant tout le temps de la course on scrute les trajectoires et les vitesses de tous les skippeurs pour déceler les soucis, les avaries, parfois les problèmes de fatigue trop importante. On fait les « trois huit » pour s’assurer que tout aille bien. Si on a un doute sur un bateau, on entre en contact avec le team manager ou bien directement avec le marin. Le vrai stress est si un concurrent tombe à l’eau. Il faut réagir et déclencher les secours immédiatement.

Qu’avez-vous ressenti à l’arrivée du dernier concurrent ?

Un peu comme une sorte de délivrance ! Car on n’est plus obligés de faire ces quarts de veille et on retrouve un rythme plus ordinaire. On ressent aussi une grande satisfaction, parce qu’il n’y a pas eu d’ennui majeur.

Allez-vous retourner à Lourdes pour y allumer un cierge ?

(Rires) Non, la « clé des océans » était pour moi le symbole de la clôture de cette course. Mais à cette occasion-là, chacun des membres de la direction de course nous avons allumé un cierge dans l’église des Sables d’Olonne.

Hugues Lefèvre

Source : http://www.famillechretienne.fr

(1) La Vierge de Rocamadour est vénérée depuis le XIIe siècle comme la patronne protectrice des marins, même si Rocamadour se situe au beau milieu du Lot. Elle a sauvé des dizaines de marins qui, perdus, l’avaient implorée.

Le 31 octobre dernier, une réplique de cette Vierge noire est arrivée par bateau aux Sables-d’Olonne pour veiller sur les concurrents du Vendée Globe.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Jackie - dans Infos diverses
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Jackie
  • Le Blog de Jackie
  • : Nombreux coloriages catholiques et autres, vies de saints et homélies.
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • Jackie
  • Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog. Il y a une multitude d'infos de toutes sortes : coloriages, contes... Bonne balade à tous. Merci.

Ma Bible illustrée

ANCIEN TESTAMENT

NOUVEAU TESTAMENT

LES PARABOLES

Divers

 

 

 

 

 

Meteo Corrèze

 

 

 

Compteur mondial

 

Mon Coup de Coeur