Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 juin 2021 3 30 /06 /juin /2021 20:38
Dimanche 18 juillet à 21h05, C8 diffusera le film “Mère Teresa”, inédit en clair à la télévision, réalisé par Fabrizio Costa.

L'histoire en quelques lignes...

En Inde à la fin des années 40, la guerre civile fait rage entre les hindous et les musulmans, et particulièrement à Calcutta où règnent la misère et le désespoir. Mais au cœur de cette pauvreté se dresse une religieuse : Mère Teresa.

Dans les années 60, elle défiera les structures de l’Église pour fonder sa propre congrégation des Missionnaires de la Charité, afin d’aider les plus pauvres et de répandre son message d’amour et de charité...

Mère Teresa (1910-1997), canonisée par le Pape François le 4 septembre 2016, a été couronnée du prix Nobel de la Paix en 1979.

Avec : Olivia Hussey, Sebastiano Somma, Ingrid Rubio.

Source : https://www.coulisses-tv.fr/

Mère Teresa, nommée Anjezë Gonxhe Bojaxhiu, est née en 1910 en Macédoine de parents albanais. Dès son plus jeune âge, elle a décidé de consacrer sa vie au service religieux. Après la mort de son père, elle s'est rapprochée de sa mère, qui a donné l'exemple en faisant preuve de compassion et de charité envers les autres. À 18 ans, elle rejoint un couvent en Irlande où elle prend le nom de Thérèse en l'honneur de sainte Thérèse de Lisieux, patronne des missionnaires.

Après sa période de noviciat - une période de temps consacrée à la préparation à la vie de religieuse - Teresa s'est rendue à Calcutta, en Inde, où elle enseignait aux enfants de familles très pauvres. Elle a appris le bengali et l'hindou et est devenue directrice de l'école dirigée par son couvent. Suivant la coutume, elle a pris le titre de « mère » après avoir prononcé ses derniers vœux.

« L’amour est un fruit toujours de saison ». Mère Teresa a voulu, au cours de sa vie, faire de sa devise une réalité.

Les démunis, les enfants, les plus faibles, les femmes qui vont avorter, la fondatrice des « missionnaires de la charité » n’a voulu en oublier aucun. Pour cela, elle crée le mouroir de Nirmal Hriday (cœur pur, en bengalais), afin que ceux « qui ont vécu comme des bêtes meurent comme des hommes ». La « Sainte de Calcutta » mène une « croisade de l’amour », et va voir tous les laissés-pour-compte des bidonvilles. La charité est le message essentiel qu’elle portera. Mère supérieure, elle explique aux novices : « Donne tes mains pour servir et ton cœur pour aimer ».

En 1957, cinq lépreux viennent la voir en lui disant qu’ils ont perdu leur travail à cause de leur maladie. Voulant créer un centre d’accueil pour lépreux, les sœurs de la charité sont accueillies par des jets de pierre. Mère Teresa, ayant connu les persécutions dans sa jeunesse en Albanie, décide d’envoyer des ambulances directement aux malades. La confiance en Dieu et l’amour de l’autre sont au cœur de sa mission, elle écrit dans une de ses prières : « Le bien que tu fais aujourd’hui, les gens l’auront souvent oublié demain, fais le bien quand même… ».

Pendant plus de 40 ans, Mère Teresa ira sans cesse vers les rejetés. En novembre 1955, voyant un enfant dévoré dans la rue, elle décide de fonder l’orphelinat de Nirmala Sishu Bavan. Religieuse, au service des plus humbles, elle ira jusqu’à déclarer, en recevant le prix Nobel de la paix à Oslo en 1979 : « Si une mère peut tuer son propre enfant, dans son propre sein, qu’est-ce qui nous empêche, à vous et à moi, de nous entretuer les uns les autres ? ». L’avortement lui apparaît comme un crime, « si vous ne voulez pas l’enfant à naître, donnez-le-moi, je le veux », dit-elle.

Installant une maison de charité à Rome, Mère Teresa dénonce le matérialisme de l’Occident. « Nous avons tous l’air pressé. Nous courons comme des fous après les progrès matériels ou les richesses. Nous n’avons plus le temps de bien vivre les uns avec les autres : les enfants n’ont plus de temps pour les parents, ni les parents pour les enfants, ni pour eux-mêmes ». Interrogée sur la manière d’imiter son action, elle répond : « Vous voulez changer le monde, rentrez chez vous et aimez votre famille ».

« Moi seule ne peut changer le monde, mais je peux jeter une pierre dans l’eau, pour créer de nombreuses vagues ». La sœur au Sari bleu et blanc a jeté la pierre tellement loin qu’à sa mort 610 missions sont ouvertes dans 123 pays.

Source : https://radionotredame.net/

Voici deux livres pour enfants :

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le Blog de Jackie
  • : Nombreux coloriages catholiques et autres, vies de saints et homélies. Suivez-moi sur FB, Twitter, Pinterest et Instagram (voir icônes en bas de page).
  • Contact

Qui Suis-Je ?

  • Jackie
  • Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog. 
Il y a une multitude d'infos de toutes sortes : coloriages, contes... Bonne balade à tous. Merci.
  • Je vous souhaite la bienvenue sur mon blog. Il y a une multitude d'infos de toutes sortes : coloriages, contes... Bonne balade à tous. Merci.

Ma Bible illustrée

ANCIEN TESTAMENT

NOUVEAU TESTAMENT

LES PARABOLES

Mes coloriages catho

MES COMPOSITIONS:

Divers

Compteur mondial

 

 


 

 

Flag Counter